Journalisme: L’agressivité ne paie pas

Read Time:3 Minute

Le dimanche 24 avril prochain, les Français iront, à nouveau, aux urnes pour départager les deux candidats restés en lice lors du premier tour de l’élection présidentielle. A savoir, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Un étudiant de la Sorbonne a eu ces mots un peu excessifs: « C’est le choix entre la peste et le choléra ». Il y a, en tous cas, une ambiance générale de rejet.

Président sortant, Emmanuel Macron doit commencer par défendre son bilan (2017-2022) avant d’aborder le « nouveau rêve » qu’il entend proposer à ses concitoyens. Bien que jeune, beau et intelligent, Macron est plutôt mal aimé. Il est perçu comme un homme distant. Arrogant. « Il n’a pas réalisé ses promesses », dit-on ici et là. Il reste que l’environnement international troublé semble plaider en sa faveur. Au motif qu’il incarne l’expérience.

Président du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen, elle, doit défendre un « projet ». Mal aimée du fait de la radicalité de son discours, la fille de Jean-Marie Le Pen se présente désormais en « Femme d’Etat », lit-on sur ses affiches. Son discours est de plus en plus « modéré ». Une modération perçue par ses contempteurs comme une « ruse de guerre ». Elle clame sa volonté de « changer le système ». Des segments de la population lui reproche sa « proximité » avec Vladimir Poutine.

Mercredi 20 avril, les Français vont suivre le débat Macron-Le Pen. Un rendez d’une importance majeure pour chaque candidat. C’est généralement lors de ce « combat singulier » qu’un postulant prend l’avantage sur l’autre. Une petite phrase suffit à faire la différence. En 1974, Valery Giscard d’Estaing avait « terrassé » François Mitterrand avec sa fameuse phrase « Vous n’avez pas le monopole du cœur! ». Ce dernier prendra sa revanche en mai 1981 en disant à Giscard: « Vous êtes l’homme du passif ». Qui oubliera le « Moi, Président »… de François Hollande face à un Nicolas Sarkozy « groggy »? Les journalistes chargés d’arbitrer cette joute sont triés sur le volet. C’est le sujet de cet édito.

Présentateur du « 20 heures » de la télévision commerciale TF1, Gilles Bouleau, réputé pour sa courtoisie et sa pertinence, est plébiscité dans les deux camps. Quid de la télévision publique? Présentatrice du JT de 20 heures de la télévision publique France2, Anne-Sophie Lapix, a été « éconduite » tant par le « clan » Le Pen que celui de Macron. C’est la Franco-Libanaise Léa Salamé qui a « raflé la mise ». Elle présente actuellement « Elysée 2022 » sur France2.

Anne-Sophie Lapix, présentatrice du JT de 20 heures sur France 2

Que reproche-t-on à Anne-Sophie Lapix? Les « macroniens » arborent un silence assourdissant. « Elle n’arrive pas à dissimuler son hostilité vis-à-vis de Marine Le Pen à chaque fois qu’elle la reçoit », tempête Jordan Bardella, le numéro 2 du Rassemblement National.

Le cas Anne-Sophie Lapix mérite de faire l’objet d’un débat dans les écoles de journalisme.

Il est reproché à l’interviewer « Anne-Sophie » de manifester son antipathie à l’égard de l’interviewé. Cette antipathie s’illustre sous la forme d’une agressivité. C’est bien connu que certains journalistes aiment se montrer impertinents au point de déconsidérer la personne en face. L’impertinence finit par prendre une tournure d’un « affrontement ».

Fondateur du quotidien français « Le Monde », Hubert Beuve-Méry a eu ces mots: « Il faut laisser le journal à l’abri de tout militantisme, ce qui n’exclut pas l’engagement au moment voulu ».

Fait de chair et de sang, le journaliste est avant tout un être humain qui a des convictions. En tant qu’être humain, le journaliste résiste succombe le plus souvent à la tentation de dire ce qu’il ressent en lieu et place de dire ce qui est. Dans certaines interviews, on entend plus le journaliste que l’invité.

Ouvrons la parenthèse. Dans un cadre zaïro-congolais, le maréchal Mobutu récusait souvent la présence de la journaliste Colette Braeckman du quotidien bruxellois « Le Soir » à ses conférences de presse. C’est fut spécialement le cas lors de l’allocution présidentielle du 24 avril 1990 annonçant la restauration du pluralisme politique. La dame passait, plus à raison qu’à tort, pour une « anti-mobutiste primaire ». Pour l’histoire, Braeckman a été le premier journaliste à parler du fameux « massacre des étudiants de l’université de Lubumbashi ». Un « massacre » énigmatique. Sans cadavres. Fermons la parenthèse.

Le journaliste en général et l’interviewer en particulier doit être incisif sans s’ériger en « procureur ». Le journaliste doit privilégier l’intérêt général en lieu et place des intérêts particuliers.

Que conclure? L’agressivité ne paie pas! Rapporter les faits et les opinions – pour faire triompher la vérité – est et reste la première mission du journaliste. La courtoisie et la fermeté ne constituent nullement un signe de faiblesse. Bien au contraire.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “Journalisme: L’agressivité ne paie pas

  1. Question candide : peut-on rester totalement neutre,  » journaliste  », en face d’un danger évident qui menace son pays ?
    Le journaliste est-il, avant tout, journaliste et citoyen ou citoyen avant tout et journaliste ?
    Nayebi te. Na tuni kaka.

  2. Je vois que nous sommes nombreux à avoir remarqué le comportement de Mme Lapix de France 2 si bien qu’à titre personnel, je ne suis désormais pour les infos sur les chaines françaises que Tf1 avec Gilles Bouleau. Moi qui à l’époque était un habitué de David Pujadas. Soit ! Je reconnais néanmoins que le(la) journaliste vit en société et qu’il(elle)en reçoit diverses influences. Dans le contexte congolais, des journalistes excessifs, il y en a beaucoup. Avec cela, la faiblesse de l’organe de régulation des médias et l’Unpc.

  3. L’ACCESSOIRE SUIT LE PRINCIPAL ! Le journalisme d’aujourd’hui comme dirait Friedrich Nietzsche après un siècle, tous les mots en journalisme pueront. nous (Humanité) y sommes en plein dedans… Les médiamensonges mainstream payés par l’Oligarchie Mondialiste Eugéniste Rothschildienne confirment le principe de l’accessoire qui suit le principal « Accessorium Principale Sequitur ». .. En Droit de propriété ou des biens si un bien ou le devenir d’un bien dépend d’un autre bien il peut être considéré juridiquement comme son accessoire. La théorie du principal et de l’accessoire repose sur le constat d’une subordination de certains biens à d’autres, ce principe peut être étalé en TVA (vente de bien et prestation de service) et en Comptabilité etc… Les journalopes amis-amis avec le pouvoir en place qui font l’apologie de la Doxa états-unienne à outrance sont comme un miroir qui est accroché au mur, le miroir est un bien meuble, mais si ce miroir est scellé au mur par des boiseries ou magnats de la presse (donc on ne peut pas le décrocher ) on peut considérer qu’il devient un bien accessoire de l’appartement dans lequel il est situé (Art. 525 du Code civil)… Les Journalistes en ces temps fâcheux de l’Ère du Verseau (où tout se sait rien n’est caché) deviennent des biens accessoires qui suivent le principal (Agence Presse Internationale) bailleur des fonds (PYRAMIDE SATANO-OCCULTO-NÉCROMANCIENNE MAFIA KHAZARE)… Ainsi soit-il. . INGETA

    1. LE DÉBAT D’HIER MACRON CONTRE MARINE LE PEN A PROUVÉ ENCORE QUE L’ACCESSOIRE (MÉDIAMENSONGES MAINSTREAM) SUIT LE PRINCIPAL (POUVOIR MACRONISTE EN PLACE) ! Les premières réactions à chaud sur les médiamensonges mainstream (TF1, FR2, France 24, LCI…) étaient axées essentiellement sur la technicité du Candidat Président sortant sans souligner son dédain, sa condenscendance contre son Challenger et ses millions d’éventuels futurs électeurs… Les Journalopes ont omis l’écoute intelligente et attentive de Marine Le Pen face à la sotte désinvolture et l’agitation puérile de Macron durant le Débat, ces nouveaux éléments électoralistes conduiront-ils les Français au bon sens qui veut que tout Gaulois vote pour la Femme d’État accomplie qui est Marine Le Pen, si les Français optent pour la Vaccination Obligatoire, les Confinements, la Grande Réinitialisation (GREAT RESET), le Crédit Social, la Guerre d’Ukraine, l’avenir nous le dira à court terme.. Le PEUPLE FRANÇAIS n’est pas dupe, ce sont les Journaleux,
      les Consultants MCKINSEY et les Sondages qui orientent le Débat et les votes… Comme dirait Coluche « Les sondages, c’est pour que les gens sachent ce qu’ils pensent »… Rendez-vous le Dimanche 24 Avril 2022 à 20h… Ainsi soit-il…

  4. C’est quoi l’agressivité en journalisme. En faisant le tour de la presse internationale on découvre aisément deux genres d’interviewers, ceux qui n’abandonnent pas en route leurs questions jusqu’à en recevoir leurs réponses, on les retrouve souvent chez les anglo-saxons. Un autre genre c’est celui des journalistes plus conformistes souvent complaisants envers leurs interlocuteurs, ils essaient souvent de créer un climat de complicité avec leurs cibles. Ainsi donc que MLP et/ou Macron aient préféré d’autres journalistes à Mme Lapix n’est donc pas en soi un désaveu envers elle selon moi, ils ont choisi leur confort personnel sans qu’on soit dans le repoussoir de l’agressivité…
    Il y’a aussi c’est vrai des journalistes qui essaient de facilement mêler leurs opinions aux faits qu’ils traitent, ils peuvent être condamnables n’empêche qu’ils ont aussi leurs places dans la presse.

Comments are closed.

Previous post Le Congo-Kinshasa confronté à une hausse généralisée des prix
Next post Décès du juge Polycarpe Mongulu T’apangane: Félix Tshisekedi charge le Premier ministre et le président de la Cour constitutionnelle pour lui réserver les hommages dignes de son rang pour les services rendus à la patrie