Tshikapa: un militant de la Lucha auditionné après avoir dénoncé l’utilisation d’un véhicule de la police à des fins privées

Read Time:1 Minute

28 avr 2022 (APA) –

Joël Minga, activiste du mouvement citoyen pro démocratie « Lutte pour le changement » (LUCHA) a été convoqué à la police et longuement entendu sur procès-verbal ce mercredi 27 avril par un officier de police judiciaire du département des renseignements généraux à Tshikapa (Kasaï), a appris ACTUALITE.CD des sources de la société civile locale. « Notre collègue a été convoqué et entendu pour avoir dénoncé sur son compte Facebook l’utilisation d’un véhicule de la police par le général Odimba, commissaire provincial, au transport des boissons pour ses bistrots disséminés dans la ville alors que Tshikapa connaît une flambée des cas d’insécurité« , explique Julie Ochano de la société civile, qui affirme avoir accompagné ce militant à la police. Joël Minga a finalement été autorisé à regagner son domicile avec injonction de ne plus exposer le général de la police au mépris par ses écrits. « L’OPJ m’a posé des questions sur la photo de la jeep de la police avec des casiers des bières à bord que j’avais attachée à mon post du 4 avril 2022. Il m’a mis en garde et m’a promis des poursuites judiciaires si jamais il m’arrivait de parler de cette situation« , explique pour sa part Joël Minga au téléphone d’ACTUALITE.CD La situation des véhicules de la police qui sont utilisés à d’autres fins que la mission régalienne de la police a toujours fait l’objet des dénonciations des acteurs de la société civile locale sans que cela n’émeuve la hiérarchie de la police.

APA/

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “Tshikapa: un militant de la Lucha auditionné après avoir dénoncé l’utilisation d’un véhicule de la police à des fins privées

  1. Le TRAÎTRE (UDPS FAMILIALE) et ses PARRAINS (OCCUPANTS BANYARWANDA) amènent notre pays vers son inanition finale. Dans un pays occupé, il y a des OCCUPANTS, des COLLABOS (Politique et Société Civile) et des RÉSISTANTS. INGETA

  2. Etat de droit, parait-il que l’on vit une ambiance libérale en matière de liberté d’expression sous ce régime ?

  3. Voilà une preuve de plus que la fameuse ambiance libérale imprimée par le pouvoir de Tshisekedi n’a pas (encore !?) apporté les exploits qu’on lui prête. L’Etat de droit n’est pas encore le lot de sesvattitudes. Comme par le passé le pouvoir en place n’hésite pas à criminaliser les critiques légitimes qu’on lui porte, au contraire à tous les niveaux, il les réprime.Voila la réalité des faits au Congo !

  4. Ce militant de la LUCHA est contre la gouvernance de dieu Tshilombo. Ils est contre les kasaïens. Il est jaloux et haineux…il doit se pendre. C’est un pasteur-économiste de Tshilejelu qui a lancé cette fatwa. Ici même.

Comments are closed.

Previous post La VSV condamne et exige justice et réparation pour les victimes de la répression des militants de l’ECIDé
Next post Eric Nsenga: « L’absence de consensus autour du processus électoral nous inquiète! »