Antony Blinken insiste sur le respect de l’intégrité territoriale de la RDC et appelle à la fin de tout appui au M23 et tous les autres groupes armés

Read Time:1 Minute

Mardi 9 août 2022 – 19:45

Politique

De G à D : Christophe Lutundula, Antony Blinken, Félix Tshiskedi

De G à D : Christophe Lutundula, Antony Blinken, Félix Tshisekedi

Antony Blinken a entamé ce mardi à Kinshasa un séjour qui s’étendra jusqu’à mercredi. Il a rencontré Félix Tshisekedi et certains autres dirigeants congolais comme le ministre des affaires étrangères. Au menu de leurs échanges, plusieurs questions dont celle des tensions entre la RDC et le Rwanda.

« Je suis ici et je vais me rendre au Rwanda. Ce que nous faisons, c’est de nous assurer que les États-Unis peuvent appuyer la médiation internationale, c’est-à-dire le processus mené par l’Angola et le Kenya pour amener la paix, la sécurité et la stabilité (…) », a-t-il dit au cours d’une conférence de presse à l’issue de la rencontre avec les dirigeants congolais.

Il est revenu également sur le rapport du groupe d’experts des Nations Unies sur la RDC et a souligné les inquiétudes de son pays.

« Nous sommes préoccupés par ce rapport des Nations-unis qui indique que le Rwanda appuyait le M23. Nous en appelons à chaque partie dans cette région de pouvoir arrêter tout appui au M23, tout appui à tous les autres groupes armés non étatiques. Ce qui pourra permettre de ramener la paix ».

Antony Blinken en appelle aussi au M23 de déposer les armes et de s’engager dans un processus de paix.

« Nous en appelons au M23 et tous les autres groupes armés à cesser leurs actions, à déposer les armes et à se ranger dans le cadre processus de négociation. Tous les pays doivent respecter l’intégrité territoriale des autres. C’est un principal mondial tant pour l’Ukraine que pour la RDC ».

Et d’ajouter:

« Nous partageons nos préoccupations. Nous voulons que cette violence qui sévit dans l’Est du Congo puisse prendre fin. Nous respectons la souveraineté de la RDC ainsi que son intégrité territoriale ».

Antony Blinken se rendra mercredi à Kigali où il rencontrera le président rwandais. Les deux hommes évoqueront également la question du M23.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “Antony Blinken insiste sur le respect de l’intégrité territoriale de la RDC et appelle à la fin de tout appui au M23 et tous les autres groupes armés

  1. Anthony Blinken en appelle au M23 et tous les autres groupes armés à cesser leurs actions, à déposer les armes et à se ranger dans le processus de négociation avec le gouvernement de la RDC.
    Vous avez bien lu. Anthony Blinken appelle les terroristes du M23 à déposer les armes et à NEGOCIER avec le gouvernement congolais.
    Ce type nous prend pour des negros. Soit il ne sait pas que l’esclavage a été aboli le 31 janvier 1865 par le vote du XIIIe amendement, rapidement ratifié le 18 décembre 1865, qui supprime définitivement et immédiatement l’esclavage aux États-Unis, soit il était sous l’emprise du Primus.
    Puisque nous y sommes, bassesse pour bassesse, que les  » terroristes  » enfermés en dehors de toute légalité par les américains à Guantanamo soient libérés et négocient avec l’administration Biden. Que les génocidaires FDLR négocient avec le gouvernement du Rwanda. Que les terroristes ADF négocient avec le gouvernement de l’Ouganda.
    Que Zelensky négocie avec le grand-prêtre Poutine. Que Kabunda négocie avec Tshilombo.
    Que tout le monde négocie avec tout le monde mais surtout que Bunagana soit libéré et rendu au Congo.
    Dear Anthony, oyoki ? Do you understand ?

  2. « Antony Blinken insiste sur le respect de l’intégrité territoriale de la RDC et appelle à la fin de tout appui au M23 et tous les autres groupes armés ». Curieux vraiment curieux : n’est-ce pas là une conclusion facile du Congolais qui se console d’une attitude vaguement attentive à notre sort alors que les propos de Blinken participent d’abord d’un équilibrisme qui ne veut rien bouleverser à notre profit et innocente presque son allié ‘naturel’ le Rwanda ?
    En effet qu’a répondu concrètement Blinken face au M23 et au Rwanda déstabilisateurs en dehors des paroles rassurantes ? La vérité des faits est d’abord que les attentes légitimes et ardentes des Congolais d’une dénonciation franche des voisins expansionnistes ont buté à un agenda déjà tracé des Yankees au Congo, au Rwanda; en Ouganda comme partout ailleurs qui poursuit leurs intérêts, celui-ci n’épouse pas complètement toujours nos préoccupations quand bien même la bonne coopération leur impose d’écouter nos revendications légitimes ? Nos attentes s’y trouvent quelque peu excessives, naïves voire irréalistes.
    Malgré son retour en fanfare sur notre pays à l’avènement de Tshisekedi après l’intermède de ‘JK’ qui les avait remplacés par les Chinois, se sont imposées à l’Amérique des questions plus diplomatiques comme la priorité anti-chinoise et anti-russe devenue encore plus prégnante dans le contexte de la guerre russo-ukrainienne et dans les suites d’un nécessaire partenariat privilégié, l’exigence d’une réelle démocratie avec les élections crédibles, la lutte contre la corruption, etc, etc, qui sécurisent les investissements américains à venir.
    L’occurrence ou la résurgence d’une crise ouverte entre le Rwanda et le Congo notamment via le M23 sur fond d’insécurité endémique à l’Est a certes obligé le Secrétaire d’État à placer à son ordre de jour le dossier des violences à l’Est d’autant qu’il doit passer par le Rwanda mais ce n’était pas le premier mobile de son voyage. En vérité les revendications et les pressions des autorités, des personnalités, de la société civile et de la majorité de la population Congolaise n’ont pas vraiment été suivies par Anthony Blinken au point de ne pas exiger fermement le retrait des troupes rwandaises et de leurs supplétifs M23 des territoires conquis dont l’emblématique Bunagana. Les USA sont juste ‘préoccupés’ par les informations sur un soutien du Rwanda à des rebelles en RDC mais s’en remettent simplement aux médiations régionales en cours, les conciliabules de Nairobi et de Luanda semblent les arranger ; du coup s’ils disent défendre l’intégrité de la RDC cela ressemble à un équilibrisme diplomatiques qui ménage son allié naturel le Rwanda, des proclamations convenues qui ne privilégient pas notre pays.
    N’est-ce pas là notre échec de n’avoir pu lui imposer une attitude qui respecte davantage notre souveraineté ? Les attentes Congolaises d’une Amérique qui interviendrait concrètement dans la résolution de notre conflit avec le Rwanda ne seront pas vraiment comblées faute d’un leadership fort qui impose mais s’attarde à sous-traiter sa souveraineté et sa sécurité à l’étranger. Celui-ci fût-il la puissante Amérique qui par ailleurs clame son intention de faire des Africains des partenaires égaux face aux nouveaux défis, ne fera jamais à notre place ce que nous devons faire nous-mêmes, ne respectera pas le Congo comme il a toujours fait avec le Rwanda. Sauf avis contraire, sauf déficit de ma compréhension, nous verrons bien que la visite de Blinken n’aura pas bousculé les rapports de force en place comme nous l’attendions. Voilà voilou…

  3. PS
    Comme le souligne un journaliste attentif, nulle part Blinken n’a ouvertement condamné Kigali, nulle part il n’a ouvertement parlé d’agression. Comme pour justifier sa ‘démission’ il dit juste les Usa préoccupés par le rapport des Nations unies qui indique que le Rwanda appuyait le M23 alors qu’on attend de lui qu’il confirme la nouvelle car ils ont la capacité de le savoir, il appelle comme un vulgaire spectateur chacun dans la région à arrêter tout appui au M23 et à tous les autres groupes armés non étatiques. Et on voudrait lui tresser des lauriers…

  4. Si les Kongolais (RDCIENS) contemporains de l’Occupation RWANDO-OUGANDAISE-ONUSIENNE ne lisent pas le monde [UNIPOLAIRE jadis BIPOLAIRE devenu MULTIPOLAIRE] actuel dans sa vraie réalité (géopolitique et géostratégique), la libération totale du KONGO-ZAÏRE sera renvoyée aux calendes grecques. Sieur Anthony Blinken (Secrétaire d’État des États-Unis) comme tous les Envoyés Spéciaux Ricains (Bill Richardson/Mobutu, Bill Richardson/Mzee Kabila et Nikki Haley/Kanambe alias Joseph Kabila) venus au KONGO-ZAÏRE pour trouver soi-disant des solutions aux problèmes politiques, privilégient toujours ce que Général De Gaulle a dit « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts ». Demander pince sans rire à un État Indépendant et Souverain (pays Sous-Occupation étrangère) de négocier avec ses AGRESSEURS (M23 Rwando-Ougandais) tout en pretextant exiger l’INTANGIBILITÉ des frontières coloniales entre le KONGO-ZAÏRE et ses 2 Voisins (RWANDA et OUGANDA) agresseurs, cela démontre clairement de quel côté les États-Unis en 2022 se rangent indéfiniment dans cette Guerre ouverte et continue de Basse intensité que les Democrates (Clintons, Obama, Pelosi et Biden) Ricains ont créée en 1997 (Départ de Mobutu) et pérennisent depuis 25 ans dans les Grands-lacs Africains avec le Rwanda (Kagame) et l’Ouganda (Museveni) comme fers de lance soutenus par les MULTINATIONALES et le machin ONU. Le jour où Tshilombo-Pétain ne voudra pas quitter le pouvoir protocolaire lui cédé par les Occupants Banyarwanda de l’Empire Hima ou EAC (East African Community), les USA (Colosse aux pieds d’argile) enverront-ils aussi un Envoyé Special pour lui signifier de quitter ledit pouvoir sans IMPERIUM (Effectivité du Pouvoir) en le menacant comme Mobutu, Mzee Kabila et Kanambe alias Joseph Kabila ? Museveni et Kagame voulaient un président protocolaire faible à la tête du GRAND KONGO-ZAÏRE, Satan le Chérubin jadis oint a réalisé leurs vœux satano-occulto-nécromanciens en suscitant Félix Antoine Tshisekedi qui a sacrifié à la Demone Sirène des Eaux MERTI MERTURA notre Grand et Beau avec tous ses millions d’habitants. L’attitude nonchalante, flegmatique, neocolonialiste de Sir Tony Blinken à l’égard de Tshilombo-Pétain président protocolaire JOUISSEUR TRAÎTRE FAIBLE nommé par les OCCUPANTS Banyarwanda confirme ce que Samora Machel (Grand Leader Panafricaniste) a dit « Le jour où vous entendrez les Blancs parler de moi en bien, ce jour-là, ne partagez plus vos secrets avec moi car cela voudra dire que je vous aurais déjà trahis ». RÉVEILLONS-NOUS. VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  5. A noter que malgré les doutes embarrassés plutôt opportunistes ou polis de Blinken sur la présence de l’armée rwandaise au Congo, la véracité de l’affaire a été confirmée à demi-mots par le ministre des AE rwandais lui même sur RFI lorsqu’il a répondu : “qu’il y ait des vingtaines, des trentaines ou des centaines de soldats rwandais en RDC, ça importe peu”. Voilà pourquoi j’ai dit ailleurs que « le devoir de l’Onu, de la CI et de tous les experts de bonne foi, venant était aujourd’hui de nous livrer les preuves des FDLR qui combattraient significativement à coté des FARDC contre le Rwanda ». Venant des Congolais elles seraient vite mises en doute, mais les drones, les autres dispositifs de surveillance ainsi que les témoignages que les experts de l’Onu ont utilisé pour la présence de l’armée rwandaise au Congo peuvent nous prouver le combat ou non des FDLR à côté des FARDC. En effet la dernière défense massue sous le coude du Rwanda ce sont les fameux FDLR en fait aujourd’hui bien peu nombreux et peu motivés pour présenter une menace réelle pour le Rwanda sans compter que l’armée rwandaise s’était déployée plus de deux fois au Congo pour les déloger.

    1. PS
      VOICI LA TRANSCRIPTION INTÉGRALE DE L’INTERVIEW DE BIRUTA SUR RFI !
      RFI : Après LE RAPPORT NE PARLE PAS DE SOLDATS CONGOLAIS ENTRÉS AU RWANDA MAIS PLUTÔT DE CENTAINES DE SOLDATS RWANDAIS ENTRÉS AU CONGO DEPUIS NOVEMBRE…
      BIRUTA : Écoutez, que ce soit 10, 20, 30, ça ne compte pas. Moi je vous dis, il y a des attaques sur le territoire rwandais à partir du territoire congolais. Et il y a eu des FDLR qui collaborent avec les FARDC qui se sont infiltrés sur notre territoire au mois de novembre 2021, ça c’est la dernière attaque, et qui ont tué des citoyens rwandais, c’est une violation de la souveraineté, c’est une violation de notre intégrité territoriale, et c’est une menace à la sécurité de notre pays et donc tout cela ça doit être pris en sérieux, CE N’EST PAS UNE QUESTION DE DIZAINES, VINGTAINES, CENTAINES, CA,CA IMPORTE PEU. …

Comments are closed.

Previous post Visite du secrétaire d’Etat US en RDC et le sort du M23. Disparaîtra ou en sortirait-il fortifié ?
Next post « RDC-Horizon 2023 » / MONUSCO, M23, Etat de droit: comprendre les enjeux