Bahati Lukwebo: En 2018, tout le monde était surpris de constater qu’avant même la fin des opérations de dépouillement dans les centres locaux, Kinshasa était déjà en train de proclamer les résultats

Read Time:1 Minute

Jeudi 21 avril 2022 – Politique

Senat

Bahati Lukwebo, président du Sénat. Ph. Droits tiers.

Modeste Bahati Lukwebo s’est exprimé mercredi au cours du déjeuner d’affaire organisé par les églises catholique et protestante sur le processus électoral. Il est revenu sur certains épisodes des processus électoraux antérieurs, particulièrement sur la publication des résultats.

« Notre seule demande c’est que ce qui s’est produit dans le passé ne puisse pas se reproduire. Tout le monde a suivi ce qui s’est passé. En 2006, il y a eu quelques plaintes, en 2011 aussi. En 2018, il y a eu un tollé général. Tout le monde était surpris de constater qu’avant qu’on ait dépouillé les résultats au niveau des centres locaux de traitement des résultats, Kinshasa était déjà en train de proclamer les résultats. Cela ne nous honore pas », a expliqué le président de Sénat. 

Il s’est interrogé particulièrement sur le rôle joué par la machine à voter.

« On nous avait rassuré qu’en utilisant la machine à voter, il y aura concomitamment des bulletins physiques qui permettront de comparer ou de rapprocher les données. Mais dans une sorte de film à Zoro, alors que les gens étaient de s’adonner à la tâche nuitamment dans le dépouillement, ils suivent à la télévision les résultats. Nous devons éviter cela. 

Le président du Sénat a interpellé les uns et les autres parce que, dit-il, personne n’est à l’abri.

« Personne n’est à l’abri. Je vous le dis. Certains peuvent penser que parce qu’aujourd’hui ils ont une parcelle de pouvoir qu’ils sont à l’abri d’un tripatouillage, je peux vous assurer que personne n’est à l’abri. En tous cas, pas nous de l’AFDC. Nous en avons souffert. Nous souhaitons pas que ce que nous avons enduré arrive à quelqu’un d’autre ». 

Par ailleurs, il a encouragé la CENI dans son rôle: « Nous saluons l’action et l’activité intenses de la CENI en ce moment. Elle est à pied d’œuvre pour qu’elle puisse s’acquitter valablement de sa mission ». Il a également demandé à la société civile de  bien s’assumer et de jouer sa partition.

ACTUALITE.CD

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “Bahati Lukwebo: En 2018, tout le monde était surpris de constater qu’avant même la fin des opérations de dépouillement dans les centres locaux, Kinshasa était déjà en train de proclamer les résultats

  1. Ce mec Lukwebo Bahati amuse en declarant qu’il « a souffert ». De quoi, de sa gourmandise?. Lui dont toute la carriere politique consiste en quete des postes de jouissance et enrichissement. C’est d’ailleurs la raison de sa defenestration de la bande FCC par Kabila lors du bras de fer de Bahati avec Thambwe pour le perchoir du Senat. Bref, un dribbleur sans foi (« Maradona ») connu.

  2. @ A qui s’adresse Bahati lorsqu’il se plaint des résultats électoraux de 2018 en train d’être proclamés alors que les opérations de dépouillement dans les centres locaux étaient encore en cours ?
    @ Cette forfaiture n’était-elle pas l’œuvre d’un pouvoir qu’il servait alors (ministre de ‘JK’ de 2012 à 2019). De qui se moque-t-il ? Non seulement il servait ‘JK’ avant l’alternance de 2018 mais il continuera aussi avec lui après, avec sa coalition liée à ‘JK’ (FCC). Et ne parlons de ses états de service antérieurs où il navigua entre société civile et politique, du coup je ne comprends rien à son blabla selon lequel son AFDC aurait souffert. N’at-il pas été debauché de justesse par Tshisekedi pour qu’il le rejoigne et soit finalement nommé Président du Sénat ?
    @ En revanche il dit une vérité lorsqu’il met en garde qu’on n’est pas à l’abri de revivre les magouilles passées mais à qui s’adresse-t-il exactement, à Mboso son compère de l’Assemblée ou à son président Tshisekedi ? Comprenne qui pourra…

  3. Bahati veut simplement nous dire que le Roi n’est pas le Roi et que le Roi n’a pas (toujours) le droit de veto.
    Lui, sait comment cela s’est passé en 2018. Nous aussi. C’est subliminal !
    Je commence à comprendre pourquoi certains le surnomment Maradona…
    Kiee Kieeee…
    Nanu tomoni te !

  4. Donc, les institutions actuelles sont illégitimes. Fatshi,le citoyen Mboso et Bahati sont illégitimes.
    Lokuta eyaka na ascenseur. Vérité eyei na escalier.
    La vérité est éternelle. Le mensonge est éphémère.

Comments are closed.

Previous post ANR: L’énigmatique interpellation de Didier Budimbu
Next post Nord-Kivu/Beni: Le corps d’un journaliste, retrouvé mort par pendaison