Report à une date ultérieure du mini-sommet des chefs d’États de la région à Goma

Le mini-sommet des chefs d’Etat de la région des Grands-Lacs qui devait se dérouler dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu ce week-end, est reporté sine die, a annoncé, dimanche 13 septembre, la ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza.

Selon certaines sources, ce report ferait suite au fait que certains dirigeants seraient préoccupés par la préparation de leur participation à l’Assemblée générale de l’ONU qui doit se tenir à partir du mardi 15 septembre à New York, aux Etats Unis.

Le nouveau président burundais, le général Evariste Ndayishimiye, lui, avait déjà décliné cette invitation aux côtés des dirigeants d’Angola, d’Ouganda, de la RDC et du Rwanda, demandant des discussions bilatérales au niveau ministériel avec le Congo.

Yoweri Museveni de l’Ouganda, Paul Kagame du Rwanda, Evariste Ndayishimiye du Burundi, João Lourenço de l’Angola et Felix Antoine Tshisekedi de la RDC étaient attendus pour cette rencontre prévue à l’Hôtel Serena.

Ce mini-sommet aurait eu comme objectif notamment de décrisper les tensions entre l’Ouganda et le Rwanda, d’une part, et entre le Burundi et le Rwanda de l’autre. Une forte méfiance est observée ces derniers mois entre l’Ouganda et le Rwanda. Ces 2 pays s’accusent mutuellement d’espionnage, d’ingérence et de déstabilisation.

Il s’agit d’un énième sommet de réconciliation depuis plus d’un an de crise, sous la facilitation de leurs homologues congolais et angolais.

ACP/

6 thoughts on “Report à une date ultérieure du mini-sommet des chefs d’États de la région à Goma

  1. C’est plutot embarassant que FATshi et sa MinAffEt Ntumba n’aient pas pu mieux se preparer, et surtout mieux s’enquerir aupres de ces invites sur leur disponibilite pour ce sommet.
    Mais FATshi aimant voyager en luxe et tenir des ceremonies ne pouvait resister une autre occasion de « nocer », et sa plethore de conseillers y voyant une manne des per-diems ne pouvaient que s’y precipiter !.

  2. Je continue à penser que c’est la non prise au sérieux dans l’organisation et la préparation de ce sommet quadripartite côté congolais qui est à la base de sa non tenue. Ceux qui s’intéressent un tant soi peu à la diplomatie de la région des grands lacs savent qu’il existe un fossé de méfiance entre le Burundi et le Rwanda, entre l’Ouganda et le Rwanda mais aussi entre le Burundi et la Rdc. A-t-on répondu efficacement aux exigences sécuritaires légitimes des dirigeants burundais et ougandais, le lieu aussi du sommet la ville de Goma pose problème. La plupart des rapports des services pensent que la ville serait sous contrôle sécuritaire presque totale de Kigali. Nos services à la tête desquels trône le conseiller spécial en matière de sécurité du président Tshisekedi ignorerait-il cela ? La diplomatie ne serait-t-elle pas aussi l’art de tenir compte des susceptibilités des uns et des autres pour les mettre en musique en vue de réussir le pari de réunir tout le monde aux agendas divers. On peut dire que pour cette fois, ce fut un échec. N’apprend on pas de nos échecs ? Je pense que oui. J’ose croire que la prochaine fois si prochaine fois se présente de nouveau, sera meilleure.

    1. @Ndeko Lidjo,
      C’est ce même conseiller en matière de sécurité qui a laissé deux mafieux russes dans un Antonov pourri faire partie de la flotte présidentielle ? Si c’est vraiment lui qui trône à la tête de nos services, on est mal barré mon frère.
      Moi, JE ME SOUVIENS !

  3. Un sommet qui ne sert à rien sinon que de permettre aux tueurs des congolais de revenir sur le lieu du crime et contempler le travail accompli.

    1. Jo Bongo@
      Nos diplomates n´ont toujours pas eu les frais de fonctionement et certaines ambassades n´ont pas payées le loyer.. depuis des mois.
      Quelle est cette diplomatie quand le Congo n´a pas d´argent pour financer ses missions diplomatiques mais peut organiser des rencontrent qui coûtent des millions de dollars ?
      INSECURITE
      La petite réalité que les proches de Felix oublient est que le territoire congolais est très instable en ce moment.. Aucun président du genre Kagame ou Museveni ne peut s´hasarder venir au Congo où il va subir des accusations sur les financements des groupes armés.
      RISQUE?
      Quel est ce président qui est assez insouciant capable de voyager au Congo et se faire assassiner sous la couverture du Conid-19 ? Kie kie kie
      Ces vieux crocodiles que sont Kagame et Museveni ne sont pas nés lors de la dernière pluie.. kie kie

  4. TSHISEKEDI RÉUSSIRA OU RÉUSSIRA PAS SON SOMMET, CELUI-CI SERVIRA OU SERVIRA PAS ENFIN À ÉTEINDRE LES MASSACRES QUI S’ENFLAMMENT DE PLUS BELLE CHEZ NOUS ? TSHISEKEDI REUSSIRA-T-IL ENFIN À CONVERTIR DES VOISINS JUSQUE-LÀ
    CONNUS POUR LEURS ACTES DE TUTELLE ET DE PILLAGE DE NOTRE PAYS ?
    # Hier le mini-sommet était officiellement reporté sine die (on l’expliquait ici et là par la concomitance de l’Assemblée Générale de l’ONU) et le Burundi s’était désisté privilégiant des échanges bilatéraux préalables, aujourd’hui il est annoncé pour dimanche 20 septembre : un ballet manifestement mal ficelé par le Congo organisateur et des participants toujours méfiants les uns des autres. Quelle chance avons-nous alors de les voir cheminer de concert sur le chemin de la paix régionale ? Le moins qu’on puisse dire est que si Tshisekedi lorgne  une position de leadership sous-regional il est mal parti face à des vétérans et des souverainistes confirmés chez ses collègues. Leurs méfiances mutuelles feront-elles enfin que du premier quémander de paix qu’il est ses voisins ayant plutôt des raisons de le voir faible pour qu’ils se servent, Tshisekedi les convertir à s’entendre pour bénéficier plus officiellement de nos richesses. Une pirouette politique comme une autre !?
    # Les Chefs d’Etat du Rwanda, Kagame, de l’Ouganda, Museveni, de l’Angola, Lourenço et de la RDC, Tshisekedi doivent (devraient) plancher sur la sécurité, les échanges commerciaux, l’économie et la COVID-19, mais les rumeurs accordaient aussi un rôle d’intermédiation entre Rwandais et Ougandais et entre Rwandais et Burundais dont les relations ne sont pas au beau fixe. Ce dernier volet n’aurait-il pas convaincu tout le monde pour expliquer retards et réaménagements même si Museveni vient de confirmer sa participation et qu’il se raconte en revanche que la population de Goma risque de réserver un accueil hostile à Kagame. On se retrouve ainsi avec une sorte de poker menteur où chacun dit le contraire de son rival pour montrer sa bonne volonté ou sa préséance sur lui. A rappeler quand-même que des 4 ou 5 pays en cause, le Congo est le pays qui a plus besoin d’autres s’il le faut car c’est chez lui où règne la grande tragédie, pas ailleurs. Espérons que Tshisekedi s’armerà de meilleurs experts et diplomates pour enfin mieux organiser le sommet, le faire accepter par tous et surtout lui donner l’objectif d’une question d’abord Congolaise vu l’insécurité qui gronde chez nous !

Comments are closed.