La loi est dure mais c’est la loi, Shadary inéligible pour la prochaine présidentielle

Read Time:1 Minute

La MP ou mieux le FCC, habitué à piéger les autres est aujourd’hui rattrapé.

En RDC, tous les communicateurs ou caciques de la MP ou du FCC se sont substitués en juges constitutionnels et n’hésitent nullement de parler de l’éligibilité de tel ou tel autre candidat à la présidentielle, notamment de Moïse Katumbi Chapwe et récemment de JP Bemba Gombo.

Se croyant être plus prudent que tout le monde, le FCC n’a pas su prévenir ce qui risque de créer son effondrement définitif, en laissant à son chef la latitude de tout décider et de donner des directives sans conseil de qui que ce soit car, il faut respecter le pouvoir discrétionnaire de l’autorité morale.

Oui, le chef représente à lui seul le Congrès et le voilà qui imprudemment vient de mettre sa propre famille politique dans un pétrin sans précédent en demandant à son dauphin né par césarienne d’emboiter son pas c’est à dire se présenter en indépendant comme lui aux deux élections passées; en suivant aveuglément cette orientation, le dauphin a violé de manière flagrante l’article 15 de la loi électorale qui stipule à son alinéa 2: « le candidat indépendant qui exerce un mandat public ou autre mandat électif pour le compte d’un parti ou regroupement politique doit, sous peine d’irrecevabilité de sa candidature, établir la preuve de sa démission intervenue au plus tard trois mois avant le dépôt des candidatures ».

Au stade actuel, sans atermoiement, sans rancune ou rancœur, le candidat Emmanuel Ramazani Shadary qui est jusqu’à ce jour un député national PPRD, doit être disqualifié de la prochaine course à la présidentielle étant donné que même son autorité morale ne cesse d’insister sur l’éligibilité des candidats conformément à la Constitution et à la loi électorale.

Nous en appelons au Professeur Nyabirunga.

Le médecin a attendu la dernière minute pour intervenir alors que le dauphin était déjà en souffrance comme le témoigne le liquide méconial très verdâtre lors de sa césarienne.

Nous demandons à la CENI de rejeter purement et simplement cette candidature et ainsi lancer un signal fort à toutes les parties prenantes à ces élections qu’elle doit bénéficier encore d’un certain crédit.

L’opposition n’a plus une seule raison de ne pas remporter ces élections.

 

Par Dr Mateus Kanga

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post CENI: soumission obligatoire des dossiers des candidatures à deux types de contrôle aux BRTC
João Lourenço à Kinshasa, le 14 février. © Kenny Katombe /REUTERS Next post Angola: sommet régional à Luanda le 14 août sur la RDC et le Soudan du Sud