Kamerhe acquitté: Et maintenant?

Read Time:5 Minute
Le président Felix Tshisekedi reçoit Vital Kamerhe le 28 juin 2022

Arrêté le 8 avril 2020 condamné, en août de la même année, à vingt ans de travaux forcés et dix ans d’inéligibilité pour détournement des fonds publics, soit 48.831.148 $, dans le cadre du programme d’urgence du chef de l’État, baptisé « Programme des 100 jours », destiné à lancer le mandat du président Félix Tshisekedi, entré en fonctions le 19 janvier 2019 peine réduite, en appel, à treize ans de prison en juin 2021, Vital Kamerhe a été acquitté le 23 juin dernier, devant la même Cour d’appel de Kinshasa-Gombe – mais autrement composée – au motif qu’il n’existe pas, (à ce jour ou pour toujours?), des preuves matérielles de détournement.

En effet, en avril 2021, estimant que les droits de la défense avaient été violés et que l’affaire n’était pas en état d’être jugée, la Cour de cassation avait annulé la confirmation de la condamnation par la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe avant d’accorder, fin 2021, la liberté provisoire au prévenu Kamerhe compte tenu de son « tableau médical critique ». L’arrêt du 23 juin dernier a été rendu de manière inhabituelle: reportée à deux reprises, l’audience pour le prononcé n’a pas eu lieu. C’est par un communiqué de la Cour que les avocats ont été informés de l’acquittement de leur client!

Au premier comme au deuxième degré, les procès étant radiotélévisés, les Congolais avaient pu se forger une idée, une sorte d’ « intime conviction » selon leurs tendances ou affinités politiques. Pour les uns, les infractions de détournement et de corruption avaient été suffisamment étayées tant par l’accusation que par les parties civiles représentant l’État congolais qui avaient mis en exergue, notamment, l’enrichissement soudain, les versements bancaires en liquide de grosses sommes d’argent de provenance « non déterminée » ainsi que l’acquisition des biens immobiliers par certains proches et membres de la famille Kamerhe. Sans compter les retraits – toujours en liquide -, des millions de dollars par plusieurs intervenants ou exécutants du « Programme des 100 jours ». Pour les autres, la défense avait réussi à démontrer la vacuité du dossier, le coup monté, l’acharnement politique et l’inexistence de toute trace de ces infractions. C’est la règle dans un procès: chaque partie campe sur sa thèse et fait valoir ses arguments. Au juge de trancher!

Il va de soi que Vital Kamerhe était « seulement » « ordonnateur » de ce programme présidentiel. Il donnait « seulement » des ordres de paiement ou de retrait d’argent. Mais ce n’est pas lui qui allait, en personne, aux guichets bancaires pour retirer ou verser toutes ces sommes dont la traçabilité reste sinueuse. La lecture du premier jugement, confirmé en appel, stipule: « Pour sa part, le prévenu Kamerhe a également, au cours des mêmes audiences publiques sus évoquées, clamé son innocence. En effet, relativement aux faits de détournement des deniers publics lui imputés, il fait observer avoir agi, en vertu de ses prérogatives de Directeur de cabinet du chef de l’État et l’un des superviseurs du programme d’urgence de 100 jours mis en place par le Président de la République en vue de répondre aux attentes nombreuses de ses électeurs à l’issue de son investiture à la magistrature suprême ».

« Ainsi, poursuit-il, c’est uniquement pour faire face à l’urgence de la situation qu’il devait veiller à la célérité dans le décaissement des fonds relatifs à l’exécution du susdit programme. Cependant, conclut le jugement, la jurisprudence précise qu’il n’est pas nécessaire que les sommes détournées soient entre les mains du ‘détourneur’, mais il suffit qu’en vertu de sa charge, il exerce un certain pouvoir sur lesdites sommes ( CSJ, RPA 89, 20/01/1984 in B.A 1980-1984, Kin 2001, p.436 et suivantes ) ».

Il ne nous appartient pas – et ce n’est pas notre intention – de refaire le procès. Le Ministère public lui-même – qui avait trente jours pour faire appel – s’est abstenu d’actionner cette voie de recours. En foi de quoi, l’arrêt de la deuxième Cour d’appel ayant acquis la force de la chose jugée, Vital Kamerhe est définitivement lavé, en fait et en droit, de l’infraction de détournement des deniers publics.

Des questions qui interpellent… Raphaël Nyabirungu – professeur émérite, doyen honoraire de la Faculté de droit de l’Université de Kinshasa et… avocat près la Cour de cassation et le Conseil d’État – a eu les mots qui renvoient dos à dos les « communicateurs » des partis et des personnalités ou « leaders » politiques toujours prompts à verser dans les invectives, les outrances et la surenchère verbales: « Acquitter n’est jamais la proclamation de l’innocence. C’est déclarer, qu’au regard de la preuve produite par l’accusation, le juge n’a pas été convaincu de la culpabilité du prévenu ». Et c’est ici que les Romains (les Congolais?) s’empoignèrent! Voilà pourquoi certains États, tel le Burkina Faso, ont introduit dans leur arsenal pénal le « délit d’apparence ». Un dispositif visant à renverser la charge de la preuve dans certaines matières comme les détournements des deniers publics ou les enrichissements illicites. Ainsi, par exemple, il appartient à l’accusé de prouver son innocence en démontrant comment avec des revenus de deux cents dollars mensuels, il a pu acquérir, en un seul mois, des biens mobiliers et/ou immobiliers de deux millions de dollars…

Il n’empêche! Acquitté, Vital Kamerhe est un homme libre. Par contre, au-delà de la « vérité judiciaire » devant laquelle, dans un État de droit fonctionnant avec une justice réellement indépendante, tout démocrate devrait s’incliner, de nombreuses questions restent sans réponse et interpellent. Les procédures judiciaires ont-elles été respectées? La mise en accusation avait-elle été bâclée? S’agissait-il d’un procès « politique » ou d’un complot ourdi contre un allié « à éloigner » des sphères du pouvoir? La rencontre « cordiale » et l’accolade « chaleureuse » entre le président et son ancien directeur de cabinet, six jours après l’acquittement de ce dernier, semblent évacuer cette hypothèse.

Alors, que s’est-il réellement passé entre l’incarcération de Vital Kamerhe, son procès en première instance, son procès en appel, l’arrêt de la Cour de cassation annulant sa condamnation, l’octroi de la liberté provisoire et le deuxième procès en appel qui a abouti à son acquittement? Les juges de première instance et de la première Cour d’appel s’étaient-ils donc trompés aussi lamentablement? L’accusation s’est-elle fourvoyée à ce point? La partie civile « État congolais » a-t-elle brillé par son inefficacité ou sa mollesse à défendre le Trésor public? Puisque Vital Kamerhe n’est pas coupable de détournements: où sont, alors, passés tous ces millions? Un chroniqueur kinois répond avec humour: « l’argent n’a pas été détourné; il s’est auto-détourné »! Et maintenant?


Polydor-Edgar Kabeya

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

9 thoughts on “Kamerhe acquitté: Et maintenant?

  1. Et Maintenant? Et Maintenant nous savons tous que la justice congolaise n’est pas du tout fiable! L’administration de la justice en RDC laisse a desirer, et c’est tout le monde qui le dit, ceux du pouvoir comme ceux de l’opposition. Bien que Fatshi ait publiquement declare qu’il veut d’une justice independante puisqu’une justice independante est un element essentiel d’un Etat de Droit, la justice se comporte comme si elle n’etait qu’un prolongement du pouvoir executif! A mon avis tout part de l’interview que Fatshi a donne a Top Congo au Kivu. Dans cette interview Fatshi declarait qu’il avait confiance en VK, et que celui-ci avait encore un role a jouer dans notre pays! Les magistrats en charge du cas VK ont lu cette declaration comme etant un appel de pied fait a la justice pour elargir VK! L’acquittement de VK n’etait plus qu’une question de temps! On attendait la justice au tournant pour voir comment elle allait s’y prendre pour justifier l’elargissement de VK alors que l’Etat n’a pas encore recupere l’argent detourne dans le proces VK et compagnie. Des que VK a ete acquitte, il a ete recu par Fatshi, et on l’a encore vu il y a deux jours parmi les invites de marque du couple Tshisekedi au mariage de leur fille! Il y a meme des oiseaux de mauvaise augure qui predisent que s’il y a un remaniement du gouvernement avant la fin de l’annee, VK ne manquera pas d’en faire partie! En verite, en verite je vous le dis, Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo n’est pas aussi bete qu’on le croit! Je ne le vois pas nommer au gouvernement quelqu’un que la clameur publique continue toujours a considerer comme coupable de detournement de deniers publics! A seize mois de l’election presidentielle Fatshi a besoin de l’appui de l’UNC, c’est vrai, mais cet appui ne passe pas necessairement par la presence de VK au gouvernement! A bon entendeur…

    1. Encore une fois, cher Ami, je ne comprends pas votre pirouette abracadabrantesque qui consiste à démontrer que notre Justice ne va pas bien et même à prouver qu’elle est souvent otage de notables politiques et autres notamment dans le cas de Kamerhe qui a été élargi par elle grâce à l’appui manifeste du PR son ami pour vous retourner ensuite à l’innocenter. Comment faites-vous ? Nous découvrons la même réalité jusqu’à la décrire presque avec les mêmes mots et à terme nous n’ y épinglons pas les mêmes responsables, les mêmes coupables comme si vous vouliez y confirmer tout le contraire des faits : un si parfait État de droit au point où la séparation des pouvoirs existerait en vrai. Un PR mieux dans notre système semi-présidentiel n’est pas là à commenter, à faire le constat mais à agir. Désolé cela me dépasse et je ne trouve pas d’autre explication logique : pour moi cela a un nom, cela signifie quelque chose, comme je l’ai déjà dit…

  2. Kamerhe acquitté : Et maintenant ?
    Maintenant il faudrait que la justice poursuive tous ceux qui ont témoigné contre lui (faux témoignages) lors du procès. L’ Etat de droit l’oblige. Et surtout, qu’on appelle le féticheur de Tshibala pour nous aider à retrouver l’argent qui s’est auto-détourné.

    1. Kiekieee neko Jo Bongos notre Justice a acquitté Kamerhe et l’argent du Trésor public s’est envolé avec son élargissement. Honte à elle mais on nous a toujours chanté ‘l’Etat de droit’ et ‘le Peuple d’abord’ depuis l’opposition ; sont-ils là alors qu’ils sont au pouvoir. Mis aussi pauvre Justice, lui rejettent la faute ceux qui la prennent en otage comme dans le cas de VK dont le procès a été ‘bazardé’ grâce à l’appui du Chef qui a assermenté son sérieux. Kiekiekieee, le féticheur de Tshibala doit non seulement nous aider à retrouver l’argent qui s’est auto-détourné mais aussi et surtout nous aider à désenvoûter ceux qui assiègent malicieusement notre Justice et pourquoi pas les témoins indélicats à leurs côtés; suivez mon regard…

  3. Bisonji est vraiment un reveur. Ton Fatshi a besoin des votes du sud kivu monsieur, voila pourquoi en concertation avec ses juges il a fait liberer Kamerhe. Le kasai est pourri par l’alcool indigene qui rend les hommes improductifs. C’est a l’est et a l’ouest ou l’on trouve un electorat capable de faire la difference. Felix le sait et en depit de tout cela il doit degager en 2023.

  4. L’ÉTAT DE DROIT BRINQUEBALANT DE L’UDPS FAMILIALE EST RIDICULE ! Kamerheon libéré, blanchi par la Tshilombie a brusquement un casier judiciaire vierge, du jamais vu, la RDCoccupée par les Banyarwanda est DICTATOCRATIE-DÉMOCRATURE, une République Bannière qui fait la honte du Continent Africain. Puisque Tshilombo-Pétain a jugé bon que la République de Kingakati a besoin de lui, il (Vitalo) devient clean, crédible, lavé de tout soupçon,
    fréquentable, éligible voire 1er ministrable, si le ridicule tuait toute la Classe Politique RDCienne serait déjà six pieds fous terre car tous les Politichiens Collabos accompagnent ouvertement l’Occupation RWANDO-OUGANDAISE de manière ridicule. Tous les Africains Noirs Subsahariens se moquent des ex-Zaïrois jusqu’à déclarer par la bouche d’un Panafricaniste ceci: « La RDC est trop importante pour l’Afrique. Pourquoi on la laisse à Félix Tshisekedi qui n’a aucune envergure. Il ne sait même pas ce qu’il fait là. », nous dirons même plus tous les Politichiens Collabos RDCIENS n’ont aucune envergure et ne savent même pas ce qu’ils font là en cautionnant la Dictature Tshilombiste juxtaposée sur l’Occupation Rwando-Ougandaise tout en étant des pseudo Opposants d’UN INCOMPÉTENT JOUISSEUR TRAÎTRE qui touche 2 millions$/mois et peine visiblement de sécuriser les 2.345.000 m2 du KONGO-ZAÏRE, c’est totalement ridicule. Et après tous ces cirques politiques cycliques, Vital Kamerhe de triste mémoire sera 1er ministre du prochain Gouverne et ment d’Occupation comme un certain aventutier Bruno Tshibala, la boucle sera bouclée, cap pour 2023 pour les sempiternelles hypothétiques 4è élections pièges à cons truquées d’avance. « Le ridicule déshonore plus que le déshonneur » Citation François de La Rochefoucauld. RÉVEILLONS-NOUS ! VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  5. Je me pose la question de savoir si toute la procédure, depuis l’arrestation de Kamerhe jusqu’à son acquittement en passant par sa liberté provisoire, était réellement l’expression d’un État de droit ou d’un système corrompu depuis des lustres. Puisque Kamerhe est innocent, je pense qu’il ira au bout de la logique judiciaire : réclamer des dommages et intérêts à l’État congolais…

Comments are closed.

Previous post RDC-Rwanda-M23: 60 jours depuis que Bunagana est occupé 
Next post Et les « anciens » diplomates « oubliés » à l’étranger?