Nous nous épuiserons dans de vains efforts sans jamais atteindre le but ultime de notre Combat politique national car nous n’avons pas une connaissance exacte, précise, claire et distincte de ce but ultime

Read Time:4 Minute
Dr François Mpuila

Nous ne maîtrisons ni notre passé, ni notre présent, ni notre avenir: combien de Congolais savent réellement d’où nous venons, ce que nous sommes et où nous allons?

Maîtriser notre passé, c’est être enracinés dans notre socle du patrimoine ancestral et dans nos valeurs culturelles négro-africaines; c’est être préoccupé de la transmission de tout cet héritage aux jeunes par l’éducation familiale, les programmes à l’école, l’Etat et toute la société.

C’est inculquer à nos compatriotes la conscience patriotique et démocratique; apprendre l’histoire politique de notre Pays, l’héritage, les trésors et les acquis positifs accumulés par notre Peuple au cours de notre Combat national pour la libération et pour le progrès (Les Résolutions de la CNS); honorer la mémoire, les efforts, les sacrifices et le martyre des anciens en préservant précieusement les trésors qu’ils nous ont légués pour les enrichir de notre apport, les élever dans une synthèse supérieure et les appliquer.

C’est savoir nous enrichir des valeurs positives des autres peuples.

Maîtriser notre présent, tirer les leçons de la faiblesse intrinsèque de notre superstructure idéologique traditionnelle – superstructure idéologique pacifiste, négligente de l’aspect de l’auto-défense militaire et sécuritaire, mais élogieuse et prometteuse uniquement des valeurs humaines, politiques, morales et spirituelles – face aux peuples ayant une superstructure idéologique hégémonique, expansionniste, dominatrice et militariste.

C’est apprendre à nos compatriotes la nature de la tragédie congolaise, sa cause principale, ses causes secondaires, ses corollaires, son impact, ses répercussions et ses conséquences dans toute notre société, ainsi que les travaux et les résolutions de la CNS qui nous ont légué les fondements d’un Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne, c’est-à-dire la solution appropriée pour mettre fin de façon définitive et durable à la tragédie et placer notre Pays sur la voie du progrès.

C’est être intransigeant pour le profil de nos dirigeants afin que notre pays et notre Peuple soient gérés par un leadership de progrès; c’est apprendre aux compatriotes jeunes et adultes notre identité multiculturelle, notre géographie, notre position multi-géostratégique et géoéconomique; les ressources naturelles immenses et diversifiées et les potentialités économiques et industrielles considérables dont regorge notre Pays.

C’est préserver et promouvoir notre indépendance, notre souveraineté, l’intégrité de notre territoire, l’inviolabilité de nos frontières, le respect de nos lois par tous les compatriotes et tous les étrangers qui entrent dans notre Pays.

C’est nous libérer des chaînes de l’esclavage, de la colonisation et de l’aliénation en rejetant d’appliquer jusqu’à ce jour une constitution étrangère alors que nous nous considérons comme étant indépendants et souverains depuis plus de 60 ans.

Penchons-nous un instant sur notre avenir, c’est-à-dire sur le but ultime de notre combat politique national.

Une confusion profonde et préjudiciable à plusieurs égards règne jusqu’à ce jour dans l’esprit de nombreux compatriotes congolais sur l’objectif ultime de notre combat. A la question sur l’objectif ultime de notre combat, certains répondent qu’ils luttent pour faire de la RDC « un Etat moderne »; pour les autres, c’est pour instaurer « un Etat de droit » en RDC; pour les autres, c’est pour instaurer en RDC « un Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne et prospère ». Le 4ème groupe pense que « les trois notions sont des synonymes (des termes interchangeables, juxtaposables) et utilise indifféremment les trois notions: tantôt, l’Etat moderne; tantôt, l’Etat de droit; tantôt, l’Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne et prospère ».

Nombreux compatriotes ne savent donc pas avec exactitude où nous allons, notre destination, notre point d’arrivée. Et ce qui se fait sur le terrain démontre que nombreux compatriotes ignorent le point d’arrivée et posent des actes qui bloquent la démarche pour accéder à ce point d’arrivée.

L’objectif ultime de notre combat consiste à instaurer en RDC « un Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne et prospère ». Cet objectif ne se gagne pas par Lotto; ne tombe pas du buisson ardent comme par le hasard ou la chance ou par enchantement; ni ne sort de la terre comme une génération spontanée; ni descend du Ciel comme par miracle.

Comme le démontre l’Histoire des pays démocratiques et développés, il s’agit d’une valeur intransigeante pour y accéder, s’y maintenir et se promouvoir. C’est un défi noble, une valeur qui exige la mise en œuvre de beaucoup d’engagement, d’efforts et de sacrifices, de conditions, de valeurs, d’atouts, de mécanismes, de ressources humaines, politiques, morales et matérielles.

Nous avons déjà publié plusieurs articles sur la différence entre « un Etat » dans le sens moderne, « un Etat de droit » et « un Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne et prospère ».

Nous rappelons l’article en pièce jointe du 03 janvier 2017.

Fait le 19 décembre 2021.

 

Pour le Leadership National Congolais de Progrès
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM et WhatsAAp: +32-493-325-104
Email: tshipamba.mpuila@yahoo.fr

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Ituri: au moins huit morts dans des attaques de villages par des rebelles ADF
Next post Le Congo-Kinshasa bénéficie d’un décaissement du FMI de 212,3 millions de dollars