La société congolaise malade de « Fake news »

Read Time:4 Minute

« La balkanisation de la RDC au cœur du sommet UE-UA », c’est le titre d’un « article » rédigé par un certain Robert Kongo, qui est le correspondant en France du quotidien kinois « Le Potentiel ». Dans ce « papier » qui fait le « buzz » tant dans les milieux des « résistants-patriotes », l’auteur rapporte le vrai et le faux.

Le vrai. Un sommet réunissant des dirigeants de l’Europe de 27 et ceux de l’Union Africaine se tiendra du 17 au 18 février prochain à Bruxelles. L’objectif est de lancer un nouveau partenariat entre les deux continents. Le soutien au secteur privé, la paix, la sécurité, la gouvernance, le changement climatique figurent parmi les thèmes retenus.

Une petite explication. Après la fin de la Guerre froide à la fin des années 80, l’Occident avait tourné le dos au continent noir. Et ce au profit des pays de l’ex-Bloc soviétique. « L’aide au développement » n’était plus octroyée qu’aux pays disposés à promouvoir la démocratie et le respect des droits humains. Personne n’avait prévu la montée en puissance de la Chine vingt années plus tard.

Aujourd’hui, le pays de Mao est devenu le rival le plus sérieux de l’Amérique tant au plan économique et militaire. Et pourquoi pas scientifique? Lentement mais sûrement, la Chine a étendu, au cours de ces dix dernières années, ses « tentacules économiques et financières » sur une cinquantaine des Etat de l’Afrique noire. Pékin a même installé une base militaire à Djibouti, au même titre que les Etats-Unis et la France. C’est la stupeur en Occident. L’heure du réveil à sonner pour « réactiver » les « partenaires traditionnels ». La menace islamiste dans le Sahel entre en ligne de compte.

Le Faux. Pour rendre son article plus « sexy », le correspondant du « Potentiel » a fait preuve « d’inventivité » en prétendant que « la balkanisation de la RDC [sera] au cœur du sommet UE-UA ». Traduction: le Rwanda de Paul Kagame entendrait, avec le concours de la Belgique, exiger une rectification du tracé des frontières héritées de la décolonisation.

La mission d’un journalise, devrait-on rappeler, consiste à rapporter des faits et des opinions. Le respect de la vérité est une obligation fondamentale. La Charte d’éthique mondiale des journalistes oblige ceux-ci à ne rapporter que des faits dont ils connaissent l’origine, autrement dit la source. Il va sans dire que la rumeur n’est pas considérée comme une source d’information. En visionnant des médias congolais diffusés sur YouTube, il n’est pas rare d’entendre un journaliste commencer sa phrase par « on dit que… ».

En fouillant l’article du correspondant du « Potentiel », on cherche en vain un « fait » quelconque extrait d’un communiqué de l’UE ou encore une déclaration émanant d’un représentant des « 27 ». Robert Kongo n’a pas résisté à la tentation consistant à combler le manque des faits par des commentaires voire des supputations. Selon lui, ce sont « plusieurs sources européennes intéressées » qui l’auraient « tuyauté » que le « projet de balkanisation de la RDC sera également abordé lors des discussions ». Notre « confrère » exhorte les « Congolais à faire échec à ce plan ».

A Kinshasa, le représentant de l’Union Européenne, Jean-Marc Châtaigner, a démenti, vendredi 4 février, les assertions du correspondant du Potentiel en martelant qu’il est « important de lutter contre la diffusion des fausses informations et ne pas colporter des rumeurs diffamatoires et préjudiciables à l’intérêt général ».

 

 

Que l’on se comprenne bien. Aucun Congolais, sain de corps et d’esprit, ne met en doute les velléités expansionnistes du Rwanda et de l’Ouganda. Aucun Congolais n’ignore que ces deux pays lorgnent sur les ressources que regorgent les deux province du Kivu et l’Ituri. Aucun Congolais n’ignore enfin qu’à travers les brassages et autres mixages, le Congo-Kinshasa est infiltré par des agents étrangers. Durant les dix-huit années de pouvoir de « Joseph Kabila », le Rwanda a placé une véritable « cinquième colonne » dans les forces de sécurité congolaises (armée, police, services de renseignements civils et militaires).

Le 11 janvier 2022, un tweet tiré de la capture d’écran circule sur les réseaux sociaux. On lit: « Belgique: Didier Reynders tacle Felix Tshisekedi sur sa gestion calamiteuse ». Ceux qui connaissent la politique belge ont vite démasqué un fake news. Et pour cause, depuis le 10 septembre 2019, le Belge Didier Reynders est devenu commissaire européen. Il a en charge la Justice. Depuis cette date, il n’est plus habilité à intervenir dans les « affaires domestiques » du Royaume.

Autre fake news. Le samedi 15 janvier 2022, en pleine crise née au sein de l’UDPS – suite à la « démission » de Jean-Marc Kabund de ses fonctions de 1er vice-président de l’Assemblée nationale -, un document apparemment authentique circule sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un « mandat spécial » désignant Augustin Kabuya au poste de secrétaire général de cette formation politique en remplacement de Jean-Marc Kabund. Le document porte la signature authentique de Felix Tshisekedi Tshilombo. Après vérification, il s’agissait d’un faux particulièrement ingénieux. Un malin a falsifié le « mandat spécial » donné le 22 janvier 2019 à Kabund. Seuls le nom du mandataire et la date ont été modifiés.

Dès le lendemain, certains commentateurs se sont empressés de crier à la violation de l’article 96 de la Constitution interdisant au Président de la République « d’exercer toute responsabilité dans un parti politique ». La fake news pourrait à la longue devenir une menace potentielle pour la paix sociale et la sécurité.

On le voit, la société congolaise – qui comptait 18 millions d’adultes qui ne savaient ni lire ni écrire en 2016 – est malade. Elle est malade de tous ces journalistes qui confondent leur métier avec celui de propagandiste ou d’agent publicitaire. Elle est également malade de tous ces politiciens, intellectuellement paresseux, qui ont érigé les réseaux sociaux en principale source d’information, au point de se contenter de fake news pour bâtir tout un discours politique…


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
33 %
Sad
Sad
33 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
33 %
Surprise
Surprise
0 %

8 thoughts on “La société congolaise malade de « Fake news »

  1. Notre compatriote Robert Kongo ne fait que dénoncer les formes modernes, raffinées et paternalistes du néo-colonialisme. Car personne n’ignore aujourd’hui que tous ces Occidentaux (américains, Belges, Français, Allemands,…) soutiennent à bras le corps les velléités expansionnistes du Rwanda et de l’Ouganda. Tous passent par le Rwandais Paul Kagame et l’Ougandais Yuweri Museveni pour exploiter illégalement les ressources dont regorgent les deux provinces du Kivu et l’Ituri. Pour preuve, ce mégaprojet d’investissement de 10 milliards de dollars conclu entre Total et CNOOC, et dont l’exploitation pourra atteindre une production de 230 000 barils par jour à l’horizon de 2025. Ce projet gigantesque prévoit le forage de centaines de puits de pétrole sur les rives du lac Albert, et la construction d’un oléoduc reliant l’Ouganda à la Tanzanie.
    Du temps du grand Léopard, qui aurait osé entreprendre une telle aventure sans consulter le Zaïre du Maréchal Mobutu?
    Congolais, nous devons dire basta à tous ces usuriers reptiliens!

  2. @ Désolé cher BAW, personnellement je n’appellerai pas l’article suspecté exactement de « fake news (infox en français) » dans la mesure où l’auteur ne semble pas avoir eu pour objectif de tromper son public mais plutôt formulait à sa façon une opinion sur un évènement prévu. Son interprétation est certes sans fondement sur la vérité factuelle de la conférence prévue à Bruxelles entre UE et UA dont le programme doit traiter des problèmes économiques, sécuritaires, environnementaux, humanitaires et politique , un nouveau paRternariat entre l’Afrique et l’Europe et non de la délimitation des frontières entre pays africains. Qui d’ailleurs aurait officiellement et ouvertement la charge de traiter d’un tel problème mais la présence d’un Kagame qui aujourd’hui n’a aucune fonction déterminée au sein de l’UA mais dont nous connaissons tous les velléités d’expansionnisme vers l’Est du Congo a fait gamberger Mr Kongo dans ce sens.
    @ J’ai personnellement appelé l’UE à la lecture des spéculations des Congolais en mal de défenseur face à Kagame qui m’a confirmé qu’il n’était pas question de délimitation dans les rencontres entre l’ UE et l’UA et ils m’ont renvoyé au site du Conseil européen pour m’en rassurer. Mais encore ?!
    Je ne sais pas si « la société congolaise est particulièrement malade de Fake news » plus qu’une autre, c’est devenu un exercice mondial plus flagrant dans une République bananière comme la nôtre gorgée d’arbitraire et de démagogie ! Si aujourd’hui la balkanisation de la RDC n’est pas au cœur d’un quelconque sommet international, est-elle pourtant une simple fiction ? Des leaders occidentaux à commencer par les politiques américains connus comme Peter Pham ou Herman Cohen et européens comme Sarkozy n’ont pas manqué de la verbaliser à voix haute et intelligible et nous savons que ce projet était derrière l’équipée rwando-ougandaise et américaine entre de 1996-97 au Congo, ne l’oublions pas.
    @ Fredy Mulumba ancien du Potentiel et ensuite de la RTNC est connu pour être le héraut de la lutte contre la balkanisation et pour l’intégrité de notre pays, il vient d’être débarqué de la RTNC pour une ligne éditoriale qui n’épargne pas les ennemis du Congo en suggérant les liens existants entre le M23 et ses soutiens rwandais et ougandais. Kongo s’est certes précipité à tort de faire d’une opinion patriotique personnelle une vérité factuelle mais nous serions mieux avisés de méditer sur le contexte régional qui l’a produite .

  3. La Société RDCIENNE depuis 1997-2001 jusqu’à ce jour, souffre des SPASMES DES FIÈVRES PHTISIQUES, selon ce que disent les Médecins Scientifiques Humanistes Spécialistes, les PHTISIQUES qui frappent la société KONGOLAISE en général, sont un mal à son début est facile à soigner et difficile à diagnostiquer, mais, avec le passage du temps, s’il n’a pas été d’abord diagnostiqué et traité, il devient facile à diagnostiquer et difficile à soigner… Ainsi advient-il dans les mauvaises habitudes qui ont la peau dure en RDC occupée par les Banyarwanda des choses immondes telles que les FAKE NEWS, l’Occupation Rwandaise, le Fanatisme aveugle, la Religiosité imbécilisante, les Affaires d’État Failli, si on les diagnostique de loin, les maladies et conséquences graves qui y naissent sont promptement guéries, mais quand, pour ne pas les avoir diagnostiquées, on les laisse croître au point que chacun de Kongolais les diagnostique et en souffre, il n’y a plus de REMÈDE, ça craint le pire pour notre Beau et Grand Pays KONGO-ZAÏRE… RÉVEILLEZ-VOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  4. Le système médiatique congolais sclérosé a encore beaucoup de jours devant lui. Le dénommé Robert Kongo n’est que le prototype d’un journalisme de caniveau qui brasse du vent pour appâter la plupart des gogos dont les cervelles sont détruites par l’alcool. Comment peut on imaginer un seul instant que la Belgique puisse accepter d’abriter sur son territoire un forum pour parler de la balkanisation du Congo ou carrément de la révision de ses frontières. Cette idée folle ne peut germer que dans la tête de soit disant résistants d’opérette qui sont en déshérence en Europe. En publiant ces genres d’inepties, le potentiel qui était autrefois un journal sérieux s’est totalement discrédité et c’est vraiment dommage. Notre pays est devenu une espèce de poubelle médiatique où les fake news font la loi. Tous ces pseudos journalistes qui ne sont que aigrefins salissent l’image ne notre avec la bénédiction de certains abrutis qui se réclament résistants sans en avoir l’étoffe. Ces résistants de pacotille qui se livrent aux actes de vandalisme ici en Europe ne méritent aucune considération.

    1. Cher Elombe,
      Je crains que vous ayez une courte vue. « Comment peut-on imaginer un seul instant que la Belgique puisse accepter d’abriter sur son territoire un forum pour parler de la balkanisation du Congo ou carrément de la révision de ses frontières. » Personne sauf quelques intouchables Occidentaux comme Herman Cohen, Peter Pham, Sarkozy… n’aura le courage de parler publiquement de la balkanisation du Congo mais cela ne signifie pas que cette idée n’habite pas bel et bien la tête de nos voisins rwandais et ougandais ; ils nous l’ont assez démontré. L’UE et non la Belgique tient à Bruxelles du 16 au 18 février prochain une Conférence avec l’UA qui va parler nouveau partenariat économique, environnemental, humanitaire, politique mais d’abord géostratégique et non bien sûr délimitation des frontières entre pays africains qui ne peut relever de ses prérogatives. Des Congolais qui en ont connu d’autres avec le Rwanda et l’Ouganda se sont invités à ce rdv vigilants face à leur souveraineté et leur intégrité territoriale. Mr Kongo a tort de parler d’un thème officiel ayant trait à la fameuse délimitation des frontières à cette Conférence mais il n’a pas tort d’alerter les Congolais à la vigilance, on ne sait jamais : le diabolique Kagame qui n’a aucune fonction officielle sera là. Nous regrettons tous que dans nos relations avec le Rwanda et l’Ouganda, nos autorités n’aient pas le courage de dénoncer clairement les formes d’occupation que nous subissons de leur part, au contraire je ne sais par quel naïf et morbide mobile ils leur vendent nos terres et nos richesses. Kongo n’est donc pas tant le mauvais journaliste adepte de fake-news que vous, BAW et d’autres accusent, c’est d’abord à sa façon un lanceur d’alerte au profit de notre souveraineté. A bon entendeur………….

  5. « On connaît le diable qui part. On ignore tout de l’ange qui vient ».
    Après la colonisation politique et économique de l’Afrique par les occidentaux, voici la colonisation économique de notre continent par les chinois. Et chaque fois l’africain est perdant.
    Au moins les occidentaux créaient des infrastructures socio-économiques de base. Les chinois, eux, sont des vrais prédateurs.
    Au Congo-Zaïre, ils avaient signé un mega-contrat: infrastructures contre minerais. Pour une rondelette somme de 6Mds $. Aucun bout de route de construit/ réhabilité. Aucune école, aucune université, aucun pont,aucun hôpital construit/ reconstruit.
    Mais on continue à pomper les minerais. Même pendant la pandémie, les véhicules transportant les minerais congolais n’ont pas connu le confinement. Sans oublier le désastre écologique. Au même moment, le peuple congolais se livre à ce qui sait faire: la prière, la bière, la musique et les débats politiques à l’infini sur les plateaux de télé.
    La Chine appauvrit le Congo. Le Congo enrichit la Chine. La Chine pille l’Afrique. Les occidentaux reçoivent les immigrés africains fuyant la misère.

  6. Erratum: dernier paragraphe : lire:
     » le peuple congolais se livre à ce qu’il sait faire: se saouler de la prière, de la bière, de la musique et des débats politiques creux à l’infini sur les plateaux de télé ».

  7. KULUTU BAW,
    quel intérêt avez-vous à écrire un tel article? Vous donnez ‘impression d’écrire pour la consommation d’un public autre que congolais. Pour la consommation de l’élite politique wallonne, par exemple!
    La Balkanisation de ce pays déclaré « mort » par Dr.Tshilombo est bel et bien au centre de plusieurs conciliabules et pseudo-sommets. Vous exigez des preuves « tangibles » de tout alors que les faits sur le terrains sont plus que révélateurs?
    Il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas le reconnaitre. Les congolais ont le droit d’alerter l’opinion, quand bien même certaines précisions feraient défaut. Mieux vaut entendre un cri d’alarme de trop qu’un de moins.

Comments are closed.

Previous post « Des questions d’examen en échange de sexe »: une étudiante dénonce un doctorant de l’UGent
Next post Affaire Beya: L’opérateur téléphonique Orange requis par l’AG de l’ANR