L’axe Dubaï – Lubumbashi – Harare n’inspire pas confiance

Un complot se prépare contre la RDC au Zimbabwe

Au moment où l’attention générale est consacrée à la mise en place de l’équipe gouvernementale, les forces du mal concoctent un véritable plan diabolique. L’axe Katanga – Harare loge véritablement un coup fourré contre les institutions de la République, comme en témoigne l’arrestation récente d’Alexander Zingman. Pour le commun des Congolais, ce nom est simplement rébarbatif; pourtant ce sinistre personnage est connu à travers la planète pour une spécialité: vente d’armes. Oui, selon plusieurs sources crédibles ce Biélorusse a fourni (et peut-être continue à le faire) des armes à la Zambie voisine et surtout au Zimbabwe.

Mais le plus troublant est qu’au moment de son arrestation, l’homme venait de séjourner à Kinshasa avant de se rendre à Lubumbashi où l’attendaient (?) les services qui ont mis la main sur lui et ses compagnons. Il s’agit d’un autre Biélorusse, Oleg Vodchits, et d’un homme d’affaires italien Paolo Persico. L’interrogation reste entière à ce niveau pour savoir ce que le vendeur d’armes est venu faire dans la capitale. On peut d’emblée exclure l’hypothèse d’une offre au gouvernement, auquel cas il n’aurait pas fait l’objet d’interpellation par les services compétents. Juste une coïncidence troublante. Il y a trois semaines on signale la présence à Harare (?) du général John Numbi, ancien inspecteur général de la Police nationale congolaise. Ce dernier serait en cavale dans ce pays pour échapper au rebondissement du dossier double assassinat, en juin 2010, de Chebeya et Bazana sur lequel la justice militaire mène des enquêtes selon le Vice-ministre de la justice.

Il importe de souligner que Jacques Mugabo, arrêté dernièrement à Lubumbashi dans le cadre de la milice Bakata Katanga, est proche du général John Numbi. Il n’est donc pas impossible que l’ombre du général soit perceptible aussi dans ce dossier qui endeuille régulièrement le grand Katanga. De fil en aiguille, des spécialistes établissent une connexion dangereuse entre Lubumbashi et Harare, avec en toile de fond un complot contre l’Etat congolais.

Il n’est un secret pour personne que la valeur restituée à la justice par le président Tshisekedi nourrit la haine dans le chef de maints dignitaires du régime précédent, aujourd’hui sous traque ou menace de traque. Naturellement, le réflexe de défense pousse au recours à des combinaisons, même les plus sordides, pour se soustraire au « mauvais » sort qui plane sur sa personne. Dans le cas d’espèce, Lubumbashi – Harare constitue l’axe du mal pour le pouvoir de Fatshi; cela justifie les pressions du Zimbabwe pour la libération de Alexander Zingman, vendeur d’armes, et ses amis. Une pression sans fondement logique d’autant que les concernés n’ont pas la nationalité zimbabwéenne, même d’emprunt.

SALONGO-HEBDO N°27 du 29 mars 2021

3 thoughts on “L’axe Dubaï – Lubumbashi – Harare n’inspire pas confiance

  1. L’hebdo de notre aîné Essolomwa-ea-Linganga ne nous précise pourtant pas quel est le degré d’efficacité du mécanisme mis en place par les autorités actuelles pour contrer tous ces ennemis de la république. Notre « Fatshi Bidon » lui-même se tait dans toutes les langues lorsqu’il s’agit de dénoncer tous ces complots ourdis contre la république, Du temps du grand Léopard, on aurait appris qu’il est descendu lui-même sur le terrain pour s’enquérir personnellement de la situation. Mais pourtant on entend encore aujourd’hui des gens prétendre que c’est le régime de Mobutu qui est toujours responsable des malheurs que connaît le Congo aujourd’hui. Quelle malhonnêteté !

  2. Mon Kum,la résponsabilité du régime de Mobutu est en partie responsable de cette situation;je dis bien en partie.Tshilombo,im-perso,commence à immité Mobutu,étant lui-même un vrai produit mobutiste.Comme son père.Son prédecesseur a geré la chose publique avec les mobutistes.80% des rétraités politique qui benéficient de la la loi Montingiya sont mobutistes.L’une des grandes différences avec le mobutisme est qu’aujourd’hui on vole,on pille au vu et au su de tout le monde.Alors qu’avant,on se « cachait » pour voler.Circonstance aggravante,c’est au moment que 2/5 du pays sont occupés…..

  3. Salongo-hebdo doit savoir que l’on arrete toujours un vendeur d’arme avec les armes qu’il veut vendre, sinon, c’est une perte de temps. C’est dans l’achat des armes que les pouvoirs africains depensent des millions pour se maintenir au pouvoir par la force. C’est la depense numero un. Ces messiers seront libres bientot, n’en deplaise a ceux qui refusent de comprendre comment le monde evolue. Et puis, le zimbabwe a droit d’intervenir pour faire liberer ses amis, c’est normal. Kinshasa est habitue a produire des bruits pour rien! Quand on entend des bruits faits sur le Quatar ces derniers jours, c’est comme si les nouvelles relations avec ce pays vont aider la rdc a se develloper. Les congolais et ceux qui les dirigent revent toujours debout.

Comments are closed.