Pour créer une unité de production en RDC: Quoi faire? Comment faire? Et avec quel moyen?

Read Time:12 Minute
Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

J’ai reçu dans ma boîte électronique un nombre impressionnant des réactions, commentaires et questions concernant « Pensée-action: voie de sortie de la pauvreté en RDC » (opinion postée sur Congoindependant.com, le 11 Novembre 2019). Ces réactions, commentaires et questions se résument en ceci: que faut-il faire pour créer une unité de production en RDC et avec quel moyen financier. D’où le titre ci-dessus. Bien que j’aie abordé ces questions dans l’article du 11 Novembre 2019, j’ai considéré que c’est important d’y consacrer une réflexion. Nous commencerons donc par une prémisse, ensuite quelques exemples, quelques remarques, et enfin une conclusion.

Prémisse

Lorsque le président de la République, un ministre, un sénateur, un député, un gouverneur, etc., fait un don aux populations d’un village, d’un territoire, d’une province, etc., ce don souvent répond à un besoin local spécifique, voire urgent, mais le don n’est pas destiné à mobiliser, motiver, conscientiser et appuyer les populations à créer d’unités de production par elles-mêmes pour elles-mêmes. Or, l’être humain s’accomplit et se dignifie par les travaux de ses mains qui procurent ce dont il a besoin pour vivre heureux et satisfait. Lorsque les populations ne peuvent pas satisfaire leurs besoins fondamentaux par les travaux de leurs mains, lorsque les populations vivent dans la carence, la pauvreté et la misère, lorsque les populations doivent attendre, voire même quémander des dons auprès de leurs dirigeants pour répondre à leurs besoins fondamentaux, c’est dégradant, c’est indigne, c’est humiliant, c’est un signe clair du sous-développement socio-économique, expression d’un niveau de vie et d’un style de vie inacceptable. C’est plutôt lorsque les jeunes, les habitants des villages, villes et cités créent leurs unités de production pour fabriquer sur place des choses dont ils ont besoin qu’ils se développement, développent leur villages, villes, cités, provinces et pays. Créer une unité de production doit dériver d’un désir personnel, d’une vision personnelle, de la passion et de la détermination personnelles de répondre à un besoin et prospérer du résultat. C’est à travers la création d’unité de production que les habitants d’un pays créent d’emplois pour les uns les autres, deviennent investisseurs des uns des autres, transforment les ressources naturelles en produits manufacturés pour se vendre les uns les autres, et ainsi éliminer la carence, la pauvreté, le chômage, vivre prospère et heureux.

Quelques exemples illustratifs

  1. Un jeune enseignant en RDC qui a lu un de mes écrits, il y a de cela deux ans, s’est engagé à essayer de se créer une unité de production. Dit-il que sa pierre angulaire de pensée-action était « essai-erreur ». A travers le processus d’imaginer, de concevoir, et de rassembler tout ce qu’il faut pour expérimenter avec chaque idée ou projet qu’il concevait, le jeune enseignant a compris les difficultés et les enjeux de se créer une unité de production. Après plusieurs essai-erreurs, il s’est fixé sur l’élevage des cochons, et ça marche tellement bien maintenant qu’il pense quitter l’enseignement pour se consacrer entièrement à cette activité. Il voit déjà beaucoup d’autres petites unités de production complémentaires à l’élevage des cochons qu’il pourra mettre sur pied et faire des bons bénéfices une fois qu’il quitte l’enseignement pour s’occuper de son unité de production à temps plein.
  2. Un jeune diplômé universitaire et chômeur s’est senti interpellé par pensée-action. Il a fait une liste des choses qu’il a pensé qu’il pouvait réaliser assez facilement. Mais il s’était toujours buté au problème de financement. Il était découragé, mais continuait toujours à réfléchir sur quoi faire et avec quel moyen. Un jour, alors qu’il se promenait près d’un marché, il a vu un « pousse-pousseur » en train de faire son travail. D’un coup, il a pensé qu’il pouvait fabriquer des « pousse-pousses ». Et voici sa réflexion: je vois des vieux pneus et des jantes d’autos abandonnés dans des parcelles des amis et membres de familles, et les enfants jouent là-dessus. Je vais demander de les ramasser gratuitement, et je vais utiliser cela pour fabriquer des pousse-pousses. Il savait aussi où ramasser des morceaux de tôles et d’autres ferrailles. Il a ensuite dit aux réparateurs/mécaniciens du quartier qui le connaissaient bien qu’il voulait leur demander de l’aider à fabriquer des pousse-pousses, et qu’il avait les matériaux nécessaires pour cela. Ces réparateurs/mécaniciens du quartier l’ont toujours appelé avec humour « ministre » ou encore « prezo », parce qu’il est (leur) universitaire, toujours propre et bien habillé. Et souvent ils aiment discuter avec lui sur la politique du pays. Ils pensaient que leur « prezo » blaguait, et qu’il n’allait pas se salir comme eux en fabriquant des pousse-pousses. Alors ils lui dirent: « ministre, si tu veux réellement fabriquer des pousse-pousses et tu as les matériaux, nous allons t’aider à le faire sans problème ». L’universitaire chômeur a ensuite demandé à un ami qui avait une voiture de l’aider à transporter les matériaux chez les réparateurs/mécaniciens. Enfin de compte, l’universitaire a travaillé avec les réparateurs/mécaniciens de son quartier, et il a fabriqué cinq pousse-pousses qu’il a mises en location. Son succès économique rapide l’a surpris, et il a ajouté d’autres petites unités de production grâce au moyen financier de sa première unité de production.
  3. Il y a ceux et celles qui ont mis sur pieds des unités de production et des réalisations vraiment inspirationnelles: L’ingénieur Ponyo Baruti construit des grands bateaux modernes au Kivu avec expertise et mains d’œuvre entièrement Congolaises. L’entrepreneur Barnabé Mupira à Kisangani est en train de construire des bateaux modernes pour lancer sur le fleuve Congo (Kisangani-Kinshasa). Brackley Cassinga, le jeune électronicien autodidacte de Bukavu, construit des appareils électroniques à partir de composants recyclés. Kwanzaa Technologie (entreprise) créée par quatre jeunes garçons de Bukavu, utilise aussi des composants recyclés pour fabriquer des torches qui ont la spécificité de posséder une autonomie de 7 à 10 jours et d’être équipées d’un dispositif de recharge de téléphones portables. L’inventeur de tablette Motema Tab, Monsieur Dieudonné Kayembe, produit des tablettes modernes. Claude Kikunda, au Katanga, a monté une voiture limousine à partir d’une épave de voiture ordinaire. L’artiste Isaac Mondele, à Kinshasa, produit des œuvres artistiques (sculptures) mondialement admirées, en recyclant des clous rouillés, des tiges de fer et des fils métalliques de toute sorte. Thérèse Izay Kirongozi et sa compagnie produisent des robots de roulage.
  4. Connaissez-vous personnellement des gens qui ont créé des petites unités de production? Si oui, contactez-les pour échanger avec eux sur comment ont-ils commencé.
  5. Un Congolais de la diaspora a fait monter, par son frère en RDC, un centre de moulin pour moudre des maniocs et maïs. Tout ce que son frère en RDC doit faire c’est gérer l’affaire. L’affaire est tombée en faillite après quelques années de succès.
  6. Un Congolais de la diaspora a acheté un terrain en RDC pour l’agriculture et l’élevage. Il a mis son ancien ami de l’école en charge. Non seulement l’affaire est tombée en faillite quelques années après, mais l’ami a vendu le terrain et mis fin à tout contact avec son ami de la diaspora.
  7. Une Congolaise de la diaspora a utilisé son épargne personnelle pour initier une activité d’Import-Export avec sa famille en RDC. L’affaire qui a bien décollée, est vite tombée en faillite, suivie des accusations mutuelles de mégestion par les membres de famille.
  8. Une famille Congolaise de la diaspora fréquente une église chrétienne vibrante dans le pays d’accueil. L’église en question a exprimé le désir d’avoir une église sœur en RDC. La famille Congolaise de la diaspora a pris contact avec un pasteur-ami en RDC. La relation s’est établie, et l’église de la diaspora a envoyé un montant d’argent assez important pour la construction du bâtiment de l’église sœur de la RDC en durable. Le pasteur en RDC est disparu avec l’argent et c’était la fin de l’histoire.
  9. Connaissez-vous personnellement une histoire du genre cité aux numéros 5, 6, 7 et 8? Si oui, réfléchissez sur les possibles causes et raisons de l’échec de l’affaire, et comment vous, personnellement, auriez fait autrement dans chacune de ces situations.

Quelques remarques

  1. C’est vous, comme individu, qui devez désirer de créer une unité de production pour un besoin réel et spécifique des gens ou de la société. Et vous aurez du succès lorsque votre unité de production réalise des choses dont les gens ont besoin pour vivre, et ces gens vont acheter votre produit manufacturé, ou vous serez payé pour le service que votre unité de production rend aux gens ou à la société. C’est votre désir d’avoir une autonomie financière, de vivre avec dignité sans courbettes pour quémander, qui doit vous poussez à penser sur quoi faire et comment faire.
  2. C’est vous, les intellectuels qui devez, à côté et ensemble avec votre lutte contre la corruption des animateurs des institutions gouvernementales, c’est vous qui devez réussir à créer votre propre unité de production pour assurer votre propre autonomie financière. Et avec l’expérience de votre unité de production, vous saurez mobiliser, conscientiser et stimuler les jeunes filles et les jeunes garçons à faire de même.
  3. Les quelques exemples ci-dessus vous montrent que parmi vous, il y a déjà des gens qui ont créé et qui créent des unités de production pour leur indépendance financière malgré le contexte socio-économique difficile et suffocant de la RDC. Ce n’est donc pas impossible. La RDC est un grand chantier où tout est à faire ou refaire. La carence des biens manufacturés et des services en RDC est terrible, et les besoins en RDC sont énormes. Même des petites choses sont importées. L’urgence de produire localement et le marché sont là. Les infrastructures délabrées en RDC sont des opportunités d’unités de production. Vous devez donc fabriquer les petites choses de la vie quotidienne en créant des unités de production pour faire ces choses. N’oubliez pas le mot clé: « essai-erreur ». Pensez et faites la liste des idées et projets simples pour fabriquer et réaliser facilement. Le secret c’est de commencer avec une petite réalisation, un petit projet. Ne dit-on pas qu’un voyage de mille kilomètres commence avec un kilomètre?
  4. Vous les jeunes et les intellectuels, vos leaders et dirigeants ont urgemment et sérieusement besoin vous, qu’ils le reconnaissent ou non. C’est vous qui devez mettre pression, forte et constante, sur vos leaders et dirigeants pour les contraindre à faire leur travail de vous mobiliser et vous appuyer à créer des unités de production. Et pourquoi votre pression? Réponse: Comptez parmi les présidents, les premiers ministres et ministres, les gouverneurs, les sénateurs, les députés nationaux et provinciaux, qui se succèdent à la tête des institutions en RDC. Combien parmi eux avant d’arriver à leurs postes ont créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes, et ont prospéré par les travaux de leurs mains avant d’arriver à leurs postes? Or, en tant que dirigeant on reflète, et on gouverne avec, l’expérience de ce qu’on a vécu, conçu, développé et réalisé dans la vie. Or, vos dirigeants, du moins la plupart si pas tous, n’ont pas ce bagage expérientiel de conception, développement et réalisation avec essai-erreur des activités de production, pour être naturellement enclin à mobiliser les populations à créer des unités de production comme ils l’ont fait avant d’arriver aux postes de gouvernance. Ce n’est donc pas naturel pour vos dirigeants de vous mobiliser et vous appuyer à créer des unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. Vos dirigeants peuvent vous faire des dons par-ci par-là, mais on ne crée pas d’unité de production avec des dons, et on ne développe pas un pays avec des dons. Vous devez donc mettre pression forte et constante sur vos dirigeants par des marches et manifestations avec un message clair: nous ne voulons pas des dons, nous voulons des ateliers de formation et de mobilisation pour nous appuyer à créer nos unités de production par nous-mêmes, afin que nous puissions nous-mêmes éliminer le chômage et la pauvreté dans notre pays. Tout naturellement, vos leaders et dirigeants tendent à penser qu’il faut plutôt courtiser et amener des investisseurs étrangers en RDC pour créer d’emplois. Or, les investisseurs viennent pour investir, c’est-à-dire faire travailler quelques-uns parmi vous pour des miettes de salaires de survie afin que vous puissiez, par les travaux de vos têtes et vos mains, les aider à exploiter le pays, point et trait. Les investisseurs ne peuvent pas créer d’emplois pour tout le monde en RDC, et ils ne viennent pas en RDC pour créer d’emplois pour tout le monde, mais plutôt pour investir et faire le maximum de profit le plus rapidement que possible, et s’en aller.
  5. Si donc vous faites pression sur vos dirigeants à parcourir les villages, villes et cités non pas pour faire des dons par-ci par-là, mais pour parler avec vous sur les modalités de création d’unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes, alors ces questions de quoi faire, comment faire et avec quels moyens vont se discuter et se débattre pendant ces ateliers de formation et d’éducation, et des solutions locales plus efficaces seront trouvées.

Conclusion

Habitants des villages, villes et cités, jeunes filles et jeunes garçons de la RDC: c’est vous, et vous seuls, qui pouvez et devez vous faire sortir de la pauvreté par votre propre imagination, créativité et par les travaux de vos mains, en créant des unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. Réfléchissez sur les quelques exemples ci-dessus. Parmi vous il y a des gens qui ont tenté et réussi à créer des unités de production.

Réfléchissez sur ces quelques exemples, et sachez que tout est à faire en RDC, et la liste de quoi faire est longue. Sachez aussi que c’est vous et vous seuls qui devez mettre pression, forte et constante, sur vos dirigeants afin qu’ils puissent faire leur travail de vous mobiliser à créer des unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes, et le problème de moyen financier pour créer d’unité de production sera résolu pendant les échanges avec vos dirigeants. Ne vous laissez pas distraire, ou vous décourager, par ces questions et problèmes de quoi faire, comment faire et avec quel moyen. Pensez et commencez à faire quelque chose par vous-même pour vous-même. C’est donc entre vos mains de faire la différence.

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post « Affaire Mimi Muyita »: Kankonde « réhabilite » Matubuana et Luemba
Next post Coalition Cach-Fcc, une force d’inertie au sommet de l’Etat