« Joseph Kabila »: Quid de ses réalisations après trois années de pouvoir (2001-2004)?

Read Time:9 Minute

Le 24 janvier 2022, Felix Tshisekedi a totalisé trois ans ou 36 mois à la tête de l’Etat congolais dont 23 mois de « cohabitation » avec le Fcc (Front commun pour le Congo) de l’ex-président « Joseph Kabila ». A l’occasion de cette « commémoration », des médias proches de l’ex-raïs se sont livrés à une « surenchère de cotation »: « échec patent », « je lui donne 1 sur 10 », « déception », « bilan désastreux », « baisse du pouvoir d’achat », etc. Il faut être parfaitement de mauvaise foi pour nier que « Fatshi » et son équipe ont commis des erreurs en omettant de cibler des priorités ayant un impact direct sur la population: eau courante, électricité, soins de santé, pouvoir d’achat, mobilité, infrastructures. Il faut être également de mauvaise foi pour ne pas constater la dureté du jugement fait à Felix Tshisekedi. Comparons des choses comparables. Quid des réalisations accomplies par « Joseph Kabila » au cours du même laps de temps soit de 2001 à 2004? Il faut vraiment chercher. Trônant au sommet d’un régime répressif, « Kabila » n’a suscité aucune réprobation au sein de l’opinion. Et si « l’ambiance libérale » était la première « réalisation » à mettre à l’actif de Felix Tshisekedi? Un peu d’histoire.

La guerre civile rwandaise. Le 1er octobre 1990, des « hommes en uniforme » de l’armée ougandaise, dits « Inkontanyi », attaquent le territoire rwandais. En application du 1er alinéa de l’article 2 de la Convention portant création de la CEPGL (Communauté des pays des Grands Lacs) signée le 20 septembre 1976 par les présidents Michel Micombero (Burundi), Juvénal Habyarimana (Rwanda) et Mobutu Sese Seko qui enverra un bataillon des « forces spéciales » (Service d’action et de renseignements militaires – SARM) prêter main forte aux forces armées rwandaises (FAR). La troupe était commandée par le général Donatien Mahele Lieko, alias « Tigre ». Les assaillants furent mis en déroute.

La disposition précitée stipule: « La Communauté a pour objectifs d’assurer d’abord et avant tout, la sécurité des Etats et de leurs populations de façon qu’aucun élément ne vienne troubler l’ordre et la tranquillité sur leurs frontières respectives ». Cette intervention de l’armée zaïroise restera imbuvable pour les « Inkontanyi » et leur parrain Yoweri Museveni. Pour eux, le Zaïre de Mobutu a un « parti pris » pour les Hutu.

La mort de Juvénal Habyarimana. En dépit de la signature d’un accord de paix en vue du partage de pouvoir entre Hutu et Tutsi, le 6 avril 1994, le chef de l’Etat rwandais meurt dans la destruction en vol de l’avion qui le transportait. Des observateurs considèrent cet attentat comme « l’acte déclencheur » de la guerre civile rwandaise. Au mois de juin, les anciens dignitaires, civils et militaires, du régime Hutu de Juvénal Habyarimana se réfugient dans les deux provinces du Kivu. Et ce sur insistance du secrétaire général des Nations Unies de l’époque, Pierre Boutros-Boutros Ghali. En application de la Convention de Genève sur les réfugiés imposant l’installation de ces derniers à plus ou moins 100 kilomètres des frontières de leur pays d’origine, le gouvernement dirigé par Léon Kengo wa Dondo propose au secrétaire général de l’ONU trois sites: Irebu (Equateur), Kongolo (Katanga) et Lokandu (Maniema). Boutros Ghali s’y oppose. Motif: « C’est trop cher! »

Le FPR au pouvoir. En juillet1994, le Front patriotique rwandais (FPR), à sa tête le général Paul Kagame, prend le pouvoir à Kigali. Au fil du temps, le nouveau pouvoir rwandais va dénoncer, à maintes reprises, des incursions sur son territoire. Au mois de septembre 1996, des miliciens tutsis opèrent des raids dans ces camps. Des éléments des forces armées zaïroises sont chargés de rétablir l’ordre. Après l’arrestation de quelques jeunes miliciens tutsis dans le Sud-Kivu, le vice-gouverneur Lwabanji Ngabo ordonne aux membres de cette communauté de quitter le Zaïre.

Les « Banyamulenge ». A partir du mois de septembre 1996, on assiste à l’émergence d’une « tribu » inconnue jusque-là dénommée « Banyamulenge ». Des miliciens appartenant à cette « communauté » clament avoir pris les armes pour reconquérir leur « citoyenneté zaïroise ». Dans plusieurs déclarations, les nouveaux maîtres du Rwanda annoncent leur résolution « d’apporter assistance aux Banyamulenge qui réclament leurs terres ».

De gauche à droite: le colonel James Kabarebe, « Joseph Kabila » et John Numbi

AFDL. En ce mois de septembre 1996, le Zaïre de Mobutu est un Etat exsangue. Vivant de la « charité internationale », le pays est subitement privé de « l’aide internationale », six années auparavant. Les « pays amis » ont décidé de « punir » le Maréchal. Motif: le « massacre » des étudiants de l’université de Lubumbashi. Des éléments de la garde présidentielle sont accusés d’avoir trucidé des étudiants. Ces prétendues « tueries massives » n’ont jamais été élucidées à ce jour. Et ce faute de cadavres. En septembre de cette même année, le président Mobutu, souffrant du cancer de prostate, est hospitalisé en Suisse depuis un mois. Fin octobre, les fameux « Banyamulenge » se dotent d’une organisation. Nom: « Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre » (AFDL).

En réalité, ce mouvement est une trouvaille du président Yoweri Museveni et de son « filleul » Paul Kagame. Pour dissimuler l’agression du territoire zaïrois, les deux dirigeants ont eu besoin de marionnette pour servir de « caution ». Militant lumumbiste, André Kisase Ngandu apparaît à Goma comme le chef militaire des « Banyamulenge ». Fin octobre, Laurent-Désiré Kabila prend la tête de l’organisation en tant que « spokesman ».

Dans un documentaire intitulé « L’Afrique en morceaux », réalisé par l’Egyptienne Jihan El Tahri, Museveni se vante d’avoir introduit LD Kabila chez Kagame, alors vice-président et ministre de la Défense du Rwanda. « C’est mon secrétaire particulier Innocent Bisangwa qui l’avait conduit à Kigali », déclarait-il. En janvier 1997, Kisase est évincé. On ne reverra plus. C’est à partir de ce moment qu’un certain colonel James [Kabarebe] fait son apparition en tant que commandant des troupes de l’Armée patriotique rwandaise déployées au Zaïre. Selon divers témoignages, Kabarebe était accompagné de son aide de camp ou chauffeur qui se nommerait « commandant Hyppolite ».

Joseph Qui? Au mois de mars 1997, la ville de Kisangani tombe entre les mains des troupes rwandaises commandées par Kabarebe. C’est à partir de ce moment que les Zaïrois entendront parler de l’existence d’un « fils Kabila » prénommé « Joseph ». A Kisangani, l’homme s’appelait « commandant Hyppo ». Le 17 mai 1997, les troupes de Kabarebe font leur entrée à Kinshasa. « Joseph ne pipait pas un mot de français », disent ceux qui l’avaient côtoyé. L’homme est promu notamment chef d’état-major de la force terrestre. Médecin-colonel en retraite, Luc Mayolo l’a bien connu. Il était l’assistant du général-major « Joseph » en qualité de chef adjoint du service médical de l’armée. Il décrit l’homme: « Le 15 mai 1997, j’arrive à Lubumbashi. C’est lendemain que je rencontre le président LD Kabila qui me dit: un avion t’attend à l’aéroport de la Luano. Tu vas aller à Kikwit. Là-bas, tu vas rencontrer les commandants Joseph, Masasu et César ». Il poursuit: « C’est là que j’ai vu, pour la première fois, ‘Joseph K’. Un homme toujours silencieux. Nous avons formé un convoi. Destination: Camp Tshatshi. Objectif: constater la reddition de la Division spéciale présidentielle ». A en croire Mayolo, « Joseph » était l’adjoint de Kabarebe. Il le décrit comme un « homme énigmatique. Un homme qui ne se dévoile pas. Il se cache derrière un épais secret. Un homme qui n’a pas d’amis ». D’après Mayolo, « Joseph » donnait l’impression d’une personne qui avait « quelque chose à dissimuler ».

Rupture. Le 17 mai 1997, le Zaïre est rebaptisé RD Congo. Fin juillet 1998, le président LD Kabila rompt la « coopération militaire » avec l’Ouganda et le Rwanda, ses ex-parrains. Une nouvelle « rébellion » voit le jour début août. C’est la guerre! Au mois de décembre 2000, la localité de Pweto est occupée par les troupes de l’APR. LD Kabila est fou furieux! Chef d’état-major des forces terrestres, « Joseph » est mis en résidence surveillée. A en croire le lieutenant Georges Mirindi, ancien membre de la garde rapprochée de Mzee Kabila, celui-ci avait donné l’ordre de faire fusiller « son fils » pour « haute trahison ». Selon Mayolo, c’est Augustin Katumba, alors gouverneur du Katanga, qui lui sauvera la vie. Le 28 décembre 2000, LD Kabila annonce, devant les officiers à Lubumbashi, « sa volonté d’épurer l’armée de ses généraux incompétents ».

Kabila est mort, vive « Kabila »! Le 16 janvier 2001, Mzee Kabila est mort dans des circonstances non-élucidées à ce jour. Le 17 janvier 2001, Mayolo dit avoir appris avec stupeur que le général-major « Joseph Kabila » est désigné à la tête de l’Etat. J’ai téléphoné aussitôt à ma femme: « Anne, le pays est foutu! Joseph Kabila président? Ce sera la foire. On va assister à la désagrégation de l’Etat. C’est un homme incapable de prendre la moindre décision. Les plus malins décideront en ses lieu et place. Si une décision va dans le sens de ses intérêts, il l’entérinera ».

Bilan des trois ans (2001-2004). Arrivé au pouvoir trois mois après le lancement, par l’Assemblée Générale des Nations Unies, des Objectifs du Millénaire pour le Développement, « Joseph Kabila » aurait pu s’octroyer une certaine « légitimité populaire » en mettant en œuvre certains de ces objectifs. C’est le cas notamment de: réduction de l’extrême pauvreté et de la faim; assurer l’éducation primaire pour tous; combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies. Dans un rapport publié par l’UNICEF, le Congo-Kinshasa comptait, en 2016, 18 millions d’adultes qui ne savent ni lire ni écrire.

Dans son discours d’investiture prononcé le 26 janvier 2001, « Kabila » prend plusieurs « engagements » dont celui de « faire toute la lumière » sur les circonstances exactes de la mort du président LD Kabila. La promesse n’a jamais été tenue. Autres engagements: instauration de la paix et de la consolidation de la communion nationale; améliorer, par le travail, les conditions de vie de nos concitoyens et de pourvoir à une éducation et à des soins de santé qualitatifs; normalisation de la vie démocratique; promouvoir la sécurité juridique et judiciaire.

En décembre 2002, la communauté internationale organise le dialogue inter-congolais à Sun City. En juin 2003, le gouvernement de Kinshasa, le RCD-Goma, le MLC, le RCD/KML et le RCD-National forment le gouvernement de transition dit « 1+4 ». L’opposition politique en fait également partie.

Dès l’entrée en fonction de cet exécutif, le Congo-Kinshasa est devenu un pays « assisté » par la communauté internationale. Une structure d’encadrement dite « CIAT » (Comité international d’accompagnement de la transition). Dans un entretien avec l’AFP le 9 juillet 2003, « Joseph Kabila » d’exulter: « Sur le plan politique, je peux dire que j’ai réussi à 98%. Avec la réunification du territoire et le gouvernement d’unité nationale, on devrait améliorer sensiblement le bilan social ». Vous avez compris, les réalisations de « Joseph Kabila » durant les trois premières années de son pouvoir sont impalpables. L’homme n’a jamais eu un grand dessein pour le Congo-Kinshasa auquel il n’a aucune attache. En visite à Kinshasa le 19 octobre 2003, Karel De Gucht, alors ministre belge des Affaires étrangères, est sorti désabusé de ses entretiens avec « Joseph Kabila »: « J’ai rencontré au Congo peu de responsables politiques qui m’ont laissé une impression convaincante. Je n’ai pas rencontré des hommes d’Etat. On ne sait pas qui gouverne », disait-il. A l’époque, le tout Kinshasa laissait entendre que c’est Augustin Katumba Mwanke qui exerçait le pouvoir effectif. L’avenir finira par démontrer que « Kabila » n’avait ni projet ni programme. Ni en 2001 ni en 2006. C’est après les deux tours de l’élection présidentielle de 2006 qu’il lancera les « Cinq chantiers du chef de l’Etat ». C’était en novembre 2006.

Les trois premières années de pouvoir de Felix Tshisekedi ne sont ni meilleures ni pires que celles de « Joseph Kabila ». Pourquoi ce « procès »? Ne devrait-on pas accorder un « léger avantage » à l’actuel chef de l’Etat pour l’ambiance plutôt libérale qu’il su imprimer dans le pays?


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

30 thoughts on “« Joseph Kabila »: Quid de ses réalisations après trois années de pouvoir (2001-2004)?

  1. Cher Bongos,
    Savez-vous pourquoi les experts du groupe de la banque mondiale ont suspendu la parution du classement de « doing business »?
    Vos premisses sont faussées dès le départ parce qu’en interne, les experts du groupe de la banque mondiale avaient indiqué des irrégularités dans la méthodologie usitée en vue de l’élaboration des indicateurs contestés.
    A cet effet, votre frère est mieux placé pour vous expliquer les raisons de la démission du professeur Joseph Stieglitz alors économiste en chef de la Banque mondiale en 2000. Il est également mieux placé pour vous éclairer sur le fait que les modèles de prévisions ou d’explication des variables économétriques comportent toujours des biais erratiques à minimiser. (Multicolinéarité, autocorelation des erreurs et hétéroscedasticité ).
    Les anglo-saxons en profitent souvent pour faire du marketing en faveur ou en défaveur (demarketing).
    Na esprit ya bien de père et de mère.

    1. @Armand
      Je sais très bien pourquoi on a arrêté la parution de Doing business. Je pourrais même vous donner le nom de la personne qui était à la manette du groupe qui est arrivé à cette recommandation. Je n’ai pas besoin de vos explications. Je vous suggère plutôt de réserver vos connaissances aux économistes du Château Kasai. Ils en ont besoin. C’est mon avis.
      Ceci dit, je constate que vous ne répondez pas à mes questions, pourtant simples, très simples.
      Bla bla bla bla….
      Na esprit ya bien de père et de mère.

      1. @Bongos,
        On doit être humble quand on est pas du domaine. Cette technique de maquillage des chiffres et indicateurs date des années 1981-1999. Joseph Stieglitz démissionna en 2000. Il ne voulait pas en effet cautionner l’opacité de certains technocrates. De nombreux pays y ont recouru pour redorer l’image de leur gouvernance sur la scène internationale.Vous ne devriez donc pas vous appuyer sur les faussetés de « doing business » pour me poser des questions fondées sur des indicateurs mensongers et nuls. « Ata yo moko ». Na fingi té. Na esprit ya bien.

  2. Bonne nouvelle pour notre pays que beaucoup nous découvrons avec bonheur de bonne foi : ‘la stabilité du cadre macroéconomique a permis à notre pays de bénéficier l’apport du FMI et de la banque mondiale avec le programme de facilité élargie de crédit et une meilleure mobilisation des recette internes crédibilise l’action du gouvernement en place , ainsi NOTRE PAYS EN ATTIRE DES INVESTISSEURS’. QUESTION INNOCENTE AUX COMMUNICATEURS DE L’UNION SACRÉE QUI N’ARRÊTENT DE RESSASSER CET EXPLOIT, AUX ÉCONOMISTES TOUS VENANT CONGOLAIS ET ÉTRANGERS : QUELS SONT CES INVESTISSEURS ET CES INVESTISSEMENTS IMPORTANTS DONT NOUS AVONS BÉNÉFICIÉ ? UN BON CONNAISSEUR EN LA MATIÈRE PEUT-IL NOUS LES CITER ICI AU-DELÀ DE BONNES PROMESSES ? MERCI !

    1. Cher Nono ,
      Techniquement, la réponse à votre questionnement s’inscrit dans la perspective d’une comptabilité nationale certifiée conforme par le FMI et la B.I.R.D en leurs qualités d’auditeurs de nos comptes nationaux. Les statistiques sur les investissements y afférents sont agrégées en investissements publics et privés (étrangers et domestiques).
      Dans ce sens , l’augmentation du taux de croissance du PIB traduirait implicitement l’augmentation des investissements (et donc la création d’emploi qualifiés et des revenus ) selon les optiques de production (Valeur ajoutée) et de dépenses (Investissements). Malheureusement, en 2020, du fait de la pandémie,le taux de croissance faible de 1.7 % ne pouvait traduire une augmentation des investissements publics , privés étrangers et domestiques créateurs d’emplois qualifiés.
      En 2021, le taux de croissance de 6%( dans l’attente de la publication du rapport B.C.C) traduit bien une augmentation des investissements créateurs d’emplois plus qualifiés à l’exclusion malheureusement d’emplois très peu qualifiés. Notons que le FMI et la Banque mondiale tablant d’ici à l’horizon 2030 sur un taux de croissance économique stable de 7%, la main d’œuvre congolaise la plus abondante serait davantage éjectée parce qu’elle resterait moins qualifiée dans un monde globalisé.
      Pour y faire face, le gouvernement devrait orienter les investissements dans le domaine de l’éducation , de la santé, des infrastructures rurales, routière et sécuritaires pour répondre aux défis de l’emploi dans un monde ouvert à la compétitivité professionnelle. C’est un travail de longue durée étant entendu l’état de sinistre caractéristique de la « socio-économique » congolaise depuis les années des dictatures. Le bilan n’étant donc pas négatif , il est à encourager.

Comments are closed.

Previous post FLASH – Présidentielle 2022: Macron réélu!
Next post Blanchiment des minerais: Apple, Intel, Samsung, Nokia, Motorola et Tesla impliquées à l’Est de la RDC