RDC : voici les grandes lignes et recommandations issues des états généraux de la communication et des médias

Read Time:5 Minute

Dimanche 30 janvier 2022 – Société

A la clôture des travaux des états généraux

A la clôture des travaux des états généraux

Lancés le mardi 25 janvier 2022 dernier, les travaux des états généraux de la communication et des médias se sont clôturés ce samedi 29 janvier. Comme lors du lancement, c’est le chef de l’Etat Félix Tshisekedi, qui a solennellement clôturé ces assises, qui ont eu pour thème : « les médias congolais : quelles perspectives à l’ère du numérique face aux défis du développement durable ? ».

Les participants ont été répartis en trois principales commissions à savoir : la commission « Texte », la commission « Viabilité des médias » ainsi que la commission « Politique nationale de la communication et de réflexion sur la mise en place du Conseil national de la presse ».  

S’agissant de la commission viabilité des médias, celle-ci a notamment tablé sur le fonctionnement des médias selon les normes administratives et techniques en RDC. Un autre objectif assigné à cette commission, c’était de réfléchir sur comment rendre les médias économiquement forts.

Chantal Kanyimbo, rapporteur de cette commission, est revenue sur quelques recommandations issues de sa commission :

« Alléger substantiellement le régime fiscal douanier et parafiscale des entreprises de presse ; demander à l’État d’allouer régulièrement des subsides publics ; opérationnaliser  la collecte de la redevance audiovisuelle pour les médias publics ; encourager la mise sur pied des régies publicitaires selon les affinités des médias en tant que structure corporatiste ; initier la restructuration de l’agence congolaise de presse comme agence nationale de l’information générale en vue d’assurer la couverture effective de tous les 145 territoires ; réhabiliter le renatelsat dans son rôle de diffuseur et télédistributeur public des programmes par les équipements les plus adéquats ; améliorer les conditions socioprofessionnelles du personnel des médias publics ; créer un fonds de garantie pour couvrir les pré-bancaires consentis aux entreprises de presse ;  solliciter l’appui de l’État pour la mise en place de la chaîne graphique en vue d’améliorer la qualité des contenus des journaux produits localement et autres », a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, la commission chargée des textes a eu à examiner deux textes à savoir : le projet sur la nouvelle loi sur la presse, qui consacre la dépénalisation des délits de presse et un projet de loi à soumettre à la ministre de justice sur les arrestations des journalistes.

Les grandes lignes et innovations issues de cette commission sont dévoilées par Tshivis Tshivuadi, qui a assuré le rôle de rapporteur.

« À titre illustratif, la nouvelle loi sur la presse introduit trois innovations majeures : – elle consacre la dépénalisation des délits de presse et l’obligation répressive en matière de diffamation et imputations dommageables, – elle décrit le profil du journaliste et toutes les autres catégories professionnelles qui concurrent à la production et à la diffusion de l’information, – elle consacre la reconnaissance officielle des instances d’auto régulation à côté du conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) », a dit Tshivis Tshivuadi.

Et de poursuivre :

« Tous ces changements que tout le monde attend pour donner un nouveau visage à notre presse ont un prix à payer. Un prix que les journalistes eux-mêmes doivent payer en faisant de la salubrité dans notre propre cour. L’assainissement en profondeur de la profession passe par un travail d’identification et définition claire du journaliste, le renforcement des conditions d’accès à la profession, les conditions d’obtention de la carte nationale de la presse et la restauration de la discipline au sein de notre corporation ».

Quant à la commission politique nationale de la communication et de réflexion sur la mise en place du conseil national de la presse, elle a eu pour mission : l’élaboration de la politique nationale de la communication en RDC. Le Professeur Aimé Kayembe Malu, rapporteur de ladite commission est revenu sur les grandes lignes.

« La commission recommande d’accorder une attention particulière aux médias communautaires établis dans les 26 provinces et les intégrer dans son plan de développement des médias ; d’actionner la redevance de la RTNC comme moyen de moderniser ces médias publics considérés comme outil stratégique dans la mise en œuvre de la politique nationale de la communication et médias ; Appuyer la réforme de l’Union nationale de la presse du Congo ( UNPC) ; Assainir le paysage médiatique congolais ; Assainir le secteur des médias traditionnels et ceux en ligne ;  Elaborer un cadre de référence pour la mise en place d’un service de gestion de l’information d’État afin d’accroître l’accès à l’information issus des différents services de l’État et favoriser le développement des opinions susceptibles de féconder la démocratie en RDC ; Elaborer un cadre général portant ligne directrice pour la viabilité des médias en RDC ; Elaborer un schéma directeur de développement de la radio et de la télévision ; Viabiliser les réseaux des parties prenantes à la communication nationale ; Encourager les opérateurs de prise de vue et de prise de son de s’adapter aux évolutions des Nouvelles technologies de l’information et de la communication », a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter :

« Mettre à niveau les animateurs des médias publics, les attachés de presse, le chargé de communication institutionnelle en matière de la communication pour le développement ; Mettre en place un organisme chargé de la mise en œuvre de suivi et évaluation des différentes recommandations portés par ce document ; Observer que les entreprises de presse préalablement inscrites au tableau des médias viables puissent garantir le parrainage des stagiaires et confirmer le stage effectué par ce dernier conformément à la loi ;  Récupérer et moderniser le système d’archivage des médias publics éparpillés dans le monde ; Réfléchir sur la mise en place du conseil national de l’information et de la communication. Il s’agit d’une structure de règlement des problèmes éventuels entre les sous ensemble de l’écosystème des médias et de la communication ; Rendre obligatoire et selon la loi en RDC le stage dans les différents corps des métiers du secteur de la communication ; Renforcer les prérogatives du conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication etc ».

Il a été question, au cours de ces travaux, de dégager des propositions des réformes pertinentes touchant au régime juridique des médias en général et de la presse en ligne en particulier, au statut du journaliste, à la dépénalisation des délits de presse qui pourra être précédée d’un moratoire dont les modalités d’encadrement feront l’objet d’une concertation entre le gouvernement et les organisations professionnelles, à la modernisation des médias publics, et aux défis de la presse congolaise. Au total, 80 résolutions et recommandations ont été adoptées à l’unanimité par la plénière. C’est ce qu’a fait savoir le rapporteur général de ces travaux, Oboul Okwess.

Clément Muamba

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
100 %
Surprise
Surprise
0 %

One thought on “RDC : voici les grandes lignes et recommandations issues des états généraux de la communication et des médias

  1. C’es bien beau toutes ces résolutions. Certaines peuvent être appliquées immédiatement, les autres nécessitent du temps mais surtout l’argent qui est le nerf de la guerre.

Comments are closed.

Previous post UDPS : après la mise en place du directoire, Jacquemain shabani invite les combattants au travail avec le nouveau leadership du parti, en perspective des élections de 2023
Next post Affaire Catalan-Sharp: Les « larmes de crocodile » du juge-président Ntshaykolo