L’ex-Raïs « contre-attaque »

Read Time:3 Minute

Jeudi 23 décembre à Kinshasa, des avocats de l’ancien président Joseph Kabila, appelé affectueusement Raïs en son temps, ont tenu un point de presse. Ils venaient contredire l’enquête « Congo Hold-Up » menée par un consortium regroupant des journalistes de 19 rédactions. Ils fustigeaient la gestion de la RES PUBLICA sous Kabila. Pour ceux qui ne le sauraient pas, Raïs est un mot arabe signifiant tout simplement Chef.

Ce collectif d’avocats de Kinshasa a annoncé qu’il en existait d’autres en Europe et en Afrique australe. Sapristi!

A la tête de tous ces beaux messieurs, siège Me Raphaël Nyabirungu, un proche de l’ex-Raïs. N’est-ce pas lui qui ânonnait, Urbi et Orbi, à l’époque du débat sur le troisième mandat de Kabila, que rien n’empêchait le Raïs d’alors à se présenter à l’élection présidentielle? Enfer et damnation! Bref, passons!

Il affirme aujourd’hui, pince-sans-rire, que l’enquête est un complot d’intoxication et de diabolisation contre une personnalité de premier plan dans son pays et en Afrique. Il tint à peu près ce langage: « Ayant pris connaissance des extraits du rapport tels que publiés et devant des preuves évidentes de contrevérité, de dénonciations calomnieuses et de diffamations attentatoires à l’honneur et à la réputation du Président de la République honoraire par ailleurs de nature à l’exposer au mépris public, le collectif des avocats a examiné toutes les possibilités de porter cette affaire devant les cours et tribunaux. C’est l’occasion de préciser que nous ne sommes pas venus pour donner une conférence de presse, néanmoins en tant qu’avocats et praticiens de droit, nous voulons fixer l’opinion et annoncer la position officielle du Président de la République honoraire face à cette campagne de diffamation et de dénonciations calomnieuses, de dénigrement et de contrevérité contre sa personne… C’est à cause de son patriotisme et de son amour avéré pour notre beau pays qu’il a préféré après son deuxième mandat continuer à y vivre modestement parmi les siens au lieu de s’installer dans de grands palaces à l’étranger… L’acharnement sur la personne du Président de la République honoraire de la part des médias internationaux politiquement orientés, manipulés, et instrumentalisés appelle une réponse énergique et appropriée par toute voie de droit. C’est pourquoi à la suite de la violation grave et intentionnelle de ces droits fondamentaux de citoyen, notre client se réserve le droit de saisir incessamment les instances judiciaires compétentes tant au pays qu’à l’étranger pour que justice soit faite… C’est facile d’imputer à quelqu’un un détournement de 138 millions de dollars pendant qu’il a laissé à votre disposition deux milliards de réserve de change. Pourquoi est-ce qu’il ne les a pas pris? »

En entendant ce laïus, mon ami qui sait tout faillit s’arracher les quelques cheveux qui trônent encore sur sa tête. A l’en croire, à la fin du mandat de Kabila, les réserves de change étaient d’environ 800 à 900 millions de dollars et non 2 milliards. Enfer et damnation!

Ceci expliquant cela, comment ce collectif qui ne maîtrise pas les chiffres peut se défendre devant des journalistes balaises et bien informés qui auraient livré aux chiens l’honneur d’un homme? Stupeur et tremblements!

Mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée encourage le collectif des avocats à saisir la justice. Ce sera une belle occasion d’ouvrir la boîte de Pandore. Saperlipopette! Pour ceux qui ne le sauraient pas, dans la mythologie grecque la boîte de Pandore symbolise la cause d’une catastrophe. N’est-ce pas une façon de donner aux autres l’occasion de sonner l’hallali?

En attendant, la ministre de la Justice a ordonné, dès le 20 novembre 2021, au procureur général près la Cour de cassation d’ouvrir une instruction judiciaire et d’engager, le cas échéant, des poursuites judiciaires. L’ex-Raïs, devenu sénateur à vie, va certainement passer entre les mailles du filet de la justice au pays par suite des immunités parlementaire et d’ancien Président de la République. On dit chez nous: Qui crache en l’air doit s’attendre à recevoir les crachats sur le visage.

 

GML

Happy
Happy
25 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
75 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

One thought on “L’ex-Raïs « contre-attaque »

  1. Sans la moindre honte et l’élémentaire dignité, Sieur Nyabirungu et son équipe nous chantent que « c’est à cause de son patriotisme et de son amour avéré pour notre beau pays qu’il a préféré après son deuxième mandat continuer à y vivre modestement parmi les siens au lieu de s’installer dans de grands palaces à l’étranger… ». Ou il est mal habitué et mal entouré jusqu’à ne pas savoir ce que signifie « vivre modestement » et qu’il n’y ‘a besoin de s’installer dans de grands palaces à l’étranger pour vivre très richement. Ces avocats sans la moindre dignité sont là seulement pour se faire de l’argent, ils n’ont cure de patriotisme et d’État de droit. L’ex petit raïs ne vit pas parmi les siens, il n’y a à côté de lui que quelques Congolais qu’il a choisi, il vit très très bien protégé de toute incursion dans un domaine volé au patrimoine du pays qu’il a richement aménagé, il bénéficie d’un solde plantureux de 680.000 dollars, des millions de fois au dessus du citoyen lambda, il a un statut usurpé de sénateur à vie et de président honoraire qui le met à l’abri des poursuites contre les nombreux crimes physiques et économiques ayant qu’il a perpétrés ayant pris soin de s’accorder des immunités indues… C’est même cela le malheur des Congolais : il aura beau se donner la témérité de se présenter devant cours & tribunaux pour se défendre des accusations justes portées contre lui, il ne pourra hélas en répondre équitablement protégé par ces immunités abusives qu’il s’est octroyées avant de quitter le pouvoir. Dommage, il y’aurait quelqu’un de courageux et de juste dans ce pays pour revenir abroger toutes ces lois injustes qui le protègent qu’on pourra enfin mettre en route un début de justice démocratique et humaine !

Comments are closed.

Previous post Échec et mat pour les confessions religieuses
Next post Une constitution qui bloque l’instauration d’une justice indépendante, impartiale et équitable