Assassinat de F. Chebeya et F. Bazana: Les organisations de la société civile exhortent la justice militaire à aller jusqu’au bout dans la lutte contre l’impunité des crimes commis contre les défenseurs des droits humains.

Read Time:2 Minute

Kinshasa, le 06 décembre 2021. Les Organisations de la société civile  réunies au siège de la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) réaffirment leur engagement et détermination à suivre de près le déroulement du procès actuellement en appel à la Haute Cour militaire sur l’assassinat, en juin 2010 des Défenseurs des Droits humains Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi dans les installations de l’Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise (Actuel Commissariat Général de la PNC).

Nous,  Organisations Non Gouvernementales  de la société civile exprimons notre satisfaction sur le bon déroulement de ce procès qui a connu de nouveaux rebondissements avec les révélations accablantes de plusieurs policiers ayant participé au double assassinat des défenseurs des droits humains (DDH) comme exécutants et qui ont décidé de délier leurs langues sur la responsabilité des uns et des autres ;

Espérons que fort de toutes ces dépositions, la justice militaire agira positivement pour que les personnes citées dans cette affaire, quels que soient leurs rangs respectifs répondent de leurs actes pour mettre fin aux régimes des intouchables en République Démocratique du Congo ;  

Exhortons la Haute Cour Militaire à poursuivre le bon déroulement du procès en appel à l’issue duquel tout devra être mis en œuvre pour l’arrestation et la comparution du général John Numbi Banza Tambo, le suspect n°1 dans cet assassinat et ainsi obtenir la reprise effective du procès pour le rétablissement de la vérité attendue par notre peuple et la Communauté Internationale il y a de cela 11 ans ;

Exigeons la comparution du major Christian Ngoy Kenga Kenga qui continue à défier la justice militaire en refusant de comparaître et en s’enfermant dans sa cellule ;

Demandons à toutes les autorités congolaises particulièrement au Président de la République à ne ménager aucun effort  pour mettre à la disposition de la Haute Cour Militaire tous les moyens matériels, financiers et humains dont elle pourrait avoir besoin pour que tous les responsables impliqués dans cet assassinat répondent effectivement de leurs actes criminels quels que soient leurs rangs passés et présents ;

Saluons le retour du major Paul Mwilambwe pour comparaitre devant la Haute Cour militaire afin d’apporter sa part de vérité dans l’assassinat de deux DDH et plaidons pour sa sécurité par les institutions publiques ;

Convaincues des ramifications que pourrait avoir le général John Numbi dans certains services de sécurité préjudiciable à la poursuite du procès, les ONGs de la Société Civile congolaise demandent aux autorités  publiques en général et à la justice militaire en particulier de tout mettre en œuvre pour la sécurité des renseignants et des prévenus.

Nous demandons à la Communauté Internationale de suivre de près le déroulement de ce procès qui constituera un déclic dans la promotion et la protection des droits des défenseurs des droits humains en RDC.

Nous en appelons à la mobilisation et à la vigilance de tous les acteurs et de toutes les actrices de la société civile de la République Démocratique du Congo pour que justice soit faite à Floribert Chebeya, Fidèle Bazana et autres Défenseurs des Droits Humains, martyrs de la démocratie, de la promotion et défense des droits humains en République démocratique du Congo.

Signataires

Les Organisations de la Société Civile de la RDC

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

One thought on “Assassinat de F. Chebeya et F. Bazana: Les organisations de la société civile exhortent la justice militaire à aller jusqu’au bout dans la lutte contre l’impunité des crimes commis contre les défenseurs des droits humains.

  1.  » aller jusqu’au bout… » voudrait dire faire juger cette saleté de Numbi et et in fine son chef direct,  » l’autorité morale  » de ces crimes odieux. Si vous croyez que cela est possible, c’est que vous n’avez toujours pas compris ce qui se passe dans ce pays de merde depuis décembre 2018.

Comments are closed.

Previous post Me Léon-Richard Engulu: « Vital Kamerhe n’a pas été acquitté! »
Next post Libération de Kamerhe : des cadres de l’UNC dont Michel Moto, Mayo Mambeke ou encore Juvénal Munubo célèbrent