Marche anti-coronavirus

Ce jeudi 23 juin ne fut pas un jour comme un autre. Des milliers de Kinois marchaient sur le boulevard Lumumba. Ils venaient de l’Est de la ville. Il y avait parmi eux des commerçants, des pickpockets, des mendiants, des fonctionnaires, des laissés pour compte, des pouilleux. Certains entonnaient des chansons qui nient l’existence du coronavirus. Des négationnistes! D’autres scandaient des slogans contre le régime. Enfer et damnation!

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, les manifestants allaient à pied pour rejoindre leurs lieux d’activités. Ils étaient incapables de payer le prix de la course en bus, taxis-bus, motos, taxis qui était passé du simple au double. Il y eut des échauffourées quand les manifestants arrivèrent au niveau de la dixième rue où se trouve le siège social de l’UDPS, le parti de Fatshi. Les militants crurent à la provocation quand ils entendirent certains manifestants réclamer le retour aux affaires de l’ancien président Joseph Kabila. Sapristi!

Les difficultés de transport sont liées aux mesures prises par le gouverneur de la ville pour lutter contre le Coronavirus. Il avait décrété, mardi 21 juin, que dans les transports publics, seuls 50% de la capacité d’accueil pouvaient être occupés. Bien plus, les motos taxis n’étaient autorisés qu’à transporter un seul passager. Comme si cela ne suffisait pas, des policiers voulant faire respecter ces mesures ont malmené des conducteurs de bus du transporteur public TRANSCO. Ceci, s’ajoutant à d’autres vieilles revendications, les chauffeurs débraillèrent. Ceci expliquant cela, l’offre de transport diminua. Les prix du transport prirent l’ascenseur dans toute la ville. Est-ce bien là le principe des vases communicants?

Craignant une révolte si pas une révolution, le gouverneur rétropédala ce même jour dans la soirée. Il leva la mesure exigeant aux conducteurs des taxis et taxis-bus de transporter seulement la moitié de leurs passagers, soit 50% des places assises. Saperlipopette! La population devra donc affronter sans gestes barrières la 3ème vague dont le terrible variant indien, appelé Delta, qui s’est déjà invité dans plusieurs foyers?

Ave Caesar morituri te salutant. Pour ceux qui ne causent pas latin, cela veut tout simplement dire Salut César, ceux qui vont mourir te saluent. Pour ceux qui ne le sauraient pas, ce sont ces paroles que prononçaient les gladiateurs à l’époque de la Rome antique en s’inclinant devant la loge impériale, avant de lutter à mort dans le cirque. Hic et nunc, il faut remplacer César par Coronavirus. Enfer et damnation! D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, le variant indien tue de façon pernicieuse. Le patient semble physiquement bien portant alors que la saturation en oxygène est très basse. Il meurt en quelque 2 à 3 jours de détresse respiratoire. Rien d’étonnant dès lors qu’on dise qu’il est mort empoisonné. Bref, passons!

D’après mon ami qui sait tout, les doses de vaccin AstraZeneca qui nous avaient été fourguées, sont périmées depuis le 24 juin. Enfer et damnation! Il paraît que 5,9 millions de doses de vaccin Pfizer, Sinovac et Johnson & Johnson commandées par le gouvernement seront livrées dans les prochains jours. En attendant, nous devons recourir uniquement aux gestes barrières. Quid alors de ceux qui attendent la deuxième dose d’AstraZeneca?

Comme si cela ne suffisait pas, ce vaccin n’est pas reconnu par les autorités sanitaires de l’Union européenne. Il y a un vaccin AstraZeneca fabriqué en Grande Bretagne et un autre en Inde. Ce vaccin fabriqué en Inde est-il sûr et efficace? Et pourtant, c’est ce vaccin qui est majoritairement distribué en Afrique, viable dispositif Covax. Enfer et damnation! Il y a donc un vaccin pour les Européens et un autre pour les Africains? Qu’avez-vous fait à vos frères? On dit chez nous que seule la chaussure sait si la chaussette a des trous.

 

GML

6 Commentaires on “Marche anti-coronavirus

  1. Voilà ce qui arrive quand on s’y prend gauchement pour diriger un grand pays comme le Congo-Zaïre.
    Durant ces 2 dernières décennies, on a vu la direction de notre beau pays être confiée aux mains des individus ayant la tête de moineau, incapables de distinguer leur main gauche de leur main droite. Cruels, plus enclins aux plaisirs mondains, ces zigotos qui aiment à se faire appeler « excellences », « honorables », n’ont en fait jamais su ce que signifie la vie humaine.

  2. Cher GML,
    Votre ami qui sait tout vous a mal informé sur le vaccin AstraZeneca.
    Il est totalement incorrect de dire que ce vaccin n’est pas reconnu par les autorités sanitaires de l’Union européenne.
    Après des analyses approfondies, un comité scientifique de l’agence européenne des medicaments (EMA) a jugé l’AstraZeneca  » sûr et efficace  ». Ses avantages dans la protection des personnes contre le Covid-19, avec les risques associés de décès et d’hospitalisation en soins intensifs, l’emportent sur les risques possibles. Quoique son utilisation soit suspendue dans quelques pays européens, ce vaccin n’est pas directement associé à une augmentation du risque global d’évenements thromboemboliques ou des caillots sanguins. Cependant, on ne peut exclure définitivement un lien entre le vaccin et des troubles de la coagulation rares.
    Ce que nos autorités sanitaires doivent faire c’est sensibiliser à ces risques potentiels et s’assurer qu’ils sont inclus dans les informations sur le produit livré par le fabricant.
    C’est le rôle du ministère de la santé et/ou du comité technique de la riposte du Prof. Muyembe d’attirer l’attention sur ces eventuelles maladies rares et de fournir des informations aux professionnels de santé et aux personnes vaccinées pour aider à arrêter et atténuer les eventuels effets sécondaires.
    Cher GML, sachez également que le plus gros fabricant de vaccins au monde en volume est le Serum Institute of India (SII). C’est cet institut qui fabrique les vaccins AstraZeneca. Il y en a pas un pour tuer les africains et un autre pour protéger les européens. C’est le même vaccin pour tous, le Vaxzevria ou AZD 1222, à conserver 6 mois dans un frigo ( sans coupure d’électricité ), dont la technologie est basée sur un adénovirus de chimpanzé modifié pour introduire dans son génome la partie codante pour la protéine de pointe (Spike) du SARS-Cov-2 par lequel le virus pénètre les cellules humaines.
    On dit chez nous que seule la chaussure sait si la chaussette a des trous. Ce qu’on ne dit pas chez nous, c’est qu’il ne faut pas porter les mêmes chaussures plus de deux jours de suite…

    1. Ndeko Jo Bongos,
      Bravo pour votre brillante leçon sur les vaccins anti-Cornavirus mais vous m’avez fait rire à la fin en disant « On dit chez nous que seule la chaussure sait si la chaussette a des trous. Ce qu’on ne dit pas chez nous, c’est qu’il ne faut pas porter les mêmes chaussures plus de deux jours de suite… »
      Notre ami GLM vit je crois en Occident et a la chance d’avoir plus d’une chaussure et des chaussettes à porter à différentes circonstances et donc prêt à ne pas porter les mêmes chaussures et surtout les mêmes chaussettes deux jours de suite mais le Congolais lambda au pays le peut-il toujours ? Vaste démonstration derrière sur les malheurs dans notre pays, on devrait plutôt en pleurer qu »en rire mais je n’ai pas hésité à le faire.
      Kiekiekieeee !

  3. MARCHE ANTI-CORNAVIRUS !? TENTONS DE FAIRE SIMPLE ET DIDACTIQUE !
    La pandémie à Covid-19 est une crise mondiale et nouvelle qui interpelle la science, la gestion publique et les populations !
    @ 1° La science !? Tout étudiant en Médecine ou tout apprenti épidémiologiste aura appris au terme de sa formation la validité de la vaccination et ses mérites à travers l’histoire. Aujourd’hui son principe reste le même, procurer au bénéficiaire la capacité à resister à un agent pathogène en lui ayant inoculé une dose infime de celui-ci qui lui donne des ressources (anticorps) pour résister à une maladie grave . La qualité des « vaccins » a évolué, d’atténués à des particules géniques ( vaccins à ARNm) mais tous vont poser la question de leur efficacité et de leurs effets secondaires acceptables. Sur le marché occidental on trouve principalement les vaccins Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et le contesté Astra-Zeneca qui semblent généralement efficaces sur les divers variants connus ! (A noter qu’à ce jour tous ces vaccins ont une AMM provisoire, conditionnelle et que le russe Sputnik, l’allemand Cure Vac et l’américain Novavax sont en cours d’évaluation pour leur autorisation en Europe). En effet comme tous les virus, le Cornavirus a révélé une capacité à muter rapidement produisant des variants, les uns plus pathogènes que d’autres, dont le terrible variant indien Delta présent au Congo. La maladie a aussi la particularité de se présenter en vagues successives, nous en sommes à la troisième vague au Congo vraisemblablement plus néfaste. Quoique l’épidémie soit moins prévalente en Afrique sans doute pour des raisons environnementales, l’utilisation de vaccination n’en demeure pas dangereusement trop parcimonieuse au Congo comme partout en Afrique pour diverses raisons. Et cela malgré une institution politico-scientifique l’iNRB déjà éprouvée avec Ebola et malgré un Programme international favorisant l’accès des vaccins aux pays moins nantis (Covax).
    @ 2° La gestion publique consiste essentiellement ici à soigner et à protéger la collectivité de la contamination au virus et à limiter
    l’ampleur des conséquences socio-économiques de la pandémie. A coté de la vaccination sont ainsi nés le confinement et les mesures barrières. A l’image d’une gestion générale plutôt chaotique de notre pays, la gestion publique de la pandémie reste précaire : notre système sanitaire déjà défaillant avec des structures insuffisantes et les détournements des fonds n’aident pas à gérer la pandémie de manière optimale …
    @ 3° Les populations Congolaises et africaines en général sont nombreuses à redouter et à refuser même la réalité de la maladie, soit ils en doutent soit ils la prennent pour un mal insidieusement et malveillamment introduit chez nous par les Occidentaux. Il s’en suit ainsi un refus généralisé de la vaccination considérée comme dangereuse. Cette méfiance d’un vaccin vite acquis et dont l’efficacité et les effets adverses ne sont pas claires ne se voit pas seulement au Congo ou en Afrique mais elle est mondiale, relayée par des scientifiques honnêtes comme trop complotistes. Qu’en est-il sinon dire qu’aujourd’hui le vaccin serait après tout un « mal nécessaire », le seul remède dont la communauté scientifique dispose et les pouvoirs politiques de par le monde ont raison de l’adopter. Il parait ainsi trop tendancieux pour conclure comme on l’entend ici et là à un vaccin pour Occidentaux et un autre pour Africains, les cas de l’Inde et de la Russie en témoignent, il y’a juste des vaccins peut-être moins efficaces et moins sûrs, mais cela dépend davantage des origines des firmes qui le fabriquent, l’Afrique n’en possède hélas pas ? Bref la COVID-19 est une maladie réelle et dangereuse qui tue, la vaccination, les confinements et couvre-feu de par le monde ainsi que les autres mesures barrières ( port du masque, hygiène des mains, distanciation sociale…) sont donc à l’état des connaissances actuelles justifiés. Au Congo comme ailleurs…
    @ 4° Une « marche contre le Cornavirus » à Kinshasa qu’en dire ?
    Elle se fonde en fait sur les mesures prises par le pouvoir pour contrer la troisième vague de la pandémie compliquant leurs moyens de transport et rassemble ainsi ceux qui nient la maladie et ceux qui contestent le régime en général ou sa gestion de la pandémie. Nous venons de tenter ci-dessus de déminer le vrai du faux dans l’Affaire Covid-19 pour conclure sans trop de palabre que malgré les désagréments réels causés par une logistique défaillante des pouvoirs, il serait dangereux de nier la maladie et de se satisfaire des marches anti-Cornavirus comme on l’a vu à Kinshasa. Voilà mon pauvre avis !

  4. Ai-je bien lu? : «… ils entendirent certains manifestants réclamer le retour aux affaires de l’ancien président Joseph Kabila ». Cela résonne tel un tonnerre!

Comments are closed.