RDC. Tant que…

Read Time:3 Minute
Wina Lokondo

« La compagnie aérienne nationale du Kenya, Kenya Airways, a repris ses deux avions donnés en leasing (en location) avec option d’achat à Congo Airways, pour insolvabilité de la part de la compagnie congolaise », a-t-on appris, avec grande tristesse. Il y a ici de quoi s’interroger: si le Congo peut « gaspiller » plus de 400 millions de dollars pour le programme présidentiel de « Cent Jours » dont on n’a pas vu des réalisations équivalant en coûts globaux à ce montant déboursé – la grande partie de cet argent a été empochée par quelques individus qui se la coulent douce impunément au pays et à l’étranger -, pourquoi ne peut-il pas acheter en cash deux ou trois avions, même d’occasion, pour le prestige du pays? Comment le Kenya et l’Ethiopie peuvent-ils disposer des flottes aériennes de loin plus importantes que celle du « grand » Congo? Dans quel secteur trouve-t-on aujourd’hui la « grandeur » de notre pays? Comment le Congo peut-il échouer, d’année en année, dans tous les domaines jusqu’à ce que celui qui tient actuellement les manettes du pays l’admette et le dise à haute et consternante voix « mboka esi ekufa »?

Les Congolais seraient-ils devenus des éternels losers? Il urge que nous nous ressaisissions, par un sursaut d’orgueil patriotique, pour donner un avenir radieux à notre nation. Mais tant que l’objectif de vie de tout Congolais (fonctionnaire, politicien, militaire, journaliste, enseignant, pasteur, commerçant, etc.) sera de s’enrichir – vite et massivement – par tout moyen, licite ou illicite, pour ses plaisirs personnels et au détriment des intérêts de l’Etat, de ses concitoyens; tant que le Congolais n’apprendra pas à investir utilement; tant que la corruption et le détournement des fonds et autres biens publics ne seront pas considérés comme des actes immoraux et déshonorants; tant que l’intégrité morale ne sera pas érigée en valeur cardinale; tant que la religion, dont la vocation première est justement d’amener les gens à cette intégrité morale, sera un moyen d’enrichissement matériel et d’envoûtement, d’abrutissement des populations par des prédicateurs de douteuse… moralité; tant qu’au Congo, la religion ne redeviendra pas un domaine des valeurs, de modestie, une activité d’élévation spirituelle, de recherche de Dieu, de quête de sagesse, de partage d’amour et de paix, et de confiante attente de la parousie; tant que le népotisme, le tribalisme et le régionalisme primeront sur la compétence comme critères de recrutement pour les charges publiques; tant que les réseaux ferroviaires et routiers, dans les villes comme dans l’arrière-pays, resteront à l’état où ils se trouvent aujourd’hui; tant que l’on s’amusera à susciter des guerres tribales, ethniques sans objectifs rationnels qui endeuillent et détruisent le pays en désarticulant notamment son économie; tant que l’armée, la police et les services de renseignement se mettront plus au service des intérêts privés qu’à sécuriser les Congolais et à protéger le pays; tant que l’eau et l’électricité publiques seront au Congo des denrées rares, inaccessibles au plus grand nombre de personnes et d’entreprises; tant qu’on dépensera l’argent public pour des cérémonies inutiles et des activités improductives; tant que les bruits des bars et des églises empêcheront toute concentration intellectuelle productive et priveront les Congolais de quiétude, de sommeil de qualité médicalement recommandé; tant que le niveau de l’enseignement continuera à baisser; tant que nos universités ne produiront pas des meilleurs scientifiques, des ingénieurs de très haut niveau; tant que la capacité managériale – de gestion orthodoxe de l’Etat – sera déficitaire à tous les niveaux, dans toutes les institutions; tant que tout le monde arrivera toujours tard à son lieu de travail et n’y passera que très peu de temps; tant que la prévoyance et l’anticipation ne feront partie de la culture et du vocabulaire du gestionnaire congolais; tant que les flatteurs et les délateurs seront préférés aux collaborateurs compétents, producteurs et sincères; tant que les sénateurs et les députés continueront à monnayer leurs votes; tant que tous les organes de contrôle de gestion des biens de l’Etat seront complaisants et corrompus; tant que la Justice sera politiquement instrumentalisée ou rendra ses arrêts à la tête (financière) des « clients », des parties au procès; le Congo ne progressera jamais. Jamais.


Wina Lokondo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

12 thoughts on “RDC. Tant que…

  1. @Nkana Lokondo,
    Le Congo peut progresser si on nomme Jean-Claude Van Damme premier-ministre. Tshilombo et Van Damme serait un vrai duo de Warriors.

  2. Cher Monsieur.
    Ma reaction a chaud c’est que c’est une tres bonne analyse. Cela demontre une tres bonne connaissance des defaillances dans la gouvernance en RDC.
    Pourriez-vous cher Monsieur proposer les politiques, strategies et activites tactiques a mettre en place pour aider le pays a endiguer ce mal qui le condamne? Cela serait plus salutaire, car les analyses on en a deja a revendre…
    Salutations patriotiques.

    1. Cher Frère Lobandji,
      Je pense m’adresser au pasteur oeuvrant dans le Sankuru et dont une des brebis aurait fréquenté notre église de Bruxelles.
      En effet, la stratégisation d’actes voire des recommandations analytiques n’est aisée que pour les détenteurs du pouvoir. C’est le postulat managerial du sommet stratégique. Aussi, est-il recommandable que les vendeurs d’analyses et recommandations descendent sur l’arène du pouvoir à l’instar de Monsieur Zemmour en France et tant d’autres acteurs à travers le monde. Concrètement, le terrain politique congolais semble se libérer progressivement. Le temps de tueries ou massacres conçus et exécutés par les pouvoirs publics est à mon avis révolu parce qu’à la tête du pays trône un président tolérant mais en même temps politicien dès le sein de sa mère.
      En conclusion, l’état de delabrement mental puis infrastructurel ou matériel du pays depuis 1973 est tel qu’il faudrait compter sur des engagments politiques et civiques désinteressés au maximum aujourd’hui , demain et pour toujours.
      (N.B : J’indique 1973 comme année de référence parce qu’à cette époque , il y avait déjà au Congo beaucoup d’écoles sans bancs , des enseignants mal payés, des fonctionnaires clochardisés, des hopitaux en état de délabrement……. )

  3. Que voulez-vous quand Felix Tshilonbo-Tshilejelu et ses copains pretendus-conseillers a la Presidence (inclu ex-frappeurs venus de Matonge) passent le plus de leur temps a rattraper leur retard d’enrichissement au detriment du Tresor? Ses Programmes bidon inclu 100 Jours, Tshilejelu et bientot 145 Territoires ne sont que belles occasions pour lui et son entourage (dont les Biselele, Bilomba, Kazadi, Kabongo, et jadis Kamerhe) d’escroquer le Tresor. Felix est un inconscient, irresponsable, incompetent, et roublard. La fonction P-R pour lui se defint non pas en obligation de travailler pour relever la misere de ses compatriotes, mais en promesses sans suite alors qu’il accede a la caisse de ‘Etat pour son enricihissement et jouissance. Il flambe ainsi des $Millions en voyages inutiles en Europe et a Dubai, montres Rolex a $50,000 chacune et bolides de luxe, inclu recente commande par son DirCab Nyembwe d’un charroi d’automobiles coutant $58 Million pour la Presidence. Imaginez ce que $58 Million en plus de detournement de centaines de $Millions sur ses Programmes-bidon et ses corruptions de « de-putes » en Palissades auraient fourni en infrastructures sociales pour son « peuple d’abord » appauvri, et moyens de transport inclu avions neufs pour C-A.

  4. Que d’innombrables « TANT QUE » à l’infini!
    Donc, bref, plus d’espoir pour ce pays-là!

  5. Bonjour Dear Wina et tant que tu écris, je lis et avec un constat que tu vois le pays plutôt que seulement
    parti et tant mieux. Un bon diagnostic quasi exhaustif du pays dans ce que la RDC est devenue où la quasi majorité de la population est arrivée à adorer l’argent bref le matériel loin du rationnel et surtout loin de la réflexion comme une société en décomposition. La morale a deserté plusieurs sphères du pays. Je me risque de dire que très probablement si tu rentres dans ce système tu seras aussi étourdi on dirait un virus dans le pays entier sans vaccin en vue. Et tu penses qu’on peut commencer par quoi ? Je pense à une introspection collective, un électrochoc ou une grande catharsis initiée par une personne ou un groupe de réflexion des personnes de bonne foi soucieuses de ce bien commun qu’est la RDC. Singapour est parti par la vision d’une personne voir la chine. Amitiés. Bonne semaine !

  6. Tant que les intellectuels qui ont la matière grise ignoreront que l’Occupation RWANDO-OUGANDAISE est une réalité, le PEUPLE abruti, abêti, manipulé sera incapable de poser des actes révolutionnaires pour sortir ce pays du gouffre béant dans lequel il se trouve… « Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche. » dixit Michel Audiard… RÉVEILLEZ-VOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  7. Cher ami Lokondo, curieusement en lisant votre cri d’indignation sur la situation du pays qui s’arrête presque là à esquisser des solutions « éthiques » me renvoie au discours de notre ami Mayoyo !
    Comme vous, nous avons tous difficile à trouver un secteur où ‘la grandeur’ de notre pays’ est magnifiée. Vous dites que ‘celui qui tient actuellement les manettes du pays en est réduit à un constat inerte « mboka esi ekufa » et vous ne lui suggérez rien d’autre.
    Tant que « l’intégrité morale ne sera pas érigée en valeur cardinale le Congo ne progressera jamais, tant que, tant que, tant que… , MAIS ENCORE ??? Voilà la question que je me hasarde à vous poser et dont je me permets d’attendre un second volet de votre belle prose . Comment devrions-nous concrètement nous ressaisir ?

  8. PS
    A moins que je me trompe, je ne vous ai jamais lu répondre aux commentaires émis dans cette rubrique ‘Opinions & débats’ à vos sujets magistraux. Voilà selon moi une belle opportunité de faire une suite à votre dernier sujet !

  9. Est-il possible pour les kassaiens de venir a l’aide a Felix? Je ne le pense pas car ils preferent se mettre aussi a voler et a detourner comme lui. Quand on peut lire des idioties du genre, « Un president tolerant », « politicien des le sein de sa mere », on se demande qui est vulgaire. J’invite les balubas fanatiques de Felix d’avoir le courage de le conseiller et de penser a l’avenir de leurs enfants et grands enfants. Quel souvenir Felix laissera-il aux congolais apres son depart en 2023? Le fanatisme est vraiment une maladie qui detruit meme ceux qui croient que ecrire en francais, c’est cela etre intellectuel. Les avis de nous autres anglophones sont rejetes tandis que le pays se meurt, le kassai se vide, la vie est insoutenable et l’oiseau voyageur continu de sauter d’un arbre a l’autre avec son zaiko dans ses valises. Mauwa mingi!!!.

Comments are closed.

Previous post RDC: le gouvernement annonce pour bientôt le démarrage effectif des opérations communes de cartographie électorale en vue de se doter d’un fichier général de la population utilisable par la CENI, ONIP et INS
Next post Justice: François Beya transféré à Makala