Mukuna libéré: Échec à une cabale politico-judiciaire

Evangéliste de l’église « ACK » (Assemblée chrétienne de Kinshasa), président du football club « Renaissance », Pascal Mukuna hume à nouveau l’air frais. Et ce après 92 jours de « détention préventive » à la prison centrale de Makala. La justice a triomphé face une accusation incapable d’administrer la matérialité des infractions de « viol » et de « menace de mort » mises à la charge de l’ « homme de Dieu », comme disent les Kinois. C’est une nouvelle rassurante pour tous ceux qui désespéraient de la justice de leur pays. Tout n’est pas encore parfait. « Le plus long voyage commence toujours par un premier pas », dit un adage chinois.

La foule venue mardi 25 août « accueillir » Pascal Mukuna à sa sortie de la prison de Makala

C’est une foule immense qui a « accueilli », mardi 25 août, l’évangéliste Pascal Mukuna à sa sortie de la prison centrale de Makala. Des témoins ont dénombré des fidèles de l’ACK et des supporters de l’équipe « Renaissance ». Des pasteurs des églises de réveil étaient également présents. A côté de la prédication de l’Evangile, Mukuna préside le mouvement « Eveil patriotique ». Il est devenu, de ce fait, plus qu’un activiste politique. De l’avis général, c’est bien cette dernière activité qui lui a valu l’embastillement

Selon des informations parcellaires, le ministère public aurait interjeté appel contre le jugement rendu. C’est classique! La mouvance kabiliste n’a sans doute pas encore dit son dernier mot. Avant cette « annonce », on apprenait que la dame Mamie Tshibola suspecterait le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe de « partialité ». La réponse du berger à la bergère? On le sait, Mukuna avait mis en doute l’impartialité du tribunal de grande instance de Kalamu ditigé par le juge Kibonge Kinene. C’est ainsi que l’affaire a fut renvoyée à Kinshasa/Gombe.

Dans nos précédents « papiers », nous n’avons cessé de souligner que la vie privée de Mukuna Pascal nous indiffère. Qui sommes-nous pour juger? Un journaliste n’a pas une vocation moralisatrice. La déontologie oblige ceux qui ont choisi ce métier « à respecter la vie privée des personnes ». Il va sans dire que ce qui intéresse notre média – et pourquoi pas la grande majorité des Congolais? – c’est le message véhiculé par cet homme courageux dans le cadre de l’Eveil patriotique.

A l’instar d’autres pasteurs d’églises de réveil, l’évêque Mukuna a eu à « flirter » avec le régime kabiliste. C’est son droit. « Kabila nous avait donné à manger », ne cesse de répéter Denis Lessie dans ses sorties médiatiques aux allures de strip-tease.

Cérémonie d’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat

Mukuna, lui, pense qu’il n’y a que les… qui ne changent pas d’avis. Au lendemain de l’investiture de Felix Tshisekedi Tshilombo à la tête de l’Etat, le prédicateur de l’ACK a changé son fusil d’épaule en prenant ses distances par rapport à l’ex-raïs. Réalisme? Opportunisme? Les deux?

« KABILA » A MIS LE CONGO-KINSHASA À GENOUX

Pour Mukuna, l’heure est venue d’accompagner le nouveau chef de l’Etat dans la mise en oeuvre de ses réformes. « Le président Felix est bloqué », constate Mukuna plus d’une année après. L’homme de pointer un doigt accusateur en direction de l’ex-président « Joseph Kabila ». C’est la naissance du mouvement dit « Eveil patriotique ».

Il s’agit d’éveiller la conscience nationale sur les méfaits commis durant les dix-huit années du pouvoir kabiliste: déstructuration du tissu économique, assassinats maquillés en crimes crapuleux, disparitions forcées, pillages des ressources minières, corruption, insécurité, violations des droits et libertés etc. « Joseph Kabila a reçu mission de mettre le Congo-Kinshasa à genoux », assénait Mukuna au cours de ses harangues et autres interventions dans les média kinois.

Le vendredi 8 mai 2020, le pasteur se rend au parquet général près la Cour constitutionnelle. Accompagné notamment de l’avocat Jean-Claude Katende, vice-président de ce mouvement, il dépose une « dénonciation » s’articulant sur dix « transgressions » de la loi imputables à l’appareil d’Etat sous l’ex-raïs.

Quarante-huit auparavant, une sextape a commencé à circuler sur les réseaux sociaux. On y voit un couple en plein ébats. L’homme ressemble à l’évêque Mukuna. La femme, elle, a le visage délibérément « camouflé ». Qui est cette dame?

Mamie Tshibola

L’on apprendra la plainte déposée contre Mukuna par une certaine Mamie Tshibola, l’ancienne compagne du défunt assistant du Pasteur. Les accusations sont gravissimes: viol et menaces de mort.

AVEU DE CABALE POLITICO-JUDICIAIRE

Dès l’annonce de la plainte de Tshibola, le ministre des Droits humains, Lite Asebea (Fcc), s’est cru en droit d’ « encourager » le procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe à traiter cette affaire avec « diligence » et « impartialité ». Une usurpation implicite du « droit d’injonction positive » reconnu au ministre de la Justice. Moins hypocrite, la ministre Nene Ilunga Nkulu a demandé aux autorités judiciaires de « sanctionner » Mukuna « de manière sévère conformément à la loi pénale ». Et ce pour avoir tenu des « propos injurieux et diffamatoires » contre « Kabila ».

Convoqué le mercredi 13 mai par l’avocat général Samy Bunduki Baombolia, Mukuna est envoyé, après audition et confrontation, au cachot du parquet. Et sous le fallacieux prétexte qu’un médecin légiste devait venir examiner son anatomie afin de confronter les dires de la plaignante. Le lendemain matin, Mukuna est transféré à la prison de Makala.

C’est ici que le « clan Kabila » passa aux aveux par la « bouche » de Barnabé Kikaya bin Karubi. Dans un tweet posté sur son compte Twitter, l’ancien conseiller diplomatique de « Kabila » commença par traiter le leader de l’éveil patriotique de « petite grenouille » avant d’ajouter qu’ « ils vont le châtier très fort ». Et de conclure que le passage à la prison de Makala n’est qu’un « avant-goût ».

Lite Asebea, Nene Ilunga et Kikaya bien Karubi venaient de passer aux aveux. A savoir que l’affaire Mamie Tshibola contre Pascal Mukuna est en réalité un procès « Kabila » versus Mukuna. On se trouve face à une cabale politico-judiciaire. La dame Tshibola a été instrumentalisée par Emmanuel Ramazani Shadary, le secrétaire permanent du Pprd, dixit Denise Dussauchoy Mukendi.

Ingénue, Tshibola qui avoue avoir eu quatre rapports sexuels avec Mukuna, à des dates non-précisées, ne cesse de clamer: « Je gagne quoi en accusant faussement l’évêque? ». Traduction en lingala: « Nakokosa makambu contre évêque po nazua nini? » Comment peut-on être violée par quatre fois à des dates différentes par la même personne? Comment peut-on réalisé l’enregistrement sur vidéo d’un « viol » dont on est la victime? Ces questions n’ont pas manqué d’être au centre des délibérations des juges.

Contrairement à la journée du 13 mai dernier, on peut gager que le champagne n’a pas coulé à flots, mardi 25 août, à la ferme de Kingakati. « Kabila » et les « pieds nickelés » de sa « garde rapprochée » ont le plus grand mal à digérer l’échec que la Justice vient d’infliger à leur cabale politico-judiciaire.

Le duo Mukuna et Katende seraient mal inspiré d’afficher un triomphe immodeste et de baisser la garde…

 

Baudouin Amba Wetshi

7 thoughts on “Mukuna libéré: Échec à une cabale politico-judiciaire

  1. « Le plus long voyage commence par un premier pas « . Cette phrase résume à elle seule la réalité de ce qui se passe en RDC dans presque tous les domaines de la vie nationale. La capacité de nuisance de l’homme venu d’ailleurs est sans doute encore préoccupante, néanmoins, les congolais n’ont plus peur, l’accueil reçu par Mukuna à sa sortie de Makala en est l’illustration. Mais comme le dit BAW, on ne doit pas baisser la garde. L’homme connaît très bien la mentalité de nos compatriotes qui brillent souvent par leur inconstance. A l’instar de Mukuna, nombreux sont ceux qui ont franchi le rubicon à une vitesse stupéfiante. Pour revenir au procès dit de  » viol  » , nous savons que la dame Tshibola n’a été qu’un instrument entre les mains de spécialistes des cabales en tout genre. Mais heureusement, avec la clairvoyance des congolais, les choses commencent à changer. Mukuna n’est pas un saint, tout évêque qu’il est, il est fonction de son milieu. D’ailleurs nous savons dans quelles eaux troubles naviguent les églises dites de réveil au Congo devenues plus les opiums du peuple plutôt que la purification de l’âme. La vie privée de Mukuna n’intéresse pas les congolais encore moins la justice. Donc, la remise en liberté de ce trublion de la vie socio-politico-clutuelle congolaise qui a autre fois mangé avec la Kabilie est la preuve qui montre que la roue tourne. Pour terminer, je tiens à dire à mon compatriote Jo Bongos que j’accepte ses excuses tout en lui disant que nous avons tous la passion de ce beau pays. De nos divergences peut venir son salut. Passons à autre chose, salutations fraternelles.

  2. Par ce geste combien louable, Jo Bongos vient de vous montrer a quelle hauteur il plane moralement et intellectuelement. J’espere que vous avez appris la lecon et que vous aller faire la meme chose aupres de Mr. Fabien Kusuanika que vous aviez insulte et chercher a ridiculiser sans raison. Je me demande si vous ne faites pas parti des disciples d’Honore Mvula.

  3. # MUKUNA ACQUITTÉ, a-t-il bénéficié d’une JUSTICE PLUS JUSTE suite à l’ambiance plus ‘libérale’ sous Tshisekedi qui nous rapproche de l’État de droit, comme affirment BAW et d’autres ? Ou a-t-il profité plus directement des FAVEURS DE LA NOUVELLE ADMINISTRATION TSHISEKEDI quelque peu opposée à l’ancien régime ? Je ne peux non plus affirmer que LE PUBLIC accouru nombreux à la sortie de sa prison comme celui venu accueillir l’autre jour Fayulu au retour de son voyage en Europe sont vraiment le TEMOIN D’UNE MATURITÉ POLITIQUE ET JURIDIQUE DES CONGOLAIS plutôt que la preuve que nos deux leaders ont réussi à se créer ‘une ÉGLISE et des ADEPTES fidèles’ toujours là pour les applaudir. Il reste que l’Évêque Mukuna a écopé d’un mandat d’arrêt et écroué à Makala officiellement pour viol, menaces de mort… sur Mme Tshibola mais tout le monde sait que la raison réelle est la ‘plainte publique’ qu’il a osé porter contre ‘JK’ pour délits et crimes commis pendant son mandat et sous sa responsabilité. Le procès a d’abord suivi la première inculpation pour se raviser par la suite pour les secondes prouvant que les charges officielles n’en etaient pas moins largement inventées.
    # Je laisse volontiers de côté la question devenue plus rhétorique qui recherche les motivations des juges dans le dernier procès – primat juridique, sympathies politiques… – pour m’interroger sur LA SUITE À DONNER AUX VELLÉITÉS CITOYENNES DE MUKUNA DANS LA CRÉATION DU MOUVEMENT ‘EVEIL PATRIOTIQUE’ ET LA ‘PLAINTE CONTRE ‘JK’ ‘qui l’accompagnait. C’est aussi de ces initiatives fortes d’où qu’elles viennent pourvu qu’elles secouent hardiment nos molles habitudes, dont nous avons besoin… C’est ainsi que la très probable cabale politico-judiciaire menée contre Mukuna et tous ceux qui s’opposent au système de ‘JK’ sera neutralisée. Tant mieux donc si cela est déjà le fait d’un début sûr malgré les embûches, de l’État de droit apporté par le président Tshisekedi ; mais cela ne
    devrait pas nous empêcher de continuer à nous poser des questions là-dessus comme je le fais en préambule…

  4. Cette saga de P. Mukuna nous rappelle la capacite de nuisance des frangins-voyous Hypo, Jaynet et Zoe Kanambe-Mtwale et leur bande.
    En bref, comme le devoile P. Mukuna, il s’agit d’une vaste Mafia qui ne reculera pas facilement face au retablissement de l’etat de droit en RDC, car pouvant menacer leurs vastes-acquis mafieux.
    En guise d’example du « Modus Operandi » de cette vaste Mafia, lire ci-dessous une nouvelle plainte a la charge de Hypo Kanambe-Mtwale (l’alias « Jo Kabila ») pour VOL d’un diamant de plus de 800 carats:
    https://www.politico.cd/encontinu/2020/08/26/rdc-plainte-contre-lex-president-joseph-kabila-pour-spoliation-dun-diamant-de-plus-de-800-carats-de-mbiye-kalala-theodore.html/67153/
    Est-il etonnant que Felix ne cherche pas a « fouiner » la-bas…Donc, de peur de se retrouver au chomage sous le Manguier de Limete…?

  5. Voyez-vous Raz, vous faites tout pour attirer l’attention, ici nous débattons argument contre argument contrairement à la personne que vous citez qui est soumises à une obligation déontologique. Avec son micro, devant son écran, il peut se permettre de critiquer tout le monde sans être obligé d’accorder un droit de réponse. Vous cherchez à créer la zizanie et la confusion. Mr Jo Bongos n’était pas obligé de s’excuser, il l’a fait j’ai apprécié. Pour moi le débat est clos, si ça vous fait plaisir, mettez moi dans n’importe quelle case. Personnellement, j’estime qu’on peut s’opposer sans s’insulter. Je ne veux plus y revenir.

    1. Bravo l’oeil du Cyclone,
      J’apprécie franchement votre propension à la citoyenneté.
      Félicitation pour ce sens de civisme et d’amour patriotique.
      Courage

  6. Cet « homme de Dieu » qui avait plutot rate de relever le defi par son message audio a partir de sa cellule, 48 heures apres son incarceration a la prison de Makala en avril dernier, devrait maintenant se racheter et convaincre l’opinion, avec son mouvement « Eveil patriotique », de son role d’un vrai « gang ya film » (jargon kinois) ou « acteur principal », comme il s’identifie lui-meme, et poursuivre sa « lutte »!

Comments are closed.