Felix Tshisekedi (enfin) favorable aux audits…

Dans une interview accordée à « Radio Vatican », vendredi 17 janvier, à l’issue de l’audience chez le Pape François, le président Felix Tshisekedi a annoncé l’organisation « très bientôt » des missions d’audit « dans tous les secteurs de la vie publique ». L’histoire ne dit pas si la mouvance kabiliste « Fcc » est de même avis. « Fatshi » répondait à une question sur la fameuse taxe « Go pass » que les voyageurs sont tenus d’acquitter avant de prendre un vol intérieur ou extérieur du Congo-Kinshasa. Soumis à des « pressions amicales » de la part de certaines « chancelleries occidentales, le chef de l’Etat parait  contraint de remettre la lutte contre la corruption, l’impunité et les antivaleurs à l’agenda politique. Depuis son investiture à la tête de l’Etat, il y a un an, « Fatshi » brille par un discours irrésolu dans ces questions considérées jadis comme l’alpha et l’oméga de l’UDPS.

Le vendredi 24 janvier prochain (24.01.2019-24.01.2020), Felix Tshisekedi Tshilombo va commémorer les douze premiers mois de son accession – chahutée – à la tête de l’Etat congolais replongeant le pays dans une nouvelle contestation de la légitimité. Bref, une crise politique.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur après la proclamation des « résultats provisoires » de l’élection présidentielle et la confirmation de ceux-ci par la Cour constitutionnelle, les évêques de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) ont fini par mettre « beaucoup d’eau » dans leur vin en invitant les nouveaux gouvernants « à rompre radicalement avec les antivaleurs des anciens régimes » et à promouvoir une « meilleure gouvernance ». (Voir la déclaration « La vérité vous rendra libres » publiée à l’issue de la session ordinaire du 27 février au 2 mars 2019).

La bonne gouvernance est reconnaissable par quelques critères admis universellement. A savoir notamment: la transparence, l’obligation de rendre compte, l’efficacité, la primauté du droit.

UN PARCOURS DIPLOMATIQUE QUASI SANS FAUTE

Le couple Tshisekedi reçu par les souverains belges

Positivons. Lorsqu’on scrute le chemin parcouru par le successeur de « Joseph Kabila » au cours de ses douze premiers mois à la tête de l’Etat, force est de remarquer que l’homme a insufflé une relative ambiance libérale dans le pays. Et ce quoique certaines mauvaises habitudes continuent à avoir la peau dure dans les milieux des « forces de l’ordre ». Conscient de cette situation, Felix Tshisekedi n’a pu s’empêcher de relever ce qui suit dans son message à la nation du 29 juin 2019: « Je tiens à vous rassurer (…) que les choses iront de mieux en mieux dans le strict respect des lois de la République et de l’établissement d’un Etat de droit ».

Outre cette relative ambiance libérale, la diplomatie est et reste le secteur où « Fatshi » a accompli un parcours quasiment sans faute. Désormais, le monde extérieur semble regarder le Congo-Kinshasa avec une certaine sympathie. Et pour cause? La « diplomatie conflictuelle » – menée jadis par les « nationalistes-souverainistes » autoproclamés qui entouraient « Kabila » – est remplacée par une « diplomatie apaisante », délester des outrances verbales.

LE « CHANGEMENT » SE FAIT ATTENDRE

Si sur le plan extérieur, « Fatshi » a « brillé » de mille feux, au plan intérieur, c’est le statu quo. Le doute devient le sentiment le mieux partagé par la grande majorité des Congolais. Le doute porte sur l’autonomie du nouveau Président. Et surtout sa capacité à fendre l’armure appelée coalition Cach-Fcc pour tenir ses promesses de réformes. Sur ce terrain, l’homme s’illustre par l’irrésolution. Il dit une chose et son contraire.

Répondant à une question du journaliste de « Radio Vatican » sur le sort de la très controversée taxe « Go pass » et la destination donnée aux sommes d’argent perçues, Felix Tshisekedi a créé l’événement en annonçant l’organisation « très bientôt » des audits « dans tous les secteurs de la vie publique ». Selon lui, l’objectif est de « faire l’état de lieu » afin de connaitre les capacités du pays à mobiliser les ressources et pour combattre la corruption « qui a gangrené notre administration ». Fanfaronnade? « Felix » est-il, enfin, décidé à croiser le fer avec « Kabila » et sa fratrie dont les tentacules s’étendent à tous les secteurs économico-financiers du pays?

La taxe « Go pass » a été instaurée par « Kabila » en 2009. Cela fait dix ans depuis que les habitants du Congo-Kinshasa déboursent la somme de 35 $ US pour voyager à l’intérieur du pays, 58 $ pour aller à l’étranger. Quelle est la destination donnée à cet argent? 

SUPPRIMER LA TAXE « GO PASS »

André-Claudel Lubaya

Dans une déclaration faite, début avril 2019, le député national André-Claudel Lubaya exhortait « Felix » à faire « supprimer » cet impôt un peu spécial lequel, selon lui, entrave la liberté de circulation des voyageurs et constitue un « fardeau » pour eux. Et de fustiger, au passage, l’opacité dans laquelle cet argent est encaissé par la Régie des voies aériennes (RVA).

Douze mois après son investiture, Felix Tshisekedi Tshilombo donne l’impression de « trembler » chaque fois qu’il doit aborder la question relative à la lutte contre les antivaleurs. La crise d’autorité est patente au niveau de l’institution Président de la République. Une institution qui commande sans se faire obéir. Les ordonnances nommant des mandats publics à la Gécamines et la SNCC (Chemin de fer) tiennent lieu de fâcheux précédent. Les hommes et femmes nommés jadis par « Kabila » continuent à tout contrôler: l’armée, la police, les services de renseignements, la direction générale de migration. Sans omettre la DGDA (Douane), la Banque centrale du Congo, les régies génératrices des recettes (DGRAD, DGI) etc.

« PRESSIONS AMICALES » ET DÉNÉGATION

Répondant, fin décembre, à la question de l’hebdomadaire « Jeune Afrique » n°3076 H de savoir s’il allait initier des audits dans les grandes entreprises publiques, Fatshi a eu ces mots: « Ce n’est pas mon rôle, c’est celui du gouvernement ».

Cette réponse n’est pas sans rappeler la réponse qu’il avait donnée, le 22 septembre 2019, à TV5 Monde, sur le sort à réserver aux personnalités de l’ancien régime convaincues de « crimes économiques »: « Je n’entends nullement aller fouiner dans le passé. Je n’ai pas de temps à perdre ».

En fait, le chef de l’Etat congolais n’est pas à une dénégation près en matière de lutte contre la corruption et l’impunité. Cette inconstance est révélatrice des « pressions amicales » que le dirigeant congolais subirait de la part de certains milieux occidentaux, « fatigués » par l’immobilisme ambiant.

Dans son discours prononcé le 14 décembre dernier sur l’état de la nation, Fatshi a semblé confirmer ces pressions en déclarant: « Je serai intraitable face à la corruption ». Les audits annoncés traduisent-ils sa volonté d’aller enfin « fouiner dans le passé »?

Baudouin Amba Wetshi

27 thoughts on “Felix Tshisekedi (enfin) favorable aux audits…

  1. QUE DE DISCOURS ET VOYAGES (DE LUXE) EN CASCADES. AU DELA DE « CHACELLERIES AMICALES », LES CONGOLAIS ATTENDENT DES REALISATIONS DES PROMESSES (VIDES) DE FATSHI.
    A-T-IL DIT LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET AUDITS « BIENTOT »?
    PERMETTEZ-NOUS DE RIGOLER. CAR NOUS ATTENDONS TOUJOURS LE RAPPORT DE FATSHI ET SON DIRCAB AFFAIRISTE VIKAM SUR LA DESTINATION DE $15 MILLIONS « DISPARUS » DANS LES MEANDRES DE LA PRESIDENCE, SURFACTURATION DE PROJETS DE 1OO JOURS DE FATSHI INBUS DE CONTRATS GRE-GRE AUX FIRMES BIDON, DONT ZARWAL DE LA FAMILLE KAMHERE, ENTRE AUTRES MAGOUILLES !!
    QUE FATSHI CESSE DE NOUS ENDORMIR EN PROMESSES ET AGISSE !

  2. Mon Cher BAW,
    Le problème du Congo en matières fiscales et de gestion n’est pas en la la misérable taxe go pass ou que sais-je. Il vous s’agit d’un exercice d’abstraction, de vous positionner dans le contexte dans lequel se trouve le pays et de vous centrer sur les grandes variables qui définissent la situation du Congo en tant qu’organisation et sujet de Droit International. Veuillez surtout prendre vos distances vis-à-vis d’un nul Tshilombo qui ne peut rien apporter au-delà de sa formation en-déçà des exigences du poste qu’il occupe formellement et dont il est pleinement conscient qu’il n’exerce ni ne peut exercer les fonctions. « Nemo dat quod ipse non habet »; nul ne peut donner plus de ce dont on dispose. Figurez-vous en guise d’exemple sur sa macabre décision obnubilée de dresser en pleine ville de Kinshasa ce qu’ils appelent sauts de mouton ou de chèvre, pendant que les normes urbanistiques et de l’environnement obligent à la place la pacification du transport par des mesures urbanistiques telles la proximité des services, etc.
    Le problème fondamental du Congo, c’est la perte effective du contrôle de tout l’appareil de l’Etat par les fils du pays, les vrais. Ce forum n’est peut-être pas l’adéquat pour nous étendre sur la fiscalité de l’Etat, à priori conditionnée par la grande prémice que nous ne détenons plus, et de manière transversale, un seul levier du pilotage de l’appareil étatique.
    Les questions fondamentales, outre le prix réel à payer pour nos minerais (puisqu’à ce jour l’économie ne connait aucune diversificación), c’est le système de tributation en résidence ou à la source pour principalement les sociétés multinacionales dont Glencore, est-ce le pays sert d’espace de plannification fiscale et d’élusion fiscale, quels sont les instruments fiscaux mis en place pour attirer les investissements, …
    Le Congo n’attend pas une certaine libéralisation que l’on semble vanter. Il s’agit d’écarter Tshilombo et avec lui, toute la cohorte des tutsis infiltrés et les autres collabos dont Fayulu, Bemba, Muzito,… Plus Claire, c’est imposible.

  3. Ce qui fait la différence entre la dictature et la démocratie, c’est l’indépendance de la justice. Les congolais, même ceux qui vivent dans les pays démocratiques ont du mal à intégrer cette réalité. Le seul conseil qu’on peut donner à Tshisekedi, c’est d’accélérer la réforme de la justice en lui donnant les moyens pour lui permettre de faire son travail, le reste n’est que procès injuste et dénigrement.

    1. @L’œil du Cyclone
      # C’est fatiguant et regrettable surtout que c’est injuste, de vous lire toujours dénoncer tous ceux qui formulent la moindre critique de la gestion de Tshisekedi. Seules vos remarques seraient respectables, sans doute voulez-vous croire que seuls vos mots tiendraient lieu de la seule critique valable.
      Vous dites : « Le seul conseil qu’on peut donner à Tshisekedi, c’est d’accélérer la réforme de la justice en lui donnant les moyens pour lui permettre de faire son travail, le reste n’est que procès injuste et dénigrement ». Etes-vous certain que personne d’autre même sur ce forum sauf vous n’a formulé ce genre de ‘conseil’ pour déduire aussi péremptoirement que les autres n’abondent qu’en « procès injuste et dénigrement » ? C’est quoi cette manière de créer des clans fantasmés ?
      # Désolé, cher ami, votre faux problème est que vous n’acceptez que des louanges envers Tshisekedi et aucune critique, quel que soit le domaine. Comment alors voulez-vous que votre position soit crédible alors qu’il est notoire que bien des Congolais ont donné une chance à Tshisekedi pour mener le pays à bon port malgré les conditions de son avènement et attendent de lui davantage que les annonces et promesses dont il nous abreuve. Ils trouvent qu’il a les moyens de forcer le destin pour être efficace.
      Mon avis est qu’aussi longtemps que vous n’aurez pas reconnu qu’il existe une frange des Congolais qui à travers leurs critiques ne veut que le succès de son mandat pour le bien du pays, vous ne pouvez être crédible dans vos appréciations. Vous ne faites que vous ériger en ‘donneur de leçons’ perpétuel et ne pouvez voir des Congolais de bonne foi qui ne cherchent pas qu’à condamner Tshisekedi quoi qu’il fasse. Il aurait pu mieux faire en un an d’exercice et s’en donner les moyens, lui disent-ils, à condition qu’il use de beaucoup d’intelligence, de pragmatisme et surtout de courage sinon d’audace. La situation l’exige, c’est aussi simple et votre conseil sur les indispensables réformes de justice qui lui reviennent en premier sera mieux entendu…

      1. Vous auriez pu vous réjouir avant tout que presque tout le monde soit d´accord sur l´importance de la réforme de la Justice. L´Oeil du Cyclone dit le seul conseil… et non qu´il est le seul à donner ce conseil.
        « C’est quoi cette manière de créer des clans fantasmés ? » : Mais ceux qui les créent ici chaque jour avec toute sortede qualificition sont nombreux ici sans que cela ne vous fasse sortir de vos gonds (Parce qu´ils vont dans le sens de votre secret souhait : rhétorique anti-Félix ?). Ce n´est pas la moindre critique de la gestion de Tshisekedi qui est le problème. Les critiques pertinentes, fondées font avancer les choses (C´était beau de voir même comment le public pouvait résister à Félix dans la salle à Londres). Mais elles se font une denrée rare ici. Se servir de tout pour tirer sur Félix ou confirmer son jugement profondément négatif dès l´élection de ce dernier est loin d´être un acte de critique pertinente. Soit! Que la réforme de la Justice advienne vite pour consilder les bases de notre société.

      2. [« […]# Désolé, cher ami, votre faux problème est que vous n’acceptez que des louanges envers Tshisekedi et aucune critique, quel que soit le domaine. Comment alors voulez-vous que votre position soit crédible alors qu’il est notoire que bien des Congolais ont donné une chance à Tshisekedi pour mener le pays à bon port malgré les conditions de son avènement et attendent de lui davantage que les annonces et promesses dont il nous abreuve. Ils trouvent qu’il a les moyens de forcer le destin pour être efficace.[…] »]

    2. @ Oeil du Cyclone (alais « Elombe »),
      Qu’est ce qui empeche donc ton idiole Fatshi (pretendu-« Magistrat Supreme ») de dissoudre la Cour Constitutionelle remplie des cireurs de botte de Kabila, et de renvoyer au chomage tous ces corrompus juges siegeant dans des tribunaux a travers la Republique?
      Tiens, des mafiosi – dont l’Israelien copain de Kabila Dan Gertler – devalisent la Gecanimes avec l’apport des kabilistes comme Albert Yuma, et Fatshi lui hesite a faire arreter immediatement Yuma et sa bande de criminels economiques, ….comme recemment l’ex-ami et conseiller de Fatshi aujourd’hui a Makala pour magouilles a la Miba.
      Dans des « dossiers chauds », inclu vol de $15 Millions a la Presidence meme, ton idole Fatshi se refugie derriere cette Justice corrompue et son PGR-kabiliste F. Numbi qu’il pretend font leur travail…sans suite.
      De qui et de quoi a-t-il peur pour « agir dans l’interet de la Nation » en danger? (Reponse: Fatshi tremble devant Kingakati. Voila pourquoi il sort du Pays avant de nous reciter ses discours sur « Deboulonnage »).
      Entre temps, lui et Kamerhe se la coulent douce. « Peuple…. Apres » !

      1. Dr. Patrice Mutakatifu,
        oza vraiment Docteur? Mais votre post corrobore sans le savoir/vouloir les propos de l´Oei du Cyclone.

    3. Cher L’œil du Cyclone
      « Le seul conseil qu’on peut donner à Tshisekedi, c’est d’accélérer la réforme de la justice en lui donnant les moyens pour lui permettre de faire son travail » ? Mais voyons ! Si déjà pour le travail qui est du ressort de l’exécutif, à l’instar des factures à honorer pour les chantiers du programme de 100 jours de l’administration Tshisekedi, le Ministre FCC des Finances refuse de les payer sur ordre de son patron, ce qui constitue l’un des dossiers épineux entre Tshisekedi et son encombrant et tout puissant allié FCC, comment voulez-vous que le pauvre Tshisekedi obtienne du même ministre les moyens devant permettre la réforme et le bon travail de la justice ? Par ailleurs et contrairement à ce que vous affirmez, ce n’est pas l’indépendance de la justice qui fait la différence entre la démocratie et la dictature. Ce sont plutôt les freins liés à l’exercice du pouvoir. L’indépendance de la justice n’est qu’un de ces freins. Si vous ne m’avez pas compris et que vous souhaitez que je m’étende là-dessus dans un prochain article, vous n’avez qu’à me le faire savoir.

  4. Felix-Antoine Tshisekedi et ‘’Joseph Kabila’’ doivent dégager et partir!
    Le régime de Felix Tshisekedi actuellement à Kinshasa n’est pas celui que le Grand-Peuple Congolais voulait. ‘’
    La lutte des femmes, enfants et vieillards, des toutes les sociétés congolaises qui, nuits et jours, se battaient et combattaient contre le régime de ‘’ Joseph Kabila’’ le plus sanguinaire et ignoble au monde ; avec toutes ses formes atrocités, barbaries et cruautés insupportables et inimaginables ; c’est ce même régime qui continue de régner sur le Grand-Congo via son valet de nuit [Felix Tshilombo] à Kingakati, de tristes réalités aux environs de Kinshasa.
    Ce n’est pas par ni haine ni acharnement que nous reprenons nos écrits , nos cris et nos opinions justifiées et justifiants pour dire, avec courge, audace et détermination que Monsieur Felix-Antoine Tshisekedi et ‘’ Joseph Kabila’’doivent plier bagages et partir ; c’est-à-dire dégager du Congo-RDC et de ses institutions pour avoir continué à soumettre le pays et son peuple aux extrêmes odieux désastres et catastrophes politiques, militaires, financiers et socio-économiques les plus inimaginables ; et qui sont irréparables.
    Messieurs Felix-A- Tshisekedi et son mentor de ‘’ Joseph Kabila’’ de Kingatati doivent partir maintenant et immédiatement ; et sans tarder ! Et il est obligatoirement de même pour les plus sinistres personnages à la tête du Senat [Thambwe Mwamba], parlement [Jeannine Mabunda], du Gouvernement [Sylvestre Ilunga Ilunkamba] ; Corneille Naanga et sa Ceni, les sieurs de la cour constitutionnelle ; tous doivent déguerpir et disparaitre dans la nature et ailleurs.
    Oui, Le fils de Tshisekedi a été toléré peut-être à cause de son père Etienne Tshisekedi. Maintenant le Grand-Congo et son Peuple sont arrivés au point de l’intolérable de non-négociable: ‘’Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et tous les animateurs des institutions des pouvoirs de l’Etat en place qui mettent le pays en extrême danger doivent quitter ces postes et positions!.
    Sans chercher à nous justifier, toutes les populations du Congo, le Grand Congo dans son ensemble ont constaté et sont témoins de fait que ce régime de Felix Tshisekedi, d’une année, est des légèretés, des irresponsabilités, d’aventures et des mensonges; et elles [les populations] sont en train de passer et subir des moments les plus troublants et les dégradants par la présence de ces deux ignobles personnalités conjointement, simultanément et concomitamment régnant sur le pays et son peuple. C’est de l’inacceptable et de l’insupportable à l’extrême!
    Depuis que le fils de Etienne Tshisekedi, Felix Tshisekedi et ‘’ Son mentor de ‘’ Joseph Kabila’’ sont en train de régner anticonstitutionnellement sur le Congo, le pays et son peuple sont soumis aux plus graves atrocités ; des massacres partout au Congo, RDC et surtout à l’Est, dans l’Ituri ; Beni, Butembo, Goma, dans le Nord-Kivu. Les Congolais [enfants, femmes, hommes et vieillards ; même les personnes avec handicaps ] y sont décimés et égorgés nuits et jours par des groupes bien identifiés d’origines ougandaises, ruandaises et burundaises; et sont jetés dans des vallées sans fins pour y mourir exactement et y être dévorés par les fauves et autres carnivores impitoyables. Il en est de même dans le Sud-Kivu avec les plans du régime conjoint et associé de ‘’ Joseph Kabila’’ et Felix Tshilombo d’exterminer tous les peuples Babembe de territoire de Fizi et les remplacer par les populations étrangères du Ruanda en commençant par Minembwe pour conquérir et envahir tout le territoire national congolais.
    Alors que le Congo-Kinshasa avec ses populations sont en train de subir les actes et autres faits criminels indescriptibles des hommes et des groupes armés du Rwanda et de l’Ouganda ; contre les peuples innocents du Grand-Congo à Beni à Butembo, à Minembwe et ailleurs dans le pays , le régime de Felix Tshisekedi et de ‘’ Joseph Kabila’’ sont en train de dérouler et étaler les tapis rouges pour les bourreaux des congolais à Kinshasa, à Bukavu et ailleurs ; crachant ainsi sur les tombes et les mémoires de ces congolais tués et massacrés par les forces contre l’humanité venant du Rwanda et de l’Ouganda.
    Encore, alors que les des populations entières sont en train d’être massacrées et décimées à Beni, Butembo, Goma, à Kalehe et à Minembwe sur tout Fizi par ces forces du Rwanda et de l’Ouganda, lui [Felix Tshisekedi] et son entourage des aventuriers des mauvais goûts sont sans cesse dans l’air pour les pays étrangers pour s’y faire ovationner sur les papis rouges leur étendus, lesquels tapis rappelant toujours les sangs des Congolais du Grand-Congo qui coulent toujours.
    Le combat sacré de tous les Congolais, maintenant, est d’enlever à la tête du pays ce monstre à deux têtes, cette forme bicéphale et sanguinaire qui ne fait que plonger les populations congolaises, du Grand-Congo dans les malheurs, les chaos et les désastres politiques, militaires, financiers et sociaux. Sur ce :
    -j’exhorte toute l’Eglise Catholique, par la CENCO et CLC ; toute l’Eglise Protestante, par ECC et toutes les Autres Confessions religieuses de se lever et se mettre debout pour exiger le départ immédiat de Felix-Antoine Tshisekedi et son allié ‘’Joseph Kabila’’ pour crimes, mensonges et autres faits graves qu’ils infligent aux populations innocentes du Congo ;
    -A tous les Mouvements-Citoyens [LUCHA, Filimbi, et Autres…], le moment propice pour le Changement est là ; et c’est maintenant. Nous tous dans la rue pour exiger le départ de la tête de notre pays, le Congo les deux têtes des monstres [Felix Tshisekedi et ‘’ Joseph Kabila’’], sources de tous les malheurs qui s’abattent sur le Congo-Kinshasa et son Peuple ; et
    -A toute la Communauté Congolaise de la Diaspora et de l’Intérieur, le Combat pour se libérer des aventuriers et incompétents devra reprendre maintenant pour faire partir de la tête de notre pays les deux alliés [Felix Tshisekedi et son ‘’Joseph Kabila’’] pour la mort planifiée du Congo et son peuple. Les deux doivent dégager et partir maintenant.
    Golden Misabiko le 21/01/2020
    Défenseur International des Droits Humains ; Leader de la Société Civile/Congo ; Prix MEA 2006 ; Prix Nuclear-Free Future ; Lauréat pour l’environnement ; Anti-Nucléaire ;

  5. Merci Mon president ,d’avoir fait une declaration importante , concernant la nationalite , j’espere que combattant de l’ombre etait present , ou du moins il a compris le message fort de son Excellence , qu’il a prononce devant une foule des  »combattants ». Nabanzi ayoki .
    je me sens soulage.

    1. @Mopape UBWENGE
      # Votre nationalité est reconnue, dites-vous, mais méfiez-vous la seule parole présidentielle n’est pas force de loi : Tshisekedi se réfère, si on le comprend, à une loi devenue tacite selon laquelle les immigrés rwandais tutsi présents sur les hauts plateaux du Sud Kivu s’y seraient installés depuis des générations et on leur a accordé une nationalité collective. Ce qui n’est pas tout à fait exact, fût-ce à se rappeler que votre leader Ruberwanda était encore un étudiant réfugié rwandais à Lubumbashi à la fin des années 80 survivant aux frais de HCR. Le dossier risque donc de n’être clos par la seule parole de Tshisekedi.
      # Et surtout qui vous a dit que le problème essentiel que posent les fumeux Banyamulenge est celui de la nationalité, que nenni. Au début des années 90 et dans la suite j’ai connu à Bukavu vos congénères se précipiter au Rwanda dans la milice APR et revenir par la suite dans les bagages de l’AFDL tuant au passage leurs anciens voisins du Kivu.
      Le problème que vous posez est donc celui d’une LOYAUTE DOUTEUSE envers mon pays. Tshisekedi que vous célébrez aujourd’hui l’a d’ailleurs bien effleuré en condamnant les vôtres qui quittent l’armée nationale pour vos milices Ngomino. Pour des fourbes ataviques que vous êtes, le problème se reposera et méfiez-vous donc qu’il prenne une tournure plus punitive. Vous ne pouvez éternellement piétiner sur les droits des autochtones et ceux-ci ne vont pas se laisser faire parce que Tshisekedi a parlé ; qui vivra verra…
      A bon entendeur…

  6. Il y va de l’intérêt public que la gestion mafieuse des années Joseph Kabila soit auditée. Mais ce n’est pas la première fois que Félix Tshisekedi créé l’événement en annonçant l’organisation « très bientôt » des audits « dans tous les secteurs de la vie publique ». Début mars 2019 en Namibie, il avait déjà créé l’évènement en annonçant qu’il nommerait un informateur, c’est-à-dire une personnalité chargée d’identifier le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale, en vue de désigner en son sein le Premier ministre chargé de former le gouvernement ; ce qui était possible car aucun parti politique n’avait la majorité à l’Assemblée nationale, le FCC n’ayant pas d’existence légale. Mais en raison de la volonté du despote Joseph Kabila de garder la mainmise sur le pouvoir, Tshisekedi a reculé. Début avril 2019, toujours de l’étranger, cette fois-ci aux Etats Unis, Tshisekedi avait déclaré qu’il attendait l’appui américain pour se défaire du système dictatorial de son prédécesseur, Joseph Kabila. Une fois de plus, Tshisekedi a reculé toujours en raison de la volonté de son prédécesseur de garder la main mise sur le pouvoir, faisant ainsi de lui un « Bizimungu » congolais. En fait, compte tenu du piège dans lequel il s’est laissé enfermer en raison de son appétit immodéré pour le pouvoir, Tshisekedi est perpétuellement tiraillé entre les pressions amicales occidentales et celles brutales de son diable de prédécesseur et allié, Joseph Kabila. Avec un peu d’imagination et d’intelligence, quelqu’un d’autre à sa place aurait déjà réussi à conclure des alliances avec le camp occidental pour neutraliser le despote Kabila. Tant que Kabila est là, l’échec de Tshisekedi ne fait l’ombre d’aucun doute. Déjà, son langage ordurier vis-à-vis des Congolais qui pourfendent l’immobilisme ambiant trahit cet échec. Quand par exemple un président de la république prend la parole pour traiter ses opposants de « ndoki » et les combattants, ce qu’il a été lui-même hier, de « combataba », cela dévalorise la fonction même de président de la république et démontre que le fils du « sphinx » n’est pas à la hauteur de la tâche. Et c’est bien regrettable pour notre peuple qui souffre d’un long martyre.

    1. MAYOYO mpe azakaka na souci ya LANGAGE ya bien ?
      Mayoyo qui, toute honte bue, au lieu d´objecter rationnellement, attaquait ici même un de ses interlocuteurs qu ´il mentait et la raison résidait dans son nom de Muluba, Mayoyo qui a tant traité le Président d´abruti, dénonce ici de langage ordurier. Pour le reste, pas surpris de voir Mayoyo parler sans prouver de l´ »appétit immodéré pour le pouvoir » et aligner ici « il a reculé ». Il faut entre autres du courage et de l´honnêteté intellectuelle pour voir aussi autre chose. Mayoyo dit que « quelqu’un d’autre à sa place aurait déjà réussi à conclure des alliances avec le camp occidental pour neutraliser le despote Kabila ». Félix est si bête qu´il se serait foutu des Américains et de tous les autres et Mayoyo maîtriserait tous les dessous des cartes qu´il… ? Mayoyo, ki intellectuel eza pasi !

      1. Procongo,
        Vous devez apprendre à comparer les choses. Dans votre sortie, vous comparez les propos d’un président de la république sur la place publique à ceux d’un simple citoyen intervenant dans un espace bien nommé « Opinion & débat » d’un journal en ligne. Apprenez que les deux choses ne sont pas du tout comparables. Pour votre information, rien qu’à mon niveau à moi, le langage que je tiens ici est différent de celui que je tiens quand j’exerce ma profession ou encore quand j’écris mes livres. A fortiori, si jamais « chance eloko pamba » devait faire de moi le président du Congo-Kinshasa, il va sans dire que je vais davantage soigner mon langage. Par ailleurs, quand Tshisekedi déclare lui-même aux Etats-Unis qu’il attend l’appui américain pour se défaire du système dictatorial de son prédécesseur et qu’il continue à avoir un allié aussi encombrant au point de menacer aujourd’hui de dissoudre l’assemblée nationale, faut-il vous faire un dessin pour vous faire comprendre qu’il n’a pas obtenu l’appui américain ?

      2. Mayoyo dit :
        « vous comparez les propos d’un président de la république sur la place publique à ceux d’un simple citoyen… » : Mayoyo, simple citoyen ? Vous avez eu peur de parler d´un intellectuel brillant, qui a fait d´excellentes études et écrit des livres de référence ? Je suis content de voir que vous n´avez pas nié votre « langage ordurier ». Intellectuel sans vergogne ! Incapable d´argumenter rationnellement, vous n´aviez pas trouvé mieux que de vous en prendre à son ethnie et de balancer sans vergogne la foutaise : Mwamba ment parce qu´il est muluba. Belle illustration de votre FAMEUSE ET FUMEUSE théorie de la démocratie. Mwamba écrit des articles ici comme vous. Une excuse de votre part aurait été un acte de moralité et d´élégance entre auteurs de ce site. Makasi kaka nakopesa ba politiciens leçon. Votre piètre explication « le langage que je tiens ici est différent de celui que je tiens quand j’exerce ma profession ou encore quand j’écris mes livres » est un CERTIFICAT D´INDIGENCE. Ici, vous n´êtes pas intellectuel, mais ailleurs selement ? Parce qu´ici vous traitez des sujets futiles et différents de ce que vous abordez dans vos livres ? Aussi longtemps Mayoyo ne sera pas Président, il n´est pas tenu de soigner son langage. Nous pouvons nous imaginer ici comment vous éduquer vos enfants. Pour le reste, vous avez trop aimé des dessins, voilà pourquoi vous affirmez SANS RATIONALITÉ ET SANS GÊNE : « Avec un peu d’imagination et d’intelligence, quelqu’un d’autre à sa place aurait déjà réussi à conclure des alliances avec le camp occidental ». Ki intellectuel eza pasi.

  7. Peine perdue,il ne va pas fouiner car ses amis ont menacé de fouiner eux aussi sur les 15 millions et autres marchés de gré à gré,sans compter toutes les dépenses faramineuses pour les multiples voyages. .Eux savent tout mais gardent encore silence jusqu’à nouvel ordre,c’est l’épée de Damoclès suspendue sur la présidence.

    1. @ Assambala,
      VOUS AVEZ TOUT DIT SUR LES ELUCUBRATIONS DE FATSHI-« BETON- D’ARGILE ». PEUREUX ET HESITANT AU PAYS, FACE A LA BANDE FCC ET SON AUTORITE TRES IMMORALE, NOTRE FATSHI-BETON-D’ARGILE CHOISIT TOUJOURS L’ETRANGER POUR CRACHER SES PRETENSIONS DONT SA FAUSSE LUTTE ANTI-CORRUPTION SANS SUIVI NI EFFET !

  8. POUDRE DE PERLIMPINPIN ! En effet ces audits imaginaires s’apparentent plutôt à un « Poker Menteur » entre Tshilombo-Pétain wa Banyarwanda et l’imposteur Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila au détriment du Peuple Kongolais… JOB DESCRIPTION ! Ce n’est nullement non plus un « Bras de fer » [comme le fait croire le président protocolaire nommé par les Tutsi Banyarwanda à la tête du KONGO-Zaïre qui l’emploient comme subordonné Collabo traître] mais une vraie farce politico-démocratique qui continue de tuer les Kongolais sur toute l’étendue du territoire, tel est le Job Description de FATSHI BÉTON DALLE de WC de Kingakati… LE SPIRITUEL DIRIGE LE PHYSIQUE ! Outre le côté visible du Deal mafieux collaborationniste de l’Udps familliale avec le PPRD-FCC pro Tutsi Rwando-Burundo-Ougandais, il y a surtout le côté non-visible satano-occulto-mystico-nécromancien qui a la primauté dans le drame RDCongolais qui perdure: tout vrai initié consacré dans les affaires du Véritable Dieu Tout-Puissant Redoutable qui connait le fonctionnement du monde angélique, de la démonologie en 3 dimensions [Spirituelle, Astrale et Physique] ainsi que les réalités spécifiques du monde Visible et Non-Visible sait que les démons religieux et guerriers utilisent les strates politiques contrôlés par eux pour agir sur l’intellect des masses populaires, les démons territoriaux et administratifs surfent sur l’ignorance des humains en ce qui concerne le continuum temps et espace pour les envoûter à travers les annonces, les slogans, les paradigmes, les paramètres, les images subliminales stratégico-politiciens afin d’assouvir leurs passions infâmes inspirées par leur Maître Lucifer Diable Baal Peor autrement dit Satan le Chérubin jadis oint expert en mensonge qui a comme maxime Jean 10 : 10 « Dérober, tuer, détruire »… Franchement parlant comment Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo-Pétain wa Banyarwanda pourra-t-il faire des audits sans fouiner dans le passé de son mentor politique l’imposteur Hippolyte Kanambe alias Kabila qui détient l’imperium (effectivité du pouvoir) ?… C’est aberrant, abracadabrantesque… Vive les Maï Maï ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo)… Ainsi soit-il… INGETA

  9. Çà y’est, comme je venais de le rappeler ailleurs avec la réaction musclée et se voulant institutionnelle de Mabunda à l’offensive crue et populiste deTshisekedi à Rome et Londres, la reculade en règle – dont parle notre ami Mayoyo – vient de tomber. Je viens de lire que la Présidence a pondu ce jour un communiqué pour dire que « la dissolution du parlement que pourtant il a brandie en représailles n’est pas en fait à l’ordre du jour ». Ah bon ? Pour sauver comme il peut la face, le communiqué ajoute que « si le PR est mis dans une situation où il n’arriverait pas à satisfaire le peuple qui l’a élu, il n’aura pas d’autre choix ». Qu’est ce donc ce charabia bourré de contradiction ? Pour couronner le tout le communiqué prend soin de préciser que « le PR recommande à tous les sociétaires de la coalition FCC-CACH de travailler pour l’intérêt supérieur de la nation et non pour les familles politiques auxquelles ils appartiennent ». Encore ?
    Bref, rien de nouveau sous le soleil, du déjà entendu du déjà vu : les menaces intempestives suivies de reculades et on revient au point de départ, un FCC toujours gagnant à terme dans un deal oh combien conflictuel…

    1. Ce que NONO n´a pas vu ni ailleurs ni ici est que Mabunda est hors-sujet et a des difficultés pour comprendre ce qu´elle même débite: ratio legis, etc. Ce que NONO (citant son Mayoyo) n´a pas compris est que le communiqué de la Présidence (C) est dans la ligne de ce que le Président a dit (A) et non de ce que Mabunda a compris ou a voulu le faire dire (B). Euh, on ne vous demande pas de faire des louanges à Félix (Pourquoi d´ailleurs?), mais d´être avant tout des INTELLECTUELS RIGOUREUX. Faites des exercices vous-mêmes : Placez sous vos yeux les propos (A), (B) et (C) et analysez. C´est entre autres votre manque de rigueur, votre propension à falsifier, à mésinterpréter (à souhait ?) puis à vous éclater dans des rigolades (qui, au fond, vous ridiculisent vous-mêmes) qui font dire aux autres que vous avez de la mauvaise foi, voire de la haine. Faute de rigueur, la suite de vos propos (charabia bourré de contradiction…) est à mettre dans votre propre compte.

      1. @Procongo
        Kiekiekieeeeee, comme toujours vous croyez avoir tout vu et tout celui qui ne voit pas ce que vous voyez « ne comprend rien, manque de rigueur, falsifie et mésinterprète les faits. Ce serait toujours lui qui se contredit » et jamais Tshisekedi. Méfiez-vous, je ne roulerai jamais pour Mabunda mais c’est peut-être elle qui cette fois a été bien commanditée pour lancer les hostilités au bon moment qui menaceront assez notre Tshilombo National en même qu’il le sortiront de ses gond vers une énième reculade ou alors plus heureusement vers une sortie forcée de la coalition et ainsi pousser enfin ‘JK’ dans ses retranchements.
        # Kiekiekieeee, Procongo qui regarde toujours dans un miroir qui lui renvoie son image toujours plus belle qu’il l’est au lieu d’user de ses yeux pour voir le pays verra peut-être demain un réel blocage politique en route voire une vraie crise à partir d’un début d’implosion de la fameuse coalition au pouvoir. Moi je ne me satisferai jamais de Mabunda mais sans le vouloir son coup de gueule amènera peut-être du bon au pays. Tshisekedi aura osé et quitté le moule de contradiction dans lequel il se tient depuis son arrivée, contradiction entre son vœu profond de se libérer et le théâtre public de la coalition qu’il s’inflige, contradiction entre lui et sa base qui communie avec une majorité des Congolais…

  10. Chers Compatriotes,
    je viens de parcourir des réactions concernant cet événement (terme de Mayoyo Bitumba T.T.). Je partage partiellement ses observations. Mais là où je deviens un peu plus curieux c’est lorsqu’il affirme ce qui suit : « Avec un peu d’imagination et d’intelligence, quelqu’un d’autre à sa place aurait déjà réussi à conclure des alliances avec le camp occidental pour neutraliser le despote Kabila ». MBTT est-il informé de cette démarche possible chez quelqu’un d’autre ? De qui s’agit-il ? Ce quelqu’un d’autre ? Il n’y a pas d’arguments contre les faits. Ce que nous savons, c’est ce que F.A. Tshisekedi a dit et fait jusque là. Mais lorsqu’il s’engage à énoncer encore certaines intentions, la seule prudence exige que l’on se taise concernant la suite des événements. Je demande à MBTT de nous informer aussi sur ce quelqu’un d’autre qui aurait déjà signé des accords avec les occidentaux (?), quelles occidentaux ? (Accords à quelles conditions ? ). Les Occidentaux signeraient des accords avec FATSHI pour renverser J. Kabila de son piédestal de Kingakati pour les beaux yeux des Congolais ? MBTT pourrait nous éclairer sur cela, car, en tant que Mbulamatari International, il serait mis sûrement au courant de plusieurs scenari possibles avec quelqu’un d’autre et qui ne seraient pas possibles avec FATSHI vu que Fatshi danse, la valse d’un pas en avant et deux pas en arrière. « Tant que Kabila est là, l’échec de Tshisekedi ne fait l’ombre d’aucun doute »(?). Une affirmation qui ne demande pas une intelligence exceptionnelle pour pouvoir l’énoncer. « Déjà, son langage ordurier vis-à-vis des Congolais qui pourfendent l’immobilisme ambiant trahit cet échec ». Langage ordurier ? Qu’est-ce que ce ? Je pense que MBTT nous en donnera une définition plus précise pour que je comprenne ce qu’il veut dire.
    « Quand par exemple un président de la république prend la parole pour traiter ses opposants de « ndoki » et les combattants, ce qu’il a été lui-même hier, de « combataba », cela dévalorise la fonction même de président de la république et démontre que le fils du « sphinx » n’est pas à la hauteur de la tâche ». Ceci n’est pas une découverte. Une observation simple du parcours de FATSHI ne pouvait pas présager un seul instant de son avènement en tant que président de la République. Beaucoup de personnes en ont parlé dès l’annonce des résultats de ces élections là. Mais comment en est-il arrivé là ? Il existe des réponses de facilité. Y a-t-il eu seulement ce qui est dit dans la rue ? Accords ou pactes… »Et c’est bien regrettable pour notre peuple qui souffre d’un long martyre ». Quelqu’un a dit : « un peuple incapable de se tenir debout pour prendre en mains son destin, n’a pas le droit de se plaindre ». Nous sommes d’accord sur un fait: « le pays ne va pas bien, même pas mieux qu’avant, avec la présidence de Tshisekedi ». Que faire ? Une révolution. Comment ? Ici, plusieurs éléments doivent être pris en compte pour en arriver à une révolution qui implique notre peuple. Que Dieu nous vienne en aide.;

Comments are closed.