RDC: trois Casques bleus et sept manifestants tués à Butembo (source policière)

Mardi 26 juillet 2022 –

Sécurité

Une vue de la ville de Butembo

Une vue de la ville de Butembo

Trois membres de la mission des Nations unies (Monusco) et sept manifestants ont été tués à Butembo, troisième ville du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo au deuxième jour de manifestations anti-Casques bleus, a-t-on appris du chef de la police urbaine.

Le bilan provisoire est de « trois morts parmi les membres de la Monusco, deux Indiens et un Marocain, et un blessé » et du « côté manifestants, sept morts et plusieurs blessés » ont été enregistrés, a déclaré à l’AFP le colonel Paul Ngoma, chef de la police de Butembo.

AFP avec ACTUALITE.CD 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “RDC: trois Casques bleus et sept manifestants tués à Butembo (source policière)

  1. A ce jour les manifestations anti-Monusco auraient causé un total de 22 morts dont 3 Casques bleus et des dizaines de blessés. Elles avaient, elles ont comme cibles les soldats étrangers de la Monusco incapable et prise pour complice, en 22 ans de présence au Congo et de dépenses somptuaires, elle n’a pu ramener la paix dans cette partie martyrisée de notre pays depuis un quart de siecle.
    A quoi ont servi ces victimes qui payent la legitime colère de la population mais en même temps ne font qu’ajouter des morts à nos autres morts ?
    Une chose est certaine : l’Etat Congolais d’hier comme d’aujourd’hui est le premier responsable de la sécurité dans son pays, nous aurions tort d’attendre de l’étranger, fût-elle une mission onusienne de la paix de faire ce que nous aurions dû faire. Bien sûr autant notre droit d’exiger le départ de la Monusco mais peut-être pas au prix d’autres morts. A nous tous de méditer dessus…

  2. ABRACADABRA, notre mulopwe pointe derrière ces manifestations une désinformation, une manipulation des ennemis du pays qui agiteraient le spectre du retrait de la Monusco,  non pas par amour pour le Congo mais pour servir leurs intérêts et a envoyé des gouvernementaux à Goma pour une enquête. Qu’est-ce donc : la seule colère de la population lassée d’une Monusco inutile incapable depuis des décennies d’aider à la restauration de la paix n’expliquerait pas tout et n’est-ce pas là une façon de réhabiliter à peu de frais une Monusco qui après tout pose des vrais problèmes ?
    En attendant, à ce jour les manifestations anti-Monusco auraient causé au moins 22 ou 23 morts dont 3 Casques bleus et des dizaines de blessés. Elles avaient, elles ont comme cibles les soldats étrangers de la Monusco. A quoi ont servi alors toutes ces victimes qui ajoutent des morts à nos autres morts ? Une chose est certaine : l’État Congolais d’hier comme d’aujourd’hui est le premier responsable de la sécurité dans son pays, nous aurions tort d’attendre de l’étranger, fût-elle une mission onusienne de la paix de faire ce que nous aurions dû faire. Nous gardons notre droit d’exiger le départ d’une Monusco inefficace et peut-être même complice mais pas au prix d’autres morts. Le PR a préconisé une communication appropriee pour faire baisser la tension et pour lutter contre la désinformation mais aussi longtemps qu’il nous en dira pas plus sa proclamation restera un simple scoop sinon une énigme insondable. Qui manipule qui et pourquoi ; on ne le sait pas encore…

Comments are closed.

Previous post RDCongo: Inquiétudes de la VSV suite à l’occupation prolongée de Bunagana par le M23
Next post Guerre en Ukraine: Macron dénonce « l’hypocrisie » entendue « trop souvent » sur le continent africain