Rapport sondage – Congolais cherchent démocrates 

Read Time:2 Minute

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Rapport sondage Congolais cherchent démocrates
Entre soif de redevabilité et insatisfaction sociale

31 août 2022 – Trois ans et demi après l’arrivée à la présidence de Félix Tshisekedi, la confiance à l’égard du gouvernement et des institutions en RDC demeure faible. Entre-temps, la situation sécuritaire dans l’Est du pays, elle aussi, continue de se dégrader avec, notamment, la résurgence du Mouvement du 23 mars (M23).

Dans ce nouveau rapport sondage, Congolais cherchent démocrates: entre soif de redevabilité et insatisfaction sociale, publié ce mercredi 31 août, le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) et Ebuteli, son partenaire de recherche en RDC, avec le Bureau d’études, de recherche et de consulting international (Berci), relèvent une méfiance persistante à l’égard des institutions ainsi qu’une politique sécuritaire décriée.

Réalisée entre avril et juin, cette enquête démontre que, malgré des cycles électoraux controversés, les Congolais restent attachés à la démocratie. Septante-sept pour cent des personnes interrogées estiment que cette forme de gouvernement est la meilleure.

Cette confiance en la démocratie s’accompagne néanmoins d’une méfiance vis-à-vis des institutions du pays et de leurs animateurs. Ils ne sont que 17% des Congolais interrogés à soutenir « fortement » la manière dont le président de la République travaille. Félix Tshisekedi recueille même son plus mauvais score en termes d’opinions défavorables (51%) depuis 2019. Et il s’observe une même défiance à l’égard du gouvernement central, des autorités provinciales, voire des institutions impliquées dans la gestion du processus électoral.

« Notre sondage montre que les citoyens ne sont pas satisfaits du travail réalisé par les institutions tant au niveau provincial que national. Celles-ci n’ont pas suffisamment œuvré pour l’amélioration du social. Et la majorité de sondés pense que le président Tshisekedi ne pourra pas réaliser ses promesses d’ici 2023 », explique Ithiel Batumike, chercheur du pilier politique à Ebuteli.

Après plus de trois ans au pouvoir de Tshisekedi, les Congolais ne semblent pas non plus convaincus de la politique sécuritaire menée au pays. Seuls 22% des sondés estiment par exemple que la sécurité des personnes et de leurs biens s’est améliorée ces trois dernières années. Une grande majorité des Congolais interrogés pointe par ailleurs l’ingérence du gouvernement rwandais (72%) comme la plus importante cause du conflit persistant dans l’est de la RDC ), suivie par l’ingérence des pays occidentaux (71,5%) et la corruption des institutions congolaises (71%).

« Notre sondage montre une exaspération des Congolais face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Les politiques jusque-là mises en œuvre par le gouvernement de Félix Tshisekedi sont vues comme inefficaces. Mais le discrédit sur ces questions touche aussi la Monusco, la communauté internationale et, bien sûr, les pays voisins », décrypte Pierre Boisselet, coordonnateur des recherches sur la violence à Ebuteli.

Enfin, cette étude confirme l’échec de la politique de la lutte contre la corruption. Plus de 67% des personnes interrogées estiment que le gouvernement n’a pas été efficace dans ce domaine. La Police nationale congolaise (PNC) trône en tête des institutions très corrompues, suivie des cours et tribunaux (45,7%) et du Parlement (45,6%).


Pour de plus amples informations, merci de contacter:
Pierre Boisselet: p.boisselet@ebuteli.org ou + 33 679 611 452 (WhatsApp)
Ithiel Batumike: i.batumike@ebuteli.org ou +243 992 951 950 (WhatsApp)
Trésor Kibangula: t.kibangula@ebuteli.org ou +33 613 903 200 (WhatsApp)

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “Rapport sondage – Congolais cherchent démocrates 

  1. Pourquoi cette information manque de titre, aurait-on tort de nommer ce qu’elle nous dévoile. Et pourtant le titre est clair : « Un sondage pointe l’insatisfaction généralisée des Congolais de la manière selon laquelle le pays est gouverné aujourd’hui » !

  2.  » Ils ne sont que 17% des Congolais interrogés à soutenir « fortement » la manière dont le président de la République travaille. »
    Cela ne réflète-t-il pas exactement son record à l’élection présidentielle de 2018?

  3. Quelle histoire, ou c’est moi qui n’y comprends rien ou ça ne se passe que dans notre pays !?
    Après le passage du Secrétaire d’État et après la tournée de notre Ministre de la Défense à Moscou où il a sollicité une aide militaire, voilà qu’on nous apprend que le même ministre demande une aide militaire urgente auprès des Américains. Jouer ainsi le marchandage entre les deux puissances rivales nous bénéficiera-t-il ? Attendons la suite…

  4. Des sondages se succèdent pour jauger l’état du pays, mais leurs résultats sont équivoques. Tandis que scrutant l’horizon électoral 2023 ils plébiscitent Tshisekedi, leur décryptage général de la gestion du pays est nettement plus critique. En effet le dernier sondage ci-dessus révèle que les Congolais attendent une démocratie qui leur soit plus bénéfique qui n’existe pas encore.
    L’OCCASION DE TENTER UN BILAN RAPIDE DE QUATRE ANS DE TSHISEKEDI A LA TÈTE DU PAYS, MÊME SI JE RISQUE DE ME RÉPÉTER ?
    C’est quoi la réalité de la gouvernance de Tshisekedi et qu’elle en est le bilan après près de 4 ans ?
    – Selon moi, le règne de Tshisekedi est essentiellement celui de l’aventurisme, celui d’un apprenti qui ne connait jamais rien avant ou après qu’il ait agi, qui n’a aucune capacité d’apprendre vu ses limites d’instruction, ses essais et erreurs l’ont toujours plongé vers une inefficacité annoncée plutôt que vers quelque réussite.
    – C’est aussi moralement le règne d’un parvenu sans autre objectif que celui à son tour de flamber et de s’enrichir, la ‘coop’, les rétrocommissions sont des usages normaux pour lui, les dépassements budgétaires automatiques et l’élargissement intempestif des détourneurs ne l’inquiètent pas ou bien peu pourvu que lui, continue à se la couler douce et planque son butin glané du Trésor public, les demi-succès d’Alingete sont là pour prouver sa bonne foi…
    – C’est aussi le règne de la démission décomplexée sur le terrain : le panier de la ménagère, la salubrité publique, le transport et les infrastructures, la santé, l’école malgré une gratuité plus vantée qu’effective, etc, etc… bref tout un social en déshérence.
    – C’est enfin le règne d’une insécurité pendante partout dans le pays illustrée par les violences permanentes à l’Est où l’incapacité à y instaurer l’autorité de l’État trahit pour le moins que le pouvoir n’en a pas fait une priorité comme il aurait du le faire et comme il le chante.
    Un bilan bien mitigé comme le détaillent les différentes analyses et opinions brossées ici et là ! Notre PR va-t-il enfin nous prouver qu’il a finalement appris de ses essais et erreurs ? On aimerait en effet livrer de bonnes nouvelles de notre pays mais hélas comme le révèle ce sondage : l’insatisfaction des Congolais de la gestion actuelle de notre pays est réelle et fondée.
    Bref il y’a des choses à changer. Qu’il s’agisse de changer de ‘régime’en 2023 ou d’espérer que Tshisekedi change demain de braquet… A bon entendeur…

Comments are closed.

Previous post Vous avez dit « les enfants de Mzee »?
Next post RDC: Polémique autour des salaires « astronomiques » des députés