Et si on communiquait autrement?

Read Time:3 Minute

Le président Felix Tshisekedi et son épouse Denise Nyakeru ont regagné Kinshasa jeudi 17 mars en provenance de Bruxelles. Une semaine auparavant, soit du 8 au 16 mars, l’état de santé du chef de l’Etat congolais avait polarisé l’actualité politique. On a assisté à une vive polémique où les spéculations les plus fantaisistes étaient élevées au rang de « faits ».

Tout est parti d’un article pour le moins racoleur publié par un quotidien bruxellois. Inutile d’y revenir. Sauf pour relever, une certaine « joie morbide » exprimée ici et là sur les réseaux sociaux. Quel gain pourrait-on tirer de la mort d’un être humain, fût-il un adversaire ou un ennemi?

Que dire de la communication officielle faite autour de ce voyage présidentiel? Osons y répondre tout de suite: comme à l’accoutumée au Congo-Zaïre, la communication fut lamentable. A qui la faute? Osons y répondre également: la faute n’incombe ni au ministère de la Communication et des médias, encore moins au porte-porte à la Présidence de la République. Est-ce faire l’avocat du diable? Assurément pas!

Ouvrons la parenthèse. Pas plus tard que lundi 14 mars, Felix Tshisekedi Tshilombo s’est rendu à l’ambassade congolaise à Bruxelles où il a tenu une réunion avec le personnel diplomatique. La nouvelle n’a été connue que mardi 15 dans la soirée. Une dépêche ACP sera diffusée mercredi 16 mars. Fermons la parenthèse.

En réalité, les porte-paroles n’en savaient pas plus. « Le chef de l’Etat n’a subi aucune opération chirurgicale. Il séjourne en visite strictement privée à Bruxelles. Et on ne commente pas les visites privées du chef de l’Etat », écrivait Tharcisse Kasongo Mwema, jeudi 10 mars, sur son compte Twitter.

Première institution de l’Etat, le Président de la République n’est pas un robot. C’est un être humain fait de chair et de sang. Il éprouve les mêmes joies et peines comme tous les individus. Humain parmi les humains, il peut avoir des « soucis » au niveau de la santé physique. Et pourquoi pas psychique? « Il représente la Nation (…)« , stipule le premier alinéa de l’article 69 de la Constitution. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, l’actuel chef de l’Etat est le garant de la paix et de la stabilité.

L’éthique journalistique pose plusieurs principes dont celui qui oblige le journaliste « à respecter la vie privée des personnes ». C’est quoi donc la vie privée? Incarnation de la nation, le premier magistrat du pays est-il en droit de revendiquer une vie privée?

De manière schématique, la vie privée concerne tout ce qui relève de la vie intime et familiale d’une personne. La vie privée commence dès que l’on franchi la porte d’entrée d’un logis. La tentation est forte d’affirmer qu’un homme public, à fortiori un chef d’Etat, n’a pas de vie privée. Comment pourrait-on tracer la ligne de démarcation? En toute circonstance, on attend de lui l’exemplarité et l’intégrité.

Les esprits étant maintenant apaisés avec le retour de « Fatshi », c’est le lieu de tirer quelques enseignements. Comme indiqué dans les lignes qui précèdent, la communication fut lamentable du fait de l’incohérence entre le communiqué publié, vendredi 11 mars, par l’ambassade de la RDC à Bruxelles et le Tweet de Kasongo.

Contrairement au porte-parole qui semble dire « no comments », la représentation diplomatique congolaise en Belgique parle, elle, d’une « intervention » subie par Felix Tshisekedi qui « souffrait d’une hernie discale. (…). Il portera une minerve durant quelques jours. Il se porte bien », conclut l’ambassade. Qui dit vrai? Qui tente d’arranger la vérité? Pourquoi les deux intervenants ne disposaient pas des mêmes éléments factuels?

Les dirigeants congolais apprennent à leur dépens que la chose publique ne s’accommode plus du secret. La transparence est devenue la règle en ce XXIème siècle. Le secret est assimilé à la volonté de dissimuler la vérité.

L’opinion congolaise a encore frais en mémoire, la communication chaotique du ministère congolais des Affaires étrangères au lendemain du meurtre survenu, le 22 février 2021, à Goma, de l’ambassadeur d’Italie Luca Attanasio.

Et si on communiquait autrement?

Communiquer autrement revient à jouer, en toutes circonstances, la carte de la transparence et l’anticipation en informant le porte-parole (au sens large) de manière pleine et systématique.

Communiquer autrement revient surtout à appliquer la règle d’or en matière de « communication de crise ». Une règle qui tient en quatre mots: dire toute la vérité.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “Et si on communiquait autrement?

  1. La communication, toujours la communication. On communique sur tout et n’importe quoi pourvu que cela attire les gogos. Avec les réseaux sociaux, on a du mal à déterminer les limites de cet exercice. Il suffit d’un micro, d’une caméra et d’un appareil
    Avec écran et un clavier pour  » communiquer  » aujourd’hui, on découvre des expressions nouvelles: fake news, fox news etc..Le monde est en perdition. La manipulation des images et récits trafiqués sont devenus les lots quotidiens de ceux qu’on appelle les professionnels des médias. Quel gain pourrait-on tirer de la mort d’un homme, adversaire politique fût-il ? Bonne question qui interpelle certains habitués de cette rubrique. Je ne crois pas à une communication innocente, tout est question d’intérêt et du profit qu’on en tire. Ce monde de la schizophrénie qui fait tourner les têtes n’a pas encore atteint son apogée. Le plus difficile est devant nous. Que l’éternel nous en préserve.

  2. Assurement, tous les observateurs avisés, Congolais ou étrangers sauf les irréductibles pro-tshisekedistes ont vite aperçu la communication branquebalante de la Présidence. Dire que la faute de cette communication lamentable n’incombe à personne au sommet, le premier locuteur n’en sachant pas davantage que le suivant, me paraît être au moins une énième fuite en avant. Communiquer autrement surtout en temps de crise, bien sûr… , mais factuellement que s’est-il passé ici ? Je ne crois pas que Kasongo Mwema qui parle le 8 ou le 9 mars donc tout au début du voyage de Tshisekedi en savait moins que le scénario du 15-16 mars à l’ambassade de la RDC, c’est plutôt la volonté d’en dire plus qui a changé, les autorités Congolaises ayant entre-temps expérimenté les ravages de leur mauvaise communication. Pour moi le Porte-parole était dans l’esprit habituel de nos dirigeants d’en dire le moins possible et plus tard ils ont pris conscience que dire toute la vérité en ce temps de crise était plus payant. C’est cela communiquer autrement qui doit être désormais leur religion, sauront-ils la pratiquer la prochaine fois ? Rien n’est moins sûr.

    1. [Nono
      13 mars 2022 à 11 h 11 min
      Il semble qu’il n’y a plus de polémique autour de la santé du PR et de ce qui lui a été fait à l’hôpital à Bruxelles. Question : la Communication de la Présidence n’a-t-elle pas failli avec des versions successives pas toujours concordantes dont elle nous a abreuvées ? Aujourd’hui il semble établi que le Président n’a pas été opéré à cœur ouvert, qu’il aurait été soigné médicalement(?!) d’une hernie discale cervicale ; n’empêche que le nœud de l’imbroglio qui a eu cours, s’il est parti des informations belges approximatives voire fausses, il a bel et bien été favorisé par une communication chaotique. C’est le Porte-parole du PR Kasongo Mwema (et d’autres à sa suite) qui ont commencé par nous vendre la version d’un séjour privé qui interdisait tout commentaire et un Président qui allait à merveille, le(s) même(s) confirmeront plus tard qu’il s’est fait soigner d’une hernie discale et même qu’il aurait besoin d’un bref repos avant de regagner le pays (on a même parlé d’un repos mérité à Dubai). Des versions quasi contradictoires même si c’est vrai l’état de santé d’un Président ne peut être divulgué n’importe comment, n’était-il pas plus indiqué pour la Communication de la Présidence de dire dès le début la vérité policée des soins presque banals d’une hernie discale ?
      Attendons la suite : dans quel état se présentera-t-il en public les jours qui viennent ?]

  3. A l’heure de l’information instantanée avec les outils de la nouvelle technologie de l’information, impossible de cacher l’information bonne ou mauvaise soit elle. C’est le nouveau monde dans lequel le monde est entré. Hier, il fallait attendre longtemps l’information, aujourd’hui nous l’avons à portée de mains. Ce qui me fait rire dans tout ça, ceux hier qui étaient dans l’outrance à propos de la santé des autorités, aujourd’hui au pouvoir veulent donner des leçons de morale. Je me souviens d’une manifestation à Bruxelles où l’on se moquait pratiquement de la prostate du feu président Mobutu. Retournement de manivelle, n’est ce pas ? Cependant, même au pouvoir, on sent dans les écrits, les réactions que l’outrance est toujours vive. Conseil: Apprenons à être mesuré quelque soit le camp où l’on évolue.

Comments are closed.

Previous post L’improbable retour de Kabila 
Next post La RDC sera sévèrement jugée par l’Histoire de la Patrie et de l’Humanité