Kagame et nous: La défiance permanente!

Read Time:6 Minute

Dans un communiqué daté du 10 juin 2022, les FARDC accusent l’armée rwandaise (RDF) d’avoir tiré une dizaine d’obus, sur le territoire congolais particulièrement sur les localités de Biruma et Kabaya, dans le Groupement de Kisigari, Chefferie Bwisha, dans le Territoire de Rutshuru. Bilan: deux écoliers âgés respectivement de 6 et 7 ans ont été tués. Il s’agit de Jérémie Nziuvira et Ishaka Mapenzi. Un troisième écolier blessé n’a pas encore été identifié.

Le Rwanda de Kagame continue à nier l’évidence du soutien au M23. Sans rire, le M23/RDF a, dans un communiqué, inversé l’histoire en imputant aux FARDC l’attaque précitée. Sans omettre le bilan tragique. De la pure désinformation.

Depuis le mois de juillet 1994, les Congolais connaissent l’acteur et le système. Le même mensonge tissé de fil blanc était débité de 2004 à 2008 à l’époque où le CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) de Laurent Nkunda faisait le même « job » pour le satrape de Kigali.

Il faut refuser de regarder pour ne pas voir que Kinshasa et Kigali se rapprochent dangereusement de la ligne rouge dont la traversée conduirait vers la « logique de guerre totale ». Qui prendra l’immense responsabilité de dégainer le premier?

Une certitude: la grande majorité de l’opinion congolaise est vent debout. Elle estime que l’heure a sonné pour laver l’affront. Le moment est venu pour redorer l’honneur national ruiné par le régime AFDL et ses « avatars ».

Anciens territoires administrés par le pouvoir colonial belge, le Congo-Kinshasa, le Rwanda (et le Burundi) ont entretenu les relations les plus cordiales de 1960 à 1994. Une seule « tâche noire »: l’affaire des mercenaires de Jean Schramme durant la seconde moitié des années 60.

Pour « renforcer les liens de paix et d’amitié qui unissent traditionnellement les peuples des trois pays », les présidents Juvénal Habyarimana (Rwanda), Michel Micombero (Burundi) et Mobutu Sese Seko (Zaïre) ont signé, le 20 septembre 1976, à Gisenyi (Rwanda), un « Traité d’amitié et de coopération » créant la CEPGL (Communauté économique des pays de grands lacs).

Dans les articles 1er et 6, les trois pays disent fonder cette union « de par leur passé commun » et s’engagent « à régler, par des moyens pacifiques et dans un esprit de fraternité, tout différend de quelque nature que ce soit qui pourrait surgir (…)« . Dans l’article 2, les parties décident « de tout mettre en œuvre pour que la sécurité totale règne à leurs frontières mutuelles ».

Le 9 novembre 1989, la terre entière assiste à la chute du Mur de Berlin. Celle-ci est suivie par l’implosion du Bloc soviétique. C’est la fin de la Guerre froide. Pour l’Occident, il n’y aura plus de salut en dehors des « valeurs cardinales » que sont la démocratie et le respect des droits de l’Homme. La diplomatie belge des années 90 est dirigée par des « analphabètes » des réalités africaines. Cette diplomatie s’est engouffrée sans discernement dans la « brèche démocratique » à la mode. Les conséquences sont terribles tant au Burundi, au Rwanda qu’au Congo-Kin.

Au Zaïre, le pays est plongé dans une crise socio-politique sans précédent. Et ce suite à trois événements. D’abord, le discours présidentiel du 24 avril 1990 annonçant le lancement du processus de démocratisation. Ensuite, le bras de fer Mobutu-Tshisekedi. Enfin, la fameuse affaire dite du « massacre des étudiants du campus de Lubumbashi » en mai 1990. La Garde présidentielle (DSP) est accusée d’avoir tué des étudiants. Un « massacre » qui va se révéler imaginaire.

N’empêche, cette affaire marque le point de départ de la descente aux enfers de l’Etat zaïro-congolais. Un Etat devenu atone suite notamment à la suspension de la coopération occidentale.

Le 1er octobre 1990, le Rwanda de Juvénal Habyarimana est attaqué par des prétendus « déserteurs » de l’armée ougandaise (UPDF). Mobutu se porte au secours du pays voisin en envoyant un bataillon des forces spéciales. Le commandement est confié au général Donatien Mahele Lieko. La suite est connue.

On peut gager que cette intervention de l’armée zaïroise n’a jamais été digérée tant par l’Ougandais Yoweri Museveni que son « filleul » Paul Kagame. Pour eux, le Zaïre constitue une menace.

Le 6 avril 1994, l’aéronef transportant le président Juvénal Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira est détruit en vol par un missile. Aucun survivant. Tous les doigts accusateurs sont pointés vers le FPR. Le Rwanda est mis à feu et à sang. C’est au mois de juillet 1994 que le Front Patriotique Rwandais finit par s’emparer du pouvoir au bout de trois mois.

L’avènement des ex-rebelles du FPR au pouvoir a pourri le climat de bon voisinage qui a prévalu durant trois décennies entre les pays membres de la CEPGL. Les peuples congolais, burundais et rwandais se regardent désormais en chiens de faïence. Quel gâchis!

En Mai 1995, des religieux allemands organisent, à Bad Kreuznach, une rencontre tripartite Mobutu-Museveni-Kagame. Et ce suite, aux rumeurs de déstabilisation dans la région des Grands lacs. Un absent: Paul Kagame.

Le nouveau maître de Kigali inaugure à l’égard du Zaïre une politique de « défiance permanente » qui a connu son « couronnement » le 7 avril 1996 avec l’arraisonnement d’un aéronef de la compagnie aérienne « Air Zaïre ». C’était à Cyangungu. L’avion est suspecté de transporter des armes et des munitions pour les ex-Forces armées du Rwanda.

Fin octobre de cette même année, l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) voit le jour. Le vétéran Laurent-Désiré Kabila y joue le rôle de « caution » pour ne pas dire marionnette. La suite est connue avec la rupture entre Mzee et ses ex-parrains. Le 16 janvier 2001, ce dernier meurt dans des conditions non-élucidées à ce jour.

Contrairement à Museveni qui rêvait de promouvoir les échanges économiques entre l’Ouganda et l’ex-Province Orientale, Kagame, lui, entendait transformer l’ex-Zaïre en une « sous-colonie ». Un Etat vassal dirigé par des prétendus « Tutsis congolais » dits « Banyamulenge ». C’est la mission qui fut confiée à l’ « OVNI politique » nommé « Joseph Kabila ». Un imposteur dont le rôle consistait à maintenir le Congo-Kinshasa à genoux.

Le CNDP et le M23 furent créés respectivement en 2004 et 2012 par l’autocrate de Kigali. Objectif: infiltrer des agents rwandais dans les grands corps de l’Etat congolais.

« Kabila » n’a jamais gagné une élection présidentielle. En 2006 et 2011, les observateurs électoraux tant nationaux qu’étrangers jurent la main sur le cœur que le Président sortant fut battu respectivement par Jean-Pierre Bemba Gombo et Etienne Tshisekedi wa Mulumba. L’homme a déployé des artifices (Concertations nationales, dialogue politique) pour pérenniser son pouvoir avec la complicité de quelques politiciens « ripoux ».

Aux termes d’élections chaotiques du 30 décembre 2018, Felix Tshisekedi Tshilombo est investi à la tête de l’Etat. C’était le 24 janvier 2019. Kagame – qui utilise les ex-FAR et les FDLR comme un fonds de commerce pour perpétuer le pillage des ressources du Congo – entendait, sans doute, se servir de « Fatshi » comme « continuateur » de la mission confiée jadis à « Joseph Kabila ». Le président Paul Kagame risque de se tromper d’époque.

Contrairement au Rwanda où le chef de l’Etat concentre tous les pouvoirs entre ses mains et peut clamer « l’Etat, c’est moi », ce n’est nullement le cas au Congo-Kinshasa. Ce pays a une Histoire. Cette Histoire est jalonnée des luttes pour la liberté d’expression, la démocratie et le respect des droits de l’Homme. Bien que balbutiante, la démocratie congolaise est une réalité. Une réalité renforcée chaque jour par une société civile dynamique ainsi qu’une opinion publique plus que jamais décidée à croiser le fer avec cette « défiance permanente » en provenance de Kigali. A bon entendeur!


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

25 thoughts on “Kagame et nous: La défiance permanente!

  1. Mon vrai frere Amba. Vous dites bien que l’armee congolaise accuse le rwanda d’avoir tire des obus sur son territoire. Quelle ligne rouge attendez vous encore? Nous sommes deja en guerre monsieur, ne soyons pas distraits, ces obus ont enleve la vie a nos enfants. Vous vous demandez qui prendra l’immense responsabilite de degainer le premier comme si les temoignage des soldats congolais ne vous disent rien. Les kivutiens ne devraient pas esperer une quelconque protection d’un pouvoir illegitime de kinshasa, un conglomerat de jouisseurs qui ne seront jamais elus dans notre pays. Que Tsholombo et les siens sachent que des millions des dollars voles par eux seront recuperes par l’Etat congolais tot ou tard. Que Dieu protege ma terre du grand kivu.

  2. Nos vaillants soldats se font ridiculiser et humilier par des politiques jouisseurs, minables, médiocres qui dansent Fatshi Béton à Kinshasa pendant que le Kivu brûle et que nos frères meurent chaque jour.
    N’y a-t-il pas des kivutiens dans l’armée ? Y en a pas un seul courageux pour neutraliser cette classe politique kinoise de merde et régler ce problème rwandais ?
    Mais oyo mboka ya ndenge nini ?
    Mama Gisèle talela biso likambo oyo !

    1. @ Jo Bongos. Otez-moi d’un doute cher Monsieur Jo Bongos. Etes-vous serieusemenet en train d’encourager des soldats kivutiens a faire un coup d’etat militaire a Fatshi pendant que les RDF pillonent les positions de FARDC au Kivu? C’est tout ce qui manque pour ‘regler ce probleme rwandais’? Un coup d’Etat pour se debarasser des ‘politiques jouisseurs, mediocres, et minables’ qui entourent Fatshi? C’est ca votre patriotisme? Allons! Vous pouvez faire mieux que ca! Meme frere MAFA n’encouragerait pas une telle ‘solution’! au probleme de l’insecurite au Kivu et en Ituri.
      Kabola buanya, bobangi te!
      Binsonji E Madilu.

      1. De l’intoxication fanatique encore et toujours : le patriotisme serait d’être un béni oui oui face au pouvoir en face. En effet je n’ai lu personne ici derrière le Rwanda qui tue les nôtres. Les plus lucides et responsables se posent des questions sur comment nos vaillants soldats peuvent être mieux motivés et équipés par nos autorités pour mieux faire leur job et pourquoi pas prendre leur courage à deux mains pour nous débarrasser des dirigeants jouisseurs incompétents, – une voie comme une autre pour résoudre enfin cette équation qui s’éternise…

      2. @Bisonji E Madilu
        J’encourage quiconque aime le Congo à se mobiliser pour régler le cas rwandais et je pense que les responsables de cette tragédie se cachent à Kinshasa. Ils doivent quitter les groupes armés. Ce sont les mêmes qui dansent Fatshi Béton na béton…Ce sont des collabos.

  3. @ Voilà un édito qui vaut son pesant d’or même s’il répète ce qui a été déjà dit sur ce sujet et ne tire pas toutes les conséquences de massacres récemment commis par les Rwandais sur notre sol : « Kagame et nous la défiance permanente »
    @ L’implosion du Bloc soviétique début 1990 a produit mondialement une ère de démocratie libérale et provoqué en Afrique centrale et dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’Afrique des Grands Lacs un agenda nouveau de restructuration géopolitique largement sous la férule et au bénéfice des puissances anglo-saxones. C’est alors au Rwanda cornaque par l’Ouganda, les Usa et alliés une révolution militaro-polique qui achoppa sur le génocide et vit la victoire du FPR avec Kagame.
    @ La suite fut l’invasion du Zaïre considéré alors comme une menace sécuritaire et politique, mais en fait pas que ; on le sait mieux aujourd’hui. Le Rwanda va y commettre un immense génocide et a faitdu Zaïre/Congo affaibli assez malignement et cyniquement le réservoir de ses besoins économiques. Lorsque ses fortunes diverses vont l’éloigner des circuits convenus, il usa des avatars successifs de son AFDL initiale, le RCD, le CNDP, le M23 tantôt en convoquant la présence de ses opposants les FDLR tantôt en niant son soutien pour infiltrer, déstabiliser et occuper durablement le Congo.
    @ Nous en sommes aujourd’hui, au bord de la ligne rouge vers une guerre totale, dit-on, mais que sont donc nos jeunes gents tués au Nord Kivu par les Rwandais ? L’essentiel serait de savoir si sommes équipés (géo)poliquement et militairement pour contrer la menace que représente le Rwanda pour nous.
    L’opinion congolaise déjà acquise à en finir avec le danger d’un Rwanda arrogant et menteur est davantage vent debout pour laver l’affront de l’honneur national perdu ? La seule diplomatie suffira-t-elle et comment, alors qu’elle n’a rien donné par le passé ou faut-il à tout prix affronter le Rwanda pour imposer un armistice efficient ? Qu’importe, l’initiative décisive appartient au pouvoir en place et non au Rwanda et non aux partenaires étrangers…

  4. Guerre larvée ou guerre tout court, tout est question d’appréciation. Il ne sert à rien de chipoter, l’évidence est que Kagame est frustré par le fait qu’il n’a plus accès facilement aux minerais qui lui permettaient de faire tourner ses usines de raffinage des coltans et d’or. Comme toujours, vous trouverez un congolais de service pour nier l’évidence, c’est le cas d’un certain Maindo Alphonse enseignant de son état pour nous expliquer que Kagame n’a aucune raison objective d’attaquer le Congo. Ceux qui sont obsédés par le niveau d’étude ou le nombre de diplômes se feront leur propre opinion devant les inepties proférées par ce pseudo Prof. en science politique et soit disant chercheur. Tout compte fait, le plus important, c’est d’avoir une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. Ce Sieur Maindo devrait avoir honte.

    1. Je n’ai pas tout appris des récents propos de notre Prof Maindo pour qu’on en fasse ici un modèle de science sans conscience qui défendrait Kagame plutôt que son pays. Je sais juste qu’il se montre parfois critique envers la gestion du pouvoir en place mais a-t-il vraiment dit que Kagame n’avait aucune raison objective d’attaquer le Congo pour approuver son invasion via le M23 ou au contraire pour souligner que ses raisons étaient politiques, politiciennes, hégémoniques et expansionnistes ? Si c’est le premier terme, pas le moindre equivoque, il est condamnable comme tout collabo avec ou sans diplômes. Je vais m’informer davantage.
      Est-il que je suis fatigué de ses donneurs de leçons à géométrie variable : jamais rien reprocher au pouvoir en place pour cacher leur suivisme fanatique et condamner sans façons tous ceux qui osent le critiquer. Si c’est cela la science avec conscience, désolé je n’en suis pas.
      Kagame n’est pas plus frustré aujourd’hui parce qu’on lui aurait coupé les robinets du Congo qui alimentent son budget, où le voyez-vous ? Kagame est toujours droit dans ses bottes de manipulateur tutélaire du Congo, son seul embarras est que son frère Tshisekedi contrairement à sa complaisance naïve et niaise d’avant a eu la lucidité et le courage d’enfin lui tenir un langage de vérité. Jusqu’où ? L’avenir proche va vite nous révéler si ce n’est pas un énième chantage vain et puéril…

    2. PS
      J’ai plus amples renseignements sur notre Prof Maindo de Kisangani dont la résidence privée a été perquisitionnee par les FARDC bien armés à la recherche des sujets rwandais qu’il aurait hébergés ; par ailleurs on le soupçonne gratuitement d’être de mèche avec les ADF. On n’y a bien sûr rien retrouvé de tel et Mr Maindo est aujourd’hui libre même s’il y’a eu des manifestatations populaires équivoques, malinformees ou manipulées. il est aussi question des propos tenus lors d’une conférence en marge du 22eme anniversaire de la ‘guerre de six jours’ et d’une tribune à l’occasion du 23eme anniversaire du massacre de Lemera. On parle également de sa ‘critique’ de la visite du roi belge. Des Services déboussolés par la riche activités du Professeur ? A noter que le Dr Mukwege a lancé un SOS pour sa sécurité aussitôt son état de siège connu.
      Qu’a-t-il dit et que dit-il ? Au passage rappelons que Maindo est connu pour son militantisme pour les droits humains et pour son jugement sévère de la gestion en cours du pays si tant est que la liberte d’opinions est bel et bien inscrite dans la loi et non pas jetée au bon vouloir des Services. Notre Prof denonce l’impunité accordée aux responsables de crimes commis a l’Est et à Kisangani dont beaucoup encore présents dans les allées du pouvoir et l’armée. Le sang des victimes crie justice et réparation (voir rapport Mapping). A propos du regain en cours des tensions entre le Congo et le Rwanda il dit clairement qu’il ne voyait pas l’intérêt pour le Rwanda de soutenir le M23 en ce moment, de manière objective, parce qu’il avait pu obtenir beaucoup plus de choses sans effusion de sang ces derniers temps, beaucoup d’accords ont été signés depuis l’arrivée de Tshisekedi. C’est son analyse d’universitaire mais où n’emarge aucune accointance avec le plan de Kagame ; n’accorde-t-elle pas au contraire au pouvoir en place une bouée de sauvetage où trouver des leviers tactiques afin de contrer le Rwanda de Kagame ?

  5. Cher BAW,
    Chaque jour qui passe nous assistons aux discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est improvisé lui-même porte-parole de son armée. Combien de fois avons-nous entendu Félix Tshilombo ou son rwandais de premier ministre faire des déclarations fustigeant les attaques de l’armée rwandaise ? Ce sont quelques courageux officiers de l’Armée qui prennent leur courage entre les deux mains pour dénoncer les attaques perpétrées sur le territoire national par la soldatesque de Kagame. À quoi donc Félix Tshilombo ?

  6. Merci cher Elombe pour ton argumentaire. En effet, en plein 21ème siècle, la guerre ne consiste plus qu’en des crépitements des balles ou en l’exhibition des biceps. La guerre en ce jour est tactiquement économique , diplomatique et psychologique. Et à ce jour , Monsieur Kagamé est non seulement échaudé mais déstabilisé par la destructuration de sa fonction de chef d’un Etat commissionnaire des firmes minières anglo-saxonnes. Ce sont les premiers effets stratégiques des administrations militaires renforcées à l’Est ainsi que des périples diplomatiques du chef de l’Etat Felix Tshisekedi à travers le monde (Vatican compris) . Les parties prenantes minières d’un Etat commissionnaire dénommé le « Rwanda » n’ont plus qu’un seul choix : renégocier équitablement avec le pouvoir en place au Congo. Les jours à venir seront riches en information et l’on oubliera (ou on nuancera par mauvaise foi ) les performances de la gouvernance actuelle comme en « 2020-2021 » durant la débâcle de la Kabilie. « So let’s wait and see. »

    1. « Kagame déstabilisé par la perte de sa fonction de chef d’un Etat commissionnaire des firmes minières anglo-saxonnes suite aux effets stratégiques des administrations militaires renforcées des Congolais ». Qu’Allah entende votre pieuse prière pour le pays et votre ode fidèle à notre PR ! Entre-temps je n’ai vu nulle part les contrats économiques signés entre Tshisekedi et Kagame supprimés ni même suspendus ; entre-temps des affrontements violents entre nos Fardc et le M23 ont repris de plus bel depuis hier.
      Sinon Sun Tzu, Clausewitz et autres l’ont déjà reconnu : la guerre n’est pas que militaire, elle est aussi diplomatique et psychologique ; si les multiples périples juteux de notre PR participent de la guerre contre le Rwanda, tant mieux. Est-il que Kagame n’a pas encore été acculé à négocier, il frappe quand il veut. La suite…

  7. @Nono. Quand on a un ennemi dans la maison, le patriotisme consiste d’abord a neutraliser l’ennemi et de le mettre hors d’etat de nuire. Quitte a regler des problemes personnels plus tard. Au fil de publications, vous demontrez de facon on ne plus clair que vous avez un probleme personnel avec Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. A travers vos prolifiques publications, vous prenez de plus en plus des compatriotes a temoin de la facon vous reglez son compte a Tshisekedi. Ceux qui sont toujours d’accord avec vous sont des patriotes. Ceux qui ne le sont pas toujours sont des fanatiques irreductibles, des inconditionnels, et des beni oui oui du pouvoir en place! Les questions qu’on doit se poser sont les suivantes: La RDC gagne quoi dans votre differend avec Tshisekedi? En quoi est-ce que ce differend change l’ordinaire du citoyen congolais? Vous me direz certainement que vous faites une critique citoyenne d’un pouvoir public, mais dans votre cas il ne s’agit meme pas d’une critique citoyenne: il s’agit bien d’autre chose, et tout le monde le comprends. En tout cas, Jo Bongos le comprend parfaitement! Peut-etre fait-il partie de votre eglise? Une critique citoyenne qui consiste a dresser au fil des publications une liste des defaillances de Tshisekedi n’est pas une critique citoyenne. N’importe quel congolais peut dresser sa liste des defaillances de Tshisekedi! Moi aussi j’ai la mienne! Et puis apres? Puisque nous sommes deja champions du monde du negatif, n’est-il temps que nous essayons le positif pour l’amour de notre pays? N’est-il pas temps, comme dirait Patrick Muyaya de ‘changer de narratif’? Bunangana vient de passe pour la enieme fois sous controle rwandais, que suggerez-vous pour en deloger les troupes rwandaises?
    Ecoutez! Supposons que vous etes president de la republique a la faveur d’un coup d’Etat militaire des officiers Kivutiens encourages par Jo Bongos, que fairiez vous a la place de Fatshi? Dites-nous ce que vous fairiez. Ne nous repetez pas ce que Fatshi ne fait pas! Nous le savons! Je vous mets au defi de partager avec vos compatriotes la solution que apporterez au drame congolais.
    Sans rancune!
    Binsonji E Madilu

    1. Svp, vous n’êtes pas sans savoir que l’ennemi rwandais est aussi accompagné de complices présents dans la maison, qui oubliés seraient plus nocifs pour le pays Eloignez-moi alors de vos spéculations inconsequentes sur un problème personnel avec Tshisekedi et de vos leçons sur le patriotisme. Il est notre Chef de l’État, cela suffit à me donner des raisons suffisantes et nécessaires de critiquer sa piètre gestion au sommet de l’État. Que serait en effet pour le bon sens républicain si tous les Congolais qui le trouvent incompetent le faisaient pour des problèmes personnels quid alors d’ailleurs de ceux qui l’adorent, on n’en finirait pas de spéculer.
      Il est clair que si pour vous son travail est une bouteille à moitié pleine, pour moi tout m’indique qu’elle est à 3/4 vide, j’ai eu plus d’une fois à souligner ici ces graves manquements pourquoi alors m’envoyer dans son espace privé comme si un Congolais n’avait pas le droit de juger son PR ? Désolé, foutaises rien que foutaises qui nous éloignent du regard citoyen, je n’ai donc pas besoin de régler un compte personnel avec lui…

  8. « Si vous voulez libérer une PATRIE, mettez dans votre main dix balles, neuf pour les traîtres de l’intérieur et une pour l’ennemi (RWANDA, OUGANDA et MULTINATIONALES). Car sans les traîtres de l’intérieur (Tshilombo-Pétain et la Classe Politique RDCIENNE corrompue médiocre), l’ennemi de l’extérieur (IMPÉRIALISTES OCCIDENTAUX) n’oserait pas rentrer dans votre pays (KONGO-ZAIRE) » pour paraphraser Ernesto Che Guevara ! DÉFIANCE PERMANENTE de Kagame face à la RDC occupée dirigée par ses laquais COLLABOS (président protocolaire et Classe Politique RDCIENNE corrompue médiocre) est un EUPHÉMISME. Qu’attend-on d’un pays occupé et exangsue, mis sens dessus dessous qui n’a même pas des simples EXPERTS DES OBJETS ANCIENS pour vérifier si les STATUES que SAR Philippe petit-fils du Roi Génocidaire a restituées au KONGO-ZAÏRE étaient ORIGINALES expertisées et certifiées comme telles😭? Un tel pays Sous-Occupation étrangère qui est administrativement nul n’a aucun AVENIR surtout s’il subit une agression militaire extérieure et intérieure. Or Che Guevara a dit  » Si vous voulez libérer une patrie, mettez 10 balles dans votre main: 1 pour l’ennemi et 9 pour les traîtres qui ouvrent la porte aux loups dans la bergerie » (Che Guevara). SOYONS SÉRIEUX, RÉALISTES, CONSCIENTS ET PRAGMATIQUES ! L’Armée Zaïro-Kongolaise (FAZ=Forces Armées Zaïroises) avait déjà marché sur Kigali/RWANDA dans un passé lointain et récent, Général Félix Mbuza Mabe, Colonel Mamadou Ndala ainsi que Général Lucien Bahuma [tous les 3 éliminés par les Occupants Banyarwanda] ont déjà défait l’Armée Rwandaise qui ne vaut absolument rien face aux SOLDATS KONGOLAIS agueris et bien formés au combat. Sans la trahison et le découragement comme en 1996-1997, le RWANDA de Kagame n’a aucun effectif ni force de mettre régulièrement le Grand KONGO-ZAÏRE à genoux comme hier à Bunangana. L’inconscience de la Classe Politique RDCIENNE corrompue médiocre fait et fera toujours des dégâts car les élites intellectuelles et Politichiens sont des inconscients congénitaux faibles face aux billets verts des Dollars, diablement aptes et toujours prompts à trahir la Nation KONGO-ZAÏRE pour des miettes et perdiems insignifiants. “La conscience, c’est la VIE. L’inconscience, c’est la MORT. Entre les deux, c’est la SOUFFRANCE.” citation de Pierre Filion. RÉVEILLEZ-VOUS. INGETA

  9. PS
    Si mes « prolifiques » publications servent à régler un différend personnel imaginaire avec Tshisekedi je constate juste que vos « rares » publications s’emploient toujours à applaudir ses présumés hauts faits ? Je n’en réclame pas pour autant un monopole de patriotisme, je donne à voir que souvent les applaudissements de Tshisekedi ne reposent sur aucune réalité probante.
    Quelles sont ses vraies réussites sinon un État flambeur qui dilapide son peu de sous avec sa famille biologique et son immense entourage, une course infinie à la corruption, aux détournements sur fond d’impunité institutionnalisée qu’il ne peut arrêter, une rentrée de recettes incapable de satisfaire des fonctionnaires et apparentés non ou mal payés et surtout le panier de la ménagère, une gratuité de l’enseignement imparfaite parce que mal préparée et encore et toujours des projets anonnés et non aboutis (où en est-on avec le fameux plan de développement de 145 territoires ?), des manœuvres infinies pour caporaliser la justice et la Ceni pour s’assurer sa réélection, des échecs répétés pour en finir avec l’insécurité à l’Est avec le dernier cortège de l’invasion du Rwanda via le M23, etc, etc… Du négatif, direz-vous mais il renseigne sur l’impossible positif jusque-là. Que conseiller à Tshisekedi, en fait ce n’est pas ce qui manque mais plutôt son incapacité à comprendre les choses, il ne connait jamais rien ou toujours en retard quand le mal est fait…

    1. Ca c’est le nouveau Nono grandeur nature! Et la litanie des defaillances de Fatshi continue! Ce foutu Fatshi ne fait rien de bon a la tete de l’Etat! Point a la ligne. Moi j’attends le nouveau paragraphe, pas une paraphrase des anciens paragraphes! Deux precisions en ce qui me concerne: Je ne pretends pas avoir le monopole du patriotisme. Je ne denierai a aucun congolais le droit de critiquer Fatshi. Sans rancune!
      Binsonji E Madilu.

      1. Ah bon, un nouveau Nono qui dirait le contraire de ce qu’il a toujours dit ? Vous débloquez, cher ami. Pour moi la gestion de notre PR, – parce que Fatshi ne fait pas partie de mon idiome, à la limite Fatshi beeee -représente une bouteille à 3/4 vide, c’est dire quasi catastrophique, presque rien de bon à la tête du pays, ses bonnes promesses s’arrêtent au blabla. Vous êtes patriote à votre façon, càd assis sur le seul applaudimetre saturé de mulopwe Tshisekedi, laissez-moi le mien très critique envers lui. Et laissez-moi faire le constat que son début de retournement de veste face à son ‘faux-frere’ est le bon, encore faut-il qu’il le finalise par une rupture des relations diplomatiques et surtout par une déclaration de guerre franche au Rwanda de Kagame qui lui, continue à l’humilier, à le narguer ; c’est cela Bunangana sous son contrôle via son faux-nez M23. Me suis-je fait mieux comprendre ? J’ose l’espérer…

  10. @Bisonji E Madilu
    Vous dites que l’ennemi est dans la maison. Mais bien sûr que oui. Nous le disons et le répétons depuis plus de vingt ans. Mais êtes-vous certain que cet ennemi est aussi l’ennemi de votre Fatshi na Fatshi Béton na béton ? Il suffit d’analyser ses compromissions avec Kigali pour en douter.
    Vous demandez à Ndeko Nono ce qu’il ferait s’il était à la place de Fatshi. Nono est médecin. Il n’a pas besoin de devenir président à la faveur d’un coup d’état que – dans votre esprit dépassé et agité en uchronie – j’encouragerais.
    Votre béton na béton gagne par mois ce que les présidents Trump, Obama, Clinton n’ont pas gagné annuellement. Ce, pour quoi faire ? Rien, nada, sinon parader et faire du tourisme dans le monde.
    Vous pensez que Nono a un problème personnel avec votre Fatshi. Non, mais franchement, soyez sérieux, cher monsieur, sortez de votre uchronie. Croyez-vous vraiment qu’un médecin peut jalouser votre Fatshi na Fatshi Béton na béton ? Sia…Boni ko ?
    Puisque vous cherchez des idées pour votre président, voici quelques unes pour gérer cette guerre par laquelle les frères de Tshilombo nous humilient de nouveau.
    1. Il doit renvoyer les ambassadeurs du Rwanda et de l’Ouganda à Kinshasa chez eux.
    2. Rappelez nos ambassadeurs à Kampala et à Kigali.
    3. Fermer toutes nos frontières (celles dont on a encore le contrôle) avec le Rwanda et l’Ouganda.
    4. Se retirer de tous les accords que Museveni et Kagame lui ont imposé de signer comme un enfant sans l’accord du parlement et qui autorisent ces deux pays de commercialiser nos matières primaires.
    5. Autoriser la Banque Centrale du Congo d’acheter les productions locales congolaises d’or, du coltan et autres matières qui sont vendues au Rwanda et en Ouganda. Ce qui permet à ces deux pays d’égrener des bénéfices énormes qui financent leur guerre contre notre pays.
    6. Rapatrier les millions volés avec le programme de 100 jours, de Tshilejelu et autres rétro-commissions cachés à Nairobi et à Dubai à Kinshasa pour doter nos FARDC des moyens de combat modernes, achetés au marché gris ( puisque on serait sous embargo ).
    Nono qui a certainement plus d’idées que moi vous répondra s’il l’estime nécessaire. Pour terminer, je tiens à vous signaler que je préfère être membre de l’église de Nono que de votre béton na béton. Oyoki ?

    1. @Jo Bongos. Le PR n’est pas ‘mon’ Fatshi. Il est ‘notre’ Fatshi. Je ne cherche pas des idees pour ‘mon president’. Je cherche des idees pour mon pays. Je vous invite a adresser les six idees que vous avez enumeres directement a qui de droit. Il y a certainement une cellule a la presidence chargee de receuillir des idees de compatriotes et de les porter a l’attention du PR. Vous preferez etre membre de l’eglise de Nono. C’est votre droit. Eyokani! Ne vous enervez pas! Nous avons tous mieux a faire! Nous reprendrons la querelle apres le depart des rwandais. L’heure est grave!
      Binsonji E Madilu

      1. @Bisonji E Madilu
        Oui, je suis énervé. Très énervé. Je suis en colère, très en colère de voir mon pays ridiculisé de la sorte par un petit pays voisin de par la faute de la cupidité et de la médiocrité de son industrie politique.
        On a tous rêvé avec les élections arrachées au satrape rwandais Kanambe en 2018. On a tous rêvé car on savait que le minable Shadari ne pouvait être élu. La victoire était promise à l’un ou l’autre des nôtres : Fayulu ou Tshilombo.
        Un compromis à l’africaine a donné ce qu’il a donné. Ce compromis a ressuscité l’imposture rwandaise qui était proche d’être neutralisée.
        En acceptant un deal monstrueux, Tshilombo a remis le Rwanda au pouvoir au Congo. Mais on continuait à croire qu’un miracle était possible. On de disait que peut-être qu’un jour ce fils de la légende Tshisekedi allait se réveiller. On l’a poussé par des critiques. Et arriva ce jour…avec son discours à la nation, son divorce avec kanambe, la mise en place de l’Union sacrée…La vérité est certes têtue mais on ne s’attendait pas à voir ce qu’on voit…
        Monsieur le Président en béton, pour solidifier son  » bétonnage  » s’est remis en concubinage avec Kagame et Museveni. Il s’est mis à signer tout et n’importe quoi… donnant tout aux rwandais et aux ougandais.
        A ce qu’on pourrait imaginer, dès qu’il n’arrive pas à honorer ses promesses, ses frères n’hésitent pas à le lui faire comprendre, avec leurs méthodes terroristes…
        Au bout, de nouveau l’humiliation, des morts, des déplacés…pendant que lui et ses pairs festoient à Kinshasa et dans des voyages totalement inutiles et stupidement dépensiers.
        Au pays, pas d’eau courante, pas d’électricité, la misère, la précarité…
        Et pourtant, il avait tout pour réparer ce pays détruit mécaniquement et méthodiquement pendant les 18 ans de règne de Kanambe. Il n’ a rien fait. Il s’est contenté de s’enrichir. Lui, sa famille, ses amis et ses frères de tribu.
        Nos FARDC font ce qu’ils peuvent, avec les moyens de bord. Vous et moi savons qu’elles sont mal équipées, mal payées, mal ravitaillées sur les champs des opérations. Sans gêne on apprend que des clowns qui siègent à l’assemblée ont organisé une cagnotte de 200.000 dollars pour nos vaillants soldats.
        De qui se moque-t-on ? Peu-t-on faire la guerre au Rwanda avec 200.000 dollars ? Le fonds souverain rwandais est constitué de milliards d’actifs de dollars. Savez-vous d’où proviennent ces milliards ? On ne peut pas mener une guerre avec des dons, des prières idiotes et 200.000 dollars ou de la générosité de Fally Ipupa. C’est se moquer de nos soldats.
        Oui l’heure est grave. Nous avons tous mieux à faire comme vous dites. Et surtout ne pas nous moquer de nos soldats. Demain se prépare aujourd’hui. Pour être respecté, le Congo a besoin d’une armée forte, bien entrainée, bien équipée, bien entretenue. Une reforme profonde de notre armée est plus que vitale. Pour cela, il faut des milliards et un peu de temps. Ce n’est pas l’argent qui manque au Congo. Il suffit de rapatrier quelques millions volés par les gouverrnants et planqués à l’étranger. C’est la volonté politique de le faire qui traine car freinée et empêchée par les rwandais infiltrés dans quasiment toutes nos institutions de gouvernance.
        Il faut pousser Tshilombo à redevenir le fils de la légende TSHISEKEDI et renvoyer tous ces infiltrés chez eux au Rwanda, en Ouganda, au Burundi.
        Dire ceci n’est pas avoir un problème personnel avec lui. Ecrire ceci n’est pas l’expression de la haine ou de je ne sais quoi d’autre. Crier ici, c’est exprimer une colère légitime, de père et de mère.
        Même Armand doit être d’accord avec moi. Na esprit ya bien !

  11. Ce que je ferai demain si j’étais le fils de Mama Marthe et propulsé à la tête du Congo ce soir :
    1. Allocution solennelle à la nation et ce, devant le Congrès (Assemblée + Sénat) pour annoncer cessation de toutes formes de relation avec le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi et le Kenya.
    2. Demande au Conseil de sécurité des NU de revoir la mission et statut de la Monusco.
    3. Fermeture de toutes les frontières avec ces pays.
    4. Renvoi des ambassadeurs de ces pays et rappel de nos ambassadeurs dans ces pays.
    5. Déclaration de la caducité de tous les accords signés avec ces pays en dehors de toute approbation du parlement congolais.
    6. Signature d’un pacte de défense mutuelle ponctuelle et limitée dans le temps avec l’Angola pour:
    6.1 traquer sans pitié les génocidaires du FDLR, les terroristes ADF-Nalu, les rebelles burundais se trouvant encore sur le territoire congolais;
    6.2 les renvoyer sans concession dans leurs pays respectifs;
    6.3 neutraliser tous les groupes armés -soit disant- congolais et rebelles au gouvernement central de Kinshasa et traduire les survivants en justice;
    6.4 ré-organiser notre armée nationale avec une reforme fixant les objectifs clairs, les missions et un budget annuel d’au moins 1 milliard de dollars, à revisiter chaque année selon les besoins, inscrit dans la constitution;
    6.5 instauration dans la constitution d’une obligation de service militaire d’une durée de 1 an pour tout congolais âgée de 18 à 27 ans.
    7. Réductions drastiques de dépenses étatiques par :
    7.1 réduction du nombre du personnel de la présidence de la république, 60% ;
    7.2 réduction de la taille du gouvernement à moins de 20 ministres (vice-ministres compris) ;
    7.3 réduction de la taille de l’assemblée à 145 députés ( 1 député par territoire) ;
    7.4 réduction de la taille du sénat à moins de 50 sénateurs ;
    7.5 réduction de la dotation présidentielle globale (maison civile comprise) ainsi que les salaires et tous autres privilèges accordés aux ministres, députés, sénateurs de de l’ordre de 50% ;
    7.6 réduction des assemblées provinciales de 50%, en personnel et salaires.
    7.7 identification de tous les biens immobiliers de l’Etat sur le territoire national et à l’étranger;
    7.8 création d’une agence immobilière chargée de la gestion, location ou vente de ces biens.
    8. Annulation du concert stupide ubuesque ( dans un moment comme celui-ci ) de Wenge ainsi que toutes les autres productions scéniques congolaises.
    Pour le reste, je regarderai la semaine prochaine…

  12. Force est d’admettre que, contrairement à des rodomontades courantes, Jos Bongos vient de frapper un grand coup patriotique avec ses dernières propositions. « Si j’étais le fils de Mama Marthe », j’implimenterai une bonne partie de ces mesures. De nombreux Kongomani, mus par les émotions, estiment qu’il suffirait d’écarter Fatshi et les autorités actuelles pour résoudre les crises récurrentes à l’Est du pays. Avec comme unique thérapie : faire la guerre au Rwanda. Plus facile à déclamer qu’à faire. Soyons réalités et honnêtes avec nous-mêmes : combien parmi nous payent directement l’impôt au Trésor public de la RDC ?

Comments are closed.

Previous post Flash: Le Pape François contraint de reporter sa visite en RDC
Next post RDC: les FARDC dénoncent « l’invasion » de Bunagana par l’armée rwandaise et promettent de reprendre la situation en main