Congo-Kin: Un réseau d’escrocs et faussaires des titres de propriété démasqué!

Read Time:4 Minute

Depuis plusieurs décennies, c’est devenu un « sport national » de se faire délivrer un « vrai-faux » document officiel ou acte authentique délivré par un officier public. C’est le cas notamment du titre de propriété immobilière ou certificat d’enregistrement. Depuis plusieurs décennies, des fonctionnaires du ministère des Affaires foncières en général et des conservateurs des titres immobiliers en particulier sont au centre d’une « criminalité à col blanc ». Ils bénéficient de la complicité de certains auxiliaires de justice (juges, notaires, magistrats du ministère public, avocats, greffiers, officiers de police judiciaire etc). Il ne se passe pas un jour sans que les juridictions civiles congolaises n’aient à statuer sur des conflits fonciers. A Kinshasa, un réseau d’escrocs vient d’être démasqué. La « respectable » dame dont la photo illustre cet article s’est appropriée l’identité de Mikiti Nkombe qui vit depuis 1993 aux Etats-Unis. L’usurpatrice d’identité était sur le point de vendre un bien immobilier appartenant à cette ancienne journaliste. L’avocat de l’acheteur a mis en échec cette opération.

Kinshasa. Samedi 8 janvier 2022. Le soleil est au zénith. Une dame aux cheveux blancs marche à pas cadencés. Elle est à la recherche d’un moyen de transport afin de se rendre à un rendez-vous. Une affaire de sa vie. Elle doit encaisser le prix de vente de « sa » villa. Montant: un million $US. La « brave » dame a dû faire appel aux services d’un commissionnaire kinois « réputé » qui lui a trouvé un client. Le marché est aussitôt conclu.

Dans l’acte d’engagement signé par la dame, on peut lire: « Je soussignée Madame Mikiti Nkombe Tshikwakwa, propriétaire de la parcelle sise sur l’avenue Batetela (…), dans la commune de la Gombe, prend l’engagement de donner le marché de la vente de ma parcelle mieux identifiée ci-haut à (…) Monsieur Mpuati Guellord commissionnaire de la province de Kinshasa, frais de commission à 5%. Fait à Kinshasa le 05 (mois illisible) 2021″.

Le problème, la vendeuse est un escroc. Elle n’est pas Mikiti Nkombe. Son véritable nom serait: Tshikwakwa. Le commissionnaire Mpuati et elle font partie d’un réseau des faussaires. La véritable Mikiti Nkombe se trouve aux Etats-Unis.

Pour la petite histoire, les Zaïrois nés avant les années 70 se souviennent, sans doute, du spot publicitaire sur l’huile de marque « Livio ». La véritable Mikiti Nkombe est justement la dame qui répliquait: « Mon secret, c’est Livio ».

Journaliste à TéléZaïre, Mikiti, appelée affectueusement « Mathilde » par ses amis et proches, obtient un détachement au service de presse des « Œuvres Mama Mobutu ». En août 1992, Etienne Tshisekedi wa Mulumba est élu Premier ministre à la Conférence nationale souveraine. Elle est désignée chef de service de presse adjoint à la Primature. « J’avais pour titulaire Charles Dimandja Wembi », raconte-t-elle.

DES ESCROCS ET DES FAUSSAIRES QUI PROFITENT DE L’IMPUNITE

En décembre 1992, Mikiti se rend à New York en vue de prendre part à une conférence des Nations Unies sur « L’apport de la femme au développement national ». A Kinshasa, la ville est secouée par les « derniers pillages » en janvier 1993. La propriété acquise en 1989 par la journaliste n’est pas épargnée. Celle du directeur de cabinet du « Premier Etienne », mêmement. Des objets d’une valeur sentimentale inestimable sont emportés: titre de propriété immobilière, diplômes, souvenirs divers.

Effondrée, Mikiti décide de prolonger son séjour aux Etats-Unis. Elle confie la garde de sa maison kinoise à un « Frère ». Celui-ci cherche en vain le certificat d’enregistrement de la maison. En désespoir de cause, un duplicata est obtenu auprès du conservateur des titres immobiliers, autrement dit le chef de division provinciale des Affaires foncières. L’original est tombé entre les mains de quelques faussaires. Des escrocs. La suite est connue: une carte d’électeur au nom de Mikiti Nkombe est émise. Seule la photo change. « Il n’y a pas de crime parfait », dit-on. La carte d’électeur renseigne Bukama comme lieu de naissance de la « vendeuse ».

Lors d’une conversation, l’avocat tente sans succès d’échanger quelques mots en Kiluba avec la dame. Il finit par conclure que la prétendue propriétaire n’était pas la personne qu’elle disait être. Le juriste décide de retrouver les traces du « Frère » dont le nom figure sur le titre immobilier. Après une rude conversation, les masques sont tombés le lendemain dimanche 9 janvier 2022: la vendeuse et le commissionnaire font partie d’un réseau d’escrocs et des faussaires. Depuis Atlanta, Mikiti Nkombe lance: « Le mal est profond. Il faudra du temps pour que les gens changent de mentalité ».

Le mal est d’autant plus profond que des hauts magistrats et des auxiliaires de justice font partie de cette espèce de « pieuvre » dont les tentacules s’étendent sur tous les grands corps de l’Etat. A l’issue d’un séjour au Congo-Kinshasa, Léandro Despouy, Rapporteur spécial de l’ONU sur l’indépendance des juges et avocats, avait déclaré, au cours de la première moitié de l’an 2000, que la justice congolaise se trouve dans une « situation préoccupante ». Selon lui, le Pouvoir judiciaire souffre de maux ci-après: « magistrats impayés ou mal payés, absence de moyens logistiques pour mener des enquêtes et la corruption généralisée ». Le dernier mal a pour nom: l’impunité. Les escrocs et faussaires à col blanc profitent de l’impunité.

 

Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “Congo-Kin: Un réseau d’escrocs et faussaires des titres de propriété démasqué!

  1. Ces auxiliaires de justice, ces fonctionnaires et les personnes avec lesquelles elles font comme le dit le président de la république « des coop » sont tous le produit d’une société qui a perdu tous ces repères en termes de valeur. Il n’y a pas lieu à s’étonner. Je suis moi-même victime d’une escroquerie immobilière, c’est depuis 2014 que je suis en procès. Imaginez l’argent dépensé. Dans ce domaine, l’Etat est faible voire complaisant au bonheur des escrocs.

  2. La RDC occupée [CONGO avec un « C » Français] par les Banyarwanda est morte de sa belle mort pour paraphraser Tshilombo-Pétain président protocolaire qui a dit MBOKA ESI EKUFA, tous les déboires actuels que vivent les RDCIENS découlent de l’esprit Satano-Occulto-Nécromancien issu de la Civilisation Occidentale, donc c’est l’EIC de la Conférence de Berlin de 1885 avec la Démocratie à la Grecque qui montre ses failles aussi en Occident qui est en déclin total… Le KONGO avec un « K » bâti sur un soubassement de la Démocratie des Palabres chère à nos Aïeux d’Afrique Ancestrale est entrain de renaître de ses cendres tel un Phoenix où les Escrocs, Voleurs, Politichiens, Occupants Banyarwanda n’auront aucune place, où l’UDPS FAMILIALE ainsi que tous les partis politiques Accompagnateurs de l’Occupation Banyarwanda n’auront aussi aucune place dans le KONGO RÉNOVÉ avec un « K_… RÉVEILLEZ-VOUS… Ainsi soit-il… INGETA

  3. Un réseau d’escrocs et faussaires des titres de propriété vient d’être démasqué, Dieu merci penseront certains optimistes invétérés, au moins un est tombé ! Mais ce n’est qu’1 réseau alors qu’il en existe des dizaines sinon quelques centaines et surtout il existe dans ce pays un mal profond qui a pour noms, corruption généralisée, impunité qui a débauché hauts magistrats et auxiliaires de justice jusqu’aux grands corps de l’État. Le remède contre une justice si injuste, dépravée jusqu’à l’os, contre une population si pervertie, exige volonté politique déterminante, tact et beaucoup de temps. Y’-t-il un Congolais providentiel sur cette vaste étendue de notre territoire pour venir relever le défi , y’a-t-il des Congolais plus patriotes que d’autres et surtout plus courageux que la moyenne, prompts à se sacrifier pour changer nos us et coutumes politiques, judiciaires… en pleine débandade ?

  4. Ce MAL est meme pire que ce triste incident. Tenez, a la Presidence meme, donc autour de Felix, un reseau d’ex-frappeurs, cogneurs, et escrocs (dont la plupart venus de la Diaspora) escroquent l’Etat et la population en surfacturations (Tshilejelu: M. Bilonda), escroqueries (RAM: J-C Kabongo), detournements des titres miniers de l’Etat (SOKIMO: Biselele et son complice Nangaa). Si le sommet est plein d’escrocs, qu’attendre de la magistrature? Voila pourquoi les investisseurs evitent ce Pays,, qui malgre ses enormes richesses naturelles (rivalisant celles du Bresil), reste toujours en haut de toutes les echelles mondiales de la corruption et mal-gouvernance, et en bas des echelles du developpement socio-economique.

Comments are closed.

Previous post Les IXème Jeux de la Francophonie
Next post Meurtre de Rossy Mukendi: La VSV salue les peines infligées aux auteurs