Communiqué: Mobilisation mondiale pour le changement au Rwanda

Le 20 mars 2021 à 14 heures GMT, des Rwandais et amis du Rwanda se réuniront dans plusieurs villes européennes, africaines, américaines et australiennes pour exprimer leur aspiration à prendre enfin en mains leur destin. C’est en réponse au cri d’alarme d’Yvonne Idamange Iryamugwiza lancé le 15 février 2021 au Rwanda pour lancer une révolution populaire, pacifique et réconciliatrice. Yvonne Idamange, une jeune maman de 4 enfants, rescapée du génocide perpétré contre les Tutsi, a réussi à faire prendre conscience à de nombreux Rwandais qu’ils peuvent trouver en eux la force de revendiquer leurs droits et est depuis emprisonnée pour avoir osé parler pour tous les Rwandais.

Les Rwandais et les amis du Rwanda exhorteront la communauté internationale à soutenir le peuple rwandais dans l’exercice de ses droits fondamentaux et de sa liberté. Plusieurs milliers de participants devraient prendre part, physiquement et/ou en ligne, à la manifestation mondiale de soutien à Yvonne Idamange.

Depuis 27 ans, des rapports sur les violations alarmantes des droits de l’Homme au Rwanda sont publiés les uns après les autres, sans qu’aucune mesure significative ne soit prise par la communauté internationale pour intervenir contre l’injustice qui prévaut au Rwanda. Au lieu de cela, Paul Kagame continue de bénéficier de l’assistance politique, économique, financière et technique de la communauté internationale. Les restrictions des libertés et droits fondamentaux exercées par le régime de Paul Kagame se caractérisent par des emprisonnements arbitraires, des tortures, des disparitions forcées et des assassinats de citoyens.

Les évènements ou rapports les plus récents qui témoignent des graves violations des droits de l’homme en cours au Rwanda sont:

  • Les résultats alarmants de l’Examen Périodique Universel du Rwanda du 25 janvier 2021 au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève;
  • Le jeune poète rwandais Innocent Bahati, porté disparu depuis le 7 février 2021;
  • La résolution du Parlement européen du 11 février 2021 sur le cas de Paul Rusesabagina (2021/2543 (RSP)) et qui dénonce les restrictions des autorités rwandaises aux droits et libertés fondamentaux et l’utilisation arbitraire de la détention provisoire pour réprimer la dissidence;
  • La lettre de 42 ONG du 8 mars 2021, publiée à l’occasion de la journée du Commonwealth, appelant les dirigeants du Commonwealth à soutenir une enquête indépendante sur la mort en détention de Kizito Mihigo;
  • Le rapport de l’ONG Freedom House « Out of sight, not out of reach » du 4 février 2021 qui démontre à quel point le Rwanda sous le régime de Paul Kagame est l’un des principaux acteurs de la répression transfrontalière en compagnie de dictatures telles que l’Iran, la Chine, la Russie ou l’Ouzbékistan. Le Rwanda étant le seul pays africain signalé dans le rapport de l’ONG.

Et pourtant, malgré ce bilan désastreux des droits de l’Homme, largement documenté, le régime rwandais continue de bénéficier d’un soutien international, comme en témoigne la visite au Rwanda de Charles Michel, président du Conseil européen, le 8 mars 2021, la prochaine visite d’Emmanuel Macron au Rwanda, ou le prochain sommet du Commonwealth prévu à Kigali en juin 2021.

Le soutien dont le régime rwandais continue de bénéficier est tout simplement incompréhensible. C’est pourquoi une manifestation mondiale se tiendra dans une vingtaine des villes européennes, américaines, africaines et australiennes pour réclamer la liberté au Rwanda.

Dans ces différentes villes du monde, des Rwandais et des amis du Rwanda se réuniront simultanément, à 14 heures GMT et exhorteront les partenaires financiers et politiques du Rwanda, entre autres à:

  • Exiger la libération immédiate et inconditionnelle d’Yvonne Idamange et de tous les autres prisonniers politiques et prisonniers d’opinion au Rwanda;
  • Annuler le sommet du Commonwealth prévu en juin à Kigali et le déplacer dans un autre pays;
  • Conditionner toute aide financière future au Rwanda au respect et au renforcement des droits de l’Homme;
  • Prendre des sanctions politiques et économiques contre les auteurs des graves violations des droits humains qui continuent d’être commises au Rwanda. Les sanctions doivent consister en des interdictions de voyager s’appliquant aux individus, en gel des fonds s’appliquant à la fois aux individus et aux entités. En outre, il doit être interdit aux personnes et entités de mettre des fonds à la disposition de ceux qui sont répertoriés pour les violations des droits de l’Homme, que ce soit directement ou indirectement;
  • Exhorter les autorités rwandaises à respecter les droits fondamentaux et le droit à la liberté d’expression des Rwandais et à ne pas chercher à restreindre ces droits et libertés;
  • Enquêter de manière indépendante et transparente sur les arrestations et détentions illégales et/ou arbitraires, les meurtres et les disparitions forcées de défenseurs des droits humains, d’opposants politiques et de journalistes y compris l’enlèvement de Paul Rusesabagina survenue le 27 août 2020 à Dubaï;
  • Demander aux autorités rwandaises de mettre fin aux détentions et aux harcèlements des journalistes et des membres la société civile;
  • D’imposer aux autorités rwandaises à fermer sans délais tous les safes houses et autres centres de torture qui fourmillent au Rwanda.

Le Rwanda a une note de 22 sur 100 en ce qui concerne la liberté à l’échelle mondiale et est classé comme « non libre » dans les indicateurs de « Global Freedom Score ». Le gouvernement a arrêté, détenu et poursuivi des critiques et des opposants au gouvernement lors de procès à motivation politique au Rwanda, et a menacé à plusieurs reprises d’autres personnes à l’extérieur du pays, certains ayant été agressés physiquement et même tués.

 

Liste des personnes de contact par pays
1 Rwanda, Kigali, Mwizerwa Sylvère, + 250 728 944 144
2 Afrique du Sud, Johannesburg, Nsengimana Daniel + 27738672846
3 Belgique, Bruxelles, Mbonyumutwa Ruhumuza, +32 477 71 93 44
4 France, Paris, Lyon, Nkubana Patrick, +33 6 61 82 69 02
5 Suisse, Genève, Rugamba Jean Luc, +41 78 647 85 78
6 UK, Londres, Nzeyimana Ambrose, +44 7982 114446
7 Allemagne, Berlin, Hannover Mutega Chantal, +49 1573 0897686
8 Norvège, Bita Trondheim, Mukamurenzi Jeanne, +47 40947898
9 Espagne, Valladolid, Castrillo Erena, +34 610 65 84 09
10 Danemark, Roskilde, Mukankiko Sylvie, +45 50 36 07 32
11 Pays-Bas, La Haye, Uwishema Nsengiyumva Gloria, +31 642807187
12 Argentine, Buenos Aires, Nsengimana Jean Bosco, +54 9 11 3632-4729
13 Canada, Vancouver, Montréal, Bosco Jean Jacques, +1(604) 652-0235
14 Australie, Perth, Brisbane, Sydney, Zihabamwe Noel, +61 422 076 580
15 Etats-Unis, Washington, New-York, Dushime Alex, +1 (225) 346-4863

3 thoughts on “Communiqué: Mobilisation mondiale pour le changement au Rwanda

  1. Pour un scoop, en voilà un inattendu ! Qu’est-ce donc, ça bouge-t-il enfin au Rwanda ? Une rwandaise initie une mobilisation populaire pour le changement. Mais changement pourquoi tant jusque-là la presse meanstream et les chancelleries occidentales ne nous parlent que de réussite s’agissant du Rwanda de Kagame. Et puis comment a fait la dame et ceux qui la soutiennent dans un pays aussi quadrillé par le pouvoir et brulé par la peur ? C’est dire que la soif des libertés et des droits est un réflexe combien humain. Et croyez-vous que le temps est venu pour que la CI se préoccupe enfin des revendications des Rwandais, elle qui soutient Kagame et son régime depuis 27 ans ? Attendons voir…

  2. Un africain en ARGENTINE ? C’est la 1ère fois que j’apprends l’existence d’un africain dans ce pays vraiment lointain. Une petite question à Mr Jean-Bosco NSENGIMANA : Y a-t-il beaucoup de personnes originaires d’Afrique subsaharienne là-bas ?

  3. PS
    @ Sinon sans parler au nom des Rwandais ni me mêler de leurs affaires, je me dis qu’ils se réunissent à travers le monde à l’initiative d’une femme courageuse pour exprimer leur aspiration à prendre enfin en mains leur destin, c’est qu’ils ne trouvaient pas tout leur compte dans la direction de Kagame comme on nous le chante mais en même temps une révolution populaire, pacifique et réconciliatrice est-elle aujourd’hui possible au Rwanda ? Personne ne doute du patriotisme fervent de Kagame et de ses capacités à mieux gérer son pays qu’il a plutôt bien sorti des affres du génocide. Ce qu’on aurait à lui reprocher c’est sa gouvernance très autoritaire, personnelle et ethnique qui le renvoie à l’anathème expéditif de son régime sur les Hutu en général. Bonne nouvelle ici l’initiatrice est une rescapée tutsi, de quoi prendre plus au sérieux les désirs et revendications des Rwandais : Hutu et Tutsi revendiquent simplement leurs droits et demandent à la CI de soutenir leur peuple dans l’exercice nécessaire de leurs droits fondamentaux et de leur liberté.
    @ Rappelons-le, malgré les nombreux rapports sur les violations des droits de l’Homme au Rwanda la Ci n’a en effet pris aucune mesure significative pour intervenir contre l’injustice qui prévaut au Rwanda, au contraire Kagame continue de bénéficier de son assistance politique, économique, financière et technique. Non seulement la situation socio-économique des Rwandais n’est pas si mirobolante qu’on le dit mais aussi les restrictions des libertés et droits fondamentaux sont courantes et ressenties par la population comme on le voit ici avec cette plainte, emprisonnements arbitraires, tortures, disparitions forcées et assassinats de citoyens… sont observés. Les signataires ont par ailleurs pris soin de noter expressément le contenu de leurs revendications auquel ils ont ajouté leurs demandes ouvertes dont la libération immédiate et inconditionnelle de Mme Idamange, l’initiatrice de cette journée de revendications et de tous les autres prisonniers politiques et prisonniers d’opinion au Rwanda.
    Il va sans dire que les Congolais ont davantage à reprocher sur les actes du Rwanda de Kagame dans leur pays.

Comments are closed.