La RDC sera sévèrement jugée par l’Histoire de la Patrie et de l’Humanité

Read Time:7 Minute

Ce livre que je viens de publier aux USA s’adresse aux citoyens de la planète terre, et en particulier aux citoyens de la République Démocratique du Congo.

Le monde entier reconnaît que la forêt du Bassin du Congo est l’un des deux poumons majeurs de la planète terre, avec l’Amazonie; les deux poumons soutiennent et régularisent la vie et les conditions climatiques sur la planète terre. Les Congolais chantent du matin au soir que « notre forêt équatoriale sauve le monde », « c’est la solution au problème climatique mondial », et tout cela est vrai.

Pendant les quatre dernières années, j’ai tenu des conférences en ligne à travers plusieurs universités du monde (pays développés qui ont les infrastructures et qui organisent ces types de conférence) pour dire et dénoncer le fait que les « lèvres disent une chose, mais la réalité sur le terrain c’est plutôt la destruction de ces poumons planétaires pour des profits économiques par les grandes corporations internationales et leurs complices commissionnaires nationaux ».& J’ai publié plusieurs articles dans des journaux de génie civile, et de génie environnementale, pour présenter ce qu’on peut concrètement faire et comment le faire pour que ces poumons du monde en destruction puissent faire correctement ce qu’ils sont supposés faire pour la planète, et aussi pour dire à ceux et celles qui ont pouvoir de décision et d’actions dans le monde de cesser avec leurs hypocrisies et mensonges pour confronter et discuter le problème de destruction de la forêt équatoriale afin d’y trouver des solutions balancées. Ce sont ces solutions balancées que je propose dans ce livre de plus de quatre cent pages. Je chercherai à publier une version spécifiquement préparée pour l’audience congolaise, en langue française, selon que le temps et les possibilités me permettront de le faire. Mais les Congolais peuvent déjà trouver les mêmes informations dans ce volume qui explique tout en détail.

Les dirigeants et les intellectuels congolais seront sévèrement jugés par l’histoire du Congo, et par l’histoire de l’humanité, pour leur incapacité d’imaginer, de concevoir et de mettre en pratique des programmes et d’actions qui feront de la forêt du Bassin du Congo une vraie source de vie pour les Congolais des villages, villes et cités, et un vrai instrument de préservation et de survie de la planète terre. Ça ne suffit pas de dire: « notre forêt équatoriale sauve le monde », « c’est la solution au problème climatique mondial », pendant que cette même forêt équatoriale est en train d’être détruite pour extraire du bois et des minerais au profit des corporations étrangères et leurs commissionnaires Congolais, alors que les populations congolaises sur toute l’étendue de la république croupissent dans la pauvreté, la misère, les maladies, la famine, etc.

Prenons ici deux exemples d’action, parmi tant d’autres, que les intellectuels et dirigeants congolais pouvaient et devraient très facilement faire avec la forêt équatoriale pour bénéficier les populations congolaises et préserver la planète terre.

1) Identification, sélection et reproduction des arbres

Nous savons que les habitants de la RDC utilisent les arbres pour faire des « makala » (charbons) pour chauffage et cuisson. Ils utilisent les arbres pour construire des maisons. Les agronomes et botanistes congolais devraient utiliser leur connaissance, si vraiment ils ont cette connaissance, pour identifier les arbres qui grandissent rapidement et qui sont facile à reproduire. Ainsi, les populations à travers le pays pouvaient cultiver des champs ou des plantations de ces arbres qui grandissent et se reproduisent rapidement. Ces arbres seraient alors coupés pour produire des « makala » pour chauffage et cuisson, et pour faire des planches pour différents usages. Sur base de ces connaissances, des entrepreneurs sur toute l’étendue de la RDC pouvaient créer des plantations de ces arbres pour fabriquer des produits mobiliers et immobiliers sur place, et aussi pour exporter comme bois de qualité à travers le monde. Le gouvernement congolais pourrait aussi encourager, motiver et appuyer les congolais dans ces entreprises.

Congolais: si cet exemple est mis en pratique, ça va faire créer des millions d’emplois pour les Congolais par les Congolais et par le gouvernement congolais, augmenter le pouvoir d’achat et la prospérité en RDC, et au même moment protéger la forêt équatoriale dont les arbres ne seront plus coupés pêle-mêle et illégalement par des expatriés pour exporter et faire des millions de dollars pendant que les Congolais sont dans la misère. Est-ce que les intellectuels congolais font de telles études et publient leurs résultats pour les populations congolaises? Est-ce que le gouvernement congolais pense même à un tel projet/programme? Quand le gouvernement congolais demande que la communauté internationale lui donne de l’argent pour protéger la forêt équatoriale, qu’est-ce que le gouvernement congolais entend exactement faire avec cet argent? Qu’est-ce que le gouvernement congolais fait déjà par soi-même pour protéger cette forêt et faire bénéficier cela aux populations congolaises à travers le pays? En savez-vous quelque chose? Est-ce que quelqu’un du gouvernement congolais chargé d’environnement ou de la forêt équatoriale peut nous expliquer ici les initiatives du gouvernement congolais qui bénéficient déjà les populations congolaises à travers le pays et en même temps protègent la forêt équatoriale? Congolais: disons-nous entre nous la vérité, et encourageons-nous les uns les autres à cesser avec les mensonges pour embrasser la vérité.

2) Identification et reproduction des plantes médicinales

C’est pareil au premier exemple. Les scientifiques, agronomes et botanistes congolais devraient identifier et caractériser les plantes et les herbes médicinales pour soigner toutes les maladies tropicales. Ainsi, des entrepreneurs congolais créeraient des champs et plantations des herbes et plantes médicinales; des pharmaciens congolais fabriqueraient des produits pharmaceutiques à base de ces herbes et plantes médicinales; des médecins congolais se spécialiseraient en usage des herbes et plantes médicinales de la forêt équatoriale pour guérir toutes les maladies tropicales. Et d’un coup, les populations congolaises deviendraient des grands scientifiques en herbes et plantes médicinales et seraient consultées à travers le monde; les entrepreneurs et pharmaciens congolais seraient contractés pour lancer des nouvelles entreprises et corporations pharmaceutiques internationales à travers le monde; les médecins congolais seraient sollicités à travers le monde pour soigner sur base des herbes et plantes médicinales. Tout ceci ferait entrer des milliards de dollars américains dans des poches et comptes bancaires des familles congolaises, et les populations congolaises seraient rapidement transformées en grands scientifiques, grands chercheurs, et entrepreneurs du monde.

Congolais: ce n’est pas en disant et en chantant du matin au soir que la forêt équatoriale est la solution au problème climatique du monde que cela sera actuellement la solution au problème climatique du monde. Ce n’est pas quand le gouvernement congolais va quémander de l’argent pour protéger la forêt équatoriale, sans vision claire de comment cette forêt sera protégée avec cet argent, que cette forêt en train d’être détruite par complicité de ces mêmes dirigeants congolais va être protégée. Et la RDC ne pourra jamais se développer avec des petitesses d’esprit des dirigeants congolais réduits à s’enrichir par commission, pendant que les populations et les intellectuels congolais sont réduits à lutter pour des miettes de survie. Voilà pourquoi l’histoire de la patrie et de l’humanité jugera très sévèrement les dirigeants congolais et les intellectuels congolais.

Conclusion

Il y a bien d’autres exemples des programmes et d’actions sur base de la forêt du Bassin du Congo qui sont susceptibles de radicalement transformer les populations congolaises et faire d’elles des scientifiques et des entrepreneurs de renom sur la planète terre, et en même temps protéger la vitalité de la planète terre.  Et notons aussi que les autres immenses ressources naturelles de la RDC ne sont pas mentionnées ici. Nous ne parlons pas par exemple de la transformation des minerais de la RDC sur place, par les scientifiques et entrepreneurs congolais, qui ferait entrer aussi des milliards de dollars Américains dans les poches et comptes bancaires des familles et populations congolaises. Il ne s’agit ici que de la forêt équatoriale du Bassin du Congo.

Si la RDC est aujourd’hui classée parmi les pays les plus pauvres et misérables du monde, les dirigeants et intellectuels congolais sont les premiers responsables. Les congolais doivent arrêter de se plaindre, de se voir comme des victimes ligotées qui ne peuvent rien imaginer et rien faire par eux-mêmes pour eux-mêmes, arrêter de quémander partout dans le monde auprès des institutions financières qui d’ailleurs ne font qu’exploiter la RDC sans pitié, confronter leurs propres failles et faiblesses en tant que peuple et nation, évaluer les immenses talents et compétences des jeunes congolais pour en faire la source de transformation de la RDC.


Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’Université aux USA
tongele@cua.edu

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “La RDC sera sévèrement jugée par l’Histoire de la Patrie et de l’Humanité

  1. Je tiens ici à remercier du fond de mon cœur le Professeur Docteur Denis Mukwege, mon inspiration, pour avoir préfacé ce livre de grande importance planétaire. Professeur Docteur Denis Mukwege, le lauréat du Prix Nobel de Paix 2018, est le reflet de l’excellence des Congolaises et Congolais, excellence malheureusement étouffée par la mauvaise gestion du pays, et par la pauvreté et la misère qui paralysent les populations. C’est en effet par destin que la RDC est comblée d’immenses ressources naturelles et de nombreuses tribus avec riches cultures et riches traditions scientifiques et philosophiques. Les dirigeants et les intellectuels congolais, pour échapper au jugement sévère de l’histoire du Congo et de l’humanité, doivent se rebeller contre leurs propres médiocrité, insouciance, arrogance mensongère, et fainéantise mentale caractérisées par se plaindre, se lamenter et quémander continuellement, et toujours blâmer l’extérieur pour ce dont ils sont incapables de réaliser. Les dirigeants et les intellectuels congolais doivent se transformer en motivateurs et transformateurs des populations congolaises afin qu’elles puissent utiliser leurs talents et imaginations pour mettre en pratique ce qui est dit ci-dessus concernant la forêt équatoriale, et pour fabriquer sur place ce dont elles ont besoin pour vivre avec dignité et devenir moteur du développement scientifique, technologique et industriel de l’Afrique.

    1. Bien cher Prof Tongele ,
      Avant sans doute de commenter votre article, je regrette que vous n’ayez pas donné toutes les coordonnées de votre livre et vous demande s’il y’a espoir qu’il soit traduit en français dans un délai raisonnable ?
      « Slow Death of Planet Earth. Mindset and technology remedy », nous pouvons ainsi entre-temps le commander sur Amazon…

  2. Professeur Tongele,
    Nous, peuple congolais, sommes abandonnés à nous-mêmes dans nos villages, quartiers, villes et cités. Nos chefs coutumiers, nos notables, nos policiers, nos soldats, nos agents de sécurité, tous nous exploitent, ravissent le peu que nous possédons par force, et si nous résistons, nous sommes frappés et parfois tués. Voilà notre vie quotidienne en République Démocratique du Congo. Nos intellectuels vivent la même pauvreté et misère que nous les simples populations. Ils se coupent en mille morceaux pour survivre et faire vivre leurs familles. Ils n’ont pas le temps, la volonté ou la bravoure de réfléchir comme vous avez suggéré dans les deux exemples que vous avez donnés. Quand ils ont l’opportunité, ils s’accrochent aux politiciens comme des conseillers pour dire aux politiciens ce qu’ils veulent entendre, et comme ça nos intellectuels vendus aux politiciens reçoivent de paiements pour vivre mieux. Nos professeurs d’université sont les seuls qui pouvaient éclairer les étudiants et les populations, mais eux aussi sont dans la pauvreté, et quand ils font leurs grèves, c’est pour réclamer l’augmentation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Ils ne se préoccupent pas non plus de la situation des populations en général. Les politiciens sont les maitres tout-puissants qui utilisent l’argent du pays comme leur propre argent. Le président de la république voyage à travers le monde comme il veut, on ne sait pas pourquoi, et on ne voit pas ce que cela rapporte pour le développement du pays. Oui, pour son dernier voyage en Belgique, c’était pour les soins médicaux. Au moins lui, il peut quitter son pays qui n’a pas des bons hôpitaux pour se faire soigner là où il y a des bons hôpitaux. Mais nous, les populations, qui sommes pauvres et misérables, nous mourrons comme des bêtes quand nous tombons malades, parce que nous sommes incapables de quitter notre pays qui n’a pas des bons hôpitaux pour nous faire soigner en Europe comme le président et ses ministres et leurs familles font régulièrement. Les ministres et tous les autres dirigeants politiques vont se faire soigner en Europe, ils font étudier leurs enfants en Europe, et ils vont en vacance en Europe pour jouir des bonnes choses que les Européens font chez eux. Mais pourquoi ne peuvent-ils pas répliquer ces mêmes bonnes choses chez nous au Congo ? Merci, professeur Tongele, pour vos idées qui nous inspirent toujours. Ne vous fatiguez pas de nous éclairer avec vos idées, car notre groupe discute toujours vos idées pour essayer de mettre en pratique ce que nous pouvons mettre en pratique. Nous ne pouvons pas compter sur nos dirigeants politiques, car ils sont là pour eux-mêmes, ils volent l’argent du pays pour leurs voyages, plaisirs et soins médicaux en Europe.

    1. Cher Sia Koli, merci de tout cœur pour votre analyse qui me va droit au cœur. Ce que vous avez écrit, c’est cela la raison même pour laquelle je ne me fatiguerai pas d’écrire comme je le fais. Car, avec tous les talents, les richesses culturelles et philosophiques, les immenses ressources naturelles que regorge notre pays, la RDC, nous devons nous éveiller, jeunes filles et jeunes garçons, intellectuels, professeurs, habitants des villages, villes et cités, nous devons nous éveiller pour faire pression sur, et contraindre, les dirigeants politiques congolais à cesser avec des vols, détournements, corruptions, mensonges, et aller plutôt rencontrer les populations dans les villages, villes et cités, aller rencontrer les étudiants et professeurs sur les campus scolaires et académiques, afin de réfléchir ensemble sur comment utiliser les talents et ressources locales pour le développement, par exemple, à partir des 145 territoires, au lieu de simplement retirer des millions de dollars du budget national au nom de développement à partir des 145 territoires pour effectivement empocher ces millions de dollars par vols et détournements. Les jeunes intellectuels, les professeurs, les journalistes, les juristes doivent par exemple suivre de très près où se trouvent les millions de dollars que le gouvernement a déjà mis de côté pour ce programme de développement à partir des 145 territoires. Suivre de très près veut dire que les journalistes régulièrement posent des questions au président de la république, au premier ministre, aux ministres ou conseillers présidentiels en charge de ce programme, pour demander où en est-on avec ce projet de développement à partir des 145 territoires. Autrement, l’argent déjà mis de côté va s’évaporer sans trace et sans que le projet ne soit réalisé. Puis le gouvernement inventera un autre projet pour distraire, par exemple, mettre de côté encore des millions de dollars pour préparer l’organisation des élections, etc. Jeunes congolaises et congolais, intellectuels, étudiants, professeurs, juristes, journalistes, c’est maintenant qu’il faut faire pression sur les dirigeants politiques, faire pression sur le gouvernement, pour que le gouvernement comprenne que vous n’êtes pas des naïfs à manipuler avec des mensonges arrogants. Mais si vous demeurez silencieux, et attendez que les adictes d’argent qui sont au pouvoir puissent par honnêteté miraculeuse faire ce qu’ils promettent de faire, alors ne vous lamentez pas lorsque l’argent est bouffé et rien n’est fait. Merci, Sia Koli, pour votre courage et votre détermination à rejeter l’attentisme pour prendre en main votre destin. Vous y réussirez.

Comments are closed.

Previous post Et si on communiquait autrement?
Next post RDC: des ONG alertent sur la préparation d’élections « bâclées et chaotiques » en 2023