La leçon ukrainienne: Sans armée forte, pas de souveraineté!

Read Time:4 Minute

La plus grande leçon à tirer de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe tient en ces quelques mots: il n’y a ni indépendance, ni souveraineté ni intégrité du territoire national dans un Etat non doté d’une armée forte. Une armée moderne (terre, air, mer). Une armée bien formée. Une armée bien équipée. Une armée dotée d’une grande puissance de feu.

Cela fait huit jours depuis que la deuxième armée du monde, en l’occurrence la très moderne armée russe nargue l’humanité toute entière en pilonnant des bâtiments civils et militaires dans quelques villes de l’Ukraine. Pour le moment, les soldats russes interviennent en premier lieu dans les régions où vivent des « russophones ». Suivez mon regard! Dieu seul sait le nombre de civils sans armes qui ont péri sous les bombes. On pourrait dire autant des militaires ukrainiens et russes. Pourquoi?

Ce qui se passe entre la Russie et l’Ukraine n’est pas à proprement parler un « conflit ». Tout conflit suppose, en effet, une contradiction antagonique. Dans une brève allocution prononcée mercredi 2 mars 2022, le président français, Emmanuel Macron, a été clair: « La Russie n’est pas agressée, elle est l’agresseur ». « Les opérations militaires », selon la terminologie russe, que les troupes venues de Russie mènent actuellement en Ukraine porte un nom en droit international: « agression ».

La Russie exclue, l’Ukraine est le plus grand pays d’Europe avec une superficie de 603.700 km². Depuis le 24 février, l’armée russe s’est rendue maître dans le ciel, la mer et la terre. Après avoir anéanti au sol les avions de combat de la force aérienne ukrainienne, des parachutistes russes quadrillent les villes conquises.

De manière schématique, la Russie dénie à cette ancienne république soviétique – devenue indépendante depuis 1991 – le droit souverain de choisir librement ses « nouveaux amis » et d’opter pour des valeurs en vogue dans le monde occidental. A savoir: la démocratie, la liberté et le respect des droits de l’Homme. Des valeurs méconnues à Moscou. Vladimir Poutine aurait-il peur d’avoir un Etat démocratique à ses frontières? Une certitude: le maître du Kremlin voudrait renverser l’actuel chef de l’Etat, Volodimyr Zelensky pour le remplacer par un homme-lige à l’image d’Alexandre Loukachenko de la Biélorussie.

C’est le lieu de saluer le courage et la résilience du peuple ukrainien. Un peuple qui ne demande qu’à vivre en paix non seulement avec le peuple russe avec lequel il a tissé des liens de consanguinité mais aussi avec d’autres nations du monde.

Qu’est ce qui se passe en Ukraine? Un Etat militairement plus fort a sorti son armada pour écraser un autre plus faible. Rien de nouveau. Les relations entre les Etats s’est toujours fondées sur les rapports de force: les plus forts écrasent les plus faibles. L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe inspire une leçon fondamentale: sans une armée forte (terre, air, mer), bien formée, bien équipée et dotée d’une grande puissance de feu, la souveraineté n’est qu’un concept philosophique.

Quelle est la leçon à tirer pour le Congo-Kinshasa? Le pays doit construire une armée forte.

Forcé par ses « amis » occidentaux, au mois d’avril 1990, le président Mobutu Sese Seko annonce la restauration du multipartisme. Contre toute attente, le pays plonge aussitôt dans une crise politico-diplomatique sans précédent suite notamment à la « révélation » de l’affaire dite du « massacre d’étudiants de l’université de Lubumbashi ». Un massacre sans cadavres. Le régime zaïrois est accusé de violation des droits de l’homme. Il s’en est suivi la rupture en cascade de la « coopération internationale ». Etat dépendant, le Zaïre s’est vu privé de moyens notamment pour entretenir son armée. Les soldats zaïrois furent livrés à eux-mêmes. Sept années durant. Il n’était plus rare de voir un militaire en uniforme porter des tongs. Le tribalisme et le régionalisme avaient déjà rongé l’esprit de corps au sein des troupes.

En 1996, le Zaïre fait face à une agression conduite par les armées venues principalement du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi. Sans omettre l’Angola. Vice-président et ministre de la Défense du Rwanda – qui est passé maître dans la désinformation -, Paul Kagame a prétendu qu’une « minorité « rwandophone », autoproclamée « Banyamulenge », vivait, selon lui, depuis des générations au Zaïre. Cette minorité a pris les armes pour reconquérir sa citoyenneté. En Ukraine, Poutine justifie son comportement belliqueux par la nécessité de « dénazifier » le pays et d’y détruire « l’anti-Russie ».

Après la prise du pouvoir par l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), le 17 mai 1997, les troupes d’occupation dirigées par le Rwandais James Kabarebe, alors colonel, se sont attaquées prioritairement aux Forces armées zaïroises. Quarante-trois mille militaires des FAZ furent envoyées à la Base de Kitona, transformée en « camp de concentration ». « Chaque jour, il y avait quinze à vingt morts à inhumer. (…), la diarrhée était diagnostiquée comme cause principale du décès », déclarait le colonel Kadate Lekumu. La motivation de Kabarebe était claire: un Etat sans armée est assimilable à un corps sans défense immunitaire.

Durant ses dix-huit années passées à la tête de l’Etat, « Joseph Kabila » a laissé l’impression d’avoir été chargé d’accomplir une « mission », celle de maintenir l’ex-Zaïre à genoux avec une « armée de parade » infiltrée par des sujets étrangers dits « rwandophones ».

Lors de la commémoration du dixième anniversaire de la signature de l’Accord-cadre de paix signé en février 2013 à Addis-Abeba, les différentes délégations ont noté un « bilan mitigé » en ce qui concerne notamment la réforme des forces de sécurité.

On espère que la présence d’un fils du pays au sommet de l’Etat en la personne de Felix Tshisekedi Tshilombo, est une opportunité inespérée pour doter le Congo-Kinshasa d’une armée forte pour garantir la souveraineté nationale. Il s’agit d’une armée expurgée des éléments étrangers. On espère également que l’actuel chef de l’Etat mettra un point d’honneur à rompre le « cordon ombilical » qui rattache le pouvoir congolais à cette espèce de sous-hégémonisme rwando-ougandais.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

23 thoughts on “La leçon ukrainienne: Sans armée forte, pas de souveraineté!

  1. UNE ARMEE « FORTE » POUR LE CONGO
    Une armée forte et pas une armée pour la « parade le 30 juin ».. Tous ceux qui sont passés dans les centres de formation des FAZ se souvienent des heures consacrées pour faire la « parade ».. c´est comme si dans la compréhension des dirigeants congolais, le rôle de l´armée est de faire « la parade » et marcher au son d´une fanfare est la raison d´être de l´armée au Congo.
    UNE ARMEE FORTE
    L´Ukraine nous inspire.. imaginez la seconde puissance militaire de la planète, avec toutes les ressources technologiques, une puissance de feu nucléaire.. qui a du mal á s´emparer de la capitale Kiev depuis une semaine !
    L´armée de l Ukraine modeste nous apprend, nous congolais le sens du « nationalisme ».. ce n´est pas ce « nationalisme » congolais qui ne s´exprime que avec les noms de Lumumba, Kimpa Vita, ou mfumu Kimbangu mais un nationalisme vivant où un président de la république élu démocratiquement donne l´exemple de la résistance et reste á son poste pendant les bombardement de son pays.
    FORCE PUBLIQUE OU ARMEE NATIONALE ?
    C´est la question que les lecteurs devraient se poser.. ce que pendant sa prochaine visite au Congo, le Roi des Belges sera surpris de retrouver la configuration des infrastructures militaires de la Force Publique 60 ans après l´indépendance.
    C´est comme si le Congo n´a pas eu deux guerres au Katanga (guerres du Shaba), des invasions de presque tous les pays voisins lors de la chute de Mobutu, ni des guerres d´agression par les milices rwandophones, ni une longue guerre de 25 ans qui continue á décimer notre peuple á l´Est!
    Pour quelle raison le Kivu et l´Iuri doivent attendre les troupes en provenance de Kitona ou Kamina 60 ans après l´indépendance?
    Une armée forte c´est avant tout des nouvelles bases militaire modernes qui peuvent rompre avec la configuration de la Force Publique qui avait placée les bases et casernes militaires dans les villes afin d´aider á la repression.
    Sans des nouvelles bases militaires capables d´assurer une « défense de proximitée », pas la peine de proceder aux récrutements des jeunes congolais qui seront vite découragés d´offrir leur vies pour la défense du territoire nationale.
    LA QUESTION DES ALLIANCES MILITAIRES
    Observons ce qui se passe en Ukraine où la bravure de l´armée de ce pays est (aussi ) compensée par des aides militaires en provenance de l´Europe.
    Au Congo, depuis 3 ans nous savons tous que les généraux sous sanctions internationales sont encore en fonction. C´est comme si notre président se moque totalement du besoin d´un soutien militaire de la part des USA/UE.
    Nous ne pouvons pas rêver d´une armée nationale et forte sans avoir une alliance militaire « forte » avec l´OTAN/UE.
    Quelque soit l´anti-américanisme qui influence le jugement d´un % considerable des congolais, les USA/UE seront encore une puissance économique et militaire puissante sur la planète pendant plus de 20 ans. Nous ne pouvons que nous investir dans une alliance militaire avec l´OTAN/UE

  2. Sans un chef d’état légitime, compétent, visionnaire, pas de pays fort, pas d’armée forte, pas de souveraineté !

  3. Il y a plusieurs dimensions dans le conflit Russo-Ukrainien. D’abord la folie paranoïaque du Président Poutine qui voit des ennemis partout autour de son pays, ensuite sa volonté de reconstituer le bloc de l’ex pacte de Varsovie pour faire pendant à l’Otan, enfin, l’orgueil de montrer aux occidentaux que la Russie est une puissance militaire avec laquelle il faut compter. Économiquement, la Russie est un pays arriéré avec un Pib équivalent à celui de l’Espagne pour un pays de plus de 300 millions d’habitants. Sans la rente pétrolière et gazière, la Russie serait incapable d’entretenir son arsenal militaire et nucléaire qui lui coûte extrêmement cher. Je ne suis pas convaincu qu’on peut établir une comparaison entre la RDC et la Russie, mais sait-on jamais. Ce qui est sûr est que Poutine a signé les accords de Minsk pour gagner du temps. L’argument qui a consisté à brandir la persécution des russophones dans le Donbass n’était que prétexte pour endormir la communauté internationale. Tout ce qui lui reste maintenant, c’est de faire face aux sanctions massives qui vont plonger son économie.

    1. GROZNY
      En Tchétchénie, Poutine avait mis 3 mois pour raser la ville de Grozny.. Ce que l´armée russe a héritée de l´armée Rouge de l´URSS cette philosophie d´une artillerie lourde. Cette armée ne peut pas se battre dans une ville car impossible de manoeuvrer avec des chars.
      ALEP
      En Syrie, cette vielle ville historique n´est que décombre. Poutine avait repris la même approche qu´á Grozny en laissant l´aviation russe bombarder Alep.. et pire, la Russie a testée des missiles Kalibr tirées á partir des navires de guerre et des sous-marins!
      UKRAINE
      Etrange que Poutine n´utilise pas son aviation mais compte avant tout sur les forces terrestres quand l´Ukraine est un vaste pays avec des grandes villes.
      La stratégie appliquée lors de l´attaque de Kiev était basée sur celle appliquée en Crimée: attaque surprise par des forces spéciales et des parachutistes.
      Cette fois ici, Poutine est tombé sur une résistance militaire et pire les insufisances logistiques de son armée ont données du temps aux ukrainiens de mieux s´organiser.
      RISQUES
      La Russie est entrain de tomber dans un piège « historique » où soit Poutine transforme toutes les grandes villes d´Ukraine en décombres, soit se retire car impossible d´annexer un pays où sa population résite les armes á la main.
      Quand tous les pays membres de l´OTAN sont entrain d´envoyer des systèmes d´armes anti-char ou des missiles Stinger, Poutine va se retrouver en Afghanistan quand l´armée Rouge de l´URSS faisait face aux afghans armés des Stinger.
      Pire, les chars dans une guerre urbaine « techno-guérilla » sont des cibles faciles pour les missiles anti-char..
      Une semaine après, la Russie a des pertes significantes en équipements et en militaires tués au combat. Les images d´hélicoptères touchés par des missiles Stinger ou des chars en feu touchés par des missiles anti-char ont un impact psychologique sur les militaires russes.
      L´ARME NUCLEAIRE
      Contrairement aux apparences, chacun connait la « facture » qu´il faut payer en cas d´usage de l´arme nucléaire. Poutine sait d´avance qu´il est impuissant. Un seul tir d´une missile nucléaire signifie non seulement la fin de la Russie, mais aussi de toute la planète. La réplique est automatique de la part des USA, France et Grande Bretagne sans oublier Israel dont une forte communauté juive réside en Ukraine.
      L´arme nucléaire est une arme d´impuissance.
      POUTINE ET LA RUSSIE
      Qu´offre Poutine en termes de bonne gouvernance, de démocratie, de technologie ou d´aide financière á tous ces pays dont il souhaite annexer afin de reconstruire l´URSS?

    2. Pour la plupart d’entre nous, nous n’apprenons mieux que maintenant l’histoire de la Russie soviétique et celle d’après. ‘L’ accords de Minsk ou traité de Minsk’ initié sous Gorbatchev fut signé sous son successeur Eltsine en décembre 1991 entre la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, il entérinait la dislocation de l’Urss et donnait naissance à la Communauté des États indépendants (CEI) à laquelle d’autres anciens membres de l’empire soviétique notamment les pays baltes (Lituanie, Estonie, Lettonie) et la Géorgie devraient s’adjoindre. Il sera plus tard contesté par la Russie parce que les populations et surtout la Douma n’auraient pas été consultées. A ne donc pas confondre avec ce qu’on appelle le ‘Protocole de Minsk’, signé en septembre 2014 par la Russie (sous Poutine), l’Ukraine, des nouvelles Républiques de Donetsk et de Lougansk justement pour mettre fin à la guerre de l’Ukraine avec ces dernières provinces pro-russes, cela peu après la sécession en mars 2014 de la Crimée de l’Ukraine et sa réintégration à la Russie.

  4. Je pense que c’est un concept relatif. Il y a des pays qui sont l’objet de convoitises de part leur emplacement géostratégique, économique ou même historique car certains pays continuent à revendiquer des terres qui auraient d’après eux mal découpées soit par les colonisateurs soit par les conflits antérieurs. Ceux là ont besoin de se sécuriser en se donnant les moyens d’avoir une armée forte en vue de dissuader d’éventuels agresseurs.

  5. Oui s’il s’agit simplement d’une agression russe contre le vaillant peuple ukrainien comme l’affirme BAW,nous esperons qu’il a eu a condamner aussi les occidentaux en Irak,Lybie,Soudan,Syrie etc…Les fondements de cette soit disant agression sont emminement complexes,malgre l’hysterie collective occidentale.

  6. @Ghost,
    Vous êtes sous informé. Selon de nombreux rapports dont Mackinsey &co, la Chine est passée devant les USA en termes de puissance économique soient 120.000 milliards d’actifs nets pour la Chine contre 90.000 milliards d’actifs nets pour les USA fin 2020. Seulement, le problème de ces deux pays réside en l’accentuation des inégalités sociales (riches versus pauvres) telles que relayées par l’indicateur de Gini. Ainsi par exemple, seulement +/- 20% de ménages chinois et américains détiennent plus de 80% de ces richesses; le reste étant dans la classe moyenne ou la pauvreté en termes de santé, sécurité,éducation et revenu.
    En ce qui concerne la puissance militaire, c’est depuis Roosevelt à la fin de 1945 que les russes avaient réussi à infiltrer les Usa en détournant leurs secrets d’aviation militaire et bombes nucléaires. Les Usa seraient dejà sous le contrôle de la Russie. Souvenez-vous des élections d’Hillary Clinton face à Trump, de business des fils de Biden et Trump…Les business au sommet du gouvernement américain ont affaibli le leadership géostratégique étasunien.
    Selon certaines sources françaises, les services russes avaient aidé les américains à détecter Ben Laden en échange de la non incorporation des « ex pays soviets » au sein de l’OTAN ». A la différence des républicains, les démocrates n’auraient pas respecté les accords secrets signés depuis 2014.
    N.B: il est de ces informations que j’ai tenues à présenter au conditionnel en considération du caractère complexe d’enjeux géostrategiques.

    1. Armand@
      Vous êtes entrain de m´informer que « la Chine est entrain de faire la guerre en Ukraine »? Pourquoi parlez-vous de la Chine dans cette affaire? Savez-vous que l´Antonov 225, l´avion le plus grand de la planète est retourné en service avec un investissement de plusieurs milliards de dollars de la Chine?
      Vos informations sur l´aide de la Russie.. souvenez-vous que l´Ukraine avait plusieures bombes nucléaires á la fin de l´URSS et les USA avaient negociés et même payés l´Ukraine pour que la Russie récupérer toutes les bombes nucléaires.
      Retournons á la guerre en Ukraine où Poutine rêve de reconstruire la Guerre Froide et l´URSS, rêve impossible á réaliser

      1. @Vous avez semblé ignorer que les instigateurs de cette guerre sont les USA du fait de l’incorporation des ex pays soviétiques dans l’OTAN au mépris des accords passés. Cependant , les États-Unis ne sont plus une puissance économique . Ils ont été dépassés par la Chine, partenaire légendaire et stratégique de la Russie.
        En principe , l’on ne mène pas une guerre sans planification économique. Pourtant, la Russie s’y est bien préparée. Tenez , comparativement aux partenaires de l’Ukraine à savoir l’UE et les USA, la RUSSIE est l’un des rares pays a disposé d’une balance commerciale excédentaire. La balance de paiement et le budget de la Russie sont également excédentaires.La Russie n’ a pas de dette extérieure ni intérieure. Son stock de réserves de change est de deux ans . La Russie peut donc vivre en autarcie durant deux ans alors que la France ne peut tenir que pendant deux mois. Déjà , les banques françaises admettent des exceptions pour le financement en dollars des importations du pétrole , gaz et blé. L’ Europe qui ne s’est pas bien préparée face à cette guerre court le risque de renforcer les liens stratégiques et commerciaux entre la Russie et la Chine avec des effets collatéraux sur l’UE très dépendante du blé, pétrole et gaz russes. Let’s wait and see!

      2. @Armand
        @ Vous êtes en tant qu’économiste plus apte à comprendre les différentes variables économiques russes qui selon vous seront plus stables que celles de ses adversaires (Usa, Otan et alliés) mais il me semble que les études prédisent un impact économique mondial substantiel futur mais aussi sur la Russie au fur et à mesure que cette guerre trainera. On peut juste espérer que ses alliés politiques et économiques comme la Chine, l’Iran et certains pays de l’ex-Union soviétique sauront tempérer cet impact.
        @ Ailleurs vous affirmez tout de go que ce sont les adversaires de la Russie qui sont les principaux instigateurs de cette guerre. je crains que ça soit un avis trop partisan qui déduirait que la Russie n’a pas eu le loisir d’agir autrement qu’en faisant la guerre à l’Otan, vous oubliez en même temps que c’est Poutine qui a décidé de faire cette guerre pour des raisons géopolitiques hégémoniques de reconstruction de l’empire soviétiques passé.
        @ En passant j’avoue moi que ces mobiles sont les mêmes chez ses adversaires, Usa et Otan. Voilà pourquoi selon moi, un avis mesuré devrait prendre du recul, débattre de cet esprit mondial dangereux de compétition offensive qui anime les deux camps. Pourquoi ne pas en finir avec cette vision bipolaire de guerre froide toujours au bord des conflits et adopter un multilatéralisme qui accorde la paix à la planète dans une cohabitation pacifique entre États, chacun selon ses mérites et ses efforts. C’est de la morale qui ne sied pas à la nature humaine où l’homme est vite le loup face à son semblable, me rétorquera-t-on ; et pourtant…

      3. @Combattant Résistant de l’Ombre
        Tant mieux si comme vous le dites et le souhaitez la Russie est mieux dotée que ses adversaires (Usa, Otan) pour résister dans cette guerre qu’elle a engagé contre l’Ukraine. Vous avez peut-être raison mais je n’en sais pas plus avec ses informations parfois contradictoires dont on nous abreuve. N’empêche personnellement je suis sûr d’une chose : cette guerre n’est pas la nôtre, c’est celle des grandes puissances et entre frêres. Et pour dire vrai, mon anti-impérialisme n’est pas un anti-américanisme automatique qui me pousserait à approuver sans discernement la guerre de Poutine de l’Urss jadis à nos cotés dans nos guerres d’indépendance, une guerre pas vraiment légitime défense mais plus idéologique faite d’abord pour recouvrer son empire soviétique perdu, une guerre qui tuera comme partout des innocents, enfants, femmes, vieillards innocents.. Encore plus, je suis pour un monde multilatéraliste pas toujours au bord d’une guerre comme l’exigerait la Guerre froide bipolaire entre deux puissances et dans ce sens je peux vous certifier que je condamne les deux camps. Voilà !

      4. *exportation des milliers de M3 de Gaz/jour…
        *TIRER (PLANCHE À BILLETS=MONNAIE DE SINGE)…

  7. Les opérations militaires russes en UKraine exposent l’hypocrisie et le racisme de la soi disante communauté internationale. En effet, c’est depuis plus de 20 ans que la RDC est victime de pareilles incursions et opérations militaires de ses voisins. Dans l’indifférence totale de la communauté internationale. Les Nègres du Congo peuvent périr comme des mouches, peu importe, pas d’émotion, pas d’Alerte Info……
    Seule réponse: on nous envoit la MONUSCO, une force chargée de l’encadrement de nos agresseurs.
    A quand la « MONUSCO » ukrainienne? Grand-Prêtre Poutine, sukisa bango…

    1. @FUTURISTE
      L’émotion de la soi disante communauté internationale comme vous l’écrivez s’explique par le fait que cette communauté dite internationale rassemble en fait des états blancs chrétiens de tendance libérale qui se sont donnés comme credo  » plus jamais de guerre sur le territoire européen »

  8. La Guerre Russie/ Ukraine et l’Afrique !? Lors du vote à l’Onu il y’a deux jours de la résolution qui exigeait de la Russie l’arrêt de son invasion de l’Ukraine, de nombreux pays africains se sont abstenus.141 pays ont approuvé la résolution, 5 s’y sont opposés (dont l’Érythrée) mais 35 se sont abstenus dont la Chine (ah bon !), mais aussi 17 pays Africains . Les abstentions ici sont une neutralité pouvant largement être considérée comme défavorable à la résolution. Que plus de la moitié d’entre elles viennent du continent africain révèle l’influence que la Russie exerce encore sur l’Afrique. Une large part des pays africains ont mis de grandes réserves sinon désapprouvé la pression contre la Chine, ils ont voté l’abstention pour ne pas être trop stigmatisé en votant carrément non; c’est dire qu’ils tiennent aux liens vieux avec l’Urss de la période post indépendantiste correspondant au pic de la Guerre froide mais réactivés depuis plus d’une décennie avec Poutine qui n’a pas hésité de s’immiscer subrepticement mais progressivement en Afrique (cas de la Centrafrique et du Mali) à côté de la Chine. Pour les Africains comme à l’époque soviétique Poutine plaide pour des intérêts communs avec l’Afrique, une ligne anti-coloniale devenue anti-néocolonialiste (notamment contre la France). Toutes choses qui appellent une tendance au rapprochement avec lui. Ont-ils complètement raison et jusqu’où ? J’y reviendrai peut être fût-ce pou parler du sujet en cours, « les leçons Congolaises de cette guerre »…

    1. Nono@
      Quand vous allez revenir, essayez de nous démontrer comment la Russie fait progresser l´Afrique depuis 20 ans.. Informez nous comment la Russie construit des routes, des universités, des hopitaux ect.. en Afrique.
      Si simple, en plus de 20 ans de guerre au Congo, on aimerait bien savoir combien des fois la Russe (qui est pays membre permanent du conseil de sécurité de l´ONU) a votée des sanctions contre le Rwanda et l´Ouganda ..

      1. @GHOST
        Vous vous trompez de destinataire, relisez-moi : je n’ai prétendu le moins du monde que la Russie aurait fait progresser l’Afrique d’autant que je ne crois pas trop au contraire de vous aux vrais progrès qui viennent de l’extérieur. Le Congo, l’Afrique ne seront reconstruits que par leurs fils qui se seront responsabilisés de le faire, sans cette valeur les aides extérieures seront comme toujours gaspillées. Avant la Russie et la Chine nous avons eu les Européens et nous n’avons toujours pas progressé durablement parce que nous nous sommes montrés nuls…

  9. Cher BAW,
    Je suis tout-a-fait d’accord avec vous. ‘sans une armee forte (air terre, mer), formee, bien equipee, et dotee d’une grande une puissance de feu, la souverainete n’est qu’un concept philosophique.’ La lecon ukrainienne: pas d’armee formee forte, pas de souverainete’. La lecon ukrainienne, c’est une lecon que nous congolais nous refusons d’apprendre depuis 1960. Nous aimons discuter de futilites, et nous mettons l’essentiel sous le paillasson. La plus grande supercherie de Mobutu, et aussi la plus cruelle, c’est de nous avoir fait croire pendant trente sept ans que nous avions une armee! Avez-vous remarque comme moi que chaque fois que l’integrite territoriale de notre pays est menacee, nos autorites font appel aux forces armees etrangeres? Chaque fois que notre armee est impliquee dans un conflit arme, personne ne s’attend a ce qu’elle en sorte vainqueur. Avec la victoire des AFDL sur les FAZ, l’armee congolaise a inflige au peuple congolais sa plus grande humiliation de l’ere post-coloniale! Voyez comment notre armee peine a maitriser les groupuscules armes et les residus des ADF au Nord Kivu et en Ituri! En realite, rien n’a ete fait depuis 1975 pour doter le pays d’une armee forte et bien equipee. En 1975, Mobutu, encore lui, avait decime la creme de l’armee dans un complot-bidon qui n’avait pour objectif que d’intimider le corps des officiers superieurs et des officiers generaux pour decourager des officiers de ces deux corps d’avoir de velleites de lui faire un coup d’Etat! Mobutu, toujours lui, n’a pas reussi a extirper de nos hommes de troupe cette notion, heritee de la Force Publique, que l’armee a comme mission principale de mater la population civile. Mobutu, toujours lui, a instaure la kleptocratie et le tribalisme dans l’armee. Il est des sujets fondamentaux que nous congolais ne debattons jamais entre nous: la formation des militaires, l’equipement de nos forces armees, l’integrite du territoire, la securite, la souverainete. Nous refusons de debattre de ces sujets pour ne pas se faire etiquettes d’anti-patriotes ou de ‘collabos’. C’est exact. La lecon ukrainienne est que ‘Sans armee forte, pas de souverainete’! Quand allons-nous apprendre cette lecon? Chacun dans son coin a la reponse qui convient.
    Binsonji E Madilu.

    1. L´ARMEE CONGOLAISE POST-MOBUTU= FAZ
      Un général belge avait dit que pour la Force-Publique « avant l´indépendance = après l´indépendance ». Cette affirmation est valable en ce moment, car l´armée post-Mobutu au Congo est une copie, un avatar des FAZ. Le plus drôle est que les meilleurs officiers qui peuvent prétendre posséder une éducation militaire academique sont des ex FAZ á l´exemple du chef d´état major général des FARDC.
      Comme les FAZ qui n´avaient jamais gagnées une guerre sans une aide militaire étrangère, les FARDC continuent sur la même voie et doivent attendre (pire) l´aide d´un pays agresseur comme l´Ouganda pour combattre les milices ADF.
      Binsonji E Madilu@ a raison de souligner cette curieuse tradition d´absence des échanges entre congolais. Au lieu de « creuser » l´article de mister BAW á la lumière de notre histoire nationale, certains intervenants ramenent des histoires de la Chine et l´attitude anti-occidentale.
      Á 1 an des élections, quelle est la place du débat sur la politique de la défense au Congo? Ceux qui ont l´ambition de diriger le Congo devraient s´exprimer plus ouvertement sur la question de l´armée quand nous nous retrouvons avec une mission militaire de l´ONU qui ne fait que du tourisme depuis 20 ans en regardant les congolais se faire massacrer!
      Cette absence des débats entre nous est une insufisance terrible et notre pays va continuer á être faible et vulnérable tant que nous allons fuir ces débats.
      En Ukraine, le président conscient des limites de son armée, crie et pleure pour qu´on l´aide depuis 10 jours.. et certains pays apportent l´aide militaire tandis que les congolais se taisent et ont honte de parler des insufisances de l´armée.. tout en ayant l´attitude « scapegoat » en parlant des « collabos »… sans analyser les insufisances structurelles de notre défense.

  10. @GHOST
    A mon avis, cette situation arrange bien l’actuel régime d’affairistes pour monter des opérations fantaisistes ( Coop na Coop ) sur des chiffres bidons. Cela arrange également nos voisins, les frères de Tshilombo qui peuvent ainsi continuer à piller nos resources naturelles. Business is business !

  11. Depuis les indépendances des pays de l’Afrique subsaharienne, le Congo-Zaïre détient le triste record des conflits armés. Nous sommes champions toutes catégories de violence politique: guerres des sécessions, rebellions, guerres d’invasions du pays, guerres tribales…Depuis un peu plus d’un quart de siècle, nous sommes habitués à vivre dans une situation ambiguë de ni paix, ni guerre. Cela ne nous choque même plus. Dans l’Est, des tueries des compatriotes par dizaines, chaque jour, ou presque; à l’Ouest silence assourdissant des pouvoirs publics. Le peuple prie et danse, les intellectuels se livrent à des débats politiques creux à l’infini sur les plateaux de télé.
    Mobutu avait participé à toutes les guerres de la Première République. Quand il prend le pouvoir en 1965, il a mis l’accent sur la sécurité. Pour cela il a formé notre armée. Le recrutement des hommes de troupes se faisait par rotation et par province. Jusqu’en 1991.Les officiers étaient formés d’abord au pays et à l’étranger(USA, Belgique, France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Israel…).La coopération dans le domaine militaire, comme dans d’autres s’est arrêtée avec le fameux vrai faux massacre des étudiants de l’Université de Lubumbashi.
    Après sa chute, notre armée était laissée à l’abandon.
    La coopération se fait avec des pays comme l’Angola ou la Tanzanie. Tala kaka. Des centre recrutements ou de formation dispersés à travers le pays. Sans coordination.
    Anecdote: on lance un recrutement. Un jeune de l’Ituri vit avec ses parents à Beni. Il se présente au centre de recrutement à Beni. Il sera rabroué. On lui demande d’aller se faire recruter en Ituri,la province d’origine de ses parents. Hallucinant.
    Depuis qu’il est au pouvoir, Félix à une vision brumeuse dans le secteur sécuritaire. Au lieu de faire un effort pour bien former notre armée, la débarrasser du tribalisme paralysant, il fait rien. Il compte sur les armées étarngères: ougandaise et kenyane. Dans le domaine sécuritaire, on est mieux servi que par soi-même.
    A plus que mi-mandat, il est inutile d’espérer sen Félix pour nous assurer la paix; la paix perdue et introuvable depuis 1996.

    1. Kolomabale@
      LES FAZ étaient á l´abandon 10 ans avant la chute de Mobutu. Connaissez vous la « mutinerie de BINDO »? Dans les années ´90, pendant la Conférence Nationale, il y a eu une mutinerie au sein de toutes les forces militaires du Zaire avec conséquences 2 pillages.
      Il faut remonter vers les années 87-88 pour comprendre que les FAZ n´existaient que sur papier et avec les parachutistes de CETA la seule unité qui faisait la « maintenance des capacités opérationnelles » avec l´aide de la coopération militaire de la France.
      LA REVOLTE DES PAINS
      Après notre stage commando á Kota-Koli, un projet des formations en Egypte, (pays qui avait remplacé la RFA) va exiger que les membres de la Garde Civile passent par CETA pour un stage parachutiste et Kibomango pour un stage infanterie.
      Á Kota-Koli nous avons cotoyés des para de CETA qui devait aussi faire un stage commando et les conditions logistiques de ces pauvres militaires étaient incroyables.
      Ce que la première promotion de la Garde Civile avait un autre statut car la gestion logistique était assurée par le système informatique expérimental de la Présidence. Nous avions 3 repas chaud, un petit déjeuner avec du pain frais (car on avait de la farine que la boulangerie de Kota Koli pouvait utiliser) deux autres repas.. Même pendant le raid final dans la fôret, chaque GaCi avait des rations alimentaires pour les 3 jours du raid.
      Notre grande surprise était á Kibomango où pour la première fois, la DSP autorisait une autre force de sécurité de s´entrainer dans son centre de formation.
      Une fois de plus, notre « logistique » était autonome et les pains frais en provenance de BKTF.. une boulangerie de Masine livrait des pains chaque soir pour le petit déjeuner où on avait le choix d´un café au lait ou du thé avec du lait. Pire, quand les jeunes de la DSP vont decouvrir que notre cuisine pouvait preparer les autres repas chaud avec de l´huile et du tomate, une cusine classique..et la variation entre du riz á midi et du fufu le soir.. notre fufu était un melange du farine de mais et de manioc.. Il y avait eu une protestation et sans le major Meta qui commandait ce centre avec une disciplne de fer, il y aurait eu mutinerie á Kibomango parce que la DSP n´avait pas le même niveau logistique que la Garde Civile.
      Notre présence á Kibomango avait changée les conditions des militaires de la DSP qui avaient (enfin) eu le droit d´avoir du pain et du café au lait avec du sucre au petit déjeuner comme nous kie kie kie
      MOBUTU
      Il n´a jamais été une bonne réference en matière de formation de l´armée.. jusqu´á sa chute, il n´a jamais compris que l´approche chaotique où les doctrines militaires soviétiques (Chine et Corée du Nord) n´étaient pas compatibles avec celles de l´OTAN (Belgique, Israel, France et USA).
      Vous ne trouverez pas une nouvelle grande base militaire que Mobutu aurait fait construire pendant 32 ans au pouvoir. L´ex membre de la Force Publique était complexé devant les belges et croyait que les infrastructures héritées de la FP étaient tout ce que notre pays pouvait avoir rien de plus.
      LES UNIVERSITES
      30 ans après, on peut affirmer tout haut que le concept Garde-Civile était une grande révolution dans les affaires militaires au Congo.
      En 1985, lors du recrutement des membres de la Garde Civile, tout le concept était sous le contrôle des conseillers du président Mobutu, qui étaient aussi des professeurs á l´UNIKIN et les écoles supérieures de la capitale.
      Ils vont opter pour le système informatique que la présidence était entrain d´installer. Ainsi, l´école supérieure de l´éducation physique va se charger du test physique des candidats, tandis l´IPN va mettre au point le test intellectuel et la faculté de médecine en collaboration avec la Croix Rouge Internationale va se charger du test médical.
      La collaboration avec l´UNIKIN va continuer avec la formation juridique dispensée par la faculté du droit, tandis que l´IPN va se charger du cours d´anglais et l´institut supérieure de l´éducation phyisique des cours de natation.
      Le service informatique de la présidence qui assurait toute la gestion logistique et financière va (aussi) nous initier á l´informatique.
      Cette innovation devrait inspirer une fois de plus les congolais parce qu´il faut absoluement associer les universités du Congo dans la formation des membres de l´armée afin d´augmenter leurs performances.
      Imaginez l´IPN qui peut mettre au point un programme spécifique pour alphabetiser ceux des FARDC qui ne peuvent ni lire ou écrire ou mettre au point un programme d´apprentissage de l´anglais pour les officiers?

Comments are closed.

Previous post Lettre ouverte à l’attention des autorités africaines et européennes
Next post Réviser certains articles de la Constitution