Pensée-Action: voie de sortie de la pauvreté en RDC

Vivre dans la dignité et la prospérité

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Habitants des villages, villes et cités, jeunes filles et jeunes garçons en RDC, vous n’êtes pas nés pour vivre dans la pauvreté, dans les carences et misère. Chacun de vous est né pour qu’à l’âge adulte, quel que soit son début dans une famille pauvre ou riche, qu’il soit à mesure de créer sa propre unité de production, vivre du fruit de ses labeurs, prospère et digne.

Pourquoi vivez-vous dans la pauvreté et misère?

La source de vos malheurs et misères matérielles en RDC est la suivante : votre état d’esprit de passivité ; vous attendez recevoir, recevoir, recevoir. Ne perdons pas le temps à chercher des explications et des excuses, mais allons droit à ce que votre passivité et attitude de recevoir fait de vous, et ce que vous pouvez et devriez faire pour créer des unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes afin de vivre prospères et avec dignité. Allons-y. Quand l’un de vous est né dans une famille riche, il attend tout de ses riches parents, et ses riches parents lui donnent tout sans qu’il pense à se créer une unité de production par imagination et labeurs propres. A l’âge adulte, il quémande auprès de ses riches parents et reçoit. Donc il ne crée rien, mais reçoit ce qu’il demande : voilà l’état d’esprit de passivité, et de recevoir. Quand l’un de vous est né dans une famille pauvre, il attend et prie qu’il reçoive l’aide et l’assistance des gens de sa famille étendue ou tribu qui sont riches, ou il attend et prie qu’il reçoive une aide miraculeuse (d’un inconnu de bonne volonté, d’un bienfaiteur), ou il forme un ASBL (association sans but lucratif) non pas comme unité de production pour fabriquer quelque chose, mais pour quémander de l’argent à l’étranger et en vivre. Les plus malins fondent plutôt des partis politiques, non pas pour créer des mouvements de conscientisation sociopolitique et économique des habitants des villages, villes et cités à créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes, mais plutôt comme instruments pour accéder au pouvoir, au gouvernement, afin de trouver de quoi gagner sa vie et supporter sa famille. Les méchants carrément collaborent avec les pays voisins et les compagnies multinationales pour piller les richesses de la RDC en ruinant son sol, son sous-sol, ses forêts et végétations, ses eaux et son air. Dans tous ces cas, c’est toujours pour recevoir et non pour créer une unité de production par soi-même pour soi-même. Et finalement, les étudiants espèrent obtenir des diplômes, par tous les moyens, y compris par corruption, afin d’aller chercher et recevoir d’emplois qui leur permettront d’obtenir quelque miette-salaire de survie. Et quand ils reçoivent ces boulots qui leurs sont souvent offerts après exploitation en argent ou en nature, ils se voient contraints par l’insuffisance à compenser ces salaires de survie par des vols et détournements par-ci par-là afin de nouer les deux bouts du mois, ou afin de s’acheter une maison. Voilà donc ce que votre état d’esprit de passivité et de recevoir font de vous et de votre pays.

Que faire pour sortit de cette misère?

Habitants des villages, villes et cités de la RDC, jeunes filles et jeunes garçons, étudiants et professeurs, députés, sénateurs, ministres et gouvernement de la RDC, vous devez reprendre la conscience que vous êtes des hommes et femmes, des personnes ayant les mêmes valeurs et dignités comme toute personne sur la planète terre. Qu’une personne vienne d’Europe, d’Asie, d’Amérique, qu’une personne brille comme le soleil ou la lune, qu’une personne soit milliardaire à la tête d’une entreprise multinationale, cette personne ne vous dépasse en rien et n’est pas plus humain que vous. Pensez de vous-même comme personne égale à toute personne de toute race et de toute classe sociale sur toute la planète terre. Répétons-le à haute voix : personne n’est plus humain ou plus intelligent que vous en RDC, quelles que soient ses richesses, quel que soit son rang social, et quelle que soit sa race. Donnez-vous vous-mêmes le sens de confiance et de dignité, et ne vous sous-estimez pas vis-à-vis des autres races ou des gens qui ont beaucoup plus d’argent que vous.

Quand une personne vient vers vous, vous devez la regarder dans les yeux et parler d’égal à égal. Mais, si un étranger ou quelqu’un que vous ne connaissez pas vient vers vous, et on l’introduit comme dignitaire ou affaireux ou président d’une multinationale, et tout de suite vous pensez déjà à comment plaire à lui afin de quémander d’argent chez lui, alors en pensée vous vous êtes réduit au statut d’inferieur, cherchant à recevoir, et donc vous avez automatiquement perdu à vos propres yeux votre valeur et votre dignité devant cette personne. Vous vous êtes donc mentalement préparé à faire la volonté de cette personne pourvu que vous receviez l’argent ou l’aide de sa part. Vous voilà mentalement soumis et assujetti par vous-même avant que cette personne ne sache qui vous êtes.

Pensée-action signifie d’abord et avant tout que vous devez toujours et partout penser de vous-même comme égal à quiconque vous rencontre. Ensuite, vous ne devez jamais abandonner votre dignité et votre valeur pour vous soumettre, quémander et recevoir de l’argent ou d’assistance en retour. Vous ne devez jamais trahir votre propre personne, vos compatriotes, vos valeurs et votre pays pour recevoir de l’argent ou d’assistance en retour. Vous devez toujours penser, avoir en tête, et être conscient qu’il vous appartient, qu’il appartient à votre peuple, qu’il appartient à vos jeunes filles et jeunes garçons, comme peuple et nation, de fabriquer des choses par vous-mêmes pour vous-mêmes en créant des unités de production, au lieu de vous réduire en quémandeurs, traîtres et receveurs des payements et récompenses pour des sales besognes.

Leaders de la RDC, quels sont vos objectifs?

Monsieur le président de la République, Monsieur le premier ministre, Messieurs et Mesdames les ministres, sénateurs, députés nationaux et provinciaux, gouverneurs, leaders de l’opposition, quels objectifs poursuivez-vous pour la RDC? C’est difficile de savoir quel est l’objectif ultime que chacun de vous poursuit pour le développement de la RDC. L’objectif ultime et unique pour chacun de vous, et pour vous tous, doit et devrait être de parcourir les villages, villes et cités de la RDC afin de mobiliser, sensibiliser, motiver, conscientiser et appuyer les habitants de ces villages, villes et cités à non seulement cesser de quémander chez vous, mais surtout de créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes afin de vivre prospères et dignes. Chaque ministère, chaque parti politique, doit et devrait traduire en programmes concrets d’action cet objectif ultime qui transcende partis et affiliations politiques. En ce sens, quand un leader d’opposition fait un discours, on devrait voir qu’il est en train d’expliquer les détails de comment son parti entend réaliser cet objectif ultime pour création d’unités de production par les populations elles-mêmes. Quand le président de la République fait un discours, on devrait voir clairement qu’il est en train d’explique comment son gouvernement applique son programme et quelles sont les réalisations déjà faites en faveur de cet objectif ultime de création d’unités de production par les populations elles-mêmes.

Bref, tout le monde devrait voir les ministres et les membres du gouvernement, y compris le président de la République et le premier ministre, en train de visiter les villages, villes et cités du pays pour encourager et appuyer des ateliers d’animation et de formation des jeunes à créer des unités de production pour fabriquer sur place des milliers des petites choses qu’ils achètent chaque jour sur le marché pour vivre, alors qu’ils pouvaient bien produire tout cela sur place s’ils étaient conscientisés et motivés à le faire.

La recherche frénétique des investisseurs sans équivaloir ou accompagner cela avec un mouvement national de mobilisation et motivation des populations à créer des unités de productions par elles-mêmes pour elles-mêmes n’accouchera que des souris. Jusque-là, on semble voir que la recherche frénétique des investisseurs par les gouvernants de la RDC consiste à demander à ces investisseurs (Occidentaux, Russes, etc.) d’aller en RDC, aller avec leur argent, leurs expertises, leurs matériels et équipements afin de réaliser des projets en RDC. Alors, des centaines des Congolais vont être employés, et voilà des boulots créés par les investisseurs. Mais attention: s’il y a 80 millions des Congolais, et 90 pour cents sont sans emplois, combien d’investisseurs faut-il faire venir en RDC pour créer 72 millions d’emplois pour ces Congolais sans emplois?

Pensée-action consiste à penser et reconnaître que la recherche frénétique d’investisseurs de façon constatée ci-dessus ne conduira jamais au développement de la RDC. La démarche pour le développement de la RDC est simple : parcourir les villages, villes et cités, mobiliser et sensibiliser les habitants de ces villages, villes et cités afin qu’ils puissent créer des unités de productions par eux-mêmes ; alors et alors seulement, les investisseurs deviendront un supplément de motivation pour booster le mouvement national de création d’unités de production par les populations elles-mêmes. C’est donc la création des unités de productions par les habitants des villages, villes et cités en RDC qui doit et devrait être au centre des voyages frénétiques et non la recherche des investisseurs étrangers qui ne feraient qu’employer, chacun, une centaine des Congolais pour travailler et être payés avec des miettes-salaires de survie.

La jeunesse doit rompre avec la médiocrité

Et vous les jeunes filles et jeunes garçons de la RDC, vous les étudiants, votre avenir parait confisqué et hypothéqué par vos dirigeants, et vous le savez bien. Il vous appartient de rompre avec l’état d’esprit de passivité, de quémander et de recevoir, afin de reprendre votre destin dans vos propres mains. Comment rompre avec la médiocrité?

Premièrement : conscientisez-vous personnellement, entre amis et collègues, et les uns les autres, que vous n’êtes inférieurs à personne sur cette planète, comme expliqué ci-dessus. Rejetez le model de vol, détournement, commissions et rétro-commissions, mégestions, etc., model qui paralyse la bonne gouvernance dans votre pays. Conscientisez-vous personnellement et les uns les autres que vous n’allez jamais détourner ou voler de la caisse de l’Etat si jamais vous avez l’occasion de gérer les affaires de l’Etat.

Deuxièmement : Vous devez concevoir et créer des unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. La question qui m’a été souvent posée par nombreux parmi vous c’est: « comment trouver le financement? »

Le financement pour créer d’unités de production

Premièrement: Ne rêvez pas une unité de production qui vous demandera un fond de démarrage de milliers de dollars que vous ne pouvez pas obtenir, car par vos propres témoignages dans vos messages, vous avez dit que pour trouver un financement auprès des banques ou institutions financières en RDC, il faut être de la famille d’un politicien (président de la République, premier ministre, ministre, député, sénateur, gouverneur, etc.). Concevez donc un projet, une unité de production simple et réalisable à moindre coût. Aussi, concevez plusieurs (dizaines, centaines) des projets, des plus simples aux plus complexes, et ne vous attachez pas à un projet comme étant le plus important à réaliser à tout prix, car tout se fait et doit se faire par essai-erreur. Ce qui marche on perfectionne, ce qui ne marche pas on essaie un autre.

Deuxièmement: Comptez sur votre moyen personnel. Ceci est très important. Il faudrait même commencer par établir le financement personnel avant de se lancer à concevoir des projets. Comment établir un financement personnel? Ayez en main un cahier, un journal. Chaque jour, vous écrivez dans votre cahier le montant d’argent que quelqu’un vous a donné, le montant d’argent que vous avez gagné en faisant un petit boulot, etc. Ce sont là vos recettes journalières. En même temps, vous écrivez aussi chaque jour le montant d’argent que vous avez donné à quelqu’un, à l’Eglise, ou à une charité. Vous écrivez aussi le montant d’argent que vous avez utilisé pour acheter ceci ou cela, pour payer le transport, etc. Ce sont là vos dépenses journalières. A la fin de la semaine, à la fin du mois, vous faites le total. Si quelque chose est resté de vos recettes, mettez cela de côté, cachez cela et laissez cela tranquille dans votre coffre ou valise. C’est cela votre épargne. A la fin de l’année, ouvrez votre coffre ou valise, et vous serez joyeusement surpris par le petit montant que vous avez pu épargner durant toute l’année. C’est cela votre fond de démarrage, votre financement personnel pour créer votre petite unité de production. Si vous êtes étudiant, et vous faites cela pendant les années de vos études, vous allez créer une unité de production après votre collation ou même avant votre collation, sans avoir à aller quémander et faire des courbettes pour financement, pour investisseurs, pour partenaires, ou pire encore pour demander d’emplois de conseiller avec toute humiliation et exploitation qui souvent en découlent. Quand on n’est pas méticuleux, quand on est superficiel, on ne réussit pas dans la vie.

Quel type d’unité de production?

Une autre question que beaucoup des jeunes me posent fréquemment: « proposez-vous quel type d’unité de production? » Vous tous savez que la RDC est un chantier, un pays sous développé avec des richesses naturelles incommensurables, un pays où tous les travaux de développement sont à faire, et tout est à construire ou reconstruire.

Premièrement: chaque jour vous achetez sur le marché toute sorte de petites choses pour vos besoins quotidiens. Et quand vous achetez ces choses, votre argent va chez celui ou celle qui vous a vendu la chose, mais celui ou celle qui vous a vendu la chose l’a achetée ailleurs, et donc votre argent en réalité va droit chez ceux qui ont fabriqué ce qu’on vous a vendu. Autrement dit, votre argent va droit enrichir les hommes et femmes qui fabriquent des petites choses que vous achetez et utilisez chaque jour. Ainsi, vous vous appauvrissez chaque jour quand vous achetez, pendant que vous enrichissez chaque jour ceux-là et celles-là qui fabriquent ces petites choses que vous achetez sur le marché pour vos besoins quotidiens.

Deuxièmement: Pensez aux petites choses comme lattes et objets classiques, jouets d’enfants, boutons, aiguilles, lames rasoirs, sandales plastiques (babouches), bicyclettes, savons, sel, sucre, guitares, produits vivriers, allumettes, cures dents, etc., et la liste de ces petites choses est longue. Si vous le vouliez, vous pourriez par exemple prendre un morceau de planche, tailler cela à la mesure d’une latte, mettre un couteau dans le feu, et tracer des lignes de centimètres là-dessus afin de produire une latte. Vous pourriez faire de même pour une équerre, un rapporteur, et de même fabriquer des jouets d’enfants, des cures dents, et d’autres petites choses. Peut-on devenir millionnaire en RDC en fabriquant et en commercialisant des simples matériels didactiques comme latte ou d’autres simples objets classiques, des cures dents et des simples choses de ce genre? Bien sûr que oui. Faut-il chercher un fond, un financement, un investisseur, une machine pour fabriquer une simple chose comme latte et autres simples choses telles que citées ci-dessus ? Bien sûr que non. Si un Chinois ou un Indien commençait à fabriquer des lattes et cherchait quelqu’un pour faire la fabrication pendant que lui, le Chinois ou l’Indien, s’occuperait de la vente de ces lattes dans des écoles locales, les Congolais viendraient en masse pour être employés et recevoir des miettes-salaires de survie. Il n’y a que le sous-développement mental, le conditionnement d’état d’esprit de passivité et de recevoir sans jamais penser à créer soi-même une unité de production qui peut expliquer cette situation. Jeunes filles et jeunes garçons de la RDC, habitants des villages, villes et cités, par pensée-action, vous pouvez créer vous-mêmes des unités de production pour fabriquer par vous-mêmes pour vous-mêmes ces petites choses que vous achetez sur le marché pour votre survie au jour le jour. Pensée-action: c’est votre voie de sortie de la pauvreté et misère en RDC. C’est donc entre vos mains de faire la différence.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

4 thoughts on “Pensée-Action: voie de sortie de la pauvreté en RDC

  1. @ Lecteurs de CIC :
    Je trouve le message de Professeur Tongele vraiment transformateur. En effet, ses écrits sur ce site expriment son souci constant d’éradiquer l’ignorance des habitants des villages, villes et cités en RDC, ignorance qui les rend proies aux exploitations tant par les politiciens nationaux que par les pilleurs agresseurs et multinationaux. Mais comment faire pour que le message de Professeur Tongele atteigne les populations locales dans les villages, villes et cités de la RDC ? Je me souviens que dans l’un de ses commentaires, Nono avait suggéré au Professeur de faire parvenir ses écrits qui sont si inspirationnels (je crois le mot utilisé par Nono était didactique ou pédagogique) aux gouvernements locaux et national et aux instructions en RDC. A mon avis, si le temps permet le Professeur d’écrirai et en même temps diffuser ce qu’il écrit aux différentes institutions en RDC, ça sera louable. Mais nous ne pouvons pas lui laisser cette tâche de diffusion, à lui seul de faire. Ceux et celles parmi nous qui trouvons les messages de professeur Tongele transformateurs, nous pouvons et devrions, nous aussi, transférer cela aux gens que nous connaissons ou poster cela sur nos pages de Facebook. Et si chacun de nous fait cela, j’ose croire que les messages transformateurs de Professeur Tongele atteindraient les habitants des villages, villes et cités de la RDC, à qui il adresse les messages. Ce n’est qu’un souhait de ma part que je partage avec les lecteurs et intervenants de CIC. A chacun et chacune de faire ce qu’il ou ce qu’elle peut faire.

    1. @Sia Koli
      Intéressante intervention !
      Je ne connais pas le taux d’accès à Internet des populations congolaises mais d’autres pistes existent.
      Des fonds sont disponibles à l’UE et à l’UNICEF pour ces types d’initiatives.
      Le Professeur Tongele peut contacter ces institutions avec un projet et demander un financement. Le but serait d’arriver -en partenariat avec ces institutions et le ministère de l’éducation nationale – à éditer et à produire des fascicules qui seront introduits dans les programmes de l’enseignement de base, par exemple.
      L ‘ église catholique qui dispose d’un réseau d’écoles impressionnant au Congo pourrait aussi jouer un rôle important. Je sais de façon certaine que Son Eminence, le Cardinal Ambongo, serait ravi de participer à un tel projet.
      La fondation Melinda & Bill Gates, basée à Seattle, pourrait être intéressée par ce type de projet. En insérant quelques thématiques sur la santé des jeunes filles, par exemple. Je puis vous confirmer que Melinda Gates, principalement, n’hésiterait pas à donner son soutien à un bon projet, bien présenté, bien articulé sur les coûts.
      Individuellement, chacun de nous, à avoir accès aux écritures du Prof peut imprimer, faire des photocopies et distribuer à qui de droit.
      Des solutions existent. Il faut simplement être inventifs. Mais je crains que les forces d’occupation qui ont également mission de détruire l’intelligence collective congolaise ne laissent pas faire.
      Il paraît que FATSHI est  » béton  ». Il faut essayer…

  2. Pour avoir vécu un moment au Zaïre, j’apprécie la capacité intellectuelle et artistique des habitants de ce pays. Mais on dirait que l’élite de ce pays ne comprend pas son rôle d’éducateur des masses. L’élite est souvent derrière l’argent et abandonne son rôle d’éducateur des masses. Croyez-moi, si l’article de Professeur Tongele, Pensée-Action : voie de sortie de la pauvreté en RDC, pouvait être lu par les jeunes et les étudiants, si cet article est par exemple discuté dans des institutions d’enseignement secondaire, supérieur et universitaire en République Démocratique du Congo, ne fut-ce que pendant une seule cession, ça va inspirer et transformer les jeunes. Imaginez que sur toute l’étendue de la République, les professeurs présentent ou font lire et débattre cet article par leurs étudiants (du secondaire, du supérieur, d’université), je suis convaincu que cela va contribuer de façon très significative à la révolution mentale de la jeunesse. En effet, la jeunesse Congolaise a soif des messages de ce genre, des messages qui détaillent ce que l’on peut concrètement faire pour un réveil mental, intellectuel, et pour l’autonomie financière. Les débats politiques sont bons, mais sont souvent stériles parce qu’ils n’ont d’effets ni sur les politiciens ni sur les populations des villages, villes et cités à qui le message de professeur Tongele semble s’adresser le plus. Les articles comme celui de professeur Tongele sont à encourager, à lire et à faire lire.

  3. Réveil des consciences en RDC
    Merci de tout cœur pour les interventions de Sia Koli, Jo Bongo et Alphonse Moneau. Un peuple éveillé, conscient de sa propre dignité vis-à-vis des autres peuples, de son destin et de son rôle sur la planète terre, est un peuple qui ne peut être ni dupé ni soumis. Aujourd’hui, les habitants de la RDC sont dupés, soumis, et plongés dans la pauvreté et la misère, pendant que leurs leaders paraissent insouciants et tournés vers l’étranger pour voyages de jouissance et vacances, abandonnant ainsi leur peuple aux abus, violences et pillage par des agresseurs-occupants-pilleurs-assassins. Les analystes qui connaissent la situation de la RDC, et vous pouvez certainement confirmer cela vous-mêmes, montrent clairement comment les leaders/dirigeants provinciaux et nationaux en RDC ferment leurs yeux et leurs bouches en prenant l’argent et les biens matériels que les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux offrent pour les corrompre afin de les assujettir et les soumettre, et eux (leaders) à leur tour, font tout pour que les soldats et leurs commandants, les policiers et leurs commandants, les chefs coutumiers et leurs populations, soient aussi assujettis et soumis aux agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux. Le monde entier voit ce qui se passe en RDC, et comment les populations, surtout celles des villages et milieux ruraux, pendant qu’elles attendent naïvement que leurs dirigeants puissent les mobiliser pour combattre et chasser les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins, leurs leaders créent toute sorte de distraction sous forme des querelles politiques à Kinshasa. Les populations attendent vainement et continuent simplement à être violées, violentées, abusées, massacrées, et exploitées. Ces mêmes analystes le font remarquer, et vous pouvez vous-mêmes constater cela : les présidents qui se succèdent à la tête de la RDC, qu’est-ce qu’ils ont créé, chacun, comme unité de production personnelle pour autonomie financière, avant de devenir des présidents, pour dire qu’ils avaient déjà gagner leurs millions avant leurs présidences ? Et quels types de salaires gagnent-ils par rapport aux autres présidents du monde pour devenir des millionnaires pendant leurs années de présidence en RDC, au moment où ils ont tous commencé sans même être des « milliénaires » (milliers de dollars) ? Comment expliquer que les députés, les sénateurs, les gouverneurs, les premiers ministres et ministres, les commandants et généraux des armées et de la police, ainsi que les chefs des renseignements, les directeurs des entreprises de l’Etat, etc., qui se succèdent en RDC, arrivent à leurs postes sans être des « milliénaires », mais en peu d’années ils deviennent des millionnaires ? L’unique explication valable et viable est que tous ces animateurs des institutions et des entreprises publiques ont succombés et succombent aux pièges de corruption (argent et biens matériels) qui leurs sont tendus par les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux, et finissent par s’assujettir et se soumettre à la volonté des agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux corrupteurs. Ainsi, sans aucune inquiétude, et à volonté, ces agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux abusent, tuent, violent et massacrent les habitants en RDC, au même moment qu’ils pillent les richesses du pays. Ces agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux savent et sont conscients du fait qu’ils ont déjà par corruption (argent et biens matériels) emprisonné, assujetti et soumis les animateurs des institutions et des entreprises de l’Etat en RDC, et que ces leaders-prisonniers de la RDC ne peuvent rien faire, et ne peuvent pas sérieusement les combattre, tout cela pour des miettes d’argent et de biens matériels offerts en pièges par les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux.
    Il n’y a donc rien de plus urgent et important aujourd’hui, maintenant même, que de conscientiser les habitants des villages, villes et cités en RDC de reconnaitre leurs propres valeurs et talents, leur propre dignité, leur destin et leur rôle sur la planète terre, afin qu’ils puissent constater que leur pays est doté d’immenses ressources naturelles pas pour être exploitées et pillées par les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux corrupteurs, mais plutôt pour qu’eux-mêmes (les habitants de la RDC) puissent transformer cela sur place en produits finis pour leurs propres besoins, pour éliminer la pauvreté, le chômage et la misère, et vivre avec dignité. Les habitants des villages, villes et cités doivent être conscientisés (par chacun de nous) pour constater que leurs leaders sont facilement corrompus par les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux parce que leurs leaders n’ont jamais créé des unités de production par eux-mêmes pour leur propre autonomie financière ; c’est pourquoi ils tremblent devant l’argent et embrassent la corruption comme mode d’accumuler rapidement des richesses qu’ils n’ont jamais pu ou su créer par eux-mêmes. C’est donc urgent de conscientiser les habitants des villages, villes et cités à créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes afin que lorsque certains parmi leurs filles et fils deviennent des commandants, généraux, députés, sénateurs, gouverneurs, premier ministre et ministres, président de la République, directeurs des entreprises publiques, qu’ils ne fassent pas les mêmes bêtises de succomber aux pièges de corruption (argent et biens matériels) qui leurs seront tendus par les agresseurs-occupants-pilleurs-assassins et multinationaux. Si donc chacun de vous, chacun de vous, nous tous, là où nous sommes et selon ce que nous pouvons faire, si nous pouvons contribuer à réveiller les habitants des villages, villes et cités de la RDC « longtemps courbés » sous la pauvreté, la misère et toute sorte d’humiliation, à prendre leur destin entre leurs propres mains, en créant des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes, ça sera certainement une importante contribution au changement que tous désirent voir s’opérer en RDC.

Comments are closed.