Fermeture des frontières aux Congolais en Chine: le député Eliezer Ntambwe adresse une question orale avec débat à Christophe Lutundula

Read Time:2 Minute

Jeudi 13 octobre 2022

Politique

Le député national Eliezer Ntambwe

Le député national Eliezer Ntambwe (au milieu)/Ph. droits tiers

Le député national Ntambwe Mposhi Charmant Eliezer a déposé au bureau de l’Assemblée nationale une question orale avec débat adressée à Christophe Lutundula, vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères. La question de l’élu de Lukunga porte sur les relations diplomatiques entre la RDC et la Chine.

Depuis plus de dix ans, la politique de la Chine en Afrique n’a suivi que deux principaux objectifs stratégiques à savoir prendre pied dans les pays africains et d’y remporter des parts de marché importantes. Ce qui a permis à la Chine d’avoir un accès à long terme aux abondantes ressources naturelles qui s’y trouvent, tout en exploitant les minerais de façon exponentielle, au détriment du développement de ces États africains. Et notre pays, a-t-il rappelé, avait signé un contrat appelé contrat du siècle avec la Chine et, ceci démontre à suffisance une diplomatie agissante et attrayante dans le souci de développer le pays.

« C’est depuis l’avènement de la Covid-19 que la Chine avait fermé ses frontières à tous les pays jusqu’à nos jours, dans le souci de protéger son territoire et sa population contre cette pandémie, quand bien même cette dernière tire ses origines de là. Aujourd’hui, nous assistons à un mouvement des va-et-vient des sujets chinois en RDC malgré les mesures de restrictions qu’ils ont prises chez eux par rapport à leur protection. Et cela non pour les touristes, mais pour des affaires économiques, d’importation et exportation des produits. Pourtant au Congo il y a aussi des opérateurs économiques qui ne dépendent que de la Chine pour leurs activités commerciales qui, aujourd’hui sont mal positionnés économiquement suite à cette mesure de la fermeture de la frontière chinoise », a-t-il dénoncé dans sa question orale dont une copie est parvenue à ACTUALITE.CD mercredi 12 octobre 2022.

Ainsi, il dit s’attendre à des réponses aux réponses suivantes :

• A quel niveau se situe le sens d’un partenariat gagnant-gagnant entre les deux Etats au profit de leur population respective, dans le cas contraire pouvez-vous appliquer le principe de réciprocité face à cette mesure de la Chine interdisant les Congolais de fouler son sol librement, comme cela est le cas pour les sujets chinois qui viennent en RDC ?

• Quelles sont les mesures prises par le gouvernement congolais à travers votre ministère, pour protéger cette injustice infligée aux opérateurs économiques congolais désireux de se rendre en Chine pour les affaires ?

La Chine ne cesse de consolider son influence économique, mais aussi politique en Afrique. Dans cette quête, la RDC fait partie aussi des pays où la Chine a une forte influence surtout dans le secteur minier et forestier. À titre illustratif, l’Ambassade de Chine en RDC a célébré mercredi 12 octobre 2022, les cinquante ans des relations avec la RDC. À cette occasion, les autorités chinoises ont saisi cette occasion pour célébrer les grandes réalisations de cette coopération dans les secteurs des mines, de l’éducation, des infrastructures, de l’agriculture et de la santé. Wang Hailong, chargé d’affaires de l’Ambassade de Chine a invité les deux partenaires à évoluer dans cette relation « gagnant-gagnant ».

Clément MUAMBA/ACTUALITE.CD

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “Fermeture des frontières aux Congolais en Chine: le député Eliezer Ntambwe adresse une question orale avec débat à Christophe Lutundula

  1. Eliezer qui est en campagne élection de façon permanente devrait se renseigner avec de dire n’importe quoi. Depuis l’apparition de la pandémie covid 19, la Chine est restée intraitable concernant l’accès au pays de l’empire du milieu. Même les partenaires occidentaux de la Chine n’ont pas accès dur le territoire de ce pays. Alors tous ces députés qui font de la démagogie pour appâter l’électorat ne méritent aucune considération. D,’ailleurs, il vient de créer un parti manette, on attend son projet de société et son programme de gouvernement.

  2. Le député Tambwe se plaint comme un représentant national de la non-reprocite diplomatique de la Chine et s’adresse à notre ministre des AE. On serait intéressé de connaître la réponse de ce dernier.

  3. Cher Elombe
    Soyez humble pour reconnaitre des merites des autres. Vous semblez etre aigri et pret a attaquer gratuitement. Cette preoccupation pouvait aussi venir aussi de vous, en pensant a vos compatriotes qui dependent de affaires avec la Chine. Au lieu de voir le probleme pointe du doigt par votre compatriote, mais vous preferez fixer votre regard sur le doigt de celui qui pointe le probleme.
    Je vous invite a lire ci-dessous:
    Peut-on aller en chine maintenant ? – Politique d’entrée actuelle de la Chine
    – Non pour le tourisme ; Oui pour le travail/ les affaires/ le regroupement familial/l’étude pour un long séjour(X1
    En raison de la pandémie mondiale de COVID-19, le gouvernement chinois ne délivre pas de nouveaux visas touristiques. Il n’est actuellement pas possible de se rendre en Chine depuis l’étranger pour le tourisme ou les études à un court séjour(X2), mais uniquement pour le travail, les affaires ou le regroupement familial, ou être titulaire d’un visa diplomatique, de service, de courtoisie ou d’un visa de type C.

  4. TOKOMI [AKOMISI BISO] WAPI PEUPLE KONGOLAIS ? HEURESEMENT BANKONKO BALOBA « MOPAYA AKOKI KOSOMBA ZAMBA TE » ! Ce cycliste soi-disant Ndeko Éliezer sans généalogie Bantoue Kongolaise venu du Burundi en passant par Bunagana est un vrai rigolo. Ces motions et questions orales à la con des Députains du Parle et ment d’Occupation RWANDO-OUGANDAISE valent-elles vraiment des émoluments réguliers immérités de 21000$ par mois ? Ces Politichiens COLLABOS et OCCUPANTS sont déprimants et anxiogènes. « Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade » dixit Jiddu Krishnamurti. VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  5. Le contrat du siècle: minerais contre infrastructures. Une escroquerie.
    C’est la Chine qui pille systématiquement les minerais du Congo. Les employés congolais qui travaillent dans les entreprises chinoises sont mal payés, mal nourris, mal logés.. Ils sont traités presque comme des esclaves dans le pays de leurs ancêtres.
    Dans le cadre des infrastructures, combien de kilomètres de routes et de chemin de fer, combien des ponts, des ports, d’aéroports, d’écoles, d’hôpitaux, des logements sociaux, d’universités construits ou réhabilités? Par contre des tonnes et des tonnes des minerais congolais vont en Chine.
    Les riches touristes chinois ne viennent pas au Congo. Ils vont dépenser leurs millions dans les hôtels de luxe en Occident.
    Le pillage de nos minerais par les chinois ne choque même pas le Congolais. Les populations congolaises riveraines des mines vivent comme avant le 20è siècle.
    Dès qu’ils s’agit de critiquer les régimes Mobutu, un régime qui a disparu depuis un quart de siècle, les congolais sortent leurs griffes. Mais le drame qui se déroule sous leurs yeux, ils ne le voient pas.

    1. Il semble qu’un bras de fer (simplement verbal comme d’habitude ?!) est en cours entre la partie Congolaise et chinoise au sujet du fameux ‘contrat du siècle’. Heureusement
      l’IGF d’Alingete vient d’entrer dans la danse mais de l’avis de tous il y’a déficit d’infrastructures, faible niveau de planification, absence d’études de faisabilité comme le relatent deux rapports fin 2021, du ministère des Mines et celui des Infratstuctures. Le troc prévu à hauteur de 9 milliards USD revu à la baisse par la suite cuivre, cobalt contre infrastructures assuré par Sicomines une société sino-congolaise créée à l’occasion n’est pas concluant pour le Congo. Une escroquerie ?! L’IGF aurait récemment décidé de suspendre les exonérations accordées à la Sicomines sur ses importations, celle-ci ne pouvant fournir les preuves et documents répondant à ses obligations vis-à-vis de l’État congolais sur la réalisation de projets d’infrastructures de développement. Pour l’IGF l’État congolais aurait respecté ses engagements tandis que la partie chinoise ne fait qu’user des avantages d’exonération d’impôts, taxes et redevances, accordés dans le cadre du contrat. L’affaire serait en pourparlers mais c’est une bonne nouvelle qu’à travers l’IGf le Congo fasse valoir ses légitimes revendications en espérant que la politique ne viendra pas les étouffer.

Comments are closed.

Previous post Congo-Kin: le tourisme une source potentielle de revenus importants
Next post Le Lieutenant-Général Christian Tshiwewe a pris l’étendard de commandement de l’état-major Fardc