24 heures après l’annonce de l’expulsion de Vincent Karega, Félix Tshisekedi reçoit l’émissaire de João Lourenço

Read Time:2 Minute

Lundi 31 octobre 2022

Sécurité

Tete Antonio reçu par Félix Tshisekedi

Tete Antonio reçu par Félix Tshisekedi

Téte António, ministre angolais des Relations extérieures, a été reçu dimanche 30 octobre par Félix Tshisekedi à Kinshasa. Le diplomate a échangé avec le chef de l’Etat congolais sur l’évolution de la situation dans le territoire de Rutshuru et a transmis au président congolais une correspondance du président João Lourenço. Cette audience intervient 24 heures après la décision annoncée par Kinshasa d’expulser Vincent Karega, ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa.

« Le président Lourenco avait reçu mandat de faire la médiation entre la RDC et le Rwanda. Dans ce cadre, il continue ses efforts dans les circonstances d’aujourd’hui. Il a été clair à Dakar, quand il a assisté à la conférence sur la sécurité en Afrique, qu’il continuera à œuvrer de façon que la paix soit retrouvée dans la sous région », a déclaré Téte António au sortir de l’audience.

Et d’ajouter:

« L’Angola, c’est un voisin immédiat de la RDC. Dans la culture africaine, quand quelque chose se passe chez les voisins, on se sent soi-même concerné. Il faut aller voir le voisin, être informé et voir comment dépasser la situation qui se présente ».

Il n’a pas non plus voulu prendre position: « Le médiateur est censé être au milieu. Il écoute toutes les parties et à la fin, il cherche à trouver les solutions sans aller dans les grands détails ».

Le diplomate angolais a aussi loué la posture de Félix Tshisekedi: « L’attitude du président Tshisekedi ne change jamais, que ça soit dans la difficulté ou le bonheur. C’est toujours la fraternité. C’est ce qu’il faut qu’on cultive nous tous ». 

Pour le contexte, le général angolais Massone Joao a été placé à la tête du mécanisme de vérification ad-hoc chargé de vérifier les accusations que se portent mutuellement la RDC et l’Angola. 

L’Union africaine, l’Union européenne et l’ONU insistent pour que les organisations régionales s’impliquent dans la résolution de cette crise entre la RDC et le Rwanda. Ainsi, tous les yeux sont particulièrement braqués sur une organisation: la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (la CIRGL).  Il se trouve que João Lourenco est le président en exercice de la CIRGL. Et le diplomate Angolais João Samuel Caholo en est le Secrétaire Exécutif.

ACTUALITE.CD

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “24 heures après l’annonce de l’expulsion de Vincent Karega, Félix Tshisekedi reçoit l’émissaire de João Lourenço

  1. Congolais, sachez une chose : aucun des neuf voisins de l’ex-Zaïre souhaiterait voir ce pays sortir la tête de l’eau où ils ont tous contribué à l’y plonger. Je sais de quoi je parle !

  2. QUE VAUT CETTE MÉDIATION ANGOLAISE ENTRE LA RDC ET LE RWANDA, QUE VAUT AUJOURD’HUI L’EXPULSION DE L’AMBASSADEUR RWANDAIS DU CONGO ???
    1. Dans la guerre nous imposée par les voisins rwandais et ougandais, leurs parrains et leurs alliés, notre PR est passé par des tâtonnements bien legers notamment son rapprochement naïf et insensé du rusé Kagame et même par cet état de siège qui n’a rien apporté pour enfin décider l’expulsion de l’ambassadeur rwandais. C’est une décision très tardive mais indiquée, suffit-elle pourtant à elle seule surtout qu’elle a été prise sous la pression des cuisants revers nous causés récemment avec la prise de nouvelles localités dans la foulée du long siège de Bunagana par le M23 et les Rwandais, une deconvenue de plus qui déjà interpelle une fois de plus sur l’état de notre armée. Sinon à propos de l’expulsion de Karega, certains disent même que c’est une décision cosmétique comme pour dire qu’elle a été prise par un pouvor dépassé, débordé et obligé de jouer les apparences pour ne pas perdre la face. Que doit faire de plus Kinshasa au-dela de nombreux appels legitimes en fait peu exploitables dans le cas, à l’unité narionale, à la cohésion derrière notre armée et contre l’agression en sachant que la seule arme efficace à notre portée sera tôt ou tard une armée republicaine solide et dissuasive qui puisse deloger l’ennemi qui s’est armé à outrance pour nous defier et continuer à nous imposer son occupation, l’oprion diplomatique ne peut que venir terminer la guerre comme toujours. L’homme Kagame n’a jamais joué franc jeu pour, on ne peut se reposer sur sa parole.
    Ailleurs la part des Ougandais dans celle-ci n’est-elle pas trop ignorée ?
    L’aide étrangère internationale, continenetale ou régionale comme cette force régionale conjointe née a Nairobi et comme ce mécanisme de Luanda est une fausse amie comme on en fait le constat d’un silence complice.
    Et entre-temps au Nord-Kivu dans le Rutshuru à côté de Bunagana comme ailleurs, en Ituri toujours des morts, des déplacés…
    2. Quant à la médiation angolaise, Lourenço continue à croire qu’elle sert â quelque chose et s’active à consulter Tshisekedi mais a-t-il aussi envoyé un émissaire chez Kagame qui est l’auteur de cette nouvelle escalade qui est la cause de l’expulsion de son ambassadeur meme si le médiateur est censé être au milieu ? On veut bien de ce « mécanisme africain ad-hoc de vérification’ mais a-t-il déjà produit quelque part des résultats et ici les faits sur le terrain ne le contredisent-ils pas ? Les accusations à verifier accablent lourdement le Rwanda.
    3. Le Congo est le seul maître de son destin, à lui de se prendre en charge. Nous l’attendons tous, à nos autorités d’en prendre vraiment conscience…

Comments are closed.

Previous post RDC-Rwanda: Vincent Karega notifié de son expulsion, Kinshasa rappelle aussi son chargé d’affaires en poste à Kigali
Next post La VSV réagit au cas du général Jean Baseleba Bin Mateto