RDC: Polémique autour des salaires « astronomiques » des députés

Read Time:2 Minute

Mercredi 31 août 2022

Illustration

Photo d’illustration

Les affirmations d’un opposant congolais sur le salaire des députés estimé à 21.000 dollars par mois a provoqué mercredi une vive polémique en République démocratique du Congo où la majorité de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

Dans un communiqué publié mardi, l’opposant Martin Fayulu, qui continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle de 2018 remportée par le président Félix Tshisekedi, a assuré que « la rémunération des députés nationaux s’élève depuis janvier 2022 à 21.000 dollars par mois ».

« Cela s’appelle de la corruption à grande échelle, gabegie et pillage des finances publiques de la part du pouvoir usurpateur (de Tshisekedi) en quête de légitimité interne », a-t-il ajouté, appelant à « l’annulation immédiate » de cet « achat des consciences par le braquage des caisses de l’État ».

« Ces salaires astronomiques des députés sont scandaleux par rapport à ce que gagnent les médecins, les professeurs d’université ou les fonctionnaires », a dénoncé Trésor Kibangula de l’institut de recherche sur la gouvernance « Ebuteli », basé à l’université de New York.

Évoluant dans une opacité totale, les salaires des députés sont ventilés dans plusieurs rubriques, comme « les réserves parlementaires de 3.000 à 3.500 dollars versées à chaque député » sans base légale, a-t-il regretté.

Un simple fonctionnaire congolais touche 155.000 francs congolais (52,5 dollars), un professeur d’université gagne en moyenne 2.000 dollars alors que le salaire d’un médecin tourne autour de 1.000 dollars.

Le bureau de l’Assemblée a rejeté les affirmations de l’opposant.

« Aucun député national ne peut dire et prouver qu’il gagne 21.000 dollars, y compris les élus d’Ecidé », le parti de M. Fayulu, a réagi auprès de l’AFP le député Samuel Mbemba, directeur de cabinet du président de la chambre basse du Parlement congolais.

« C’est un discours populiste tenu à dessein pour créer un conflit social entre les députés nationaux et le peuple que ces derniers représentent et aident », a-t-il ajouté, accusant l’opposant « de fantasmer » sur les salaires des députés.

Riche en ressources naturelles, la RDC est le 10ème pays le plus pauvre de la planète: 77,2% de sa population vit avec 1,9 dollar par jour, selon les Nations unies. Considérée comme l’un des pays les plus corrompus, elle occupe la 169e place sur 180 pays dans le classement de Transparency international. 

AFP avec ACTUALITE.CD 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

12 thoughts on “RDC: Polémique autour des salaires « astronomiques » des députés

  1. Martin Fayulu est un Poujadiste, un démagogue. Depuis le début de cette législature, Fayulu était représenté au parlement par une suppléante qui lui versait une parité de ses émoluments, c’est de la demago de raconter des sornettes pour faire du buzz parce qu’il est à court d’arguments. C’est pathétique de la part d’un politicien aux abois.

    1. @ Elombe,
      As-tu dit demagogue…? Ton idole Felix y excelle. Si tu en doutes, va demander aux compatriotes meurtris a l’Est (et aux FARDC) qui y attendent l’installation de son « QG » qu’il a promis jusqu’a la fin des conflits; ou a ses « mashi-a-mu-menu » au Kasai qui y attendent toujours la suite a ses 100 promesses pour mettre fin a leur misere apres sa tournee des Bourbiers Tshilejelu. Bref, l’adage AngloSaxon dit: « Evite de jetter de pierres sur les autres quand tu habites une residence en verre!

  2. Ceux qui contestent la somme de 21.000 USD comme salaire du député ont beau le faire, personne d’entre eux ne nous donne un montant précis comme salaire final. On voit bien que le fidele allié de notre mulopwe Mboso dispose comme une caisse noire d’où il puise des multiples primes dont il arrose volontiers ses ouailles, peut-être même au mérite de la loyauté du député au vu et avec l’aval du sommet du pouvoir en place. Dans tous les cas personne n’ignore que des millions sont jetés pour le fonctionnement des institutions du sommet à la Presidentce en allant dans les chambres. On crie à la reduction du train de vie des institutions mais personne ne l’applique. Qu’un député gagne 20 ou 10.000 dollars, un médecin 1.000, un général 500 dollars et un fonctionnaire 50 a 200 dollars, c’est indubitable que le haut politique gagne beaucoup trop, ça ressemble à un achat des consciences programmé et on doit le denoncer avec vigueur et pas le négliger parce que c’est Fayulu qui le fait…

  3. Sesanga qui siège comme député vient quelque peu â la rescousse de Fayulu : il confirme qu’avec les « mecanismes des invisibles » les émoluments atteignent bien 21.000$. Si le salaire de base est de 8.000$, un député touche au termes d’autres rubriques alimentées en terme de soutien, de prime qui peuvent atteindre 21.000$. Comme je le disais dessus, Mboso a sous le coude une caisse noire profonde d’où il arrose les députés les plus loyaux dans diverses commisions et missions. Sans doute tous ne touchent pas cette somme et sans douté pas non plus tous les mois mais certains doivent bien en profiter le plus souvent. Mboso et son pouvoir graissent bien leurs panses pour s’attirer leur loyauté. Dans tous les cas dans un pays des miséreux et des salaires minables meme 8.000$ accompagnés de plein d’autres avanrages et des présents sont de trop…

  4. Fayulu a un suppléant dans cette assemblée. Donc, Il doit savoir exactement combien gagne un député. Il a attendu tout ce temps et un jour, il se réveille et trouve que la rémunération des députés n’est rien d’autre qu’une forme de corruption passive et ce, pas seulement depuis janvier 2022. Bien sûr qu’il s’agit d’un achat des consciences par le braquage des caisses de l’état. Le député Sessanga n’a cessé de le répéter. Car, en vérité, ces députés sont des godillots qui ne sont là que pour donner un semblant de légitimité à un régime illégitime qui ne se soucie que de sa pérennité. JM Kabund, qui était au coeur du cerveau du monstre nous l’a dit.
    Fayulu croit avoir détenir un scoop. Ceci traduit le niveau de médiocrité de ce qu’on qualifie d’  » opposition  » au Congo.
    Vivement que Maman Marie a pris le devant de la scène.

  5. Faut-il vraiment appeler « députés » ces forcenés godillots n’ayant goût qu’au gain facile pour se remplir les poches et leur ventre?
    Je préfèrais avoir Mama Marie assise à leur place!

  6. Tous ces députés à quelque camp ils appartiennent se taisent dans toutes langues. Il existe une expression qui dit « qui ne dit mot consent ». Je me souviens que déjà le député Sessanga avait dénoncé en son temps le train de vie dispendieux des institutions. Les tenants du pouvoir actuel l’avait traité de populiste. Qu’est ce qui a changé aujourd’hui ?

  7. LA DICTATURE TSHILOMBISTE JUXTAPOSÉE SUR L’OCCUPATION RWANDO-BURUNDO-OUGANDO-ONUSIENNE EST BÂTIE SUR LA CORRUPTION ! Parmi lrs 29 stratégies satano-occulto-nécromanciennes de l’Empire Hima (EAC=East African Community) drs Banyarwanda pour assujettir les Bantous Kongolais, la corruption des Politichiens Collabos RDCIENS est marquée en rouge. Tshilombo-Pétain est corrompu jusqu’à la moelle épinière comme toute la Classe Politique RDCienne sans exception l’est, sinon le Système d’Occupation RWANDO-BURUNDO-OUGANDAISE auquel ils (Politichiens Voleurs Escrocs Corrompus Corrupteurs appartiennent tous ne tiendra pas en RDC (fausse démocratie) qui n’est démocratique que de nom. « La dictature amène immanquablement à la pauvreté, la corruption et l’échec dans tous les domaines » dixit Alaa El Aswany. VIVE LE SOULÈVEMENT. INGETA

  8. Mboso, le plus que zélé de son Maître récidive dans sa dévotion, il déclare sans la moindre honte que le salaire du député serait sacré. Au nom de quel sacrement républicain de son cru, nos imbuvables ‘honorables’ seraient devenus des personnes sacrées. Mboso va jusqu’à menacer des sanctions les députés qui oseront approuver les propos de Fayulu ; c’est tout dire. Dantesque !
    Le sinistre Président de l’Assemblée s’arroge le droit de décréter le salaire du député, élu du peuple et agent de l’État, secret défense ; par quelle dérogation celui-ci ne serait-il pas connu et accessible à l’information de tous les Congolais dans la République ‘démocratique’ que nous sommes censés être ? C’est clair Mboso a peur de révéler les diverses primes dont-il arrose à sa discrétion les députés pour des commissions, missions et autres heures supplémentaires qu’il puise de sa caisse noire bien fournie. Voilà pourquoi il nous le cache. Le pauvre demande lui aussi des preuves. RFI a eu accès à Fayulu et à son calcul.
    [Depuis janvier et face à l’embellie des recettes, les primes ont augmenté de plus de 1 613,8 dollars et une rubrique s’est ajoutée dans la paie des députés : les réserves parlementaires. Chaque élu gagne plus de 5 214,5 dollars tirés de ces réserves et Fayulu en a des preuves comme celles des primes de présence aux commissions et à la présence aux Congrès. Les députés ont par ailleurs droit à 3 000 dollars deux fois l’an pour les vacances parlementaires. D’autres gratifications interviennent enfin à chaque fête d’indépendance. C’est sur la base de ces montants que l’opposant assure arriver à la moyenne de 21 000 dollars mensuels. Son total ne prend pas en compte la motivation que perçoivent les députés du camp au pouvoir en dehors du circuit normal de paie. Une prime que les bénéficiaires qualifient « d’invisible ». Ces sommes s’ajoutent aux avantages en nature comme le passeport diplomatique, une jeep et une assurance maladie,]
    Voilà !

  9. Des jours passent et rien ne se passe…21.000 $ payés à un député…
    Je rêvais de voir le peuple, sous la conduite du pseudo-  » commandant du peuple  » occuper l’assemblée pour réclamer sa part du gâteau confisquée par des  » qui sont pour, qui sont contre ?  ». Lui, peuple, qui ne sait même pas comment préparer la rentrée scolaire de nos enfants. 21.000 $ à un député. Rien !
    Je rêvais de voir les étudiants de la colline inspirée descendre dans la cité rappeler aux bouffons en cravate que les états sont gouvernés par des cerveaux et non par des montres et chaussures Weston, sans cervelles. 21.000 à un député. Rien !
    Je rêvais de voir bouger nos vaillants soldats humiliés à Bunagana ( 3 mois déjà) revendiquer de meilleures conditions de travail puisque l’argent coule par magie noire du fleuve Congo. 21.0000 $ à un député. Rien !
    Je rêvais d’entendre nos pauvres policiers incapables d’affronter les machettes des kuluna, faute de moyens appropriés pour remplir leur mission. 21.000 $ à un député. Rien !
    Nos médecins vont entrer en grève. BRAVO ! 21.000 $ à un député et rien au chef de l’unité soins intensifs du mouroir Mama Yemo. Dans ces conditions, on se fiche du serment.
    Nos professeurs des universités doivent faire de même. Nos professeurs, pareillement.
    Au fait, combien gagne le président de la république ? Quid des ministres et sous-ministres ?
    Maman Marie, oza papi ?

    1. @jo bongo.
       » Il est assez étrange que tout un peuple soit dénué de capacité d’indignation » ( BAW,in CIC).
      Si ce scandale avait eu lieu dans un pays comme la Corée du Sud, le Japon ou dans un pays scandinave, le Régime en place au Congo-Zaïre se croulerait comme un château des cartes.
      Au Congo, tout va s’arrêter au niveau du verbe.

  10. GEC, le Groupe d’Experts pour le Congo attaché à l’université de New-York, un député gagne 25.000 dollars et 200.000 pour le membre du bureau, donc plus que l’estimation de Fayulu. Congo mboka elengi po na ‘bakonzi’ !
    On savait que ces ignobles honorables gagnaient un pognon de dingue on n’en est pas moins surpris en apprenant le montant. Sesanga et d’autres ont beau réclamer la réduction du train de vie, rien n’y fait, les princes régnants n’ont cure de la misère du peuple sans salaires ou avec des salaires minables, jusqu’aux enseignants même d’universités, aux médecins, aux gradés militaires et leurs troupes au combat. Et certains qualifient encore Fayulu qui a levé ce lièvre de tous les noms ; une information censée être publique est scandaleusement cachée. Un système créé et entretenu par des délinquants politiques, des prédateurs de tous les bords qui s’emparent littéralement des fonds publics, le budget de l’État est l’instrument qui consacre le pillage éhonté des richesses à leur profit, ainsi prêts à jouer la caisse d’enregistrement du pouvoir. Qui pour prendre le baton du changement, l’arme de la révolution !

Comments are closed.

Previous post Rapport sondage – Congolais cherchent démocrates 
Next post Le Président de la République a lancé SIGMAP, le nouveau logiciel de gestion des marchés publics