Vivement la réouverture du procès sur l’assassinat du président LD Kabila!

Read Time:2 Minute

« Le procès Kabila n’est pas terminé. Les enquêtes se poursuivent. Il y aura d’autres procès car on recherche d’autres coupables« . Ces propos farfelus ont été prononcés au début du mois de janvier 2003 par le président de la cour d’ordre militaire, le général Nawele Bakongo. Un juriste.

Ce haut magistrat militaire venait d’avouer devant la planète entière que sa juridiction n’a pas été capable de faire éclater la vérité sur les circonstances exactes de la mort du président Laurent-Désiré Kabila. Des questions restent sans réponse: l’heure du crime n’est pas connue; le présumé assassin a été tué; le témoin oculaire autoproclamé Emile Mota n’a cessé de se dédire; l’arme du crime est introuvable alors que « l’attentat » s’est déroulé dans un petit périmètre au Palais de marbre; le mobile du crime reste inconnu; inutile de parler de commanditaire.

En dépit de toutes ces lacunes, cette juridiction d’exception, manifestement instrumentalisée, ne s’est pas empêché de prononcer une trentaine de peine de mort et plusieurs dizaines des peines criminelles. On se croirait à l’époque des épurations staliniennes.

Le 8 janvier 2021, le président Félix Tshisekedi Tshilombo a accordé la mesure de grâce à ces prisonniers. Certains venaient de passer une vingtaine d’années à la prison de Makala sans que leur responsabilité individuelle n’ait été établie dans la mort de Mzee Kabila.

Au Congo-Zaïre la peine de mort et la détention à perpétuité sont généralement assorties de la peine accessoire de confiscation générale de biens. La grâce présidentielle n’éteint nullement cette dernière sanction. Que dire du casier judiciaire qui cesse d’être vierge?

La proclamation faite par Nawele Bakongo prouve à suffisance que ces mères et pères de famille ont été victimes d’une grave injustice d’autant plus que plusieurs d’entre eux sont morts en détention. Quelques noms sont connus: Yav Nawej, Patrick Kalayi Mangalala, Panda Fariala, Jacques Kakwata, Oscar Mayembe, Salumu Mubekwa Sharp Sharp, Rocky Byamungu. La liste n’est sans doute pas exhaustive.

Les victimes de ce procès inique ont subi des sévices innommables au plan physique et moral. Elles ont été humiliés et dépouillés de leurs biens. Et ce y compris des biens auxquels elles attachaient une valeur sentimentale: un diplôme, des bulletins de l’école des enfants, des photos de baptême, de communions des enfants ou de mariage etc. Des familles se sont disloquées. Des enfants livrés à eux-mêmes. Un préjudice difficile à évaluer.

A l’occasion de la commémoration du 21ème anniversaire de la disparition de Mzee, des Kinois se sont rendus au mausolée du défunt Président. Plusieurs officiels y sont allés pour déposer des gerbes de fleur. Pendant ce temps, des familles entières sont en pleur depuis le 16 janvier 2001. Et ce pour avoir perdu un frère, un mari ou un père.          

Le moment n’est-il pas venu de rouvrir ce procès inachevé pour restaurer l’honneur souillé de tous ces compatriotes? Le moment n’est-il pas venu de les dédommager pour les pertes subies dans leur patrimoine?

C’est le lieu d’exhorter le ministre de la Justice et son collège en charge de la Défense nationale de se pencher sur cette affaire assimilable à une « injustice d’Etat« . Il s’agit bien d’une injustice d’Etat. Il semble bien que les véritables coupables continuent à humer l’air frais. Ils n’ont jamais été inquiétés…

L’auditeur général des FARDC, le général Lucien-René Likulia Bameni, devrait procéder au réexamen du dossier relatif à l’assassinat de Mzee Laurent-Désiré Kabila. Vivement la réouverture du procès laissé en friche par le général Nawele Bakongo!


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “Vivement la réouverture du procès sur l’assassinat du président LD Kabila!

  1. C,est scandaleux que Mzé Kabila soit une icone des kabilistes qui currieusement ont plutot tout fait pour offisquer la verité sur cette affaire. Meme le livre de Mirindi ne selimite qu,à devoiler les mises en scenes au lieu du crime et leurs auteurs mais ne demontre vraiment pas comment la mort a eu lieu et pourqoui. Comment L,arme du crimea vite disparu?, pourqoui des secrets sur l,identité de l,assassin présumé?
    Or comme Mzé a laissé sa famille au pouvoir durant 20 ans , verité devait eclater sans peine. Le mobile du crime selon le regime semble avoir juste comme but de mobiliser contre le Rwanda pour bien distraire l,opinion qui est anti kagame

  2. Il est évident qu’on a assisté à une parodie de justice lors du procès sur l’assassinat de Kabila Laurent. Aujourd’hui, même s’il y a réouverture du procès, il n’est par sûr qu’on parviendra à faire éclater la vérité dans la mesure où la plupart des protagonistes ne sont plus de ce monde. Mota témoin oculaire qui s’est illustré par des déclarations et témoignages contradictoires est parti avec ses secrets. Quant aux sous fifres comme Mirindi et consorts, chacun cherche au sauver sa peau comme dans le procès Tshebeya et Bazana où les lampistes se rejetent la responsabilité. Donc, il n y a rien à attendre d’un hypothétique nouveau procès dans la mesure où la personne la plus indiquée pour éclairer la lanterne de justice un certain Kabila Joseph ne pourra même comparaître. De mon point vue, le pays a mieux à faire que de revenir sur cet événement qui, bien que tragique n’a été qu’un règlement des comptes entre ceux qui nous ont amené les Rwandais et Ougandais dans notre pays. Laurent Desiré Kabila était un aventurier, il a été rattrapé par son destin. Passons à autre chose.

  3. « Vivement la réouverture du procès sur l’assassinat du président LD Kabila !” !?! Point n’est besoin de ressasser que pour que cette réouverture rende quelque service au pays et surtout aux victimes dans ce procès, il faudra que le nouveau nous apporte la vérité ou nous en rapproche le plus possible 20 ans après. Et pour cela il faudra sans doute que les conditions politiques et judiciaires soient différentes de celles qui ont existé lors du premier procès. Le climat politique a certes évolué n’empêche qu’on peut douter que les hommes et le système politiques de ce jour permettent un réexamen serein et juste du dossier tant les mêmes continuent à avoir une certaine influence sur les affaires du pays comme un peu il y’a 20 ans. Est-on effet capable de s’affranchir de tous les couvercles d’hier par exemple pour instruire un ‘JK’ et certains autres militaires – on vient d’assister dans le cas du procès Chebeya l’autocensure des juges militaires d’autoriser la comparution ‘JK’ fût-ce comme témoin ? J’exagère un bout, le système politique a quelque peu évolué par rapport à il y’a 20 mais je ne me trompe pas trop en suggérant que certains hommes politiques continuent à garder une certaine influence qui ne laisse pas encore notre justice même militaire d’ester aussi librement qu’elle doit le faire. Mais nous avons besoin de posséder notre histoire et pourquoi pas rouvrir quand même ce procès, entre-temps y’a-t-il des victimes capables de faire pression dans ce sens ? Sans oublier que les commanditaires toujours présents au Rwanda, en Ouganda et outre-mers qui ne sont pas de manchots continueront à empêcher un procès clair et crédible qui épinglerait leur culpabilité.

  4. Cher ELOMBE,
    Je suis d,accord avec vous sur le fait que Mzé se serait fait rattrapé par ….S,agissant des versions que la galaxiie JK a voilu faire gober l,opinion , on peut cas même reconnaitre à
    Mr Mirindi le courage d,avoir mis à nu et fixer l,opinion sur les mises en scenes qui pourraient expliquer entries autres: les versions contradictoires de Mota, la mort donnée à la plus part des acteurs complices et temoins genants, l,abscence du sang qui trahi le plan, le role des acteurs clés comme Jeanot Mweze qui aurait macquillé le massacre des libanais, recruté les faux coupables à Brazza et faire large diffusion des versions politiquement souhaitées. Qu,à la verité sur la mort de Mzé LDK, vous avez raison de croire qu,un vrai procès serait ideal mais incertain si les anjeux politiques peuvent changer et favoriser la verité tant que JK et ses complices connus et inconnus sont puissants. Dejà lebprocès Chebeya est voué à accoucher d,une souris car Numbi et JK sont audessus de la loi

  5. Je me souviens qu’il y a cinq ans ou plus que monsieur Amba et congoindependant avaient beaucoup ecrit sur la mort de Mzee et nous avions devant nous un mur en beton qui se nommait, le regime kabila. Aujourd’hui, ce regime est toujours en place car rien de serieux ne pourra etre fait sur ce dossier aussi longtemps que Tshilombo demeurera redevable a kabila pour lui avoir donne le pouvoir sur un plateau. Aussi longtemps qu’il sera au pouvoir, Tshilombo n’acceptera jamais de voir kabila en prison. Attendons la venue d’un messie.

  6. La réouverture du procès sur l’assassinat du président LD Kabila pendant que les Occupants Banyarwanda sont encore en place au KONGO-ZAÏRE ne sert à rien, c’est exactement comme les fameuses élections piège à cons truquées d’avance organisées par la CENI pro Rwanda, ça accouchera toujours une grosse souris… RÉVEILLEZ-VOUS… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.

Previous post RDC: l’armée dit avoir repoussé une attaque sur Uvira
Next post Procès Chebeya: Les avocats de Paul Mwilambwe souhaitent vivement que les choses s’accélèrent