Le BCNUDH/RDC signale l’augmentation du nombre d’atteintes aux droits de l’homme attribuables aux groupes armés

Read Time:1 Minute

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en RDC a documenté, en novembre 2021, 801 violations de droits de l’homme sur tout le territoire national, indiquent des statistiques de ce bureau de la Monusco. 

Cette forte augmentation de 61 pourcents par rapport au mois d’octobre (498 violations) reflète une hausse du nombre d’atteintes attribuables à des groupes armés (75 pourcents) ainsi que des agents de l’Etat.

Il s’agit principalement du groupe armé Nyatura, des Forces démocratiques alliées (ADF), des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dans la province du Nord-Kivu, ainsi que des assaillants armés de la Coopérative pour le développement du Congo (CODECO), dans l’Ituri. Les agents de l’Etat sont responsables de 39 pourcents, dont des exécutions extrajudiciaires, précise la même source.    

Environ 94 pourcents de violations documentées en novembre 2021 ont été commises dans les provinces affectées par le conflit, soit 752 violations qui ont entraîné la mort de 379 civils dont 276 hommes, 70 femmes et 33 enfants.

Quant aux violences sexuelles documentées liées au conflit, elles concernent 70 victimes adultes de sexe féminin, soit une augmentation significative par rapport au mois précédent (41 victimes).

Les groupes armés sont responsables dans la majorité de ces violences, renseigne-t-on.        

ACP/

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
100 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “Le BCNUDH/RDC signale l’augmentation du nombre d’atteintes aux droits de l’homme attribuables aux groupes armés

  1. Je ne comprends pas pourquoi ont continue à supporter cette litanie de soit disant cas de violation de droit de l’homme alors qu’on a faire à des criminels sans foi ni loi. BCNUDH n’a qu’aller voir ce qui se passe au Rwanda où les opposants ne peuvent même pas parler aux médias. Toute cette agitation détourne le pays de ses vrais problèmes.

    1. Ne confondons peut-être pas tout. Le BCNUDH/RDC a comme mission de surveiller l’évolution des droits de l’homme au Congo. On peut s’interroger sur sa réelle utilité ou lui reprocher de mal faire son travail mais pas lui reprocher de jouer le rôle que les NU lui ont assigné et surtout pas d’aller voir au Rwanda ce que nous lui reprocherions. Autre chose à vous lire on a l’impression qu’il relèverait les violations des droits de l’homme au Congo pour dénoncer exprès la gestion de notre pays au profit de nos éventuels ennemis, ce n’est pas le cas, il fait son travail quitte à le juger inutile chez nous.

  2. PS
    A ne pas oublier non plus que l’augmentation du nombre d’atteintes aux droits de l’homme est hélas partout le reflet d’un pays qui va mal et question bilan de 3 ans du pouvoir en place je convie tout le monde d’aller jeter un coup d’œil du côté de Mama Moseka de Belgique. Elle n’a pas toujours été tendre envers les Congolais mais là en trois tableaux elle énonce l’essentiel de ce que les Congolais distraits devraient savoir de ce qu’il se passe chez eux, pas loin de la juste critique qu’en a fait l’autre jour le « président élu ». Allez voir, ça vaut le détour, sans fausse modestie c’est comme si je l’avais écrit…

  3. PPS
    Et puis notre cher Président a reconnu tout haut à Lodja que « mboka esi ekufa nango kala » ; bonne nouvelle aye po na kotonga yango…

  4. A propos de la CENI, un journal évoque carrément un scandale : Kadima a nommé un cadre de l’Udps au secrétariat exécutif, ainsi son bureau fruit de la tricherie selon beaucoup et des faits vérifiables y est allé jusqu’au bout en nommant Mr Mabiku qui avait fait partie de l’équipe des directeurs adjoints du cabinet, des conseillers spéciaux, des conseillers et assistants du président de l’UDPS nommés en mai 2018 pour épauler le directeur de cabinet du président de l’UDPS de l’époque. C’est plus clair mais pas moins préoccupant !

  5. ACP, prenez le courage de dénoncer entièrement ces crimes sans ambages!
    Mais les groupes armés, qui sont ceux qui les entretiennent?
    Vous connaissez ces criminels, et il faut les citer nommément: Paul Kagame, Yuweri Museveni, Hippolyte Kanambe, et ce triumvirat se fait maintenant assister par le chef des Bena Mpuka, talibans tribalo-ethnicistes.

Comments are closed.

Previous post RDC: les vibrations toujours élevées particulièrement dans le cratère du Nyiragongo, l’OVG surveille aussi le Nyamulagira
Next post Le message (très politique) du couple Kapend à Tshisekedi père et fils