Le gouvernement décrète la baisse des prix des surgelés et des billets d’avion

Quand un ventre est bien rempli, le cœur est heureux. Rien d’étonnant dès lors que le gouvernement cherche à diminuer les prix des denrées alimentaires. Ainsi, les cuisses de poulets pourront atterrir dans l’assiette des plus démunis.

Ceci expliquant cela, depuis le 12 août, les prix des poulets, des chinchards, des côtes de porc sont censés avoir diminué de près de 30%. Nenni! Les importateurs et les grossistes continuent à faire de la résistance. C’est comme quand on cherche à ôter le beefsteak de la gueule d’un chien. Enfer et damnation!

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, les nouveaux prix des surgelés sont appliqués à la tête du client. Et pourtant, la nouvelle structure des prix est le fruit des négociations menées sans précipitation inconsidérée et sans tergiversations funestes entre les importateurs et le ministère de l’Economie nationale. Des impôts et taxes ont été diminués pour provoquer cette baisse des prix. Malins comme des rats, les commerçants ne manquent pas d’astuces pour contourner les règles. Sapristi! Ils font de la rétention des stocks et vendent frauduleusement les vivres frais aux anciens prix. Stupeur et tremblements!

Il paraît que c’est le comportement normal de tout Homo Economicus. Il cherche toujours à maximiser ses profits. Il appartient à l’Etat, là où il existe, de réguler! La seule manière de faire baisser les prix des « congelés » est de faire jouer la concurrence en augmentant l’offre locale. D’après mon ami qui sait tout, c’est pratiquement impossible à cause du dumping. Saperlipopette!

Les prix des viandes de volailles importées sont subventionnés dans les pays d’origine tels que le Brésil ou les USA. Enfer et damnation! Afin de favoriser le développement de l’élevage local, le Cameroun interdit depuis 2006 l’importation de poulets congelés. Ainsi, les poulets congelés importés sont moins chers que les produits locaux. En 2000, l’Afrique du Sud avait appliqué des droits antidumping de 100% sur la valeur des poulets importés des États-Unis. C’était mal connaître les Yankees. Ceux-ci exercèrent des pressions telles que le gouvernement sud-africain dut reculer en 2016. Bref, passons!

Un autre dossier est celui de la baisse des prix des billets d’avion sur les vols domestiques. Depuis le 7 août, les prix des billets d’avion sont supposés avoir baissé de près de 40%. Là aussi, il y a un couac! Et pourtant les prix des billets d’avion ont toujours été très élevés dans un pays immense où l’avion doit compenser un réseau routier à l’abandon. Des taxes, des redevances et des faux frais gonflent inutilement la structure des prix. Le voyage en avion devient encore plus onéreux quand on ajoute les frais des « GO PASS » et des tests COVID.

Il fallait nettoyer la structure des prix et trouver un juste prix. Des discussions eurent lieu pendant plusieurs semaines entre le gouvernement et les opérateurs du secteur de transport aérien. Mais les prix fixés par le gouvernement ne sont pas acceptés par tous les transporteurs aériens. Ceci expliquant cela, certaines destinations ne sont plus desservies sous plusieurs prétextes. Stupeur et tremblements!

La baisse des prix des surgelés et des billets d’avion est une autre manière d’accroitre le pouvoir d’achat de la population. Avec la crise, la jeunesse désœuvrée s’adonne à la consommation de la drogue. Du fait de la pauvreté, il y a ceux qui perdent tous contacts sociaux et se réfugient dans la drogue. La dernière en date qui fait des ravages s’appelle « Bombé ». Elle est fabriquée à partir du mélange de certains éléments des pots catalytiques des véhicules avec des produits chimiques. Des consommateurs dorment debout, le dos courbé. On dit chez nous que « qui dort affamé se lève le matin le cœur plein de haine ».

 

GML

12 Commentaires on “Le gouvernement décrète la baisse des prix des surgelés et des billets d’avion

  1. Le problème du Congo, c’est l’obsession de l’immédiateté, c’est à dire on décide aujourd’hui, l’exécution demain. Dans le cas qui nous intéresse, concernant le prix des produits surgelés et consorts, le gouvernement a péché par manque de discernement et par défaut d’information. Il est vrai que dans cette affaire, il y a un certain nombre de disfonctionnements et de mauvaise foi de la part de opérateurs économiques qui affichent un comportement économiquement condamnable: Exemple, La situation de monopole, les ententes illicites, le non respect des règles de concurrence, la spéculation etc…Donc, l’Etat a le droit et l’obligation d’intervenir en régulant pour ne pas laisser s’installer une certaine anarchie dans un secteur aussi vital. Néanmoins, la bonne méthode aurait consisté à accorder un délai aux importateurs d’écouler leurs stocks avant d’appliquer les nouveaux prix basés sur des données réelles, c’est à dire, en tenant compte de prix de vente fob, et de la marge légale etc…car, certains importateurs en ont profité pour réaliser des marges de plus de 60 voire 70%, ce qui est illégale en vertu de la législation congolaise. De toute façon, la solution pour notre pays, c’est la production locale. Il n’est pas acceptable de continuer à dépenser des milliards pour importer des produits alimentaires qu’on peut produire au Congo. Diversifier notre économie doit être un leitmotiv et une priorité.

    1. Cher Elombe, le grand problème c’est l’offshore financier avec des banques étrangères spécialisées dans les importations. Ces banques quoiqu’étrangères ont été montées avec l’argent du trésor public congolais sous les régimes passés. C’est en effet l’opacité structurelle et les conflits d’intérêts de certains politiques tapis à dessein dans le commerce avec de noms d’emprunts chinois, pakistannais, libannais, indiens… Ils sont nombreux à avoir opté pour le sénat , les assemblées nationales voire le gouvernement afin d’entretenir telles activités lucratives. C’est plus qu’une bataille contre une mafia devenue structurelle depuis plus de cinquante ans.
      A mon avis, Il n’est pas question de leur donner du temps. Il faut des actions de déboulonnage à la « Putine soviétique  » avec des prix administratifs reflétant relativement la vérité de l’offre et la demande des biens et services.
      Par ailleurs , le Congo n’a jamais été un marché suffisamment intégré. Les zones de haute production n’étant pas corrélées aux zones de consommation, il faut des investissements dans les infrastructures routières rurales et urbaines.
      En mon sens , les mesures de baisse des prix de transport aérien participent de la réalisation de cet objectif.
      Enfin, il faut en plus de l’IGF redynamiser l’ordre des reviseurs d’entreprises au sens d’audit privé dans les entreprises et associations tous secteurs confondus. Toutes les organisations publiques et privées devraient se soumettre à un exercice de reddition des comptes et de redevabilité à la fin de chaque année pour éradiquer le blanchiment des capitaux. Considérant l’ampleur du sinistre, il faudra beaucoup d’années pour que les effets planifiés parviennent à se concrétiser.

  2. Vous avez dit le Congolais obsédé par l’immédiateté et vous oubliez que ventre affamé n’a point d’oreille et à ses autorités qui le font lanterner il ne peut que reprocher d’avoir oublié son sort. Dans cette affaire de baisse des prix des surgelés et des billets d’avion c’est d’abord au pouvoir de régler le problème en prenant certes en compte les revendications légitimes des opérateurs économiques mais en maintenant l’objectif de satisfaire au plus vite aux besoins de la population même au prix des sévères sanctions dissuasives. C »est la règle mais surtout la mission républicaine de tout pouvoir démocratique (démocratie = pouvoir du Peuple par le peuple et pour le peuple) !

  3. ACCROITRE LE POUVOIR D´ACHAT ?
    Etrange affirmation ! Dans un pays digne de ce nom, un gouvernement ne peut pas « accroitre le pouvoir d´achat » de la population sans augmenter les salaires, sans offrir des emplois.. Ce qu´il faut avoir du travail avant d´obtenir un salaire.
    Ce cynisme où on affirme vouloir « augmenter le pouvoir d´achat » sans créér des emplois.. kie kie kie
    Allons donc, même en cassant les « prix », comment croyez-vous les congolais chomeurs seront capables d´acheter ces surgelés?
    DECRETER LA BAISSE DES PRIX ?
    Nous recherchons les mesures « d´accompagnement » que le gouvernement offre aux entreprises ?
    Pour importer des surgelés, il faut avant tout avoir des capitaux en dollars ou en Euro.
    Nous ne trouvons pas des traces où le gouvernement offre des devises ou une facilité d´acceder aux devises afin de les aider á importer des vivres.
    Pire dans le domaine de l´aviation où l´exploitation d´une compagnie d´aviation a des contraintes terrible dans un pays où les aéroports, l´aide á la navigation, les pistes d´atterissages sont en très mauvais état. Le coût d´exploitation d´un avion au Congo est un risque financier et technologique.
    Imaginez un avion qui entre en collision avec un cycliste en atterisant á Lubumbashi, ou deux avions qui manquent d´entrer en coliision en vol parce que l´aide á la navigation ne fonctione pas dans le ciel congolais.
    Décrèter la baisse des prix sans tenir compte des contraintes technologiques ou financières du Congo.
    Cette approche « sovietique » digne des années du communisme.
    Le nombre des entreprises dans le domaine de l´aviation est dèjà insignifiant.. Pire, le gouvernement ne semble pas faire des efforts pour acquerir des avions pour le compte de l´entreprise nationale.
    Et pourtant, un État peut facilement s´endetter auprès de Boieng ou Airbus afin d´acquerir des avions. Il n´existe en plus des entreprises qui font le leasing des avions pour les compagnies d´aviation qui ne souhaitent pas acheter directement des machines auprès d´Airbus ou Boieng.
    AMBITIONS?
    Est-il question d´ambitions? Depuis 2 ans et 6 mois, Felix et ses « gouvernements » n´ont pas un programme de modernisation des infrastructures (routes, aéroports ou chemins de fer,)
    Si ce gouvernement avait des ambitions, explorer l´option de la privatisation des aéroports peut apporter non seulement des capitaux, mais surtout des technologies modernes qui vont rassurer les entreprises de l´aviation . Tandis que la mafia du GOPASS qui consiste á arnaquer les congolais n´est qu´une farce politique qui devrait cesser depuis 2 ans.

  4. RENTRÉE DES CLASSES COVID-19 EN OCCIDENT ET MESURETTES RIDICULES DU GOUVERNE ET MENT D’OCCUPATION RWANDAISE EN RDC OCCUPÉE ! Dans une économie normale (Capitaliste ou Libérale), les prix sur le marché baissent quand l’inflation est regulée à moins de 2% or à Kinshasa la Poubelle et ses Procincettes appauvries, l’inflation galopante a une courbe ascendante qui titille plus de 10% à cause de l’Occupation Banyarwanda, des Détournementsdes Fonds et Retrocommissions, le panier de la ménagère est troué, le pouvoir d’achat nul, la Populace RDCienne vit aux crochets de la Diaspora, pour les moins Nantis (sans dents), c’est la mort dans l’âme qu’ils survivent des fois sans manger pendant 2 à 3 jours… Tout le monde s’en fout y compris les Ministres bras cassés pieds nickelés du Gouverne et ment d’Occupation Rwandaise… En bref le Gouverne et ment [du Munyarwanda Sama Lukonde] d’Occupation Rwandaise pratique bizarrement l »ÉCONOMIE PLANIFIÉE [où les choix en matière d’investissement, de production et de fixation des prix sont faits par l’État ou ses organismes habilités] comme en ex URSS et en RDA (République Démocratique d’Allemagne), en lieu et place d’instaurer des mesures économiques structurelles pour booster le pouvoir d’achat et stabiliser les prix sur le marché, les Esclaves Politichiens Collabos Kongolais et leurs Maîtres Occupants Banyarwanda optent pour la distribution des rations alimentaires et des prix fixés et centralisés par une bureaucratie étatique qui caractérise les régimes communistes, sans tenir compte des réalités banales quotidiennes des RDCIENS contemporains de Tshilombo-Pétain [ce dernier a démontré récemment encore son inintelligence en Allemagne devant Merkel et Ramaphosa
    ébahis sur la question des médicaments anti Covid-19 et la relance économique mondiale😇] qui vivent dans une pauvreté exsangue, dans un pays occupé devenu une grande prison à ciel ouvert, un mouroir implacable sans moyens financiers qui leur permettent de se soigner, de voyager et de s’acheter facilement des produits surgelés gérés par les mains criminelles de la Jezabel de Kingakati… « Quittez les Institutions d’Occupation Rwandaise  » dixit Honoré NGBANDA… Ainsi soit-il… INGETA

  5. @Jo Bongos,
    Le Katanga où il a grandi a été inondé des sujets Banyarwanda [venus pour travailler dans les mines de la Gécamines greffés par les Colons Belges] qui y ont fondé des familles depuis 1920 même après dans le Grand Kasaï… Les mauvaises langues disent que feu Kyungu wa Kumwanza alias De Oliveira fut un Angolais, il est allé mourir au pays de Neto, Tshilombo-Pétain lui-même affirma que ses ancêtres viennent de Malange (Angola), son je m’en foutisme quand les Kongolais meurent tués, massacrés, violés par ses Maîtres Banyarwanda en dit tout, Hippolyte Kanambe alias Kabila est un imposteur Rwandais même Satan le Chérubin jadis oint le sait et ses Démons en rigolent sous cape et se moquent des Kongolais qui veulent son retour imminent, alias Katumbi est un Juif-Zambien n’en déplaise à ses fanatiques aveugles qui veulent nous imposer un autre imposteur Zambien extrêment inapte intellectuel… Sama Lukonde soi-disant né et grandi à Paris entre dans le cercle fermé des imposteurs qui dirigent la RDC occupé par les Banyarwanda depuis la mort de Mzee Kabila… Ceci dit pour confirmer tout ça (Soki ya solo, tobebi na biso, kasi ce Munyarwanda travaille déjà contre le KONGO-ZAÏRE sans se cacher); il va falloir faire expressément UN RECENCEMENT ADMINISTRATIF et SCIENTIFIQUE comme le Zaïre l’a connu dans les années 80 car notre Grand et beau pays [qui n’a toujours pas de Carte d’IDENTITÉ NATIONALE depuis 1997] n’a jamais eu un PROBLÈME POLITIQUE mais un problème d’Occupation étrangère doublée d’un sérieux problème d’IDENTIFICATION NATIONALE (toutes les archives administratives de l’ex-Zaïre sont au Rwanda volées et exfiltrées par Moïse Nyarungabo), c’est connu de tous les Kinois que les dépouilles mortelles des Kongorais [qui se font passer pour des vrais Kongolais] qui meurent en RDC occupée sont rapatriées dans leur Rwanda natal pour être mis 6 pieds sous terre (Cfr Déo Rugwiza)… Certains pro Rwanda exigeront des preuves pour prouver que Sama Lukonde est un Munyarwanda mais la Résistance Kongolaise n’a plus besoin de prouver que le Gouverne et ment d’Occupation Rwandaise que Tshilombo-Pétain appellé bêtement WARRIORS (un des ministres nommé ALEXIS MUVUNYI GISARO « Ministre des Infrastructures est le fils de FEU « GISARO MUHOZA » Créateur du terme inique BANYAMULENGE) est composé en majeure partie des BANYARWANDA… « Quoi qu’il arrive, la Flamme de la Résistance Française *KONGOLAISE* ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. » pour paraphraser Charles de Gaulle… Ainsi soit-il… INGETA

  6. « J’ai écouté avant hier peiné et furieux le Conseiller de Tshisekedi aux affaires stratégiques, Vidye Tshimanga, refuser sans scrupules et avec arrogance de voir qu’à cette date le bilan de leur mandat était quasiment négatif se défendant que beaucoup a été planté pour des fruits demain sans convaincre de la garantie de son grand soir. Plus grave; il a fait un cirque imbuvable â défendre les largesses faites à Kagame seulement pour changer de stratégie. Quelle bêtise de croire à une résistance gagnante aux armes les mains nues. Entre-temps le Rwanda continue à tuer et à piller. Voilà la marque de la gestion de Tshisekedi : de l’amateurisme partout et une naïveté dans les relations régionales. Alors que le peuple attend malheureux de mieux profiter des richesses du pays le pouvoir se complait à des promesses indéfinies et à quelques miettes difficilement accessibles comme sur les produits surgelés et les billets d’avions pendant qu’on vend gratis les minerais aux Rwandais.
    Le temps n’est-il pas venu pour Tshisekedi de comprendre qu’il fait fausse route avec cet amateurisme, entouré de personnes incompétentes ? La bonne volonté ne suffit pas, il faut changer de méthodes, d’équipe et de cap !
    Pauvre pays !

    1. @ Ndeko Nono,
      Après avoir écouté ce conseiller aux machins stratégiques à la présidence, vous comprenez aisément les errances du président. Comme ses propos invraisemblables sur la Covid 19 en Allemagne, tout recemment. Somo !
      Notre Mulopwe Tshilombo est vraiment mal entouré, mal conseillé par des gens payés pour rien. L ‘IGF devrait faire un tour au château pour voir ce qui s’y passe.

  7. J’ai trouvé les propos de Tshisekedi sur le vaccin à Goma irresponsables, par contre, je suis totalement d’accord avec lui sur ce qu’il dit en Allemagne au sujet de médicaments mis au point en RDC pour soigner le covid 19. On est pas obligé de s’applatir et approuver béatement parce que les occidentaux ne sont d’accord avec nous. Je rappelle que ce sont les mêmes occidentaux qui ont prétendu que Muyembe spécialiste d’ébola n’était qu’un charlatan. Aujourd’hui, son expertise en matière d’ébola est reconnue mondialement. De toute façon on en peut rien contre les spécialistes de dénigrement qui écument cette rubrique. Je n’ai cité personne. Je dis tout simplement que Tshisekedi à le droit de promouvoir les inventions et les progrès réalisés chez nous.

  8. De quoi parlons-nous sinon de science et la science exige un processus défini qu’on soit en Occident ou dans le Tiers Monde ! Pour être validés officiellement et mondialement vaccins et médicaments doivent passer par différentes phases longues et coûteuses , voilà pourquoi ce sont des grande firmes qui s’en occupent et balisent volontiers alentours pour rester les seules. Aujourd’hui avec les nouvelle épidémies, ces processus se sont accélérés pour offrir rapidement vaccins et médicaments qui vont soigner et guérir de nombreux nouveaux malades d’où des choix techniques, chimiques, ou génétiques comme les fameux vaccins à ARN. C’est aussi l’occasion pour les Africains d’offrir leurs molécules obtenues sur place avec les risques de ne pas être validées internationalement en raison de leurs trajectoires peu connues et/ou leur efficacité pas toujours prouvée. Qu’on soit un ‘antivax’ et un leader africain comme Tshisekedi soucieux de promouvoir l’inventivité et le travail de ses Concitoyens, il n’est pas prudent de proclamer facilement des réussites de chez soi sans trop s’occuper de l’impératif de validation scientifique des produits. Voilà ce qu’il y’aurait à reprocher à l’enthousiasme de notre Chef de l’Etat même si nous convenons que les grosses firmes occidentales n’hésiteront pas de barrer la route à nos travaux et produits !

    1. @Ndeko Nono,
      Trahir son pays, voyager en jet privé, lire des discours ou acheter des chaussures et des montres de luxe, inaugurer des chrysanthèmes…tout cela n’exige aucun pré-requis. N’importe quel individu est capable de le faire. Mais comprendre ce que vous écrivez ici demande un minimum de culture scientifique. Tous ces gens-là ne sont pas intellectuellement outillés pour comprendre ces notions.
      Chance eloko pamba !

Comments are closed.