Glencore: Reconnaitre la corruption implique réparation des préjudices causés

Read Time:1 Minute

COMMUNIQUE IRDH/2022/05/002

Lubumbashi, le 27 mai 2022. En date du 24 mai dernier, le Département (Ministère) de la Justice des Etats Unis d’Amérique (USA) a publié un communiqué de presse informant la communauté internationale que le Groupe Glencore International, une multinationale basée en Suisse, avait plaidé coupable de corruption et sollicite un arrangement à l’amiable, contre un paiement de plus 1,1 milliards de dollars américains au Trésor américains.

L’IRDH estime que Glencore, associé à l’homme d’affaires Dan Gertler, devrait réparer les préjudices causés par les faits de corruption qu’elle vient d’avouer aux Etats. Si elle accepte des transactions, afin de mettre fin aux poursuites pour corruption et blanchiment d’argent aux USA, Royaume Uni et le Brésil, elle a le devoir de révéler l’offre faite à la République démocratique du Congo (RDC), correspondant aux dommages et intérêts au profit de l’Etat et des communautés locales victimes de son comportement répréhensible.

En effet, active en RDC depuis 2008, à travers les sociétés Mutanda Mining SARL (MUMI), et Kamoto Copper Company (KCC), Glencore avait obtenu des mines de cuivre et de cobalt ainsi que des installations métallurgiques intégrées. Elle exploite l’une des plus grandes réserves de cuivre au monde dont le sous-produit, le cobalt, est en croissante demande, en raison de son utilisation dans les batteries pour véhicules électriques ou appareils électroniques portables.

Glencore a révélé aux autorités judiciaires américaines qu’elle avait payé la somme traçable de 27,5 millions de dollars américains aux autorités congolaises, au détriment de la société minière étatique, la Générale des Carrières et des Mines (Gécamines). Elle a le devoir de révéler la hauteur des sommes versées à l’Etat et aux communautés locales congolais.


INSTITUT DE RECHERCHE EN DROITS HUMAINS Lubumbashi – @IRDH_officiel;
@tshiswaka5

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

3 thoughts on “Glencore: Reconnaitre la corruption implique réparation des préjudices causés

  1. Les  » frappeurs  » de la présidence se frottent les mains….
    Fatshi bee…
    Tofingi mutu ?

  2. Les Multinationales et Impérialistes (COMMANDITAIRES) chapeautent l’Empire Hima Banyarwanda (SOUS-TRAITANTS) qui colonisent les Politichiens Collabos RDCIENS (EXÉCUTANTS) ! Le KONGO-ZAÏRE aussi a son COFFRE FORT du genre DONBASS (Kivu et Katanga) comme l’Ukraine a le sien (Louhansk et Donetsk) rempli des minerais, richesses d’hydrocarbures et métaux rares, objet de discorde avec la Russie. La seule différence est que l’Occident soutient les Ukrainiens contre les Russes pour préserver ses richesses tant convoitées dans le DONBASS mais pillent celles de la RDC occupée dans Kivu et le Katanga en lui faisant la guerre par procuration de manière subtile et diabolique. Ce nouveau narratif
    politiquement correct appelé par les RICAINS « ARSENAL DE LA DÉMOCRATIE » ou « GUERRE PAR PROCURATION » risque de s’éterniser et de s’étendre à travers toute l’Afrique Subsaharienne bourrée des richesses minières. Glencore, Areva, Elf Total, Georges Forrest, Banro Corporation, DiamondCore, El Nino Ventures Inc, First Quantum Minerals, ICS Cooper Systems, Lundin Mining et Anvil Mining sont des MULTINATIONALES qui entretiennent la GUERRE des minerais du sang en RDC occupée par les Banyarwanda depuis 1997-2001 jusqu’à ce jour. RÉVEILLONS-NOUS. INGETA

  3. Les populations congolaises riveraines des mines vivent comme à l’âge de la pierre taillée. Les miettes versées par les étrangers tombent dans les poches trouées des dirigeants locaux et nationaux corrompus jusqu’à la moelle épinière.
    Ce sont les yankee qui sont choqués. Pas les congolais eux-mêmes. Plus préoccupés par la prière, la bière, la musique et les débats politiques creux à l’infini que leurs conditions de vie exécrables

Comments are closed.

Previous post La Banque mondiale prévoit des fonds pour faire face à la crise alimentaire mondiale
Next post Nord-Kivu: Congo-Kin/Rwanda, demain la guerre?