RDC-M23: le gouvernement alerte sur une nouvelle campagne du Rwanda pour tronquer les faits sur le massacre de Kishishe

Read Time:2 Minute

Lundi 12 décembre 2022

Politique

Photo d'illustration

Le Président rwandais Paul Kagame

Le gouvernement congolais dénonce la présence qu’il qualifie d’ irrégulière et l’exercice illégal sur son sol des journalistes et communicateurs proches du régime de Paul Kagame. À en croire le ministère de la communication et médias, ces journalistes qui sont entrés à partir via Bunagana jusqu’à Kishishe dans le territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, y ont été escortés par les services de la coalition M23/RDF.

Il attire l’attention de la communauté tant nationale qu’internationale sur une nouvelle campagne de mensonges du Rwanda pour tronquer les faits, promouvoir des faux témoignages des autochtones et tordre le cou à la vérité à propos du massacre de Kishishe et autres perpétrés par la coalition M23/RDF.

« Le ministère de la Communication et médias qui alerte la presse nationale et internationale se réserve les droits d’user des moyens légaux contre tous ceux qui vont relayer cette campagne mensongère du régime de Kigali utilisant les faux témoignages des populations prises en otage, conditionnées pour une mise en scène et menacées de mort. Cette collaboration médiatique Rwando-M23 est une preuve supplémentaire du soutien avéré et incontestable du pouvoir du président Paul Kagame aux terroristes qui sèment l’insécurité dans notre pays, tuent nos compatriotes et violent nos femmes et nos filles », lit-on dans un communiqué rendu public ce lundi 12 décembre 2022.

Le ministère de la Communication et médias réitère la détermination du gouvernement à engager des poursuites judiciaires contre les responsables des crimes internationaux dont les massacres de Kishishe et Bambo pour réclamer justice et obtenir réparation. 

« L’Exécutif national ne ménage aucun effort pour le retour de la paix et de la sécurité dans cette partie du pays », a prévenu Patrick Muyaya, ministre de la communication et médias.

Au moins 131 civils dont 17 femmes et 12 enfants ont été exécutés arbitrairement par balle ou à l’arme blanche fin novembre dans deux villages de l’est de la RDC, selon une enquête préliminaire de l’ONU, rendue publique jeudi dernier, qui accuse la rébellion du M23. Les autorités de Kinshasa avaient évoqué lundi un bilan d’environ 300 morts dans le village de Kishishe, dans la province du Nord-Kivu.

Le M23 (« Mouvement du 23 mars ») à la base de ce massacre est une ancienne rébellion majoritairement tutsi qui a repris les armes en fin d’année dernière et conquis de larges portions d’un territoire du nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Selon les autorités congolaises, des experts de l’ONU et la diplomatie américaine, le M23 est soutenu par le Rwanda. Mais Kigali conteste, accusant en retour Kinshasa de collusion avec les FDLR, un mouvement hutu constitué par certains auteurs du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda.

Clément MUAMBA/ACTUALITE.CD

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

4 thoughts on “RDC-M23: le gouvernement alerte sur une nouvelle campagne du Rwanda pour tronquer les faits sur le massacre de Kishishe

  1. Paul « Croix-Gamée » prend les Congolais pour des têtes de Turc, tellement qu’il a longtemps réussi à mener par le bout du nez les dirigeants congolais traîtres.
    Sur TV5 on a assisté à une autre mise en scène on ne peut plus rocambolesque: Kagame rassemble une frange de la population rwandaise résidant prêt de la frontière congolaise, qu’il nomme les « Tutsi congolais »; il convoque la presse internationale et organise une manifestation sous escorte de sa soldatesque où se ces gens dénoncent les exactions dont ils sont victimes en RD-Congo; tout cela pour dissimiler ses crimes commis à Kashishie.
    Dieu est grand, l’Ubwenge de Kagame ne marche plus!

  2. Toujours en train de pleurnicher…du blabla que du blabla. Les rwandais sont toujours à Bunagana. Et dans les tripots de Kinshasa, on rencontre des généraux ventrus et bouffies, escortés et protégés par des soldats armés, en train de consommer de l’alcool et de jeunes femmes…
    Circulez, il n’y a rien à voir…Une médiocrité en béton !

  3. LA RÉSISTANCE COMBATTANTE KONGOLAISE ET LE COLLABORATIONNISME RDCIEN ! Environ 95.000 Françaises et Français ont été frappés d’indignité nationale entre 1945 et 1951 par une juridiction ad hoc, ces Collabos Français furent considérés coupables de collaboration avec les Allemands, en plus de la sentence « état d’indignité nationale », 1.500 condamnations à mort furent aussi prononcées contre tous ses indignes Collabos. Comme jadis la Résistance Française, sa sœur cadette Kongolaise proclame tout haut qu’à la Libération totale de notre Grand et Beau Pays KONGO-ZAÏRE, elle entend sans demi mesure épurer le pays des TRAÎTRES COLLABOS, Tshilombo-Pétain et sa famille compris. C’est pour faire œuvre de JUSTICE afin de garantir un avenir RADIEUX à une société nouvelle et régénérée du KONGO DIA NTOTILA. Des listes des traîtres comme celle des massacres génocidaires sont répertoriées par des archivistes chevronnés Patriotes Nationalistes qui agissent dans l’ombre. LES TORTIONNAIRES OCCUPANTS BANYARWANDA ET LEURS HOMMES DE MAIN AU PROFIL DE JOUISSEURS ESCROCS VOLEURS ! Un système tortionnaire a toujours eu besoin d’un grand nombre d’exécutants inconscients congénitaux disposés à accomplir des massacres (Tingi Tingi, Makabola, Kinshasa, Walikale, Rutshuru, Minembwe, Beni, Lubero, Djugu, Kimwenza, Maluku, Pweto, Kamwina Nsampu, Kwamouth, Kishishe etc) de GÉNOCIDE qui transforment des gens en bourreaux sans pitié, friands de l’argent facile entaché de sang de 12 millions des morts Kongolais car l’existence d’une idéologie d’occupation étrangère dans son essence esclavagiste conforte le bourreau de l’utilité de son travail de tortionnaire. Comment devient-on tortionnaire ? Il n’existe aucun profil psychologique type ni de psychopathologie appropriée au tortionnaire surtout dans le cas d’ecole (RDC occupée par les Banyarwanda). La perversion et le sadisme du bourreau ne sont pas innés, mais se développent au fil du temps et de l’exercice de la profession de tortionnaire du Peuple Kongolais esclavagisé (Cfr Tshilombo-Pétain et Bemba j’ai accepté l’inacceptable ainsi que Mboso Kudia Kwanga Epola, Didier Etumba, Jose Makila, André Mbata etc). Qui sont les tortionnaires ? La torture pratiquée collectivement en est un des fondements et n’est possible que si les individus qui la commettent communient autour des certaines idées orweliennes. En RDC occupée tous les Politichiens sont des patentés Collabos TORTIONNAIRES. Quelles sont ces idées gomorhéennes et orweliennes les unissent ? Par quel processus des individus jadis ordinaires nés dans un pays riche considéré comme scandale géologique peuvent se muer du jour au lendemain en des redoutables machines de destruction et de torture d’un peuple autrefois hospitalier ? Ces question à entrées multiples et à plusieurs réponses particulières ont été déjà développées avec brio par Hannah Arendt dans sa riche bibliographie. LES ÉLECTIONS PIÈGES À CONS AIDENT LES OCCUPANTS TORTIONNAIRES BANYARWANDA À ASSEOIR LEUR SYSTÈME INIQUE TORTIONNAIRE ! Contrairement à ce que suggère un certain théâtre démocratique remis à chaque scrutin sous d’autres cieux, l’élection piège à con dans un pays Sous-Occupation étrangère consiste surtout pour les partis à additionner des parts du « marché démocratique » pour conquérir ou conserver le pouvoir afin de perpétuer le système tortionnaire d’Occupation RWANDO-OUGANDAISE que d’aucuns pensent servir de déclencheur d’une pseudo Révolution Population. « La négation de l’histoire et des réalisations intellectuelles des peuples africains noirs est le meurtre culturel, mental, qui a déjà précédé et préparé le GÉNOCIDE ici et là dans le monde » (Cheikh Anta Diop, historien, anthropologue, et homme politique Sénégalais). VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  4. Y’en a marre de nos jérémiades sempiternelles, des blablablas vains. Des communicants et des journalistes rwandais entrés sur notre sol via Bunagana. On aura tout vu : les tentatives militaires et diplomatiques n’ont toujours pas raison sur les vœux diaboliques rwandais (et ougandais). Pourtant Kinshasa ne perd plus de temps pour alerter la communauté internationale qui fait semblant d’entendre mais n’en fait pas plus sur les atrocités venues de ces voisins orientaux : les voilà maintenant dans une campagne de mensonges pour tronquer leurs massacres incessants.
    Des poursuites judiciaires contre les coupables pourquoi faire lorsqu’on sait à l’avance qu’elles ne donneront rien ; déjà les conciliabules de Luanda et Nairobi restent stériles. Nos autorités civiles et militaires sont les premiers fossoyeurs de ce pays parce qu’elles n’ont toujours pas intégré que seule une offensive militaire souveraine et solide vaincra l’ennemi. La paix n’est qu’à ce prix…

Comments are closed.

Previous post Bientôt les fêtes de fin d’année!
Next post On nous écrit à propos de l’article « Africa Raft -Dieuleveult »