RDC: une pétition de plus de 100.000 signatures déposée à la Présidence pour exiger l’annulation du projet d’Appel d’offre de 30 blocs pétroliers et gaziers

Read Time:2 Minute

Lundi 25 juillet 2022 –

Politique

Illustration

Les membres de Greenpeace Afrique après le dépôt de la pétition à la Présidence de la République

Avec plus d’un millier des signatures, la pétition contre le projet de la mise aux enchères de 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers par le Gouvernement congolais a été déposée ce lundi 25 juillet 2022 à la Présidence de la République par Greenpeace Afrique. La présente pétition est initiée en partenariat avec Rainforest Rescue.

Cette pétition c’est pour demander au Président de la République, Félix Tshisekedi, de renoncer à ce projet qui, à la fois, est contraire aux objectifs mondiaux de lutte contre changement climatique et ne rencontre pas la lutte qu’il mène afin de faire de la RDC un véritable « Pays-Solution » au changement climatique.

« Pour nous, il est inacceptable en ce moment même où nous subissons plusieurs effets du changement climatique que le gouvernement se lance sur ce genre de projet . C’est comme ça que nous avons déposé cette pétition signé en RDC et même à l’extérieur du pays où nous demandons au président de la République d’annuler carrément ce projet parce que cela va à l’encontre de son engagement et même du combat qu’il est entrain de mener pour la RDC afin qu’elle soit un pays solution au changement climatique », a expliqué Patient Muamba,  chargé de campagne forêt Greenpeace Africa. 

Et d’ajouter :

 » L’exploitation du pétrole va augmenter les émissions de gaz à effet de serre,  cela va occasionner encore plus les effets que nous avons actuellement. Et donc nous nous  sommes réunis pour demander au président de tenir à son engagement et d’annuler ce projet de la vente aux enchères de blocs pétroliers en RDC « .

Par la même occasion, Greenpeace Afrique dénonce le double langage du ministre des Hydrocarbures et rappelle que 9 de 16 blocs pétroliers traversent les aires protégées ainsi que les tourbières.

 » Le ministre lui-même a reconnu qu’il y a une  partie des aires protégées qui sera concernée.  Pourtant sur son compte Twitter et sur les médias internationaux il a affirmé  qu’il y a aucune aire protégée qui sera touchée.  Et nous, Greenpeace Afrique et toutes les organisations nous avons fait un travail de cartographie et nous lui avons montré que sur le 16 Blocs pétroliers qu’ils comptent vendre,  9 sont chevauchées par les aires protégées », poursuit Patient Mwamba.

Greenpeace Afrique, les organisations et mouvements climatiques promettent de poursuivre le combat pour le respect de la protection de l’environnement.

Lire aussi : RDC: Greenpeace Afrique invite les grandes compagnies pétrolières d’éviter les blocs pétroliers chevauchant les tourbières

De son côté, le Gouvernement congolais est déterminé à lancer des appels d’offres pour la vente de 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers ce jeudi 28 juillet 2022.

Ces blocs sont répartis comme suit : Trois dans le Bassin côtier,  Neuf dans la cuvette centrale,  Onze dans le Graden du Tanganyika et quatre dans le Graden Albertine .

Grâce Guka

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “RDC: une pétition de plus de 100.000 signatures déposée à la Présidence pour exiger l’annulation du projet d’Appel d’offre de 30 blocs pétroliers et gaziers

  1. Nous Congolais n’avons pas encore compris que le capitalisme financier dégradant a son profit basé sur l’exploitation de nos matières premières, bien entendu avec l’aide de nos politiciens véreux qui n’ont goût qu’au gain facile.
    L’éveil de la conscience collective tardant toujours à venir, ces prédateurs-malandrins ont décidé de transformer notre territoire national en un chantier à ciel ouvert et ils se sont fixés un horizon à moyen, voire à long terme, d’exterminer toute la population congolaise.

  2. Aujourd’hui c’est la date d’ouverture de la vente aux enchères de 27 blocs pétrolièrs et de 3 blocs gaziers par la RDC. ONG internationales et locales environnementales sont vent debout contre parce qu’ils chevaucheraient des aires protégées et des tourbières. Le ministre des Hydrocarbures leur rétorque que non seulement ces blocs ne les chevaucheraient pas mais aussi qu’il existerait des techniques pour forer sans toucher à l’écosystème. Il y’a peu l’Administrateur de la FEC s’emportait contre les injonctions internationales qui nous penalisent d’un substantiel manque à gagner en meme temps qu’un mouvement est né en Afrique qui revendique le droit d’exploiter leur pétrole sans trop s’encombrer de toute cette vague proclimatique.
    En vérité par exemple dans le cas du Congo c’est qu’on tient à profiter d’une opportunité économique d’au moins 200 milliards USD. Si au moins on était sûr que ce pactole servirait vraiment aux intérêts des Congolais on dirait basta à toutes ces craintes, l’Occident s’est bien développé sur des energies fossiles. Mais dans notre cas l’histoire nous montre qu’en Afrique les pays petroliers et miniers n’ont pas mieux répondu aux attentes de leurs populations. A chacun d’en tirer ses conclusions en réalisant que plus que les matières premières nous avons besoin des hommes qu’il faut à leurs places. A bon entendeur…

Comments are closed.

Previous post La loi des « Wewa »
Next post Nord-Kivu: La VSV condamne les actes de vandalisme contre la Monusco et l’usage disproportionné de la force contre les manifestants