Les Allemands de retour au pays de Fatshi

Le représentant personnel pour l’Afrique de la Chancelière allemande. Angela Merkel, M. Günter Nooke, est arrivé à Kinshasa le mercredi 12 août 2020 pour un séjour de travail de 5 jours. Selon les sources au ministère de la Coopération et intégration régionale, l’agenda de l’homme d’Etat allemand intègre des discussions sur la réalisation du Projet Inga 3 (« The Congo Green H2 Projet » et le gigantesque projet « chemin de fer du Congo ». Initiative de la firme Congo Railway Development Ag, qui a conçu un système de transport multimodal consistant à la réhabilitation, à la construction et à l’exploitation d’un réseau ferroviaire national, circulaire et intégrateur de plus de 10.000 Km connecté aux ports, aéroports et routes.

Partenariat traditionnel

Le séjour congolais de M. Günter Nooke s’articulera essentiellement autour de ces deux gigantesques projets vitaux pour le pays et le continent. Il rappelle également la disponibilité de l’Allemagne à travailler aux côtés et avec les Congolais. Pour mémoire, à la suite du voyage de feu le président Mobutu, en 1968, Bonn avait souscrit à une coopération fructueuse entre la République Fédérale d’Allemagne d’alors et la République Démocratique du Congo. A la faveur de cet accord, les firmes allemandes – Deutz, Möeller, Siemens… – avaient littéralement dominé la zone industrielle de Limete, allant de la 1ère Rue à la 17ème Rue à Kinshasa.

A l’actif de cet investissement massif, s’inscrit la croissance économique de l’économie pendant toute cette période. Limete était grouillante avec plusieurs unités de production qui permettaient le décongestionnement de la commune de la Gombe, devenue aujourd’hui le pourvoyeur principal d’emplois dans la capitale.

Par naïveté ou par cécité, cependant, ce précieux acquis sera soldé sur l’autel de la mesure coupe-gorge dite « zaïrianisation » de l’économie du pays. Pour avoir dépossédé ceux qui avaient le sens des affaires et de l’investissement, cette erreur politique va inscrire l’économie du pays dans une spirale descendante. En dépit de la mesure corrective de « rétrocession » très peu d’opérateurs spoliés avaient souscrit à récupérer leurs unités de production déjà littéralement saignées par une gestion prédatrice.

Deux décennies perdues

Mais le coup fatal sera administré par la population elle-même, sur fond d’intrigues politiques, avec les pillages successifs de 1991 et janvier 1993. Tout le tissu économique fut dessouché par des pillages d’une agressivité rare sur la planète. Le changement de régime intervenu en mai 1997 va susciter un regain d’espoir dans le chef d’une population durement éprouvée par les affres d’une destruction aveugle.

Hélas, l’attentisme des investisseurs occidentaux s’étirera sur plus de deux décennies. A la base, la gestion clientéliste de l’appareil de l’Etat. On le sait, les Allemands, les Flamands, les investisseurs de style anglo-saxon…répugnent à des combines mesquines dans la gestion des affaires. Or, Kinshasa s’est illustré pendant toute cette période – 1997 à 2019 – dans les combines de commissions, corruption, tracasseries administratives et policières, etc. Respectueux de la législation, les Allemands ne sauraient retrouver le chemin de la RDC, tant que persistaient ces pratiques éhontées.

Thérapie à la Fatshi

De 1997 à 2019, il y a eu ainsi foisonnement de petites industries et usines montées par des Chinois et Indo-pakistanais très habiles dans des deals avec et sous le couvert des autorités politiques, militaires et policières. Peut-on espérer booster l’économie du pays avec un tel tissu? Non! Félix Antoine Tshisekedi le sait. Comme beaucoup d’autres experts congolais. Dès son investiture, en janvier 2019, le chef de l’Etat s’est jeté dans l’avion, en tête de pont d’une diplomatie de charme articulée autour de la reconquête de la paix et du retour d’investisseurs sérieux sur le sol congolais. Essuyant invectives, insultes, calomnie… Fatshi a débarqué sur le sol allemand en novembre 2019. Sur la table, les raisons pour les Allemands de faire come back à Kinshasa, mieux en République Démocratique du Congo.

Séduite par la nouvelle vision du président congolais, Angela Merkel n’a pas hésité à engager son pays dans un nouveau deal avec Kinshasa. Le protocole d’accord y afférent (MoU) a été signé à Berlin par le ministère congolais de la Coopération internationale, intégration régionale et Francophonie et l’entreprise Siemens AG.

Climat des affaires

Il faut reconnaître que le retour des Allemands en RDC est en soi une opération de marketing qui ne dit pas son nom. L’Allemagne dans un territoire est un gage automatique de la réunion des conditions propices au développement des affaires. Comme souligné plus haut, la culture germanique a horreur de la tricherie, des combines diverses; elle s’accommode plutôt du respect de la législation par les parties – pouvoirs publics et opérateurs économiques.

On le sait, le climat des affaires en République Démocratique du Congo était entaché, entre autres, par une justice corrompue et inféodée aux forces politiques. Le déroulement du procès des 100 jours, sans la moindre interférence du chef de l’Etat, a donné le gage de regain d’une justice indépendante et rassurante. D’où, vraisemblablement, la volonté de retrouver le territoire congolais qu’assume la visite de travail de M. Günter Nooke. Et par effet de contagion, d’autres nations économiques vont faire le déplacement de Kinshasa. Pour la même cause.

Le piège

Après la victoire pour une justice émancipée, à la base de l’embellie actuelle, Félix Antoine Tshisekedi ne devrait pas poser la tête sur l’oreiller. Comme disait Franco Lwambo Makiadi « les sorciers n’ont pas encore désarmé ». La deuxième cible, tout aussi importante, reste le fonctionnaire. Très ancré dans la corruption, il multiplie les tracasseries administratives et diverses qu’il s’érige, lui aussi, en obstacle pour l’investissement. Heureusement la création de l’institution en charge de la lutte contre la corruption est déjà opérationnelle. Pourvu, certes, qu’elle soit efficace pour ne pas décevoir, et le géniteur et les potentiels investisseurs.

Pour tout dire, sans tambour ni trompette, le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, réalise des enjambées sur le chemin du progrès.

A l’occasion de cette visite, nous disons BIENVENUE AUX ALLEMANDS!

« HERZLICH WILLKOMMEN! SCHÖN WIEDER DEUTSCHE GÄSTE BEI UNS BERGRÜBEN ZU DÜRFEN! » (= Bienvenue de tout cœur! C’est beau de pouvoir à nouveau saluer des visiteurs allemands!)

 

Bondo Nsama – Journaliste

13 thoughts on “Les Allemands de retour au pays de Fatshi

  1. La retour de la première économie européenne au Congo est une occasion de jeter des nouveaux jalons pour un nouveau départ.
    Comme le dit Mr Nsama, la folie de la zairianisation de l’économie suivie de la radicalisation a conduit à la destruction de la tissus industrielle de notre pays. Les deux pillages n’ont été que la suite logique de cette démence collective qui a fini par détruire notre économie de façon irréversible. Ne nous voilons pas la face, il sera très difficile de convaincre les investisseurs méticuleux et pragmatiques que sont les allemands. Si investir au Congo présente des risques inconsidérés, les allemands ne viendront pas malgré le charme et les assurances du Président Tshisekedi. Avec l’arrivée de l’AFDL, le Congo a tourné le dos aux investisseurs occidentaux très regardant sur la bonne gouvernance et le respect de droit de l’homme. Félix a donné des gages, mais étant en coalitions avec ceux qui ont détruit le pays, le renouveau risque d’être difficile. Il faut aussi reformer cette administration gangrenée par la corruption. Assurer une formation adaptée à la gestion moderne, la doter des moyens aussi bien matériels que financières pour lui permettre de faire correctement son travail.

  2. Oui, l’espoir est toujours permis.
    Mais, soyons realistes, la visite de Gunter Nooke, ou d’une delegation d’hommes d’affaires Allemands ou Americains en RDC ne signifie pas necessairement que ceci serait suivi d’un investissement immediat.
    Fatshi doit d’abord asseoir l’Etat de droit et, audela de ses discours et promesses, demontrer sa determination d’en finir avec la corruption et l’inpunite aussi bien a la presidence, au gouvernement, qu’a Kingakati.
    Quel investisseur rationnel risquerait ses capitaux dans un Pays avec toutes ses regies financieres et postes frontaliers sous controle des frangins criminels et leurs majordomes de la bande mafieuse PPRD-FCC?

  3. Il faudrait que l’homme du  » pays de droit » se donne la peine d’aller recruter les anges au ciel pour co-operer et convaincre les allemands. Se contenter de ses centaines des voleurs et parvenus de la presidence c’est de la peine perdue. Les allemands sont encore au niveau de la prospection, ce n’est pas demain qu’ils vont remettre leurs machines au Congo. Ils attendront sans doute quand le nouveau president sera elu pour s’assurer de la bonne gouvernance car jusqu’a present le pays patauge sur la 8eme place des pays les plus pauvres du monde malgre les bruits des non-inities. Il n’y a aucun changement dans la vie quotidienne du congolais a part les bruits pour distraire la masse. J’aime ce que l’un des nous avait dit ici:  » Bakendaka na bokila na batu ya makelele te, bakokimisa banyama ».

    1. eRAZ
      electronic RAZ,
      donc yo nde NYAMA YA MAKELELE ? Je comprends pourquoi l´opposition et la résistance pataugent.
      eRAZ ozokimisa banyama likolo ya makelele.

    1. Jo Bongos hors-sujet,
      Il n´y a aucune thèse ici selon laquelle « le pays se développera grâce aux investissements allemands ».

    2. La Chine mister Jo Bongo..
      Si vous prenez le temps de faire des recherches sur le boom technologique de la Chine, vous allez retrouver sans peine la RFA.
      En effet, la France avait refusée de « transferer » la technologie du train á grande vitesse TGV, la RFA a non seulement contribuée (avec le Japon) a aider la Chine á fabriquer son propre TGV, mais aussi le transfert du train á sustention magnétique.
      L´industrie chinoise doit beaucoup aux transferts des technologies de la RFA.
      AFRIQUE DU SUD
      Si vous visitez la RSA, vous allez decouvrir le poids de l´industrie automobile de la RFA dans ce pays.. C´est le resultat du « offset » (compensation) quand l´ANC avait optée pour l´importation des navires de guerre type MEKO, la RFA en compensation a implantée BMW par exemple dans les zones defavorisées á grande majorité noire en Afrique du Sud.
      RDC
      Les congolais doivent miser avant tout sur la technologie de chemin de fer made in RFA.. technologie fiable et l´Allemagne a la tradition de mettre au premier plan sa « reputation » de fiabilité technologique.
      Felix doit démontrer qu´il est determiné.. afin de convaincre les allemands á s´installer au Congo.
      Felix va subir le « lobby » francais et belge.. deux pays qui ont une autre tradition en Afrique.. kie kie mais la RFA est la première puissance financière et économique.. si pas technologique dans la zone EU.. lol

      1. @GHOST
        Il y a une ONG du côté de Goma, Bukavu qui finance quelques activités opaques. Cherchez le lien entre cette ONG et le gouvernement rwandais. Vous allez comprendre.
        Si les allemands reviennent au Congo, ce n’est certainement pas pour le bien des congolais.
        Mwana mayi, Tozala bindima ndima te !

  4. L´arrivée des Allemands est une bonne chose, n´en déplaise à MUZITO qui annonçait que LAMUKA allait déstabiliser le CONGO, créer l´insécurité pour empêcher l´arrivée des investisseurs (Cette annonce n´a pas été curieusement condamnée par les « amoureux du Congo » qui évoquent l´insécurité à l´Est pour critiquer FÉLIX.).
    Espérons que du concret dans cette coopération s´ensuivra et que le Congo avec le bon travail de ses filles et fils se redressera.

    1. Procongo@
      Muzito ne faisait qu´annoncer les scandales du programme de 100 jours et pire celui de la gestion des millions des dons du Covid.
      Muzito ayant été premier ministre et possedant une éducation fiable ne faisait qu´annoncer la « réalité »: Vous ne pouvez pas attirer des capitaux sans réformes institutionnelles, sans combattre la corruption, sans combattre le « retro-commission »… L´Allemagne n´est pas la France ou la Belgique, pays qui ont la tradition d´encourager le chaos en Afrique.
      Pour la RFA tout comme les pays Scandinaves, il est important de démontrer la transparence, et surtout la bonne gouvernance-
      INSECURITE Á L´EST?
      Quand Felix fait de Tango Four un « général 4 étoiles » malgré les sanctions internationales contre ce général.. dont les performances sont très discutable, il porte la responsabilité devant tous les congolais.
      Felix a fait le choix de se retrouver dans une alliance avec Kabila, qu´il assume les tares et les conséquences de cette alliance.
      Ce n´est pas l´insécurité á l´Est qui va retarder les investisseurs mais avant tout la mauvaise gouvernance et la corruption.
      Même la manière dont Felix est entrain de gerer cette guerre va influencer beaucoups.. dommage negativement.
      Si Felix était assez intelligent, il allait consulter de temps en temps Muzito pour apprendre comment faire.. kie kie au lieu de s´entourer des centaines des conseillers tribaux amateurs.

  5. Ghost
    1. « Muzito ayant été premier ministre…  » : BILAN ! Le peuple a vécu décemment ? Et les détournements combattus ?
    2. « … et possedant une éducation fiable ne faisait qu´annoncer la « réalité »: Vous ne pouvez pas attirer des capitaux sans réformes institutionnelles… » : HORS-SUJET ! Muzito a été clair : Ils allaient déstabiliser le pays pour empêcher l´arrivée des investisseurs. C`EST CELA L´ÉDUCATION FIABLE ?
    3. « Si Felix était assez intelligent, il allait consulter de temps en temps Muzito… » : Qu´est-ce que l´’INTELLIGENT MUZITO’ lui-même avait fait pour le peuple quand il était 1er Ministre ?
    En plus, puisqu´il est ‘devenu opposant’, il peut parler de la mort de Chebeya, Bazana, Tungulu et des éleveurs tutsi à Kwango.
    Votre plaidoyer (tribaliste ?) pour Muzito est trop léger, déjà VOUS falsifiez les propos de Muzito qui était très explicite : déstabiliser le Congo pour EMPÊCHER l´arrivée des investisseurs.

    1. @ Procongo,
      Votre replique a GHOST concernant Adolphe Muzito est correcte.
      Ce n’est pas aupres d’un kleptocrate de l’acabit d’un Muzito (enrichi par son passage au Gouvernement – et a la Primature grace a son oncle Gizenga) et se lavant aujourd’hui au sein de Lamuka, que Fashi devrait apprendre « bonne gouvernance ».

Comments are closed.