Le général Baseleba: Officier ou voyou?

Read Time:4 Minute

Quelle mouche a pu piquer le général de brigade Jean Baseleba Bin Mateto, un adjoint à l’auditeur général des Forces armées de la RDC, pour se rendre à la Prison militaire de Ndolo en vue de livrer un colis contenant des armes et des munitions à un condamné? Quel était l’objectif final? Ces deux questions ne semblent étonner que ceux qui ne connaissent pas cet officier supérieur à la réputation sulfureuse. L’homme fait partie de ceux qu’on appelait jadis les « séides du raïs ».

Un petit flashback. Le 16 janvier 2001, la terre entière apprenait que le président Laurent-Désiré Kabila a été victime d’un attentat dans son bureau. Cet événement tragique va sortir Jean Baseleba Bin Mateto de l’anonymat. L’homme fera partie des « commissions d’enquêtes » mises sur pied pour faire éclater la vérité sur les circonstances exactes de la mort de Mzee. Plus de vingt années après, la disparition de ce dernier reste une énigme. Son « fils » « Joseph Kabila » n’a pas tenu sa promesse solennelle faite le 26 janvier 2001 de « faire la lumière » sur cette affaire aux allures de « coup d’Etat de palais ».

Georges Mirindi, ex-membre de la garde rapprochée de feu président Laurent-Désiré Kabila

Dans son ouvrage « La mort de Laurent-Désiré Kabila: Ne nie pas c’était bien toi », publié en 2019, aux éditions Vérone, à Paris, George Mirindi cite le patronyme de Basebela notamment sur les pages 168, 263, 302 et 442. L’auteur présente cet officier sous les traits d’un « tortionnaire ». Au motif qu’il faisait partie, selon lui, des « faux enquêteurs qui étaient plus occupés à torturer les suspects qu’à les interroger pour faire éclater la vérité ». « Je le vois encore en action autour de minuit en train de procéder aux interrogatoires sous tortures électriques », résume-t-il.

« TORTIONNAIRES ET BOURREAUX »

Ex-membre de la garde rapprochée du défunt Président LD Kabila, Mirindi fut interné au GLM avant de s’évader miraculeusement. Il croit savoir que Baseleba fait partie du petit cercle des « détenteurs des secrets » non seulement sur l’exécution d’Anselme Masasu Nindaga mais aussi sur l’assassinat de LD Kabila.

Joint au téléphone depuis un pays scandinave où il vit en exil, l’ex-officier de sécurité n’a pas trouvé des mots assez durs pour évoquer les douloureux souvenirs de son « passage » au fameux immeuble « GLM » transformé en un « centre de torture » par les « libérateurs » du 17 mai 1997. « [Jean] Baseleba fait partie de nos tortionnaires et bourreaux au GLM », assure Mirindi.

D’après lui, « Bin Mateto » n’était pas seul. Il cite également John Kabila (l’ancien officier d’ordonnance de « Joseph Kabila ») et un certain Bashonga. « Ils faisaient partie de ces tueurs à gage que le régime de Joseph Kabila a promu et qui ont fait une carrière d’assassins-metteur en scène pour brouiller les pistes conduisant aux les crimes de sang de Joseph Kabila », précise-t-il.

Revenons à la journée du 1er août 2022. Pour une raison connue de lui seul, le général Baseleba s’est rendu, ce jour là, à la Prison militaire de Ndolo où sont incarcérés des condamnés. C’est le cas notamment de l’ex-major Ngoy Kenga Kenga, ancien commandant du tristement célèbre « Bataillon Simba ». Tireur d’élite Ngoy y purge la « peine capitale ». Et ce pour avoir torturé à mort le défenseur des droits de l’Homme Floribert Chebeya Bahizire et son compagnon d’infortune Fidèle Bazana Edadi. Inutile d’ajouter que « Kenga Kenga » est un des fidèles parmi les fidèles du général fugitif John Numbi Banza.

Baseleba Bin Mateto était porteur d’un colis destiné comme, par hasard, à Christian Ngoy qui a pour dada les arts martiaux. La démarche de cet officier supérieur est inhabituelle. Officier du ministère public, son rôle le place du côté de l’accusation. Cette initiative intempestive éveilla l’attention du colonel Flory Manga Bakafwa, le directeur de cet établissement carcéral. Le contenu du colis provoqua la stupeur: Une arme AK 47 munie de 14 cartouches, un revolver de type GP Gerico avec un chargeur contenant 14 cartouches. Sans omettre une matraque électrique. Un équipement digne de « Rambo ».

Le président Felix Tshisekedi Tshilombo

En droit pénal, les actes commis par ce Général constituent ce que les pénalistes appellent la « tentative punissable ». Le délinquant avait pris la résolution de commettre le crime ou délit. Ce crime ou délit a été mis en échec par des circonstances indépendantes de la volonté du suspect.

QUID DU MOBILE?

Le général Baseleba a comparu le 17 août devant la Haute Cour militaire. Une question taraude les esprits: quel était le mobile de ce haut magistrat en apportant des armes à un dangereux prisonnier? Malin comme un vieux singe, l’accusé Baseleba de s’exclamer: « Je voudrais parler au le chef de l’Etat ». Il ajoute: « Je ne voudrais pas que ce qui est arrivé à Mzee Laurent-Désiré Kabila arrive à l’actuel Président ». Georges Mirindi a failli s’étrangler en entendant ces mots: « J’ai juste rigolé en pleurant de le voir affirmer vouloir éviter un sort tragique à Fatshi ».

Jean-Baseleba Bin Mateto sait apparemment de quoi il parle. D’après Georges Mirindi, l’homme avait pour rôle d’effacer les indices et de « biaiser les enquêtes » tout en feignant de « rechercher les coupables à faire condamner à des peines imaginaires ».

Dans un communiqué daté du 10 août 2022, l’ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice) exhorte la justice d’agir « avec rigueur ». L’histoire ne dit pas si le président Felix Tshisekedi serait disposé à recevoir Jean Baseleba Bin Mateto, un officier au comportement digne de voyou. Qui se dissimule derrière lui? Affaire à suivre.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
100 %

7 thoughts on “Le général Baseleba: Officier ou voyou?

  1. J’ai vraiment été heurté d’entendre Mr BAW excuser les propos de Tshisekedi au Tchad et de dénoncer la polémique malvenue qui s’en serait suivie. Convenons que le lingala pousse à se lâcher un peu plus mais c’est le PR qui a choisi de s’exprimer en lingala ; pas à dessein ?
    Passons pour revenir à l’essentiel. Si affirmer haut et fort d’envoyer en prison tout celui qui le crtique parce qu’il mentirait n’est pas une dérive dictatoriale, il faudra qu’on me dise ce que c’est. Le ‘pauvre’ Kabunda a dit de Tshisekedi qu’il est un danger pour le pays et son régime un repère d’incompetents et de jouisseurs qui se la coulent douce et emportent dans des avions de l’argent du pays vers des paradis fiscaux, etc, etc…est un mensonge à aller prouver devant la justice puis en prison il faudra savoir que doit dire un ‘opposant’ pour faire sa propagande. Tshisekedi se souvient-il des insultes que dans leur longue opposition ils ont lancé aux pouvoirs successifs y compris son père ? ‘JK’ les a-t-il embastilles pour leur demander de prouver qu’il etait ‘rwandais’. Quelqu’un a eu la bonne idée de sortir une vidéo où Tshisekedi dénonçait le fameux délit d’outrage au Chef de l’Etat ; qu’en pense-t-il aujourd’hui ? Tout le monde assiste aujourd’hui à des enlevements devenus coutumiers même des vieilles mamans vers des cachots de l’ANR qui auraient du être fermés. C’est quoi çà sinon un régime qui va vers la dictature. Soyons sérieux à ne pas relativiser autant, on ne rend pas ainsi service au pays…

    1. @ Nono
      Je pense que nous devrions être exigeants envers nos gouvernants à commencer par celui qui est au sommet de l’Etat sinon ce sera la foire. Dans les affaires de le cité, il n’y a pas de compromission qui tienne. Nos amis journalistes locaux comme de la diaspora ont pris l’habitude d’être tolérants lorsque celui ou celle qui gère, correspond à leur attente. Ne pas être exigeant avec eux, ce n’est pas les aider. Car au bout du compte, le pouvoir finit par corrompre son homme d’où l’importance des contre pouvoirs. De façon imagée, nous sommes tous copropriétaires de ce pays et l’on a confié à certains d’entre nous le rôle de représentation de nos divers intérêts.

    2. TOUTES MES EXCUSES , MON POST CI-DESSUS N’EST PAS A SA PLACE ; je le destinais plutôt au sujet « KIOSQUE DU 20.08.2022… ». Encore une fois, désolé !

  2. Ces généraux made in AFDL! on y ignore tout d’eux: identité, cursus scolaire, parcours professionnel, évolution de carrière dans l’armée.

  3. Pour ce monsieur magistrat militaire, je ne crois pas à ces griefs. Et s’il avait réussi à donner son colis, sortirait-il ces inepties de sa bouche ? Pas de pitié dans le respect évidemment de la loi pour ces criminels.

  4. 1. Un général de brigade ( fabriqué par l’invasion rwandaise au Congo ) se rend dans un prison militaire pour livrer un colis contenant des armes et des munitions à un condamné. Jésus-Christ où êtes-vous ?
    2. Des Nu-pieds encadrés par l’armée rwandaise occupent depuis plus de 2 mois une portion du territoire nationale. A Kinshasa, capitale politique du pays, tout se passe comme si tout allait bien. Champagne !
    3. Le président de la république se chamaille en public avec une pauvre vieille dame qui aurait manqué de délicatesse envers son épouse, appelée pompeusement  » La très distinguée première-dame  ». Une formule bien nègre car on se demande en quoi la femme du président serait forcement  » très distinguée  ». Kiadi kibeni kua ba ndombe !
    4. Le président de la république accuse – urbi et orbi – un pays voisin d’agresser son pays. Mais l’ambassadeur du pays agresseur en question est toujours dans tous les salons huppés de Kinshasa. Comprenne qui peut !
    5. Un ancien directeur de cabinet du président de la république, condamné par la justice pour détournements et ensuite acquitté par la même justice, annonce qu’il va entreprendre des consultations – on ne sait avec qui, pour ramener la paix à l’Est du pays. Là ou la Monusco et les FARDC ont échoué. C’est de la magie noire !
    6. Des  » pasteurs  » et des journalistes occupent les médias pour disserter sur l’origine et la paternité du rythme musical Tchacho. Batika Zododo !
    7. Des jeunes désœuvrés appelés kuluna se battent avec des machettes – en pleine journée – dans les rues de Lingwala à la suite d’un match de foot organisé par un pseudo-ministre des sports et de la jeunesse mais la police ne peut intervenir. Faute de moyens. Il y a eu des morts et de nombreux blessés. Kindoki !
    CONCLUSION :
    Mboka oyo esi ekufa, comme l’a dit un homme en béton ? Non, mboka oyo EPOLA !

  5. Ce général Baseleba made AFDL m’a proprement étonné par sa naïveté mais aussi par son aplomb. Il semble avoir fait preuve de témérité en voulant apporter en plein jour des armes à son vieil allié en prison, se croyait-til a à ce point puissant et à l’abri de tout contrôle ? Voilà qu’il use d’un stratagèmes très peu convaiquant pour sa defense, un danger pour le PR – qui selon moi n’existe pas plus aujourd’hui qu’hier. Ce curieux personnage est peut-être un voyou mais il vit aussi dans son monde à lui d’un haut-magistrat militaire se croyant permis de tout. Curieux oui très curieux…

Comments are closed.

Previous post Kiosque du 20.08.2022: Bunagan toujours occupé-Libération François Beya-Dr Mukwege interdit à Unikis
Next post Les tribulations à l’aéroport international de Ndjili