Guerre en Ukraine: Des étudiants Africains victimes de racisme

Read Time:4 Minute

Même en période de guerre, les êtres humains sont loin d’être égaux selon qu’on est blanc ou noir. Les Africains étudiants vivant en Ukraine en ont fait l’amère expérience. Contraints de fuir la guerre, ils ont appris que priorité était donnée aux Ukrainiens non seulement pour prendre place à bord des bus mais aussi pour franchir un poste-frontière. Certains Africains ont dû marcher durant une dizaine d’heures pour atteindre la frontière polonaise. Dans un communiqué daté du lundi 28 février, le président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall et le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat se sont dits « préoccupés ».

Depuis cinq jours, la très puissance armée russe « fait le coup de feu » en Ukraine. Le dirigeant russe, Vladimir Poutine, reproche au chef de l’Etat ukrainien d’avoir franchi la « ligne rouge » en « flirtant » de manière un peu poussé avec le monde occidental. Pour lui, cela équivaudrait à laisser les forces de l’Alliance atlantique camper aux portes de la Russie. Depuis cinq jours, des bâtiments civils et militaires sont indistinctement bombardés par des obus qui pleuvent sur la ville. Selon les statistiques, 500.000 Ukrainiens ont pris le chemin de l’exil.

Cinq jours après le déclenchement de ces hostilités, les Africains en général et les Congolais en particulier paraissaient impassible. L’Ukraine est si loin! En journalisme, on parle de « loi du mort kilométrique ». C’est-à-dire plus un événement est géographiquement proche, plus il est important. Erreur. Les Africains en général et les Congolais en particulier ont fini par se rendre à l’évidence que la guerre qui a lieu dans cette ancienne République de l’ex-URSS est si proche. Comment?

Des étudiants africains ont été aperçus parmi la foule fuyant les bombes notamment à Kiev. Livrés à eux-mêmes, ces étudiants ont tenté de rejoindre la frontière polonaise située à une plusieurs heures de marche. Il leur a été refusé d’embarquer dans le train: priorité est donnée aux Ukrainiens et autres personnes de races blanches. Ceux qui ont pu atteindre la frontière polonaise après une dizaine d’heures de marche ont été surpris de s’entendre dire que priorité, ici aussi, était donnée aux Ukrainiens. C’est à croire que le sang africain était moins rouge que celui des hommes de race blanche.

Etudiants africains en Ukraine

On a signalé des cas d’étudiants subsahariens ayant fait l’objet de mauvais traitements de la part de certains Ukrainiens. Ces étudiants n’ont eu aucun contact avec les autorités diplomatiques de leurs pays respectifs. Il est notoire que les ambassades africaines entretiennent généralement des relations heurtées avec leurs diasporas. L’accueil dans les chancellerie est rarement cordial.

La représentation diplomatique du Kenya à Varsovie a fait exception. Elle a pu joindre des membres de la communauté kenyane. Ceux-ci ont été invités à rejoindre la frontière polonaise où se trouve une structure de prise en charge.

Dans un communiqué, au ton timoré, publié lundi 28 février, Macky Sall et Moussa Faki Mahamat ont dit suivre « de près l’évolution de la situation en Ukraine et sont particulièrement préoccupés par les informations rapportées selon lesquelles les citoyens Africains, se trouvant du côté Ukrainien de la frontière, se verraient refuser le droit de traverser la frontière pour se mettre en sécurité ». Pouvaient-ils faire plus que ce « service minimum »?

« TOUT POUVOIR SANS CONTRÔLE REND FOU »

Après avoir rappelé quelques principes contenus notamment dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, les deux Présidents ont exhorté « tous les pays à respecter le droit international et à faire preuve de la même empathie et du même soutien envers toutes les personnes qui fuient la guerre, nonobstant leur identité raciale ».

Revenons à la guerre en Ukraine. Vladimir Poutine s’est livré, dimanche 27 février, à un jeu qualifié unanimement de dangereux, en annonçant le plus sérieusement du monde la « mise en alerte » de la « force de dissuasion » à composante nucléaire. Le maître du Kremlin estime que c’est la réponse à donner au monde occidental qui a pris fait et cause pour l’Ukraine. « Tout pouvoir sans contrôle rend fou », disait Alain.

Dans cette surenchère d’exhibition de biceps, le président français, Emmanuel Macron, a envoyé, lundi 28 février, un communiqué inhabituel, aux armées françaises. Il a commencé par rappelé « l’attaque illégale, directe et massive, déclenchée contre l’Ukraine (…) est la plus grave et la plus désinhibée des manifestations de puissance du régime russe depuis la fin de l’URSS ». Et de poursuivre: « La France sait pouvoir compter une nouvelle fois sur ses armées. Je vais pouvoir compter sur vous pour faire preuve (…) d’une grande vigilance et de la retenue nécessaire lors des possibles interférences ».

Les « mauvais traitements » infligés aux Africains en Ukraine, devraient interpeler les dirigeants africains sur la nécessité d’investir dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement dispensé dans nos universités et instituts supérieurs. C’est le motif principal de l’expatriation des étudiants et chercheurs africains.


B.A.W.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

15 thoughts on “Guerre en Ukraine: Des étudiants Africains victimes de racisme

  1. Cher B.A.W
    Améliorer la qualité de l’enseignement dispensé dans nos universités et instituts supérieurs garantirait la formation d’une vraie élite susceptible de développer une conscience politique critique. Ce qui nuirait grandement à la libre jouissance de certains idiots qu’on appelle  » Président  » en Afrique. Ces crétins le savent. Ils tiennent à bouffer dans le calme. Ainsi, leur but est tout le contraire. C’est à nos jeunesses africaines de comprendre cette évidence, de se révolter et de lutter contre ce génocide de l’esprit.
    Quant à la guerre du Camarade Vladimir Poutine contre son cousin le camarade Volodymyr Zelensky, on ne peut tirer qu’un seul enseignement : l’évidente inutilité, la totale vacuité, la honteuse impuissance de ce machin appellé ONU. C’est ce qui donne ce grand gala des hypocrisies et des gesticulations auquel nous assistons depuis quelques jours…
    Je rappelle que cela fait plus de deux décennies que le Congo est agressé par certains de ses voisins avec son lot de MILLIONS de morts sans que cette véritable tragédie n’émeuve personne.

    1. Je me joins à votre commentaire, et s’agissant de la RDC et des multiples invasions dont elle a été victime, on n’a jamais vu le SG de l’ONU s’en préoccuper autant. Depuis 20 ans, Kagame et Museveni entrent et sortent en RDC « neti na sima ya ndako », càd comme ils veulent, quand ils veulent, et y massacrent sauvagement des civils congolais au nez et à la barbe de la Monusco dans l’indifférence totale des autorités onusiennes. Pas de compassion, pas d’émotion.
      Mais après l’invasion de l’Ukraine, on a vu un autre homme: un Antonio Gutteres (SG del’ONU) ému, presque en larmes, intimant l’odre à Poutine de retirer immédiatement ses troupes, etc.

  2. On assiste à un conflit entre la Russie et l’Otan avec comme terrain d’action l’Ukraine. Les pauvres étudiants africains n’en sont que des victimes collatérales. J’ai même suivi les infos sur Rtl Tvi de 19H au sujet de la discrimination dont sont victimes les étudiants africains, malgré les images circulant sur les réseaux sociaux, ce journaliste de Rtl tvi a l’air de minimiser les faits, utilisant le conditionnel, montrant même une interview du porte parole d’Amnesty international Belgique prétendant n’être pas au courant d’assertion de discrimination. Sommes nous en face d’une solidarité blanche occidentale ou les nôtres exagèrent ils dans la perception des faits ? Au delà de la violation des principes élémentaires de droit, nous assistons à un déchainement de la communication de chaque camp au gré des intérêts bien compris.

  3. Pendant ce temps a Kinshasa meme, certains Congolais (corrompus par l’ambassade de la Russie) manifestaient au weekend leur soutien au neo-hitleriste Vladimir Putin, et non pas en solidarite avec leurs freres et soeurs errant en Ukraine et a la frontirere de la Pologne. Des compatriotes dont ne se soucient nullement le jouisseur jouffu Tshilombo Tshilejelu, ni son 1er-ministre Sama et ses pretendus-warriors faineants. Il n y a pas du fric a se faire la-bas !
    Alors comment voulez-vous que les blancs respectent les Africains plus que les (dirigeants) Africains?

    1. @jacquenry
      l’honnêteté intellectuelle me pousse à réagir, il est inexact de dire que le gouvernement qui se nomme des warriors ne fait rien. J’ai suivi le ministre des affaires étrangères Lutundula donnant des instructions à notre ambassade en Pologne de prendre langue avec les autorités polonaises au sujet des étudiants congolais en formation en Ukraine. L’ambassadeur polonais en RDC a même été convoqué par le ministre à cet effet. Je ne suis pas un soutien de ce régime mais je dois rester droit dans mes bottes. Le font ils lentement, bien ou pas bien ? Nous les jugerons à leurs actions. Quant à la guerre proprement dite, je préfère botter en touche, il y a sûrement beaucoup d’enjeux géostratégiques qui nous échappe. Ne dit-on pas que la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. L’idéal serait d’atterrir par une voie diplomatique. Chose que j’espère viendra le plus rapidement pour que le monde puisse penser à autre chose.

      1. @Lidjo
        Pour votre information, l’ambassade de la RDC à Varsovie n’a même pas les moyens de louer un bus pour aller chercher les congolais à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne. Ce sont des congolais, étudiants ou vivant en Pologne qui se sont organisés pour aider leurs compatriotes. BRAVO et MERCI à eux !
        Pendant ce temps, des princes du Royaume Tshilejelu se la coulent douce à Dubai avec l’argent volé au peuple grâce au RAM et aux faux mpiodi de Namibie.

    2. Pour votre information, la majorité des pays africains soutiennent Poutine, même sans vraiment l’afficher, question de ne pas se faire indexer. La Russie n’a pas l’argent pour corrompre tous les africains, tous les arabes,…Ce n’est pas tant l’amour de Poutine que l’injustice occidentale dont la Russie est victime, qui justifie toute cette solidarité des pays du Tiers-Monde ( eux-mêmes victimes de l’injustice occidentale).
      Mais je suis d’accord avec vous en ce qui concerne l’indifférence de Dr. Tshilombo et de son 1er Warrior Sama. Ils devraient organiser l’évacuation de nos compatriotes, et c’est possible. Mais l’amour de l’argent lesen empêche.

  4. Qu’attendez-vous des Dirigeants « Africains » dirigés, serpillères des Occidentaux qui choisissent chacun sa couleur de sa laisse au coup et jappent, lapent les postérieurs de leurs Maîtres Impérialistes Mondialistes ? Pourront-ils (Larbins Dictateurs militairement élus) remettre en question la Doxa états-unienne qui consiste à se ranger du côté de l’Occident (pute OTAN) contre la Fédération de la Russie en diabolisant POUTINE qui est un AGRESSÉ qui n’agresse pas mais se défend pour récupérer toutes les provinces jadis dans le de l’ex-URSS (ex- PACTE DE VARSOVIE) ? Les Africains Subsahariens sont des éternels esclaves même dans un État en GUERRE, or l’Article1 de la Déclaration Universelle des droits de l’homme stipule théoriquement que «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité»💔… RÉVEILLONS-NOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  5. @ J’ai eu deux jeunes de ma famille qui étaient partis étudier en Ukraine, l’un est rentré au pays, l’autre est aujourd’hui en Belgique mais c’est seulement bien tard que j’ai compris que l’Ukraine avait accueilli un certain nombre de jeunes Congolais. Apparemment Il y’a eu une première vague d’étudiants après l’indépendance où l’ancienne URSS et ses pays satellites avaient accueilli des étudiants africains – à la Clinique Kinoise (Danoise) j’ai connu un chirurgien qui avait étudié à Kiev – ; puis est venue une seconde vague où des étudiants africains sont partis dans les pays de l’Est dont l’Ukraine. Combien de Congolais y sont restés ou y étudiaient encore ? Des actes racistes envers les Africains en Ukraine et en Pologne ? Malheureusement dans des situations extrêmes comme la guerre en Ukraine des sentiments pareils sont souvent exacérbés comme pour privilégier ses frères directs.
    @ Il faut bien sûr s’enquérir de la réalité précise mais il reste aux États africains de protéger leurs citoyens via des consignes diplomatiques fermes, faire plus que manifester leur préoccupation. Que font-ils dans le cas d’espèces ? Quelle que soit l’outrecuidance de Poutine et des Congolais qui l’applaudissent, la guerre Russie -Ukraine n’est pas vraiment la nôtre, c’est celle entre frères et surtout celle des grandes puissances, Usa, Russie, Ue. La sagesse diplomatique malgré notre passé serait que les États africains même ceux qui ont eu un moment des accointances pour l’un ou l’autre camp, ne prennent position pour personne. Le feront-ils ?

  6. PS
    Ironie de l’histoire, la guerre entre Russie et Ukraine a lieu au moment où les Russes sont en train de bousculer le monde ancien des relations diplomatiques des Africains : en Centrafrique puis au Mali, les milices russes Wagner disputent l’ancien monopole de la France. Encore une fois, selon moi, cette guerre n’est pas la nôtre, les Africains commettraient une erreur géostratégique de se placer derrière la Russie, le multilatéralisme vaudra encore demain? Devenons tous ‘non-alignés’, c’est mieux à notre place.

  7. L’AFRIQUE LA MAL-AIMÉE PLEURNICHARDE ! Notre tort à nous, Africains, est d’avoir oublié que l’ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprends jamais. Il capitule mais ne se convertit jamais. Notre tort est d’avoir cru que l’ennemi avait perdu de sa combativité et de sa nocivité » dixit Frantz Fanon. Pourtant l’AFRIQUE Ancestrale est le GRAND CONTINENT resté en place après l’émiettement, le fracas en Mini-Continents (Genèse ou Cosmogonie 11 : 7-8) et est le BERCEAU de l’HUMANITÉ et de la CIVILISATION (Cosmogonie ou Genèse 2 : 7 Bible Abbé Fillion),… Étant Lumumbistes Mulelistes Panafricanistes Altermondialistes, nous (Combattant Résistant de l’Ombre) pensons humblement que la coopération bilatérale (donnant-donnant) avec la RUSSIE de POUTINE est une alternative sérieuse à l’OCCIDENT Esclavagiste, Néocolonialiste et Mercantile dont les multinationales pillent l’AFRIQUE depuis 60 ans via leurs proxys Dictateurs Africains militairement élus… LE ZAÏRE ET LES ZAÏROIS ÉTAIENT RESPECTÉS SOUS LE MARÉCHAL MOBUTU ! Sous alias Kabila (Imposteur Rwandais) et son poulain Tshilombo-Pétain nommé président protocolaire, les Cons-Golais sont traités partout comme des moins que rien, le dédain contre eux est tellement devenu normal que les pauvres RDCiens vivant dans un pays Sous-Occupation et dans la Diaspora s’en accommodent année après année jusqu’à ce ce fait social devienne total et global😭… LE NÉOCOLONIALISME NÉ EN 1960 ET DESTRUCTION DU SYSTÈME D’ÉDUCATION AFRICAIN ! L’AFRIQUE est le seul continent au Monde où la Jeunesse à cause de la misère, du chômage, des guerres fomentées par l’Occident, veut à tout prix s’exiler [par pirogue, par le désert, par la mer, par avion etc à leurs risques et périls pour des raisons multiples ] vers l’Eldorado (Occident), pourtant l’AFRIQUE a une population très jeune (41% en moins de 15 ans), 62% de sa population a moins de 25 ans, cet avantage ultra capital [par rapport au JAPON ou à la CHINE dont la population est vieillissante] d’une main d’œuvre fraîche, jeune est méconnu par nos DIRIGEANTS DIRIGÉS CORROMPUS MÉDIOCRES TRAÎTRES, imaginons si ladite main d’œuvre est qualifiée et opérationnelle, le développement économique qui s’ensuivra sera boosté de façon spectaculaire mais les faux Présidents Dictateurs Africains militairement élus LARBINS des Impérialistes sont devenus des Agents doubles du NÉOCOLONIALISME né après les indépendances factices de 1960, aucune Université Africaine n’est classée dans le top 100 mondial, la 1 ère Université Africaine à apparaître dans ce classement est l’Université du Cap, logée à la 109e place, en Afrique Centrale, hors Maghreb seule l’Université de Yaoundé est classée dans le Top 10 Continental c’est peu voire insignifiant, quid de l’Unikin (ex-Lovanium) jadis la meilleure en Afrique ? .. « Le grand succès des ennemis de l’Afrique, c’est d’avoir corrompu les Africains eux-mêmes » dixit Frantz Fanon… RÉVEILLONS-NOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  8. @ Jo Bongos
    J’applaudis des deux mains l’action des congolais vivant en Pologne. Parmi les gens ayant agi, il y a mon jeune frère vivant en Pologne depuis une vingtaine d’années, ayant bénéficié à l’époque d’une bourse du gouvernement polonais, marié à une polonaise, dentiste de profession à Cracovie. Ils ont appliqué à la lettre la citation de John Fitzgerald Kennedy disant « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays » Je leur tire mon chapeau.

  9. @ Encore sur cette guerre de la Russie en Ukraine, qu’est-ce donc ?
    Au-delà pour un Congolais qui peut la comparer à l’agression que son pays subit depuis un quart de siècle et des considérations géostratégiques qui nous dépassent et dont notre État devrait se préserver par une réserve très prudente parce que cette guerre n’est pas vraiment la nôtre , il faut dire clairement qu’en Ukraine on est en face d’un maître du Kremlin autocrate dans son pays qui veut reconstituer son empire perdu en lorgnant et agressant son voisin plus faible. Il le justifie certes par le fait que l’Ukraine jadis État de l’empire soviétique aurait choisi de devenir plus européenne et ainsi représente une menace (l’Otan) à ses portes. Il n’a cure que celle-ci choisisse de se déterminer par elle-même, libre, indépendante et souveraine.
    @ Dans tous les cas, il se pose ici une question éthique mais aussi stratégique à l’Homme du XXIème siècle mais à poser en primeur autant à Poutine qu’à Biden (le patron moral de l’Otan) : que gagne notre planète d’une confrontation permanente au bord de la guerre (froide ou aiguë) ??? A la limite foin de la morale même stratégiquement une planète débarrassée de l’épouvantail de la guerre, des guerres anciennes que tout le monde veut oublier ne serait-elle pas plus vivable, si chaque pays ou groupe de pays indépendant ne pourrait pas mieux développer ses capacités pour l’intérêt de ses citoyens dans la paix et un minimum d’harmonie avec les autres Êtas ? En ce sens, Biden n’est pas plus angélique que Poutine : ils communient tous au même esprit hypocrite, offensif et dangereux de compétition et de puissance. Qui pour les en dissuader, qui pour les convaincre que la planète gagnerait avec un multilatéralisme de bon aloi où les puissants regarderaient aussi vers les plus faibles ? Un pacifisme qui laisserait chaque peuple se déterminer ne serait pas le propre de l’homme, me dira-t-on, ‘homo homini lupus’, et pourtant. Légitime défense oui, agression égotique non !
    @ La Russie aurait raison de bombarder l’Ukraine ayant à sa tête des dirigeants ‘drogués et nazis’ qui s’approcheraient trop de l’Otan ennemie. Vladimirorvitch, ancien du KGB soviétique a une ambition chevillée au cœur : reconstruire le passé dominant de son Urss mais qu’il le veuille ou non, il trouve ou trouvera en face de lui des ennemis ou des rivaux qui veulent l’en dissuader, comme des peuples voisins qui se veulent indépendants, libres de choisir leur chemin. Le vieil empire c’est du passé et après tout l’Ukraine a-t-elle l’intention et les moyens de menacer la Russie sa voisine, elle veut juste vivre indépendante occupée à son devenir en bon voisinage avec une voisine non agressive.
    @ Enfin pour revenir à nos terres, faisons une fois de plus le sage constat que les Africains n’ont rien à faire dans cette guerre des puissants et des frères, ils n’ont pas à prendre position pour un camp ou un autre ; cherchons juste à protéger les nôtres qui sont coincés dans ce bourbier. Nous n’avons pas le potentiel d’influer Poutine et encore moins de parler à son peuple qui doit pour le moment crouler sous la propagande de son Commandant en Chef. A bon entendeur…

  10. @ esJ’ai oublié de signaler dans mon post précédent l’avis légitime et respectable de beaucoup de Congolais et d’Africains qui selon moi dans un mélange d’enjeux privilégient de défendre Poutine qui a le mérite « d’ouvrir les yeux du monde sur la lâcheté, la félonie et la cruauté de l’Occident qui hier grandeur insolente d’un Occident dominant, aujourd’hui révélation de la décadence d’un empire dégénéré, en proie à ses propres démons qui tremble devant la revanche possible de tous ces peuples qu’il a opprimés, brimés, trucidés, écrasés, insultés, trainés plus bas que terre. » Voudrait-on faire payer aux Ukrainiens le prix de notre juste condamnation de l’Occident arrogant et colonialiste qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Un mélange d’enjeux dans la mesure où c’est Poutine qui s’est donné tous les droits sur des États qui ont choisi selon les principes et les lois de devenir indépendants de l’ancien empire soviétique. Rappelons le : de période tsariste jusqu’à la soviétique le monde s’est fait à coup d’oukases d’en haut. Aujourd’hui les Ukrainiens veulent choisir leur chemin, Otan ou pas. Je disais dessus que la prétendue menace de l’Otan à ses portes il ne l’écartera par la mise au pas violente de l’Ukraine ; en ce XXIeme siècle sa liberté, son indépendance et sa souveraineté risquent d’être un combat qui perdura jusqu’à leur obtention. Le droit légal d’un peuple est d’abord humain.
    @ En définitive nous serons coupables d’accepter les malheurs des Ukrainiens pour punir l’Occident longtemps dominateur, faisons donc utilement nos choix pour garantir l’indépendance des pays baltes, de l’Ukraine, de la Géorgie… , Ils n’appartiennent pas au Maître russe Poutine. Il n’a pas à régler son conflit avec l’Otan sur le dos de l’Ukraine. C’est cela l’Histoire d’aujourd’hui, non pas tant parce que l’histoire est finie comme disait l’autre mais le rideau de fer est tombé depuis maintenant 32 ans, ce n’est pas rien

  11. LU POUR VOUS ! « VOICI LA LETTRE DE POUTINE AUX CITOYENS DU MONDE POUR EXPLIQUER LA SITUATION »
    Chers citoyens du monde, je vous salue.
    L’actualité internationale est riche d’événements depuis le mois d’Octobre dernier. Vous avez certainement lu, entendu, un certain nombre de choses, parfois vraies, parfois totalement galvaudées. Je comprends que l’offensive que mon pays mène actuellement sur l’Ukraine donne lieu à plusieurs interprétations. Mais je m’en vais vous éclaircir, tant soit peu, non seulement sur les motivations qui sont les miennes, mais sur la conduite des affaires du monde en général. Je serai bref, concis, donc soyez concentrés.
    J’arrive au pouvoir dans un pays exsangue, abattu par l’humiliante défaite subie face à l’Occident, qui a non seulement réussi à disloquer l’empire qui existait depuis plus d’un demi-siècle, mais en plus, à intégrer les Républiques sœurs dans son camp. L’économie est par terre, les populations peinent à nouer les deux bouts, plus personne ne respecte les Russes, dont le Président est un alcoolique reconnu. La Fédération de Russie, en ce début de 21ème Siècle, est la pire manifestation de ce qu’est un non Etat.
    Dès le départ, face au constat de la faiblesse militaire et économique de mon pays, je comprends la nécessité d’œuvrer en bonne harmonie avec les vainqueurs. Je demande donc l’adhésion de mon pays à la grande organisation militaire réunissant les pays d’Europe et d’Amérique, convaincu que dans la coopération et l’entente, nous pourrions ensemble créer un monde plus sûr et sans hégémonie nocive. Mais George Bush, Président des USA, me répond par la négative. La raison est très simple : son pays ne veut pas d’une alliance avec un autre pays qui pourrait à terme le concurrencer militairement.
    Je comprends alors que le passé ne s’effacera pas aussi facilement que je le pensais, bien naïvement. Surtout, je constate, au fil des années, que l’Occident, avec à sa tête les USA, n’a pas l’intention de laisser le monde se conduire librement, contrairement aux promesses d’un monde libre et civilisé qu’il brandit pour les besoins de sa cause.
    En réalité, derrière cette façade démocratique, se cache la volonté tacite d’imposer un système de valeurs, son système de valeurs, au reste de la planète, sans distinction de civilisation, d’histoire, de culture… Je comprends que l’Occident essaie simplement de combattre la dictature des autres (celle qui ne lui sied pas) par sa dictature à lui.
    Ces constats me poussent à réagir en conséquence, car si rien n’est fait, la grande civilisation qui est celle de ma Russie, sera dissoute, reléguée dans les tiroirs de l’histoire, d’où on ne la sortira que pour enseigner aux enfants quelque chose dont ils n’auront jamais besoin dans la vie. Je décide donc de redonner aux Russes le sentiment de fierté nationale qui doit être à la base de tout projet d’émancipation, et qui manque cruellement aux pays d’Afrique notamment. Les Russes doivent de nouveau se sentir fiers d’appartenir au plus grand pays du monde !
    Pour cela, renforcer les capacités militaires est indispensable, car même si nous avons hérité de l’arme nucléaire après la dislocation de l’URSS en tant que principale République, nos compétences militaires ont subi un grand coup avec la crise économique et sociale qui a failli décimer le pays. Le chantier militaire étant terminé, je me lance sur la voie de la reconstruction de l’économie, pour la rendre stable et forte. Fini les Sovkhozes, les Kolkhozes, et autres initiatives dépassées de l’époque soviétique ! Désormais, la Russie adopte l’économie de marché, elle doit vivre avec son temps, sans pour autant se faire avaler.
    Sur le plan de la stratégie, bien que mon pays soit finalement entouré de potentiels ennemis, je garde une certaine sérénité quant à sa sécurité. Toutefois, je n’hésite pas à dénoncer publiquement la volonté hégémonique mondiale des USA qui, très souvent, et au mépris du droit international que beaucoup évoquent, agissent d’une manière qui ne permet pas d’entrevoir un avenir mondial apaisé.
    Pourquoi sont-ils allés guerroyer en Irak, à des milliers de kilomètres de chez eux ?
    Pourquoi ont-ils décidé unilatéralement, et malgré les réticences des autres partenaires, dans le cadre de l’OTAN, de défenestrer le régime Libyen, pourtant stable et important pour la stabilité de l’Afrique du Nord et du Sahel ?
    Pourquoi avaient-ils besoin de diviser le Soudan ?
    Quelle était la nécessité de précipiter la chute du régime syrien et de détruire ouvertement un pays qui n’avait rien demandé ?
    En moins de 20 ans, les Américains et leurs suiveurs Européens ont été la cause de tellement de morts, que l’on est logiquement en droit de se demander – sauf si l’on refuse clairement de réfléchir – si la démocratie et les valeurs tant vantées devraient s’exporter dans de tels bains de sang.
    Ah ! Soljenitsyne, où es-tu ? A l’Archipel du Goulag, tu aurais pu opposer L’ensauvagement civilisé du monde libre ! Je gage que notre pays n’aurait pas perdu au change.
    Dans ce nouveau monde de sauvages civilisés, ma Russie, disposant de capacités militaires au point, n’a-t-elle pas son mot à dire ? Il est étonnant de constater les discours anti Russes et anti Chinois des ex puissances coloniales en Afrique, lorsque leurs anciennes colonies, devenues indépendantes, souhaitent coopérer, suivant les dispositions du Droit international qu’on oppose uniquement à ma Russie, avec cette dernière ou avec la Chine. Le rejet par l’Union Européenne du projet Chinois des nouvelles routes de la soie, devant traverser quelques pays d’Europe, est significatif de cette attitude complexe vis-à-vis de l’autre. Si l’Europe coloniale considère certaines régions comme des zones d’influence dans lesquelles les autres ne devraient pas s’insérer, pourquoi m’interdirait-on de faire pareil dans mon étranger proche ?
    En 2008, face à la soudaine velléité expansionniste d’un insignifiant dirigeant d’une ex république vassale, ma Russie devait-elle rester muette et prendre sur elle ?
    Face à la défenestration programmée du régime Syrien par les USA et leur éternel allié Israélien, mon pays ne se devait-il pas d’intervenir ? Si pour la Libye, nous n’avons pas été assez réactifs, pour la Syrie nous avons décidé d’agir. Qui pourrait nous le reprocher ?
    Face au désordre organisé en Ukraine par les Ukrainiens eux-mêmes, incapables de s’entendre sur la ligne à donner à leur pays, divisés entre Europhiles et Russophiles, ma Russie ne se devait-elle pas d’intervenir pour tenter de mettre fin au conflit, d’autant plus que l’armée régulière avait décidé de prendre les populations Russophiles pour cible, laissant ainsi planer le risque d’un génocide ?
    Mais l’heure n’est pas aux jérémiades, car de l’autre côté du mur, la haine est tenace, et les vieux démons s’activent. En effet, le vieux Biden, qui par ailleurs m’a traité de tous les noms d’oiseaux, a décidé de créer un désordre artificiel sur le vieux continent. Alors que depuis 2015, régnait une relative accalmie en Ukraine, dans le conflit idéologique et militaire opposant l’Est à l’Ouest, ce monsieur s’est proposé de rajouter une couche en exhortant le dirigeant Ukrainien, un célèbre humoriste paraît-il, à se positionner vis-à-vis de ma grande Russie comme le petit Nicolas Sarkozy et ses petits copains le firent avec l’insignifiant dirigeant Géorgien. On dirait que les leçons de l’histoire ne sont pas apprises, car quiconque provoque ma Russie, subit l’ire de mes missiles.
    Malgré la tenue de plusieurs rounds de négociations, rien n’y fit. Les Américains, dont la haine vis-à-vis de ma Russie n’a jamais faibli malgré la fin de la guerre froide et l’hégémonie incontestable – bien que logiquement contestée – qu’ils ont acquise sur le monde, ont décidé de ne pas écouter nos revendications légitimes et de procéder au forceps, la nouvelle provocation étant d’appuyer la demande de l’Ukraine d’intégrer l’OTAN, au nom du Droit international à géométrie variable. De ce fait, ils acceptent sans failles l’idée de positionner leur arsenal militaire à la frontière Ouest de mon pays, chose qui en 1962 à Cuba, en sens inverse, avait fait craindre une guerre nucléaire au monde, tant les Américains avaient clamé leur refus de voir l’arsenal militaire soviétique à sa frontière. Le droit international américanisé n’existait pas pour Cuba, en ces temps-là !
    Pour pallier ce problème, j’ai proposé une solution toute simple, à laquelle on a déjà eu recours lors de la Guerre froide : la constitution de l’Ukraine comme Etat neutre, sur le modèle de la Finlande à l’époque. Ce qui est resté dans l’histoire comme la Finlandisation est à mon sens, une voie de sortie d’une logique implacable, au regard de l’incompréhension structurelle entre les Américains et nous.
    Malheureusement, l’humoriste, qui se croit certainement sur un plateau de tournage, confondant réalité et fiction, se laisse entourlouper par les promesses fictives de soutien occidentales. Ses amis et lui refusent de comprendre le grand enjeu qui est celui de la protection de mon pays, non seulement d’un point de vue militaire, mais aussi d’un point de vue civilisationnel. Un rapide coup d’œil sur la carte géographique de l’Est de l’Europe permet de comprendre ma position : sur tout le flanc Ouest, je suis cerné de pays battant pavillon de l’OTAN, et ayant, de ce fait, adopté le mode d’organisation politico-sociétal proposé par l’Occident. Je ne suis pas bête, j’ai lu « Le long télégramme » de George Kennan, je connais bien la théorie de l’endiguement qu’il proposait déjà en 1946, et son pendant, la théorie des dominos, qui allaient devenir – et qui le sont toujours – les deux grands axes de la politique étrangère Américaine.
    Suivant cette logique, l’idée occidentale est très clairement d’entourer ma Russie d’armes et d’organisations sociétales aux normes voulues par nos ennemis, afin que tôt ou tard, disparaisse notre pays, soit par la voie militaire, soit par la voie douce. Un grand remplacement du peuple et de la civilisation Russes est donc à craindre !
    C’est face à tout ceci, buté à la mauvaise foi de ceux qui veulent faire disparaître notre identité, annihiler la nation d’Oleg le Sage, la descendance de Vladimir le grand, ignorer l’apport d’Anne de Kiev, réfuter l’héritage de Vladimir Illitch, que j’ai décidé, en toute conscience des risques que cela représente, d’agir et non de subir. Peuples du monde entier, comprenez ma position, elle est très simple, et je pense que si chacun de vous réussit à faire la projection dans le contexte de son propre pays, vous comprendrez qu’il n’y avait pas d’autre alternative, dans les mêmes conditions de dialogue de sourds, que ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. C’est ça ou prendre le risque d’avoir tout près de moi une coalition armée étrangère ouvertement hostile à mon peuple, à son histoire, à sa civilisation, dans le pays qui est et restera le berceau de la Russie, et qui a bénéficié du meilleur en termes de coopération militaire du temps de l’URSS. Pour la survie de ma Russie, je ne peux pas me permettre d’avoir un aussi grand territoire totalement acquis à la cause occidentale, à partir duquel toute sorte d’attaque pourrait survenir à n’importe quel moment.
    Nonobstant cette impérieuse question sécuritaire, je n’ai pas l’intention d’occuper l’Ukraine. C’est un trop vaste territoire, avec une population ouvertement et majoritairement pro Occident, il nous reviendrait trop cher en temps, énergie et argent, de nous lancer dans une aventure colonisatrice. Je souhaite que des pourparlers soient menés avec des dirigeants Ukrainiens conscients de l’importance géopolitique de ce pays, et du rôle qui est le sien dans la configuration actuelle de la stabilité et de la sécurité en Europe, et non avec des pseudo dirigeants acculturés, sans stratégie politique autre que d’être à la solde des Américains. Dans l’intérêt de ma Russie, et des populations Ukrainiennes, il est important qu’un dialogue franc et sincère se tienne dans les plus brefs délais, avec, je le répète, un gouvernement Ukrainien responsable ! Dans le cas contraire, l’autre solution serait alors la partition de l’Ukraine, et la reconnaissance internationale des républiques du Donbass qui elles sont peuplées d’Ukrainiens préférant l’attachement aux valeurs de la grande Russie à l’assimilation occidentale.
    Dans cette guerre idéologique, chers peuples du monde, vous devez comprendre que si les USA sont prêts à tout pour s’imposer partout, ma Russie est prête à tout pour refuser l’assimilation, l’importation d’un danger civilisationnel majeur dans son étranger proche. Ce sera donc malheureusement, suivant la doctrine Américaine de l’ensauvagement du monde civilisé, à qui aura les meilleures armes et la meilleure stratégie globale, si la raison, outre Atlantique, ne l’emporte pas sur les émotions.
    La balle est dans leur camp. Aux Américains de donner à notre monde une chance pour la paix.
    Vladimir Vladimirovitch Poutine
    Source: Agora24 Agency

Comments are closed.

Previous post Le 10ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba s’est finalement tenu à Kinshasa 
Next post RDC: suite aux clauses de confidentialité signées avec Gertler, le gouvernement publiera les détails du protocole d’accord, mais pas maintenant