Kinshasa: Silence… les « GR » « attaquent » chez Jean-Marc Kabund

Read Time:7 Minute

Vendredi 14 janvier 2022. Il est 3 heures au moment de boucler ce « papier ». Sauf erreur, aucun communiqué officiel n’a été publié pour fixer l’opinion sur l’assaut lancé, mercredi 12, à la résidence du 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Silence à l’UDPS. Silence à l’Assemblée nationale. Silence au niveau de la police et de l’armée. Et pourtant, c’est un incident grave aux allures d’une « pré-mutinerie » qui s’est produit mercredi. Selon des témoins, l’habitation de Jean-Marc Kabund-a-Kabund a été investie et vandalisée (?) par plusieurs dizaines des « GR » (Garde Républicaine). Et ce en représailles de « l’humiliation » infligée à leur camarade – qui a été désarmé et mis aux arrêts – par des policiers chargés de la garde du numéro deux de la Représentation nationale. Le ministre de la Communication Patrick Muyaya devrait s’attendre à un « tir groupé » des questions dérangeantes à l’occasion de la lecture du compte-rendu du Conseil des ministres de chaque vendredi.

L’association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), a été la première organisation à condamner la « violation du domicile » du premier vice-président de l’Assemblée nationale. C’est en tous cas ce que son président Georges Kapiamba dit sur compte Twitter@acajasbl en soulignant que « dans un Etat de droit, nul ne peut se rendre justice par soi-même ». Michaël Tshibangu, conseiller en communication de Moïse Katumbi Chapwe, Président du parti « Ensemble pour la République » d’enchainer que « les éléments de la GR ne peuvent pas aller saccager » la maison « d’une personne puissante (…) sans le feu vert de quelqu’un de puissant ». Léonard Vudisa adopte un ton réquisitorial. Pour lui, Jean-Marc Kabund est un « hors-la-loi qui croit que tout lui est permis ». Et d’ajouter: « Il passe sa vie à [faire] crever les pneus des gens comme si ça fait partie de ses prérogatives. (…)« 

Que s’est-il passé le mercredi 12 janvier 2022 au domicile de Kabund? Pourquoi des éléments de la « GR » ont-ils pris d’assaut la résidence de ce dernier? Ces militaires avaient-ils obtenu le « feu vert » de leur hiérarchie? Laquelle? Ont-ils vandalisé la villa? Voilà quelques questions qui hantent les esprits. La liste est loin d’être exhaustives.

Au commencement était une vidéo qui a fait le « buzz » sur les réseaux sociaux le mercredi. On y voit des policiers qui tentent de désarmer un « GR » qui se trouve à l’intérieur d’un véhicule 4X4 avec volant à droite. Selon des informations fragmentaires, un « VIP » était à bord. La voiture aurait violé le code de la route en roulant en sens interdit. Des policiers ont fait arrêter le conducteur. L’élément chargé d’assurer la sécurité du « VIP » a brandi son arme. Des policiers finiront par la lui arracher avant de mettre le militaire aux arrêts. « On a échappé à un drame, raconte un témoin. Arracher une arme à feu à un militaire est une déclaration de guerre. Il faut féliciter ce ‘GR’ pour son sang-froid. Il aurait pu ouvrir le feu sur les policiers ».

Une vue de Kinshasa

Pour les Kinois, c’est devenu un « fait banal » de voir un véhicule transportant un « puissant du moment » s’engager sur une grande artère en sens interdit. C’est la fameuse « troisième bande ». C’est le cas notamment sur les boulevards du 30 juin et Lumumba. Et ce sous prétexte d’éviter les embouteillages. Il semble que les plus grands « violeurs » du Code de la route seraient les membres de « l’élite » politico-militaro-affairiste du pays.

Selon des sources, ce sont des policiers commis à la sécurité du 1er vice-Président de l’Assemblée nationale qui auraient déclenché cet incident. Pour une raison inconnue, ces policiers en détachement sont mis à « réguler » la circulation. Et pourtant, ils n’étaient pas en mission. Dans l’après-midi, plusieurs dizaines des « GR » ont lancé une « expédition punitive » à la résidence de Kabund. Le 1er vice-président de l’Assemblée nationale était absent. Des membres de sa famille étaient bien-là. La suite est connue.

ACTORI INCUMBIT PROBATIO

Tard dans la soirée de jeudi 13, l’auteur de ces lignes a pu joindre une source militaire plutôt bien informée sur la question. Selon elle, des éléments de la « GR » chargés d’assurer la sécurité du Président de la République et de certains membres de sa famille se plaignaient, depuis un certain temps, de « l’attitude méprisante » de Jean-Marc Kabund à leur égard. Des rapports circonstanciés auront été transmis auprès de la hiérarchie militaire et politique. « Ce qui s’est passé mercredi 12, dit-il, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Devrais-je vous faire un dessin pour vous démontrer que, partout dans le monde, la Garde Républicaine est une unité d’élite, très fière et jalouse de son image et son honneur? ». Les « GR » ont-ils saccagé la maison? « Actori incumbit probatio, réagit notre interlocutrice. Je traduis pour les non-latinistes: la charge de la preuve incombe à celui qui affirme. Avez-vous visionné une vidéo montrant des GR en train de saccager la maison de Kabund? », s’est-elle interrogée.

Selon des informations encore fragmentaires, les policiers chargés de la garde du président ad intérim de l’UDPS et numéro 2 de la Chambre basse du Parlement auraient, récemment, « fait crever les pneus » d’un véhicule appartenant à Mama Marthe Tshisekedi. Kabund se serait rendu à Limete pour « battre sa coulpe ».

L’auditeur général des FARDC devrait ouvrir une information judiciaire sur ce grave incident aux allures de « pré-mutinerie ». Les GR et les policiers impliqués dans cette affaire doivent s’expliquer sur ce qui ressemble bien à un « viol des consignes » autant qu’une « association de malfaiteurs ».

Depuis sa création, la garde républicaine – dont la mission officielle consiste notamment à assurer la garde et la protection du Président de la République et sa famille sans omettre les hôtes de marque et les installations présidentielles – s’est comportée sous la présidence de « Joseph Kabila » comme une milice privée. Malgré l’Accord-cadre de paix signé le 24 février 2013 à Addis-Abéba par onze pays de la Région, l’ancien Président a soigneusement évité de réformer les forces de sécurité dont l’armée et la police. Sans doute de peur de se retrouver en face d’une « armée républicaine » qui échapperait à sa mainmise. On verra les « GR » réprimer des manifestations pacifiques alors que le maintien de l’ordre n’était pas de leur ressort. Sauf cas exceptionnels. Combien sont-ils? Douze mille? Quinze mille? Dix-sept mille? Mystère!

« GR », UNE EPEE DE DAMOCLÈS

Armand Tungulu

De l’avis d’experts, cette unité d’élite surnommée « Bana Mura » est une épée de Damoclès pour le pouvoir de Félix Tshisekedi. Composée essentiellement des originaires du « Grand Katanga », les futurs « GR » ont reçu leur instruction dans le camp de Mura situé dans l’actuelle province du Haut Katanga.

Sous « Joseph Kabila » plusieurs cas de violences et de meurtres sont à mettre au passif de cette unité à la réputation sulfureuse. A titre d’exemple, on peut citer entre autre:

  • Armand Tungulu Mudiandambu. En séjour à Kinshasa, ce Bruxellois a été interpellé le 29 septembre 2010 par des « GR ». Il a été accusé d’avoir caillassé le cortège de « Joseph Kabila » sur l’ex-avenue du 24 novembre. Détenu dans un cachot au Camp Tshathi, QG de la Garde Républicaine, « Armand » se serait « suicidé » dans la nuit du 1er au 2 octobre 2010. Nul ne connait la version de faits d’Armand. L’actuel général Ilunga Kampete, alors colonel, a bien connu ce dossier. La famille de Tungulu n’a jamais vu le corps. Elle ignore le lieu d’inhumation.   
  • Les policiers de roulage Yandu et Mukoyo sont passés à tabac au Rond-point Socimat par des « GR » chargés d’escorter Zoé « Kabila » dont le seul titre était « le frère de… ». C’était le 21 octobre 2010.
  • Lors de la manifestation pacifique des 19, 20 et 21 janvier 2015, les « GR » vont tirer à balles réelles sur des manifestants. Bilan: 38 morts. Des témoins vont surprendre des membres de cette « unité d’élite » en train d’emporter des cadavres pour effacer des traces.
  •  Franck Diongo Shamba, président du MLP (Mouvement lumumbiste progressiste). Opposant, Diongo ne cessait d’inviter « Kabila » à respecter les dispositions constitutionnelles relatives au nombre de mandats présidentiels. Le second mandat expirait le 19 décembre 2016. C’est ce jour-là que des « GR » ont tenté de s’introduire chez lui. Ceux-ci vont lancer une expédition punitive chez le Président du MLP accusé d’avoir séquestré leurs camarades. Diongo sera passé à tabac et torturé au Camp Tshatshi. Le 28 décembre 2016, il est condamné à cinq ans de servitude pénale par la Cour suprême.
  • Au « Grand Katanga », sous « Kabila », des « GR » étaient affectés de « protéger » des carrés miniers et d’assurer la sécurité des sujets chinois qui pillent le fameux bois rouge « Mukula ». A Kasumbalesa, des « GR » sont – étaient? – chargés de récupérer des marchandises « destinées » à Sifa Mahanya, la mère putative de « Joseph » et sa fratrie. Des commerçants étrangers recouraient à son influence pour contourner les taxes douanières, moyennant une « commission ».  

On le voit, les « GR » ont été principalement conçus comme une « garde prétorienne ». Mission: garantir la pérennité du pouvoir de « Joseph Kabila ». « Cette unité est et reste une sorte d’épée de Damoclès sur la tête de tous ceux qui rêvent de déboulonner le système incarné par l’ex-Raïs », résume un « Fatshiste ».

 

Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
50 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
50 %
Surprise
Surprise
0 %

28 thoughts on “Kinshasa: Silence… les « GR » « attaquent » chez Jean-Marc Kabund

  1. Alors que les FARDC n’arrivent pas encore a vaincre les groupes des bandits-tueurs a l’Est et que les Generaux-affairistes y font des affaires mafieuses comme l’admettent Felix et son ministre de defence Kabanda (lire Jeune-Afrique qui en fait autres revelations), a Kin les G-R n’ont autre mission que de terroriser et d’attaquer la residence privee d’un vice-president de l’A-N. Jo Kabila et son frangin-voyou Zoe (qui brutalisait qui il voulait) doivent se frotter les mains voyant les memes methodes-voyous des G-R, ainsi que leur tradition-kleptocratique et valse des corruptions et detournements, se perpetuer sous leur « Dauphin » Felix. Cher BAW, rappelez-vous de la fameuse interview de Zoe dans Jeune Afrique que vous citez souvent: « Nous ne laisserons jamais notre pouvoir a n’importe qui »…..dixit Zoe. C’est tout dire sur le regime actuel. Quant a ce qui arrive a KJM Kabund, l’autre explication est a trouver dans la « guerre des clans-UDPS » a la Mangeoire: Escrocs de Matonge contre Escrocs de la 10 e Rue.

  2. Ce qui s’est passé à Kinshasa est tout simplement scandaleux. Kabund est un personnage versatile, imbu de lui même. Après s’être illustré pendant plusieurs jours en se livrant aux actes de vandalisme qui ont consisté aux crevaisons des pneus des véhicules des particuliers dans les artères de la ville de Kinshasa, il est monté d’un cran en ordonnant l’arrestation arbitraire d’un officier de la GR. Ce comportement est indigne d’une personne qui occupe des hautes responsabilités dans une institution de la république. De l’autre côté, il faut dire que la GR n’a pas de place dans un pays démocratique. On ne peut pas mettre à la disposition d’un homme et sa famille Président soit il des milliers d’hommes en arme qui pouvaient être disponible pour l’assemble du pays. Cela doit changer dans l’intérêt de la démocratie et Etat de droit. Ces pratiques des régimes totalitaires sont inaccessibles.

    1. Il existe ailleurs des forces vouées à la sécurité des hautes personnalités de l’État comme un peu notre Garde républicaine mais ne remplissent pas les fonctions d’une garde prétorienne exclusivement vouée à la sécurité du Chef de l’État et de sa famille comme chez-nous.
      En France par exemple la Garde Républicaine a des missions de sécurité au profit des plus hautes autorités de l’État mais aussi des missions de sécurité au profit du public. Elle remplit aussi des missions d’honneur au profit de la Nation.
      A ma connaissance il existe aux USA une flotte présidentielle, la l’US Air Force souvent réduite à l’US Air Force One, l’avion présidentiel équipé pour la sécurité du Président des Etats-Unis et l’usage officiel du président des États-Unis en tout temps basé à Washington DC près de la Maison-Blanche mais il existe aussi une une Garde Nationale composée surtout des forces de réserves et de volontaires que le pouvoir fédéral peut mobiliser selon les urgences.
      Bref les gardes prétoriennes sont bel et bien une exclusivité de nos Républiques faibles !

    2. Elombe@
      Entre nous, Kabund est le vice-président du Parlement au Congo ! Toutes les missions diplomatiques se moquent de ces « sauvages » congolais qui n´ont aucun sens de l´État. C´est ridicule de votre part de parler des actes de vandalisme de Kabund qui par ces actions tentent d´attirer l´attention de la police et du gouverneur de Kin afin de faire cesser les violations de la code la route où les intouchables peuvent faire n´importe quoi.
      Merci quand même de souligner que la RDC n´a pas besoin d´un « GR » au service d´un président quand une centaine des policiers anti-terroristes peuvent valablement assurer la protection d´un président.
      KABUND « SHERPA »
      Quand vous lisez ceci, Kabund a annoncé son exit de ses fonctions de vice-président au Parlement. Kabund a été le plus « courageux » des proches de Felix.. lui qui n´est pas kinois a été au front pour faire élire Felix comme « président de l´UDPS » avant de faire le speech qui va separer Felix de Lamuka et posant ainsi les bases de son élection á la présidence du Congo.
      Le même Kabund sera le plus visible dans la stratégie visant en imploser le FCC et fonder l´Union Sacrée.
      Quand sa résidence est attaquée par la GR, aucun acte de solidarité de la part des parlementaires de l´Union Sacrée ou pire de l´UDPS. C´est comme si l´Union Sacrée considere que la GR était sous les ordres.. du président dans ce raid de la honte contre la résidence d´un vice-président du Parlement du Congo.
      UDPS VIVA !
      Voyons la suitte de la demission de Kabund… maintenant qu´on fait pression pour qu´il reste.. vice-président du Parlement car sa demission est un acte politique remarquable dans ce pays où les gens ne demissionent jamais.. kie kie
      La partition de l´UDPS entre les militants et les conseillers « mikilistes » influents du président.. est de plus en plus visible. Kabund semble incarner la fronde des « militants ».. lol

  3. Attendez, ou c’est moi qui deviens complètement dingue!
    GARDE RÉPUBLICAINE (GR), il y a là le mot « République », et à moins que ma tête fonctionne moins bien, Jean-Marc Kabund est le fidèle parmi les fidèles du président de cette « republiqueta bananera »; alors d’où vient-il que la « Garde Républicaine » s’attaque à la République? Non non, c’est le monde à l’envers!
    Il y aurait donc d’autres républiques dans cette République!
    OYO MBOKA YA NDENGE NINI YA LAURENT SOKOKO!

  4. @ Quelqu’un a-t-il tout compris de ce qu’il s’est passé, des tenants et aboutissants des divers protagonistes dans cette affaire ? Moi pas suffisamment. Nous avons juste en face les policiers commis à la garde de JM Kabunda, Vice-Président de l’AN et par ailleurs SG ai du parti présidentiel qui entre-temps jouerait au justicier tout puissant impuni qui crève ou fait crever les pneus des gens comme si ça faisait partie de ses prérogatives contre les militaires de la GR dont nous connaissons aussi le passé opaque !
    D’un coté selon les images ces policiers ont arrêté le conducteur militaire (GR!) d’un VIP membre de la famille présidentielle (!?] chargé de sa sécurité qui roulait en sens interdit et lui ont arraché l’arme qu’il brandissait pour se défendre, ce dernier semble s’y être fait sans broncher davantage et les policiers l’ont placé aux arrêts…
    De l’autre, ce sont les éléments de la GR qui se sont rendus le soir en expédition punitive saccager le domicile de Kabunda, lui-même absent lors de ses faits…
    @ Question : lesquels de deux camps ont agi en ‘mission officielle commandée’ ? Vraisemblablement si les policiers de Kabunda connus pour agir contre la loi et les règles ont fait de même ici, les militaires de la GR ont agi aussi en en en faisant à leurs têtes mais on peut se demander si les éléments de la GR chargés officiellement d’assurer la sécurité du PR et de certains membres de sa famille n’ont reçu aucun ordre ou un aval de leur hiérarchie étant entendu qu »ils se plaignaient, semble-t-il depuis un certain temps, de l’attitude méprisante de Jean-Marc Kabund à leur égard et l’auraient déjà signifié à leur hiérarchie…
    @ Conclusion : les uns et les autres ont failli, ils ne sont pas à leur premier forfait – on connait en effet le passé permissif et criminel de la GR notamment sous ‘JK’ mais si cette embrouille musclée révèle la gestion calamiteuse du pays à partir du sommet de l’État ne révèle-t-elle pas aussi des différends sensibles au niveau du parti présidentiel notamment entre le président Tshisekedi resté officiellement chef du parti et son délégué intérimaire Kabunda mais aussi entre une aile franchement pro-Tshisekedi et une autre pro-Kabunda ?
    Aucun communiqué officiel n’est jusque-là intervenu et le président Tshisekedi se trouvait au Malawi pendant les faits ; les Congolais bénéficieront-ils d’une clarification et pourquoi pas des excuses de la part de deux protagonistes tant dans le contexte d’un pouvoir arbitraire et démagogique qui est le nôtre, il serait illusoire d’attendre des sanctions judiciaires de quelque coupable que ce soit ? Triste Congo !

  5. DISTRACTION « UBUENGE » STRATÉGIQUE SATANO-OCCULTO-NÉCROMANCIENNE ! Tshilombo-Pétain (Gardes Présidentielles « BANA MURA » de alias Kabila) président protocolaire contre Kabund-Degrelle (Police Nationale Garde Personnelle) vice-Président du Parle et ment d’Occupation Rwandaise… Ce manichéisme odieux aux relents tribalistes que véhicule l’UDPS Familiale fait florès en RDC occupée par les Banyarwanda… Le pays est sens dessus dessous comme la fameuse maison standing du décapé qui ne peut justifier un tel luxe si l’on se réfère à ses émoluments réguliers immérités… Les frères siamois (FATSHI BIDON et KABUND JOCKEY) prouvent que leur pouvoir éphémère provient de KINGAKATI, KIGALI, RWANDA, OUGANDA à partir desquels leurs maîtres géniteurs (Hippolyte Kanambe, Paul Kagame, Yoweri Museveni) tirent les ficelles… Cette histoire hilarante, loufoque digne de la Série « COLOMBO » de Peter Falk occulte pour quelques jours tous les problèmes sérieux qui prévalent dans notre Grand et Beau pays devenu un mouroir implacable… Dans ses conditions dantesques, parler encore des élections dans un pays aussi nul pour pérenniser un tel capharnaüm politico-institutionnel, c’est pire que la sorcellerie… REVEILLEZ-VOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  6. Cher B.A.W,
    Kiee…kie…kiee…
    Vous avez l’imagination très fertile. Ce que vous décrivez ici ne peut se produire dans un pays qui existe. Procongo vient de me dire qu’il s’agit là d’un script d’une future production hollywoodienne.
    Ba mpangi ya Vincent, ata bino moko vraiment !
    Kiadi kibeni kua ba talibantaba…

  7. Je doute fort que la garde républicaine de Bana Mura de l’époque d’Alias Kabila demeure Katangaïsé. La KASAÏSATION de la présidence usurpée et institutions de la République : juges tribaux, conseillers tribalistes, ANR tribalisée me permettent de mettre un bémol sur Bana Mura=Katangais !

    1. Je crois moi aussi que les fameux Bana Mura de la GR sont moins « katangais » qu’ils l’étaient : subrepticement Tshisekedi a formé de nouveaux militaires luba ou lui dévoués qu’il a adjoint aux anciens. Ils gardent leur allégeance première au Chef de l’Etat mais celui-ci n’est plus ‘JK’ mais FA Tshisekedi Tshilombo. Voilà pourquoi on les a vus dans cette affaire obéir à ses ordres de le défendre lui et sa famille. Celui qui en saurait davantage pourra mieux nous l’expliciter.

  8. PS
    L’un des moins suivistes quotidien kinois brode sur le « Silence à l’Assemblée nationale et à l’UDPS » après le ‘far-west’ et l’attribue tout de suite à l’implication d’un membre de la famille présidentielle et du corps d’élite de l’armée : l’Udps officiellle et familiale d’un côté et l’AN représentée par son Vice-président de l’autre sont coincés aux entournures d’une GR après tout aussi présidentielle. Mutisme de tous les côtés à part les combattants (Udps) qui ont constitué un véritable bouclier humain autour de la résidence de leur président ; attend-on un arbitrage laborieux du sommet nécessaire pour plus de sérénité dans les différents camps qui répondent tous de lui sur un réel couac public à l’état de droit qu’il promeut ? Et ce n’est pas rien, c’est quand même un affrontement direct entre un membre de la famille présidentielle et ce qui est considéré comme le corps d’élite de l’Armée, la GR . La suite…

  9. *** »…c’est quand même un affrontement direct entre un membre de la famille présidentielle, LE SG DE L’UDPS VICE-PRÉSIDENT DE L’AN et …. »

  10. Si votre actuel president n’etait pas le meilleur eleve de kabila, il aurait deja deconstruit la GR laissee par Shina Rambo. TROIS ans sont passees et vous continuez a incomber la faute a Kabila? Soyons serieux et comprenez ceci s’il vous plait: Kabila=Tshilombo. La difference? le premier ne disait pas des betises et n’adorait pas des voyages inutiles. Vivement 2023.

  11. C’est maintenant un peu plus clair maintenant : l’expédition punitive au domicile de Kabunda a été commanditée d’en haut par la haute hiérarchie qui voulait le punir de ces actes de justicier tout puissant bafouant ici et là l’obéissance à sa tutelle et prenant bonne de cette remise au pas, Kabunda a démissionné de sa première vice-présidence de l’assemblée. Et voilà l’Udps devenue un ‘bateau ivre’ délesté de ses maîtres divisés et le pouvoir de Tshisekedi encore un peu plus personnel et plus désordonné. Jusqu’où ? Attendons la suite…

  12. PS
    Bien sûr la démission de Kabunda n’arrangerait personne : la haute hiérarchie voulait juste lui donner une leçon et Kabunda sous le coup de l’humiliation veut montrer qu’il représente quelque chose dans le dispositif. Mboso qui a accouru chez Kabunda veut calmer les choses en zélé chien de son maître et pour son propre règne. Les combattants venus nombreux au chevet de leur sous-chef voudraient que tout revienne comme avant. La démission par twitter n’aboutira sans doute pas mais Kabunda risque de réclamer très cher pour rester. Kiekiekieeee Quand aux méthodes de voyou de l’un succèdent les plus voyoues de l’autre, attention quand même à l’opprobre post Geneve. La suite…

    1. @Ndeko Nono,
      Il faut comprendre Kabund pour comprendre ses agissements.
      Contrairement à beaucoup d’autres pseudo-intellectuels venus à l’UDPS de Papa Etienne par ‘’snobisme politique ‘’, Kabund est un vrai militant, un combattant, inspiré par de vrais ‘’révolutionnaires’’. Il est à l’UDPS, parce qu’il transpire le Sphinx de Limete. C’est son ‘’Père’’. Il n’a de respect pour Félix que par principe.
      Kabund pense que c’est grâce à lui que Félix est devenu Président. En effet, Kabund fait partie de ces 3 ou 4 personnes de l’entourage UDPS et du monde Luba qui ont réussi ou forcé Félix à rejeter l’accord de Genève et plutôt saisir l’opportunité de prendre le pouvoir que le clan rwandais leur offrait en signant un deal. Kabund sait comment Félix a obtenu le pouvoir.
      Kabund sait que c’est lui qui a la base. C’est lui le chef des manguiers. C’est lui et les manguiers qui ont pris des coups. Ce n’est pas la famille de Félix qui ne fait que ramasser le miel.
      Kabund souffre de voir tous ces membres de la famille biologique de Félix et les affairistes venus de la diaspora qui règnent à la présidence se partager les millions alors qu’ils n’ont pas participé à la lutte de l’UDPS. Kabund, lui, a pris des coups pour l’UDPS. C’est lui le vrai dauphin de Papa Etienne ( dans sa tête ).
      Kabund souffre de perdre de l’influence sur Félix alors qu’il est convaincu que c’est sa création. Après, il y a des histoires de luba de gauche, luba de droite, luba du centre…et ceux qui portent des costards croisés à la présidence et qui ne supportent pas l’arrogance du terrain représentée Jean-Marc, le maitre nageur.
      Comme on dit chez nous, mbwa aswi mbwa…Mais ils ont intérêt à se calmer au nom du miel qui coule de la banque centrale ou des carrés miniers…
      Mboka elengi !

      1. Bien dit Jo Bongos.
        Mais sans entrer dans ce débat, je voudrais juste faire observer que ce que l’on ne dit pas est que les premiers à enfreindre le code de la route à Kinshasa ce sont les fameux wewas (ils se disent membres de la famille présidentielle à qui veut les entendre!!!! kié kié.kié ..) dont la majorité est composée des nouveaux venus du Kasaï qui ne connaissent nullement Kinshasa en dehors des itinéraires qu’ils empruntent tous les jours et des manguiers de la 12ème rue où ils s’abreuvent des idéologies « Le peuple d’abord ». Pendant que Kabunda qui les abreuvent de ces idéoogies vient de démontrer par cet incident qu’il s’est enrichi impunément en moins de 3 ans en se construisant une villa des stars (et il ne s’agit pas de la seule).
        Le cortège de Kabund a croisé, ce jour-là, plusieurs wewas allant dans le sens contraire. Les policiers commis à sa garde ne se sont pas arrêtés pour autant pour interdire à leurs frères wewa d’enfreindre le code de la route. Qui veut tromper qui ? Combien de fois n’avions nous pas croisé dans le sens inverse, même des cortèges des véhicules de la Présidence, de l’Assemblée Nationale, du Senat, du Gouvernement, et des Officiers Généraux aller dans le sens inverse (parce qu’il n’y a qu’eux qui sont pressés) ? Surtout ces jours-ci avec les embouteillages monstres que connaît la ville de Kinshasa suite aux travaux de « Kinshasa sans trous » provoquant d’ailleurs plus de trous qu’avant!
        Dans un pays normal, à la vue de la residence de Kabunda, saccagée ou pas, les militants de l’UDPS qui continuent de croupir sous les arbres à Limete devraient se révolter contre leurs dirigeants. Et que dire de Kabuya qui se donnent des honneurs chaque matin parceque gardé par la garde Présidentielle ?

  13. Cher BAW, je crois que les observateurs avertis ne sont pas étonnés de la tournure que prennent actuellement les évènements. Depuis un certain temps en effet, J.M Kabund cherche à se démarquer de la gestion calamiteuse de la République. Opportunisme politique ou conviction profonde? Je ne saurais vous le dire. Toujours est-il qu’il a émis ces derniers temps des signaux qui ne trompent. Quelques cas pour illustrer cela:
    – Taxe RAM: Au cours de l’audition du Ministre Kibasa sur la taxe RAM, J.M. Kabund avait jeté un véritable pavé dans la marre en déclarant que cette taxe était directement gérée à la Présidence de la République. Cette déclaration aurait fait grincer plusieurs dents dans l’entourage immédiat de Fatshi. Revêtant sa casquette de Chef du parti au pouvoir, il avait déclaré devant les combattants que l’UDPS n’était nullement concernée, de près ou de loin, par la question de la taxe RAM. Une façon de se désolidariser d’une initiative qui, jusqu’à preuve du contraire, a reçu la bénédiction du numéro Congolais.
    – Train de vie des institutions de l’Etat: A la suite de l’Honorable Delly Sesanga, J.M. Kabund est devenu ces derniers temps, le Héraut de la réduction du train de vie des institutions, principalement de la Présidence de la République, du Sénat, de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement. En effet, plus encore qu’à l’époque de J.Kabila, ces quatre institutions sont devenues aujourd’hui des véritables tonneaux des danaïdes, engloutissant à elles seules des centaines de millions de dollars américains chaque année. Un véritable scandale dans un pays où on manque de tout, mais où l’oligarchie au pouvoir se permet de mener grand train avec l’argent du contribuable, sans aucune gène. Certainement que les Conseillers affairistes gravitant autour du Chef de l’Etat n’ont pas apprécié cette prise de position de J.M Kabund.
    Interpellation du Ministre de la Défense à l’Assemblée Nationale: Le ton comminatoire pris par J.M Kabund à l’égard du Ministre de la Défense et de certains Généraux affairistes avaient surpris plus d’un. Surtout quand on sait que les personnes interpellées étaient très proches du Chef de l’Etat, notamment Ministre de la Défense Nationale, qui est un parent de la 1ère Dame.
    Enfin, J.M Kabund avait eu le courage de dénoncer des cas de surfacturation dans le Chef des Ministres et de certains Conseiller du Chef de l’Etat dans la réalisation de certains ouvrages. Le dernier constat fait par le Chef de l’Etat dans l’espace Kasaï est là pour lui donner raison.
    A propos des excès de la garde de J.M Kabund, il faut signaler que même Mme Marthe Kasalu, Mère du Chef de l’Etat, en avait fait les frais, car l’un de ses véhicules avait eu des pneus crevés par la garde de J.M. Kabund. Heureusement que Maman Marthe n’était pas présente dans l’infortuné véhicule.
    Tout ceci pour dire qu’il y avait déjà de l’eau dans le gaz des relations entre J.M Kabund et l’entourage direct du Chef de l’Etat. L’épisode de Kingabwa semble être à mon avis la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
    Qu’est-ce qui va se passer maintenant, l’avenir nous le dira. Ce qui est sûr, c’est que la rupture semble consommée entre Fatshi et son fidèle Lieutenant.

    1. Chers Jo Bongos & Chester,
      Votre éclairage est le bon, il situe utilement le cadre et l’histoire de ce feuilleton surprise de la démission de Kabunda. Maintenant que va en être la suite concrète ? J’ai lu quelque part un communiqué du Président Tshisekedi qui nommait Kabuya comme SG ai de l’Udps, à la place de Kabunda, il est tout à croire qu’à ce stade c’est un fake news n’empêche qu’il révèle non seulement la violation des lois d’un Chef de l’État qui continue à être un chef de parti mais surtout témoigne de la gouvernance en cours qui reste un État de non-droit et des divergences bien enracinées au sein du parti présidentiel qui n’est plus qu’une machine pour obtenir à tout prix sa réélection lors des prochaines élections générales. Quel réel bénéfice à en attendre pour le pays et sa population, vers où allons-nous maintenant au sommet de l’État : vers une confirmation officielle de la rupture entre Tshisekedi et Kabunda, vers une confirmation sans rupture complète de la relation ou vers un retour à la case départ avec rabibochages laborieux et au bout une Udps qui ne s’en sortirait pas très mal aux apparences ? Une chose reste néanmoins certaine : le pouvoir Tshisekedi, son parti l’Udps et sa majorité Union sacrée en garderont des traces, lesquelles et quel impact sur la gestion du pays ? Je ne peux m’empêcher de penser à « l’opprobre » qu’avaient imaginée les signataires de l’accord de Genève à tout celui qui ne le respecterait pas : Kabunda et sa fameuse base l’avaient récusé par la suite jusqu’à faire de Tshisekedi le PR après que celui-ci ait proclamé dans un premier temps que Fayulu était le changement qu’on attendait. Quelle légèreté et confusion, les voilà aujourd’hui tous dans une grande panade. La suite…

  14. PS
    J’ai crois que j’ai oublié de signaler cette évidence qu’au fil des heures prend ouvertement corps une aille de l’UDPS plus ouvertement en accord avec l’exclusion de Kabunda : de Kazadi à Tshimbulu et d’autres, ils reprochent beaucoup des dérapages à Kabunda et n’en veulent plus comme sans doute leur patron Tshisekedi. Mème une jeunesse étiquetée Udps aurait pris acte de la démission de Kabunda, elle apporte son indéfectible soutien au seul PR Tshisekedi et à la garde républicaine. Les divergences sont donc plus complexes dans le pouvoir en place pas seulement limitées au sommet encombré par les Conseillers mikilistes et une certaine base contrôlée par Kabunda. Ainsi donc à mon avis un peu plus que la seule confrontation militants vs le haut staff du pouvoir et du parti. Sur ces entrefaites Il importe alors de souligner au-delà de l’influence ou manipulations venues d’en haut dans cette affaire la défense de leur chef direct et de sa famille de fameux Bana Mura de la GR. Elle représente un élément qui met en perspective les enjeux de cette brouille entre Tshisekedi et son lieutenant frondeur. Que représente la base du pouvoir lorsque jadis presque tous katangais, les Bana Mura sont devenus plus luba ou dévoués à Tshisekedi comme leurs nouveaux commandants. Ils ont bien transposé leur allégeance de ‘JK’ à Tshisekedi. Un Tshisekedi qui ne tolérait plus de calife après lui quels que soient les services du second dans l’avènement du premier. Comme une base qui se complexifie et se retrouve plus haut mettant davantage au jour la dimension de tout pouvoir dominateur ici en même temps avec des références volontiers tribales et régionalistes. C’est vaguement ce que je voulais ajouter : la diverse expression d’un pouvoir d’abord devenu plus autoritaire au fil de son avancée aux dépens des intérêts du peuple plutôt que les simples querelles en son sein. Pour quelle suite ?

  15. MAITRE NAGEUR LIVRE-T-IL SON DERNIER COMBAT?
    Kabund « mbokatier » arrive á Kin et impressione positivement Tshitshi et gagne sa première bataille contre les « universitaires kinois » en devenant le SG de l´UDPS.. Il est le premier SG qui ne posséde pas une éducation universitaire ! Les mauvaises langues vont dire que « azali na moto », rien qu´en regardant sa bibliothèque on se demande si Kabund n´était pas un « frater » et Tshitshi n´a fait qu´admettre sa force spirituelle?
    La suite ne fait que confirmer l´aura de Kabund, l´un de ceux qui négocie un deal avec Kabila á Ibiza et Monaco dans le « dos » de Tshitshi et avec la complicité de Félix. Tshibala et Sami Badibanga sont l´expression de ce deal.. Ironie de l´histoire; les deux derniers Premier Ministre de Kabila sont issuent de l´UDPS lol
    Kabund sera l´artisan de la victoire de Félix á la présidence de l´UDPS.. et les « oracles » de Kabund vont se réaliser, car il détestait Katumbi et Lamuka.. Son « ultimatum » contre Felix qu´il pousse dans le dos pour qu´il quitte Lamuka ouvre la voie á un nouveau deal avec Kabila.
    Kabund á cheval dans le lodge de Mbuela démontre qu´il est l´un des artisans de l´alliance avec le FCC.. mais le même Kabund sera au front pour renverser Mabunda et faire imploser en vol le FCC.
    L´Union Sacrée est aussi la fille de Kabund qu´on avait chassé de la présidence du Parlement mais qui revient en force car il est curieusement celui qui fait revenir Katumbi et Bemba dans cette alliance sans programme politique commun.
    LA DEFAITE DE KABUND?
    Kabund qui semble-t-il est l´un des rares à être capable de dire des vérités á Félix n´hésite pas á remettre en question le RAM et pire profite de ses fonctions de vice-président du Parlement pour faire un speech « socialiste ». Exiger la « frugalité » dans la gouvernance en réduisant le train de vie des institutions ne lui porte pas bonheur.. Il a rassemblé des ennemis dans le cabinet du Président et pire la faction des « universitaires kinois » l´attendent au tournant.
    Kabund lance son dernier « oracle »: ceux qui fêtent sa défaire, sa disgrâce vont avoir une « courte joie » ! Lui qui a été longtemps l´homme des « black actions » politiques de Félix sait de quoi il parle… l´avenir de l´Union Sacrée n´est pas en rose quand l´an prochain certains membres vont quitter afin de ne pas assumer le bilan de Félix.
    LUIZA
    On raconte que mama Marthe travaille en coulisse pour une réconciliation.. Les mauvaises langues affirment que Kabund est orginaire de LUIZA comme mama Marthe.. et cette orgine commune explique comment Kabund avait été accepté par Tshitshi.. et ensuite Félix.
    Mais quel est le prix de cette réconciliation quand la faction des « intello » exige un congrès afin d´en finir avec Kabund?

    1. @GHOST,
      Mama Marthe a raison de calmer tout le monde. Elle sait que Kabund est un impulsif imprévisible qui peut quitter le pays et tout déballer. Ce sera la fin des haricots.
      Mama Marthe le sait. Kabund sait qu’elle sait. Il ne fera rien car il est tout sauf un traitre.
      Cosa nostra !

  16. Le langage qu’un président ne doit pas utiliser !!!
    Défendre le Congo, sa dignité, son honneur !
    La médiocrité de la culture politique de certains gouvernants n’est plus à démontrer.
    A la fois par impuissance, incapacité, inexpérience ou amateurisme, mais plus par un manque d’aptitude à mieux cerner le problématique congolais, et y apporter les solutions appropriées, alors de manière lapidaire, ils essaient à coup des petites phrases nous décrier la situation du pays et ses difficultés un peu comme au sursaut d’un réveil matinal après une nuit cauchemardesque.
    Pourtant, ils ont battu campagne. Certains pendant de longues années, durant deux ou trois décennies n’en démordaient pas.
    Parce que prétendument, ils avaient le meilleur programme, la bonne vision de développement voire de transformation de la RDC en paradis terrestre.
    D’autres nous endoctrinaient, promettaient même un quinquennat qui serait jalonné, tous les mois de l’année des inaugurations d’infrastructures et des nouvelles réalisations couvrant tout le pays.
    « La révolution de la modernité »
    Pourtant de tout cela, nous n’en sommes même pas au balbutiement. Puisqu’à la place d’apporter des solutions, ils nous font encore aujourd’hui comme d’autres le faisaient hier la description de ce POURQUOI ils sont au pouvoir.
    Parfois le surréalisme de leurs propos est tellement sidérant qu’on les prendrait pour des martiens venus nous soigner.
    Mais comme souvent, c’est plus leur catastrophisme qui est cinglant. Un catastrophisme empreint de cynisme froid mimant le comportement d’un serpent devant sa proie entrain de s’assurer que son venin l’a bien paralysée avant de mieux l’engloutir tout entier.
    Il devient évident pour tout le monde qu’il est temps maintenant de se rendre compte que « ne devient pas président qui veut ». C’est d’ailleurs plus à notre naïveté ambiante qu’il faut s’en prendre. Car c’est notre propre naïveté et médiocrité qui nous mènent dans le mur. Par cette attitude de croyant imbécile nous payons une facture exorbitante avec des conséquences imprévisibles.
    A vrai dire, on ne pouvait rien attendre de plus avec les Tshisekedi. Encore moins avec Fatshi dont le cv ne permet même pas à son auteur de décrocher un poste d’instituteur d’école primaire en France ou en Belgique.
    Quant au papa, qui s’était limité à une opposition stérile et bête, mais sans plus, le point d’orgue de son bilan désastreux est qu’il n’a même pas réussit à transmettre à son propre fils un cadre élaboré et référentiel qui serait la marque d’un organisateur et gestionnaire hors pair si l’on considère ne fut-ce que l’état piteux et déplorable de l’udps à peine deux années de sa disparition.
    Se prévaloir de trente années d’opposition, pour une si famélique bilan? C’est là la réalité qui n’est pas vue par un grand nombre des congolais, préférant s’attacher à bien d’autres choses plus affolantes et ridicules qu’aux causes de notre engluement et les poids mort qui gênent notre décollage.
    Il est temps qu’on arrête les frais avec un président qui n’a dans son programme que le droit de truander la caisse, mais aucun devoir à remplir vis à vis du pays.
    Puisqu’on observe bien comment les dépassements budgétaires sont courants et s’exécutant à un rythme très soutenu.
    Que l’union sacrée pour la république serve véritablement la république et non les intérêts mesquins et sordides d’un traître à la cause nationale. Comme nous tous, vous observez l’aventurisme et les errements de ce président pantouflard qui mettent en danger l’avenir des 80 millions des congolais et leur souveraineté davantage aujourd’hui qu’hier
    Sortez de vos bois pour défendre le Congo, sa dignité, son honneur !

  17. @RAZ
    Vous venez de bien reummer ce que nous disions plus haut. A savoir, que ce regime kletpocratique UDPS-USN est identique a la kleptocratie PPRD-FCC avec la difference que le jouisseur-flambeur au sommet aujourd’hui promet trop (sans suite), et parle trop (pour ne rien dire). Avec son bilan honteux (inclu chez lui au Kasai…), et a moins que les Congolais (visiblement abrutis pas ses discours) se reveillent, 2023 risque d’etre la repetition de tricheries 2018. Kabund a bien compris que ce roublard s’est servi de lui, et le lache aujourd’hui au profit de sa bande de Matonge.

  18. LA GR ET LE VOYAGE DU PRESIDENT FELIX AU KASAI
    Cette « GR » est bonne quand il faut lancer un raid contre la résidence d´un vice-président du Parlement.. mais sur le terrain le récent voyage du président Félix au Kasai démontre que la GR a des insuffisances dans sa capacité á assurer la protection du président.
    RECONNAISSANCE
    Les observateurs militaires constatent que l´itinéraire routier que le cortège avait empruntée n´était pas « balisée » avec des équipes de reconnaissance, sinon comment expliquer que le véhicule blindé du président se retrouve dans la boue pendant des heures?
    La GR ne semble pas posseder des drones capables de faire la reconnaissance et de survoler le cortège du président.
    LOGISTIQUE
    Quand un président se déplace par route dans une zone où l´état des routes est mauvais, un responsable de la logistique militaire devrait avoir dans ce cortège, un véhicule de dépannage blindé 6 x 6 capable de « tracter » la jeep du président et mieux un « tracteur » militaire blindé capable de déblayer et sécuriser la route afin non seulement de la rendre pratiquable mais aussi de la sécuriser contre les mines
    EXTRACTION
    Le président avec sa jeep dans la boue pendant des heures, son cortège immobilisé en faisant de lui une cible statique facile á attaquer avec des RPJ-9..
    Une fois de plus, pas d´hélicoptère capable d´extraire le président rapidement.. aucune équipe de reserve avec des véhicules capables d´assurer une extraction rapide du président.
    QUESTION
    La GR peut-elle faire face á une attaque contre le président en zone rurale quand on constate ces insuffisances dans la planification du voyage du président au Kasai?

    1. @GHOST,
      Nous savons grâce à James Kabarebe, un muyombe de Rwanda, que nos militaires GR ou autres sont incapables de tuer un rat. Il ne faut pas trop leur demander. Hélicoptères, drones, extraction du président…c’est de la fiction pour eux. Mboka esi ekufa.

  19. UN DERNIER MOT !?!
    @ On s’excite et on a raison à décrypter le dernier feuilleton autour de de Kabunda en une guerre à l’Udps et au sein du pouvoir tshisekediste entre la base et le haut, entre les militants historiques et le cabinet présidentiel. C’est vrai mais ne faut-il pas regarder plus au fond ? C’est cela mais en même temps plus que cela : l’évolution péjorative normale d’un pouvoir qui continue à brandit l’État de droit comme un slogan mais l’applique selon ses profits immédiats. Les luttes intestines au sein d’un groupe sont courantes et plutôt logiques, celles dans l’Udps n’expliquent-elles pas aussi ou d’abord une escalade autoritaire de plus au sein du pouvoir en place ?
    @ Il n’est un secret pour personne que Tshisekedi est résolu plus que jamais à rempiler en 2023 et entend rester le seul maître à bord du pays même à l’intérieur de son parti et son lieutenant Kabunda à qui il avait confié d’autorité et dans les limites des lois et règlements de conduire l’Udps en même temps qu’il était premier vice-président de l’AN commençait à lui faire beaucoup d’ombre. Voilà pourquoi il n’a pas hésité de lui infliger cette expédition punitive via la GR pour faire taire ses velléités d’indépendance. Aujourd’hui ce dernier déclare en annonçant sa démission qu’une « page nouvelle s’ouvre » mais croit-il que c’est de son coté que les nouvelles pages seront inscrites ? Nous sommes dans une République, disais-je, où l’Etat de droit est plus apparent qu’effectif, le fonctionnement des institutions se fonde moins sur les lois et règlements que davantage sur les hommes forts du pouvoir.
    @ Tenez, lorsque Tshisekedi initie le débauchage des piliers du kabilisme comme Busthabu & Lumanu ne s’arme-t-il pas davantage de nouveaux hommes forts auprès de lui forcément quelque part contre Kabunda ? Ce n’est donc rien d’autre qu’une diversité d’expressions qui cache mal la quête d’un pouvoir d’abord devenu plus autoritaire et plus personnel au fil de son avancée aux dépens des intérêts du peuple plutôt que les simples querelles en son sein. N’en déplaise à Lamuka, la démission ou non de Kabunda est davantage qu’une blague, elle représente une variable de fond dans la personnalisation du pouvoir en place. Non seulement la tourmente du parti présidentiel est réel mais aussi le coup de pression sur Kabunda poursuivait cet objectif et il se trouve que note classe politique médiocre et opportuniste s’est précipitée vers son penchant habituel : elle a applaudi le Chef maître des horloges et des subsides lui témoignant son indéfectible loyauté. Maintenant pour quelle suite et quel bénéfice réel pour le pays et ses habitants…

Comments are closed.

Previous post Procès assassinat Floribert Chebeya et Fidèle Bazana: La VSV exige l’audition de toutes les personnes citées par le major Paul Mwilambwe
Next post Mirindi: « Après la prise de Pweto par le RCD, Mzee Kabila tenait à faire fusiller le général-major Joseph Kabila… »