Crise: Réputé démissionnaire, le « Premier » Sylvestre Ilunga joue au chat et à la souris avec l’Assemblée plénière

« Tout ce qui brille n’est pas or ». Cet adage anglo-saxon semble résumer la situation pathétique du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. L’homme mène un combat qui semble perdu d’avance face à une Assemblée nationale qui a voté, mercredi 27 janvier, la destitution du gouvernement dont il a – avait? – la charge. Professeur d’économie appliquée à l’université de Kinshasa et plusieurs fois ministre depuis 1981, l’homme a surpris ceux qui attendaient de lui un brin de noblesse. Après avoir snobé les députés nationaux, mardi 26 janvier, le chef du gouvernement recourt désormais à des « échappatoires » pour retarder son départ.

Le Bureau d’âge au grand complet

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a snobé les députés qui l’attendaient ainsi que les membres de son équipe à la séance plénière de l’Assemblée nationale qui a eu lieu mercredi 27 janvier dans l’après-midi. Un seul point était à l’ordre du jour: examen de la motion de censure contre le gouvernement. Sur un ton empreint de déception, le président du Bureau d’âge Christophe Mboso N’kodia Pwanga de lancer: « Il revient à la Plénière de tirer les conséquences de cette absence non-justifiée ».

Aussitôt dit, deux des initiateurs de ladite motion se sont relayés sur l’estrade pour démontrer non seulement la recevabilité mais aussi la justification de cette démarche.

Dans le premier cas de figure, la Constitution impose que la motion soit revêtue des signatures d’au moins un quart des membres de l’Assemblée soit 125 députés. Les promoteurs ont pu recueillir 301 signatures.

INCOMPÉTENCE NOTOIRE

Dans le second cas, le député national Kasusa Kiboya Baruani a pris la parole le premier. Il a dénoncé les « échecs répétés du gouvernement dans l’exécution de son programme ». Sans omettre les « fautes graves cumulés » et « l’incompétence notoire » du Premier ministre et d’autres membres du gouvernement. Pour Kasusa, ce sombre tableau au plan politique, économique, socio-culturelle et sécuritaire justifie bien cette motion.

Prenant le relais, le député national Cherubin Okende Senga – qui est l’initiateur de ladite motion – a abondé dans le même sens. Le ton est resté réquisitorial. Après avoir reproché au Premier ministre et son gouvernement de n’avoir pas tenu parole en améliorant les conditions de vie des diplomates congolais.

Et de poursuivre: « Le Premier ministre s’était engagé à éradiquer les groupes armés et assurer la réinsertion des jeunes. Il est consternant de constater que la paix et la sécurité promises par le gouvernement ne se sont pas matérialisées au Nord-Est », dit-il.

Pour ces deux parlementaires, le gouvernement dirigé par le Premier ministre Sylvestre Ilunga « ne mérite plus la confiance de l’Assemblée nationale et de tout le peuple congolais ». C’est ici que le vote de la motion est intervenue. Sur 384 votants, on compte 367 voix « Pour »; 7 Contre; 2 Abstention; 1 Nul.

Le Palais du peuple, siège du Parlement

Il importe d’ouvrir la parenthèse pour relever que depuis la nuit de temps, ce qu’on appelle « programme de gouvernement » n’a jamais été au Congo-Zaïre qu’une compilation de bonnes intentions. On semble ignorer que la politique c’est l’action. Il ne peut y avoir d’action sans moyens ou budget d’investissement. Peut-on escompter un résultat sans moyens? Fermons la parenthèse.

LE GOUVERNEMENT ILUNGA RÉPUTÉ DÉMISSIONNAIRE

Clôturant le vote, le Président du Bureau d’âge a annoncé de manière solennelle ces mots: « Le gouvernement du Premier ministre Ilunga est réputé démissionnaire. Le chef du gouvernement est tenu de remettre la démission de son gouvernement au Président de la République dans les 24 heures ». Une Résolution déclarant la déchéance du gouvernement sera transmise notamment au chef de l’Etat ainsi qu’à la Cour constitutionnelle.

On notait dans l’hémicycle du Palais du peuple la présence d’une dizaine de membres du gouvernement. C’est le cas notamment du ministre de la Communication et des médias David-Jolino Makelele et de celui de la Santé, Eteni Longondo.

Tard dans la soirée de mercredi, une correspondance datée du 27 janvier 2021 fait le « buzz » sur les réseaux sociaux. S’agit-il d’un fake news? Apparemment non! Jusqu’à preuve du contraire, cette missive semble émaner du Premier ministre déchu Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Le président de la République en est le destinataire.

Que lit-on? Le « Premier » Ilunga qui a préféré prolonger son séjour lushois écrit qu’il a eu des « séances de travail » avec « l’autorité morale » du Front commun pour le Congo (Fcc) « ainsi qu’avec différentes communautés du Katanga ». D’aucuns pourraient rétorquer: et alors!

ILUNGA SUGGERE A « FATSHI » DE VIOLER LA SEPARATION DES POUVOIRS

Selon lui, une « recommandation » s’est dégagée de ces entretiens. « Je ne dois pas démissionner avant l’élection et l’installation du Bureau définitif de l’Assemblée nationale ».

Poignée de main Felix Tshisekedi- Sylvestre Ilunga fin 2019

Comme pour tendre un traquenard au président Felix Tshisekedi, Ilunkamba demande à ce dernier « de convaincre le Bureau d’âge de se conformer à son ordre du jour qui vise l’organisation de l’élection et l’installation du nouveau Bureau définitif à qui il reviendra l’examen de la pétition des honorables députés ainsi qu’il est de droit ». Bref, une violation du principe de séparation des pouvoirs.

Le chef du gouvernement de conclure sa missive en usant de faux-fuyants: « Après l’installation dudit Bureau, j’en tirerai toutes les conséquences et déciderai en toute responsabilité de mon avenir politique à la tête du gouvernement ».

La contestation de  la compétence du Bureau d’âge a été balayée par une réflexion rédigée par le député Cherubin Okende: « La compétence de connaitre ou d’examiner une motion de censure n’est dévolue particulièrement ni à un bureau définitif ni à un bureau provisoire ou d’âge. Cette compétence est dévolue à l’Assemblée plénière qui est l’organe suprême de l’Assemblée nationale ».

Pour ce juriste, « c’est l’Assemblée plénière qui, en vertu des dispositions de l’article 23 point 26 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, est compétente pour délibérer toutes matières relevant des pouvoirs et attributions de l’Assemblée nationale notamment mettre en cause la responsabilité du gouvernement ou d’un de ses membres par le vote d’une motion de censure ou de défiance ».

 

B.A.W.

20 Commentaires on “Crise: Réputé démissionnaire, le « Premier » Sylvestre Ilunga joue au chat et à la souris avec l’Assemblée plénière

  1. Monsieur Amba B. W
    Combien avez-vous vendu Congo indépendant ?
    Depuis votre interview avec Félix tshilombo, j’ai constaté un grand changement dans votre ligne éditoriale et votre façon de traiter les informations.
    Dans tout ce qui est reproché au premier ministre, quelle est la part du président tshilombo ?
    Il faut être objectif et impartial, je ne défend pas monsieur ilukamba mais je constate que vous avez dévier depuis la fameuse rencontre.
    Salutations patriotiques.

    1. Monsieur Jean-Marc Luvuezo,
      Conformément aux prescrits constitutionnels , la part de responsabilité du président de la République est de donner des orientations au premier ministre. Le refus répétitif d’exécution desdites orientations a poussé le président Felix Tshisekedi , à user de ses multiples stratégies institutionnelles. Les résultats sont là : déboulonnage en série du système Kabiliste par les départs de Mabunda et Ilunga Ilukamba.
      La prochaine étape après le départ programmé de Tambwe Mwamba du Senat , est la mise en place d’un gouvernement disposé à appliquer intégralement la vision du Chef de l’Etat pour le bonheur de tous les congolais.
      Globalement , Felix Tshisekedi vient de déjouer les prévisions funestes des jaloux et ennemis de la République. Il est en voie de réussir son mandat en redonnant au Congo sa prospérité.

  2. La honte de l’intelligentsia congolaise. Du juridisme pouet. Tout ce cirque pour faire plaisir à son patron, un inculte rwandais. Mawa !

  3. Ne feignons pas d’oublier que s’il y a échec c’est celui de la coalition FCC-CACH. Cela veut dire l’échec des deux autorités morales comme on le dit dans le vocable politique zairo-congolais: Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Vouloir nous faire croire malicieusement qu’un aurait échoué et que l’autre serait un enfant de chœur. C’est tout simplement de la diversion pour être gentil. La gestion de la res publica commençant par la paralysie du gouvernement sous la casquette du programme des 100 jours, de l’investiture 8 mois après du 1er gouvernement Fatshi à la mort clinique du dit gouvernement Ilunkamba à la suite de la suspension des conseils de ministres hebdomadaires par le président Tshisekedi. Deux ans d’errance à mon avis. La question qu’il y a lieu de se poser, est ce que celui qui a déjà échoué peut il faire mieux avec les autres qui ont eux déjà connu l’échec dans leur gestion antérieure au vu de l’état de notre pays ?
    Je redoute que l’on ne s’achemine de nouveau vers la soupe populaire pour les politiques et leurs collaborateurs. Qui vivra, verra!

  4. ILUNKAMBA CERTES DANS UNE DÉFENSE DÉSESPÉRÉE MAIS ILUNKAMBA A-T-IL TORT DANS TOUTE SA DÉFENSE ?
    # Le pauvre Ilunkamba recourt à des échappatoires – comme la nécessité d’un bureau définitif devant seul traiter de sa destitution – pour retarder son départ alors qu’il sait bien qu’il ny a plus d’autre issue pour lui que de débarrasser le plancher du moment que les députés ont voté contre lui la motion, bureau provisoire d’âge ou pas.
    A propos, que dire des compétences originelles dun bureau provisoire constitué après la déchéance aujourd’hui acceptée par tous de l’ancien. Une motion de censure peut-elle figurer constitutionnellement à son ordre du jour comme faisant partie des affaires courantes de l’heure ? Nous savons qu’à la question du bureau d’âge de définir le champ de ses compétences, la CC lui en a accordé un large espace mais il ya comme un soupçon de copinage entre le PR et une CC prête à faire valider tous ses voeux comme on le voit depuis quelque temps…
    # Lors de l’examen de la motion de censure le député pétitionnaire Kasusa a dénoncé ‘les échecs répétés du gouvernement dans l’exécution de son programme, les fautes graves cumulées et l’incompétence notoire du PM et d’autres membres du gouvernement : un sombre tableau au plan politique, économique, socio-culturelle et sécuritaire qui justifierait cette motion’. Son collègue Okende a abondé dans le même sens reprochant au PM et son gouvernement de ‘n’avoir pas tenu parole en améliorant les conditions de vie. Il s’était engagé à éradiquer les groupes armés et assurer la réinsertion des jeunes mais la paix et la sécurité promises par le gouvernement ne se sont pas matérialisées au Nord-Est’; dit-il.
    Les deux élus concluent ainsi que le gouvernement dirigé par le PM Ilunkamba ne mérite plus la confiance de l’Assemblée nationale et de tout le peuple congolais .
    # Ilunkamba a répondu à ces griefs par un document de 12 pages dans lequel ‘il tacle de façon documentée le PR, redistribue les responsabilités au sein de la coalition qu’il formait avec lui. Il y fait le constat que les avancées démocratiques enregistrées durant les dernières décennies connaissent depuis peu une nette régression, que les finances publiques ont été gérées de manière non orthodoxe avant son arrivée notamment des dérapages révélés à l’occasion du procès dit des 100 jours, qu’il a trouvé les caisses de l’Etat quasiment vides, les réserves de change érodées et le franc congolais battant de l’aile, que le PR à présidé les 52 réunions du conseil des ministres avec ses orientations et ses décisions’.
    Bref pour lui la motion de censure contre son gouvernement n’est ‘qu’une manoeuvre politicienne sans fondement factuel et au mépris des exigences de l’Etat de droit.
    # Maintenant peut-on raisonnablement déduire de cette querelle que les arguments de Ilunkamba sont tous sans fondement et qu’en face tout ce qu’on lui reproche est authentique ? Ilunkamba a–t-il totalement tort lorsque qu’il défend son bilan à la Primature en démontrant que les responsabilités sont pour le moins partagées avec le camp présidentiel ?
    La stabilité économique, la justice sociale, la paix et la sécurité du pays ne sont-elles ici que du ressort du gouvernement et la présidence n’y aurait-elle pas sa part ? Aujourd’hui les carottes sont bien cuites pour Ilunkamba mais ses arguments juridiques sur les institutions et ses reproches au PR de refuser sa part dans les échecs du pays ne peuvent être complètement écartés dans un constat raisonnable. Malheureusement malheur aux vaincus à qui on risque de ne reconnaitre aucun apport, osons juste espérer que cette querelle entre les deux camps nous aide à tirer des leçons utiles pour une meilleure gouvernance de ce pays demain !!!

  5. Le president de la republique devra etre honnete pour partager l’incompetence et l’echec avec le premier ministre car c’etait lui qui avait dirige la presque totalite des reunions du conseil des ministres. Soyons serieux. Il faut aussi signaler que dans sa lettre, Ilunga ecrit qu’il n’avait rien trouve dans les caisses de l’Etat et les reserves de la banque. Tshilombo et kamerhe avaient deja fait la fete avec le tresor public. Kokamwa!

    1. @Ndeko Raz,
      A mon avis, l’IGF doit aussi investiguer sur cette affaire des réserves.
      L’ Etat de droit l’exige. Sinon te, ekomi kaka lisolo ya après match Vita-Imana. Makambu ya modèle ya mboka na biso. Yoka ngwasuma !

      1. Cher Bongos,
        Il ne faudra jamais oublier que c’est sous la gouvernance de Felix Tshisekedi que l’institution IGF est redynamisée. Il en est de même de l’office de police judiciaire. Ces structures fonctionnent sous les ordres d’un seul chef Felix Tshisekedi . Ces inspecteurs des finances et officiers de police judiciaire n’ont pas heureusement des comptes à rendre aux kabilistes et mobutistes de tous bords. C’est très différent de vos danses obscènes. Sur ce site, je vous avais dit que Monsieur Harmer (Ambassadeur USA) n’était pas venu pour danser obscène ni fréquenter vos « ngadas de Bandal » et « Matongé » comme vous l’aviez insinué en son temps . Où en êtes vous? Vos analyses n’ont jamais tenu en l’air parce qu’elles ne peuvent pas tenir debout. Vous êtes aveuglé par la haine, la dépression et la démesure. La libération du Congo se passe sur terrain et non derrière vos écrans d’ordinateurs .

    2. Un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux. “ le destin de toute verité est d’être d’abord méconnue avant d’être reconnue”
      UNE REFLECTION DU DOCTEUR ILUNGA KALALA EN REPONSE A UNE PREOCUPATION D’UN CONGOLAIS DE LA DIASPORA
      Je suis très content, de votre attitude dialogale qui nous permettra d’échanger en responsable et non en frénétique de la réussite pour qu’eclore un vrai débat de Société.
      Je suis entrain d’écrire un petit document à propos du manque d’intélligibilé de nos lois source d’interprétations souvent éronnées et retardant l’avancement de notre sociétè , tu affirmes avec véhèmence que nos lois sont violées en RDC et que nous vivons une nouvelle dictature sous le regime de Tshitshi.
      NB. Le Droit a cessé d’être un problème de connaissances- pour devenir intentionnellement- un problème d’interprétations, nous connaissons tout, une véritable polyvalence douteuse, source de nos innombrables échecs voilà la réalité du Congo.
      Néanmoins laissez moi vous rappeler ce que Montesquieu avait dit à ce propos, je cite:  » Le Peuple est fort quand sa loi est forte et que sa loi est forte quand elle est intelligente, et elle est intelligente quand elle est comprise de la même façon par tout le monde d’émigrer ainsi son application immédiate pour l’avancement de la Société, donc les congolaises sont problematiques; il faut y mettre des garde-fous pour que l’intélligibilité des lois soit effective ».
      Notre Peuple n’est pas fort car sa loi n’est pas intelligente et de ce fait des interprétions deviennent ad vitan comme un serpent de mer.
      Au Congo tout le monde est juriste et s’est arrogé le monople de l’interprétation de nos lois avec une arrogance de tous les superlatifs: une tare.
      Mon frère il ya dans cette RDC un organe habilité à le faire c’est la cour constitutionnelle qui juge de la constitutionalité ou pas de nos lois,mais hélas, nous sommes une République des frénétiques de la réussite (la génération de nombrilistes), nous connaissons tout , nous sommes de grandiloquants, sachant négocier pas à pas que nos propres advantages au lieu et place des intérêts superieurs-de la Nation; or la frénésie de la réussite n’est qu’un frein volontaire à tous nos efforts s’ inscrivant dans un processus du development durable.
      Je vis en Afrique du Sud pour le moment suis à kin et mon séjour kinois m’a permis d’arriver à une conclusion: il faut une requalification de l’homme politique congolais, une refondation de la République et surtout un processus d’inculturation et de la socialisation politique de notre Population , c’est cette ambition de chose qui s’ est inscrite dans la vision du Président Félix ; honni soit qui mal pense, un Président qui, dans une cohérence intelligente qui tente à concilier ses idées aux actes , un Président volontariste possedant un projet de societé auquel il accorde l’ardeur de son imagination et la lucidité de son intelligence s’inscrivant dans la demarche d’une philosophie en actes .
      Le Président qui s’ incrit dans un optimisme de commande et non dans un pessimisme de combat .
      Le Président qui sait que: l’Espérance est au fond de la boîte de pendores.
      Voilà il plaide pour un Etat de droit; souvent incompris et jugé à tort et à travers.
      Fatshi veut un Congo inclusif, solidaire, participatif et un Congo d’état de droit.
      Nb: ma conviction est que: « Tout ce que le Président Félix Tshisekedi entréprend aujourd’hui , le Peuple Congolais en profitera , si demain il commet une erreur , le Peuple congolais en corrigera et en profitera encore d’avantage car le destin de toute verité est d’être d’abord ridiculisée avant d’être reconnue.
      En effet Président Tshisekedi a été ridiculisé dès la prise de son pouvoir . Félix est cette verité pour la Rdc; la situation politique actuelle prouve à suffisance son leadership et son sens managérial sampienssale pour notre Pays.
      Dr Ilunga Kalala
      Tout simplement un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux.

  6. Une humiliation inutile , les politiciens congolais doivent apprendre le sens de la dignité.
    Je l’ai déjà dis et je le répète ce quinquennat est déjà perdu. Le départ de Pepe Ilunga n’y changera rien.
    Pepe Ilunga a raison de dire que son bilan est partagé avec le président Félix. On ne peut pas parler de l’échec du premier ministre est exonérer le président de la république.
    500 millions de dollars partis en fumée avec le programme de 100 jours, Ilunga était déjà aux affaires ?
    A un moment il faudra que Félix assume son échec.

    1. HUMILIATION?
      Dans les vielles démocraties, ne pas obtenir la confiance du Parlement n´est pas un sujet d´honneur ou d´humiliation. Allons donc, que notre sejour en Occident augmente notre comprehension de la politique et de la gestion d´un État.
      BILAN
      Ilukamba a été voir Felix pour deposer sa demission après une notification du Parlement.. Ainsi, l´ex premier ministre ne fait que suivre la « procedure »,
      Quand il indique que Felix a présidé plus de 50 conseilles du gouvernement, alors le bilan de l´ »executif » est avant tout celui de Felix lui même. Pire que tout, il indique ouvertement que Felix a fait de son admnistration un « gouvernement » qui a geré le pays pendant six mois avec les scandales des millions detournés du programme dite de 100 jours.

      1. Vous êtes tous devenus des kabilistes par haine à l’endroit de Felix Tshisekedi. Vous avez déjà commencé à déchanter . Il eût un temps où vous prédisiez l’échec de Felix Tshisekedi . Maintenant vous cherchez de petites bêtes par votre petitesse d’esprit. Celui qui a géré le programme de 100 jours est en prison. Il s’appelle Vital Kamerhe. C’est la première fois que cela se passe au Congo. Il y en aura d’autres le suivront en prison.
        Aimez Felix Tshisekedi ne pas obligatoire . Par contre, ne pas apprécier ses actions dans le déboulonnage du système Kabiliste est purement diabolique pour un pays meurtri pendant 32 ans de règne de Mobutu et 18 ans de Kabila.
        Globalement, vous êtes simplement confondu par les exploits à mi-parcours du chef de l’Etat Felix Tshisekedi ,seul détenteur actuel de l’impérium au Congo. Il l’a prouvé . Vous êtes libre de demeurer incrédule voire de divaguer comme vous en avez l’habitude.

    1. @Armand, merci pour vos interventions magistrales dans ce thread. Voici un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux.
      * »Au lieu que Félix Tshisekedi soit destitué ce sont les juges Noël* *KILOMBA et Jean UBULU qui sont restés chômeurs ;* c’est Tunda ya Kasende qui a quitté le gouvernement sans être sauvé par yemeyi ; c’est la loi Minaku et Sakata qui est mise aux oubliettes ; c’est Ronsard Malonda qui n’est pas investi ; c’est Jeannine Mabunda qui est éjectée du perchoir de l’assemblée nationale ; c’est ilunga ilunkamba qui est tombé ; c’est Ntambue Mwamba qui est devenu mutique, poli et moins arrogant ; c’est yemeyi qui a fui kingakati pour Kashamata; c’est Eddy kapend qui est libéré et c’est Ngoy Mulunda qui écope de 3 ans de prison ferme à Kasapa. On vous avait dit qu’on n’engage pas le bras de fer avec un président de la République car au finish c’est vous qui en sortez perdant. Toutes mes félicitations et courage à Fatshi mon pantin préféré.
      J’avais raison de voter pour toi. Après le déboulonnement total de la Kabilie qui était un système de prédation et de répression instauré au pays depuis une dizaine d’années pour faire souffrir les congolais, passons maintenant aux choses sérieuses pour améliorer le social des congolais avec tous ceux qui sont disposés à vous accompagner dans votre vision de servir le peuple d’abord au lieu de yemeyi d’abord. »
      Tout simplement un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux.

      1. @Bismark,
        Voici un autre son de cloche :
        Qui est donc ce congolais qui n’a pas applaudi en voyant le système rwandais tomber case par case ?
        On ne se pose plus des questions ? On ne peut pas se demander pourquoi les rwandais continuent à tuer les nôtres à l’Est du pays ?
        On ne peut pas demander où sont passées les réserves de la banque nationale ? C’est Kamerhe qui a tout pris ? Qui est ce con qui va croire ça ?
        On ne peut pas se demander pourquoi il y a encore des généraux rwandais au sein des FARDC, des services spéciaux, contrôlant les frontières nationales ?
        On ne peut pas se demander pourquoi le tshilouba est la langue  » nationale  » à la présidence de la république ?
        On ne peut pas se demander pourquoi le rwandais Kabila garde encore l’avion présidentiel et occupe des fermes dans quasiment toutes les provinces du pays ?
        Sachez que ce sont les congolais qui critiquaient votre nouveau Roi qui l’ont peut-être poussé à se rendre compte qu’il n’était qu’un pantin. Ce qui était d’ailleurs vrai. Il a d’ailleurs reconnu lui-même dans un discours public.
        Vous cherchez à nous dire quoi, au juste ? Qu’on la ferme et qu’on se mette à genoux devant le nouveau Mulopwe ? Non. Les congolais ont l’obligation de critiquer, de poser des questions jusqu’à la chute totale du système rwandais. Ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui.
        Tout simplement un autre son de cloche trouvé dans un coin de ma tête.

      2. Avec plaisirs cher Bismark . Merci également pour ces sons de cloches qui ne cessent de vibrer dans les cœurs des patriotes aspirant à un véritable changement sur les terres de nos ancêtres.

  7. @Armand,
    Cher Armand,
    Pourquoi êtes-vous susceptible à ce point dès qu’une question qui pourrait gêner le président de la république est posée ?
    Je vous sens terriblement nerveux au point d’adopter cette fameuse réthorique  » ubuengetiste  » qualifiant toute prise de position contraire à votre doxa de  » haine  ». Il ne reste plus que vous nous qualifiez d’anti-luba, fdlr, hutu, antisémite, etc…Comme le font certains hurluberlus dès qu’on parle de leur sauvagerie.
    Seriez-vous atteint du vertigo ? Savez-vous ce que c’est ?
    Makila ya ekolo egangi ? Calmez-vous, cher frère, personne ne vous dispute votre Félix. Moi, perso, je n’ai pas besoin de lui pour le confort de ma vie et des miens. Vraiment pas besoin de lui. Aussi longtemps que je sentirai qu’il est en train de déboulonner le gang rwandais, j’applaudirai. Devant des doutes, je questionnerai. Et ce n’est pas votre imagination qui va changer ma position. Vous ne pensez tout de même pas qu’on va la fermer parce que Félix a déboulonné ces guignols de Mabunda et Ilukamba et qu’on va tous se mettre à chanter  » djalelo  » pour lui ?
    La question des réserves, par exemple, mérite d’être posée et elle sera posée. Comme beaucoup d’autres. Que vous le vouliez ou non.

    1. Cher Bongos,
      Le questionnement portant réserves de change ne peut-être posé en toute indépendance que par la Cour des Comptes. L’IGF est un service relevant du pouvoir exécutif et donc de la présidence de la République. Ce sont des notions fondamentales des finances publiques et d’économie monétaire.L’audit des réserves de change devient donc une problématique structurelle et non conjoncturelle. C’est en effet pendant les 32 ans de règne de Mobutu et les 18 ans de régime de Kabila que la Banque centrale fonctionne comme un fait privé. Le conseil d’administration de cette Banque est à ce jour dirigé par Albert Yuma en sa qualité du président du comité d’audit. Leur mandat est expiré depuis plus de 5 ans.Pour le reste, je vous demande de deviner la stratégie mise en œuvre avec le gouverneur de cette banque Monsieur Mutombo.
      S’agissant du confort auquel vous faites allusion; je suis un fonctionnaire (enseignant) de nationalité Belge mais d’origine congolaise. J’ai intérêt que la socio-économie congolaise s’améliore afin que l’on vive tranquillement sans constamment financer les familles entières au Congo.C’est cela mon seul intérêt; mon seul désir.

  8. # « Vous êtes tous devenus des kabilistes par haine à l’endroit de Felix Tshisekedi. Vous avez déjà commencé à déchanter . Il eût un temps où vous prédisiez l’échec de Felix Tshisekedi . Maintenant vous cherchez de petites bêtes par votre petitesse d’esprit. » 
    « Vous êtes aveuglé par la haine, la dépression et la démesure. »
    « Il en est de même de l’office de police judiciaire. Ces structures fonctionnent sous les ordres d’un seul chef Felix Tshisekedi . Ces inspecteurs des finances et officiers de police judiciaire n’ont pas heureusement des comptes à rendre aux kabilistes et mobutistes de tous bords. »
    # C’est vous l’auteur de ces lumières et j’en suis confondu qu’une personne de votre niveau en soit réduit à un tel culte de la personnalité.
    Qu’en plus vous n’en preniez pas conscience au point de ne voir en face que des « kabilistes mangés par la haine à l’endroit de Tshisekedi, leur dépression et leur démesure » me l’aise sans voix !

Comments are closed.