Quand « Kabila » et ses ex-oligarques prennent les Congolais pour de la « gnognotte »

Le 30 décembre 2018, les Congolais sont allés nombreux aux urnes pour changer leur destin en disant adieu au « système Kabila ». A Kinshasa, des observateurs ont noté un « rare engouement » en dépit d’une pluie diluvienne qui s’est abattue ce jour-là sur la capitale. Le message était clair: tourner la page d’un système mafieux et dénué d’humanité.

Emmanuel Shadary, le « dauphin »

Dans le secret des urnes. le prétendument « candidat favori » de l’élection présidentielle, le « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary a subi un échec catastrophique. « La bérézina », diraient les Français. Ici aussi, le message était clair: les Congolais ne veulent plus de « Kabila » et des « kabilistes ».

C’est avec stupeur que l’opinion tant nationale qu’internationale apprendra, le jeudi 10 janvier, que le même corps électoral qui avait tourné le dos au « raïs » à travers son dauphin ait changé d’avis en accordant la majorité des sièges au Parlement ainsi qu’aux assemblées provinciales aux partisans du même « raïs ». Les Congolais ont-ils chassé « Kabila » pour garder les « Kabilistes »? Une telle absurdité ne peut s’expliquer que par des fraudes massives.

Depuis l’investiture de Félix Tshisekedi Tshilombo à la tête du pays, le « clan kabiliste » revendique « naturellement » le poste de Premier ministre. Pour l’ancien Président et ses affidés, les « choses paraissent claires »: le prochain chef du gouvernement « doit » être issu de la « majorité parlementaire ». La majorité parlementaire se décrète-telle? Peut-on la présumer?

Qui a peur de la désignation d’un « informateur » devant aller « constater » l’existence de cette majorité parlementaire au sein de la Représentation nationale?

Dimanche 24 février, « Kabila » qui semble vivre mal son statut d’ancien Président a réuni dans sa ferme de Kingakati, les « 343 » députés nationaux appartenant à sa mouvance. Histoire de montrer à la face du monde qu’il reste le véritable maître du jeu.

Sans rire, le très douteux successeur de Mzee a demandé à ses partisans élus – nommés? – de poursuivre la « défense de la souveraineté du pays ». Amnésique, l’homme a oublié qu’il est lui-même un pur produit des interférences étrangères.

Les Congolais n’ont pas oublié le diktat de l’Union européenne pour amener les députés du régime de transition « 1+4 » à accélérer l’adoption de certains textes légaux en vue de l’organisation de la présidentielle de 2006. Le président-candidat passait pour le « chouchou ».  C’est cet élément qui déclencha la ruée ayant abouti à la naissance de l’Alliance pour la majorité présidentielle, devenue plus tard « majorité présidentielle ».

Louis Michel (source: louismichel.be)

Les Congolais n’ont pas non plus oublié les propos comminatoires du chef de la diplomatie belge d’alors, le Belge Louis Michel, qui avait « interdit » – le mot n’est pas trop fort – aux compétiteurs de débattre sur le parcours personnel de « Kabila ». Tout comportement contraire allait être qualifié de « congolité » voire de la « xénophobie ». Un aveu implicite que la citoyenneté congolaise du candidat-président était sujet à caution.

Les Congolais n’ont pas oublié, enfin, que les élections de 2006 ont été financées à près de 90% par la « communauté internationale ». Où se terrait « Kabila » et ses « nationalistes-souverainistes » autoproclamés?

Comble d’ironie, lors de la rencontre précitée, le maître de Kingakati a invité les membres de sa « majorité parlementaire » à défendre « le bien-être de la population ». Quelle vocation tardive?

En dix-huit années de pouvoir, le président sortant n’a laissé aucun souvenir impérissable en termes de réalisations destinées à améliorer la qualité de vie des Congolais. Indice de développement humain (IDH)? Le Congo-Kinshasa occupe la 176ème place sur 188. Produit intérieur brut (PIB) par habitant? A peine 466 USD. Un calcul rapide donne 1,3 dollar par jour. L’homme congolais continue à vivre en-dessous du seuil de pauvreté. Citoyenneté? Les Congolais n’ont pas de carte nationale d’identité pouvant les distinguer des étrangers. Lutte contre l’analphabétisme? En 2016, 18 millions d’adultes Congolais ne savaient ni lire ni écrire? L’espérance de vie? Les pompes funèbres sont devenues un des secteurs les plus rentables. La souveraineté? Les Congolais ne comptent plus le nombre d’incursions menées par les troupes venues du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda sur le territoire national. Sécurité des personnes et des biens? Les habitants des provinces du Kivu et de l’Ituri peuvent en témoigner. L’Etat est volontairement impuissant face aux bandes armées tant nationales qu’étrangères.

Ce lundi 25 février 2019, la population congolaise a commémoré le premier anniversaire de l’assassinat de l’activiste de la société civile Rossy Mukendi Tshimanga. Le 21 janvier de la même année, Thérèse Kapangala avait connu le même sort. Tous les deux ont été abattus dans l’enceinte d’une église.

Qui a ôté la vie à ses deux jeunes et tant d’autres qui manifestaient pacifiquement et demandaient à « Kabila » de respecter la Constitution. Quid des enquêtes ouvertes? Mystère! Leur sang continue et continuera à crier justice au ciel!

Le 30 décembre 2018, les Congolais ont envoyé à « Kabila » et ses oligarques un message clair: « nous ne voulons plus vous voir gouverner le pays ». Les citoyens du Congo-Kinshasa en ont assez d’être pris, par l’ancien Président et ses ex-oligarques, pour de la « gnognotte ».

 

Baudouin Amba Wetshi

15 thoughts on “Quand « Kabila » et ses ex-oligarques prennent les Congolais pour de la « gnognotte »

  1. Cher B.A.W.,
    Vous avez bien dit et tout dit sur ce sinistre criminel-sanguinaire se faisant appeler « Jo Kabila », et sa bande des voleurs PPRD-MP-FCC.
    Les Congolais ont la sale surprise de constater que cet assassin et sa Mafia tentent de remettre sur rails leur regime kleptocratique vomi de triste memoire, comptant sur la « molesse et naivete de FA-Tshi ».
    La pretendue majorite que reclamment ces bandits PPRD-FCC au Parlement est une pure fabrication du corrompu kabiliste Corneille Nangaa comme c’etait le cas a coup des billets$$ en 2006 et 2011.
    Les USA dont les services secrets surveillent de pres les politi-chiens en RDC ne viennent-ils pas de le confirmer en sanctionnant Nangaa et complices Minaku et Bazenghezi? Pourquoi pas leur chef de file?

  2. Chers Compatriotes,
    Cette question de BAW vaut la peine : « Qui a ôté la vie à ses deux jeunes et tant d’autres qui manifestaient pacifiquement et demandaient à « Kabila » de respecter la Constitution. Quid des enquêtes ouvertes? Mystère! Leur sang continue et continuera à crier justice au ciel! ». Mais n’attendons pas que ça soit l’ancien président qui donne suite à cela, ni au nouveau président au niveau où il en est aujourd’hui. Le peuple peut montrer qu’il existe. Il n’a qu’à diligenter une action directe. Regardez, on a organisé un anniversaire. Mais sous quelle forme cet anniversaire a-t-il été organisé ? Il faudra aussi nous rendre compte que, sous couvert de « Kabila », certains de nos compatriotes peuvent chercher à se régler des comptes tout simplement parce qu’ils sont couvert par cet anonymat désigné. Nous avons assisté à certains drames comme ça sous la deuxième république. Ceux qui étaient dans la DSP et qui en voulaient à d’autres pour des raisons personnelles, organisaient des actions contre ces derniers parce qu’étant de la DSP, tout le monde criera, c’est Mobutu qui les a envoyés. C’est ici que le peuple doit se prendre en charge en haussant le ton. Que Dieu nous vienne en aide.

  3. Cher BAW,
    Et pourtant les quelques méfaits (parmi tant d’autres) de la kanambie que vous venez d’énumérer semblent, pour une bonne frange de la population congolo-zaïroise, être tombés dans les oubliettes.
    L’homme est devenu, comme par enchantement, un ″partenaire″ pour certains, un ″démocrate″et ″Mwana mboka″ pour d’autres.
    Y a-t-il encore vraiment espoir pour cette population abrutie et descendue trop bas? Nous osons le croire. La main de Dieu n’étant pas trop courte, Il se souviendra, même en dernière instance,
    de ce peuple.

  4. La démocratie a ses exigences.Personne au Congo ne conteste la majorité plus que absolue des kabilistes aux deux chambres du parlement et à la territoriale. Ni au CACH,ni à la société civile. Cela doit faire partie,de mon point de vue,des accords secrets entre Kabila et le tandem Tshilombo-Kamerhe. Kabila a raison de dire que la nomination d’informateur n’a pas de sens.
    Kabila nous manipule,tout simplement parce que nous sommes manipulables.Il le sait.

  5. Oui, le Front commun des cons (FCC) du despote Joseph Kabila a une fois raison : « le prochain chef du gouvernement doit être issu de la majorité parlementaire. Mais en l’absence de majorité parlementaire issue des urnes, car aucun parti ou groupement des partis légal ne dispose de la majorité au parlement à la lumière des législatives du 30 décembre dernier, la majorité parlementaire doit être constituée par un jeu d’alliance non pas en fonction de la politique commune à mener au sein du gouvernement de coalition, comme cela se passe en Occident, mais en fonction de la distribution du gâteau national comme cela se passe dans les démocraties banania ; ce qui est une tâche facile mais devenue compliquée à cause du pacte secret conclu entre le cinquième président de la république et son prédécesseur.

  6. Les policiers multiplient les revendications… á cause de leurs salaires en retard de deux á trois mois.
    Mais Kabila ne se soucie pas de son bilan catastrophique et continue á faire croire qu´il est le vrai président de la RDC.

  7. Le titre devrait être:
    Quand « Kabila » et son nouveau partenaire (président nommé) prennent les Congolais pour des « CONS »
    Pourquoi on le laisse faire, pourquoi tant de congolais continuent de participer à cette entreprise criminelle, … ?

    1. @mwana ya mokolo lopango.
      Vous posez une question essentielle;une question que la plupart d’entre nous ne se posent pas.
      Les 343 députés du FCC sont des kabilistes notoires. Ils le revendiquent. Ils sont partis signer l’allégeance à Kabila sous les caméras,en plein jour.Par contre Tshilombo a signé son engagement avec Kabila, en catimini. Le peuple n’en connaît pas le contenu.Tous les congolais en veulent à mort aux 343 dépués réunis à Kingakati autour de Kabila. Ils sont devenus responsables du maintien de la kabilie. On fait porter ainsi le chapeau aux stewards et on laisse de côté le pilote.On trouve à Félix toutes les excuses possibles.
      On dit qu’il est prisonnier de Kabila. C’est comme si Kabila avait envoyé sa GR pour arrêter Félix à Limete en vue de le nommer président de la République.Félix était parti de lui-même signer un pacte avec Kabila,à l’insu du peuple.Il n’a jamais dit à personne qu’il est prisonnier de Kabila. Félix se sent plus proche de Kabila que de Fayulu. Bien d’autres congolais sont en train de le rejoindre à la kabilie. Fayulu se bat seul pour revendiquer la vérité des urnes,abandonné de tous. Tout le monde court derrière le traître FATSHI.
      Quel peuple sommes-nous?

  8. Ni les risibles « cinq sentiers » et encore moins l’introuvable « Révolution de la modernité » ni je ne sais quelle autre ‘poudre de perlimpinpin’ n’ont pu faire illusion, le bilan de l’ex-rais est plus que négatif simplement parce d’abord en fidèle ‘cheval de Troie’ des Rwandais il n’était pas là pour le bien des Congolais et ensuite parce qu’il n’en avait pas l’expertise et parce qu’enfin nos propres frères de sont laissés acheter pour devenir ses complices de malheur…
    Les Congolais l’ont bien compris et n’ont pas hésité à le rejeter massivement dans les urnes le 30 décembre. En temps normal démocratique et surtout n’eût été la trahison de certains, on ne le conjuguerait aujourd’hui qu’au passé.
    Que devons-nous faire alors aujourd’hui pour nous sauver ? Comment sauver le pays d’une noyade indéfinie avec un ‘JK’ qui ne veut s’’effacer avec l’aide des nôtres?
    ‘L’homme venu d’ailleurs’ comme dit l’autre se fait accompagner aujourd’hui d’un fils du pays, F Tshisekedi qu’il a corrompu et nommé à la tête du pays. Ce dernier, héritier d’une lignée de résistance aux dictatures n’a-t-il toujours aucune conscience qu’au-delà de la mangeoire à laquelle il vient d’accéder l a en charge de sauver le destin de tout un pays loin de l’imposture passée et la multitude de forfaitures qui ont caractérise le régime de ‘JK’ ?
    Si non , comment pouvons-nous l’y aider ?
    Autrement dit : il nous faut sauver le soldat Tshilombo et avec lui notre Congo !!!
    C’est là où je me tâte avec un nouveau scénario : si pour ne pas qu’il continue à nous « prendre pour de la gnognote » nous entreprenons de prendre ‘Commandant Hippo’ à son propre piège. Ce serait de réussir a rassembler les Congolais d’abord en dehors de ses fidèles de Kingakati, provoquer une réconciliation utile avec ceux qu’il a écartés de son plan. Je veux dire en commençant par un Fayulu qu’on réussirait à adjoindre à Tshilombo.
    Il y’a des rumeurs authentiques ou pas d’un Fayulu PM . Si c’était là une réelle piste proposée par certains, pourquoi pas des USA, pour tenter de l’isoler et ainsi annihiler progressivement sa suffisance à rester le seul maître à bord. Fayulu PM ou pas se rapprocherait de Tshilombo et à partir de lui d’autres patriotes viendraient à côté de ce premier couple de résistance, même ceux aujourd’hui de Kingakati.
    Difficile à faire vu les récentes animosités mutuelles et autres trahisons mais si on en convaint les premiers concernés, une maligne voie parallèle qui s’impose pour sauver le pays.
    Il nous faut rayer de notre carte le « verrou » diabolique que représente « l’homme venu d’ailleurs » par tous les moyens possibles, voilà l’enjeu essentiel dans tout cela !!!
    Qu’en pensez-vous ???

  9. PS
    Difficile à faire aussi parce qu’à l’état, la majorité des « députés nommés » l’ont été sous le label FCC et que leur ‘autorite morale’ s’active comme un vrai diable dans un bénitier pour mettre au pas ses fidèles. Non seulement ces derniers lui doivent d’être là mais ils ont scellé avec elle des alliances occultes confinant à la mafia d’où l’on sort difficilement sans représailles et il y’a aussi l’appât d’espèces sonnantes et trébuchantes qui tente la vénalité légendaire de notre classe politique.
    Néanmoins c’est justement de ses entraves qu’une nouvelle conscience et volonté politiques d’un Tshilombo, un Fayulu et d’autres doivent s’échapper.
    Difficile mais pas impossible lorsque ces dernières viennent enfin les habiter pour l’intérêt supérieur du pays.
    Il est plus que temps que cela advienne même chez nous.
    Naïf ou trop optimiste, moi je veux y croire…

  10. PPS
    Tout le monde l’aura compris : tout ce scénario exige un préalable,
    en convaincre les premiers concernés, Fayulu et Tshilombo.
    Prière alors à ceux qui en seraient convaincus et qui peuvent les approcher de faire ce lobbying.
    Sinon pourquoi pas initier des pétitions, mais c’est là une voie peu recommandée à ce stade pour une entreprise qui nécessite discrétion.
    Encore une fois, qu’en pensent les futés correspondants de CIC ???

    1. Cher Nono,
      Votre excellente proposition exige un prérequis : un Tshilombo libre de tout mouvement. Or, et c’est la réalité, il ne l’est pas. Il est prisonnier, enchainé, totalement sous surveillance et à la solde de ceux qui ont mission de détruire le Congo, avec qui il conclu un partenariat.
      Sauf miracle, il n’y aura aucune alliance avec Fayulu. De loin ou de près. S’il veut sauver sa conscience et le pays de son feu illustre géniteur, il lui reste deux choses à faire :
      1. Il organise une conférence de presse et annonce qu’il démissionne du poste de président de la république car il n’a jamais été élu par le peuple et que c’est bien Fayulu le président élu. Dans ce cas, il sera tué dans les deux heures qui suivent. Si les congolais sont vraiment un peuple, les luba en tête, il y aura une réaction violente qui aboutira peut-être à…
      2. S’il ne veut pas mourir, qu’il trouve le moyen de se réfugier avec sa famille dans une ambassade occidentale et fasse la même déclaration. Et dans ce cas, on laisse le peuple se prendre en charge en mettant la communauté internationale qui a très vite pris acte de la grosse arnaque du 30 décembre devant ses responsabilités.
      Mais mon petit doigt me dit qu’il va se contenter d’inaugurer des chrysanthèmes et jouir des apparats du pouvoir, même par procuration en se disant : esala pe eloko teeeee.

      1. @ Bongos
        Nous attendons de te voir mettre en pratique le « courage revolutionaire » qui tu exhibes ici dans tes verbiages, insultes et tribalisme primaire anti-luba afin d’aider a liberer ton Pays des griffes des Rwandais qui te donnent tant de cauchemars. Le reste n’est qu’elucubrations d’un lache !

  11. @ Alidor Semayote
    Vous n’associez plus le  » tribalisme primaire anti-luba  » à  » l’anti-tutsi  »,  » anti-rwanda  » ? Kie kie kie…
    Bindre, écrivez plutôt en kinyarwanda. Peut-être réussirai-je à vous comprendre. Parce que là même vos banyangombe n’arrivent pas à comprendre ce que vous essayez dire.
    Pet de chiot !

  12. Cette photo est assez significative. Il y a beaucoup qui ont postulé pour des élections sénatoriales et de gouverneurs de province en candidats indépendants mais qui se retrouvent dans une réunion du FCC donc de l’ancienne majorité devenue par le tour de passe-passe dont la ceni seule a la formule nouvelle majorité. On a en réalité des faux candidats indépendants pour tromper l’opinion.

Comments are closed.