Infrastructures: « Felix Tshisekedi déterminé à relier l’Est à l’Ouest »

C’est la déclaration faite à Tshikapa (Kasaï), à une date non précisée, par David Mukeba Kalengayi (photo), conseiller principal chargé du collège des Infrastructures à la Présidence de la République. Les communicants de l’actuel cabinet présidentiel commentent les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs. Durant ses dix-huit années de pouvoir, « Joseph Kabila » a usé et abuser du verbe « déterminer ». Sans faire ce qu’il avait dit. Les responsables de la communication avaient perdu de vue que les gouvernants exercent le « ministère de l’action » et non le « ministère de la parole ».

David Mukeba Kalengayi

En séjour à Tshikapa, au Kasaï, David Mukeba Kalengayi, chef du collège « Infrastructures » à la Présidence de la République – qui semble ignorer qu’il ne peut revendiquer une quelconque responsabilité politique en sa qualité de conseiller d’un cabinet politique -, s’est cru en droit de « rassurer » la population de Tshikapa sur la « détermination » du président Felix Tshisekedi Tshilombo « à mettre tout en œuvre » pour relier l’Est à l’Ouest du pays « par une route bitumée et confortable ».

Dans sa dépêche datée du lundi 4 novembre, l’Agence congolaise de presse (ACP) qualifie ces propos frisant tant la démagogie que l’irresponsabilité de « révélation ». David Mukeba l’a faite lors de la visite de quelques chantiers dans le cadre d’une mission de supervision de la BAD (Banque africaine de développement). Une mission qui s’étend du 31 octobre au 6 novembre.

Le conseiller s’est gardé d’aller jusqu’au bout de sa logique. Il est resté muet  non seulement sur le coût d’un tel ouvrage mais surtout l’origine du financement. Une très fâcheuse habitude.

Lors de la présentation du programme du gouvernement, fin août dernier, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’avait pas agi autrement. Le successeur de Bruno Tshibala s’est contenté de dérouler une sorte de catalogue de bonnes intentions. Sans fournir le moindre chiffre.

« CREDO CONSOLATEUR »

Usant et abusant du « ministère de la parole » en lieu et place d’annoncer les réalisations accomplies, Mukeba Kalengayi d’expliquer aux populations qui l’écoutaient que le chef de l’Etat est « préoccupé » par la « pauvreté » qui règne dans les milieux ruraux. Pour résoudre cette situation, a-t-il souligné, il importe d’aménager « un réseau routier structurant » et baliser les rivières « afin de faciliter l’évacuation des produits agricoles à partir des centres de production vers les centres de consommation situés dans les centres urbains ». Rien que ça!

Le conseiller principal en charge du collège « Infrastructures » à la Présidence de la République de conclure en relayant le « credo consolateur » cher au personnel politique zaïro-congolais: « La RDC ne doit pas continuer à importer du maïs le maïs, du riz et de l’huile de palme[…]alors que le pays dispose de plus de 80 millions de terres arables susceptibles de nourrir plus de deux milliards » de personnes.

Après Tshikapa, Mukeba doit se rendre à Mbuji Mayi, au Kasai Oriental.

Depuis le lancement du processus démocratique le 24 avril 1990, on a vu des membres des cabinets politiques descendre dans l’arène politique alors qu’ils n’ont aucune existence constitutionnelle. Et ne peuvent de ce fait revendiquer une responsabilité politique.

Directeur du Bureau du président Mobutu Sese Seko, Felix Vunduawe te Pemako a été le premier à transgresser cette règle en menant des « sorties médiatiques » destinées à donner la réplique à l’Union sacrée de l’opposition radicale. 

Abdoulaye Yerodia Ndombasi

Cette habitude pour le moins  détestable s’est poursuivie sous le régime de Mze Laurent-Désiré Kabila. On a vu, à maintes reprises, le « dircab » Abdoulaye Yerodia Ndombasi s’engouffrer dans la brèche ouverte pour « recadrer » les Occidentaux. Sous « Joseph Kabila », le dircab Néhémie Mwilanya W’ilondja se plaisait non seulement à exercer le ministère de la parole mais aussi à conduire des « missions d’inspection » composée de ministres. C’est fut le cas, l’année dernière, notamment à Kasumbalesa, Haut Katanga. Un vrai désordre!

« LE MINISTÈRE DE L’ACTION »  

Le problème pourrait se poser au niveau de la responsabilité. L’Etat congolais compte quatre institutions: le Président de la République, le Parlement, le Gouvernement et les Cours et tribunaux. Il va sans dire que seuls les animateurs de ces structures politiques sont habilités à prendre la parole publique et, par conséquent, à assumer la responsabilité.

La Constitution congolaise promulguée le 18 février 2006 a déjà tranché la question en énonçant, par ailleurs, que « le gouvernement conduit la politique de la nation ». S’il est vrai que cette politique a été préalablement définie en concertation avec le Président de la République, il n’en demeure pas moins vrai que chaque membre du gouvernement est responsable de son département. C’est encore la loi fondamentale qui le dit.

On espère que la coalition « Cap pour le Changement » (CACH) fera preuve de cohérence en éradiquant certains dysfonctionnements qui affectent l’appareil d’Etat depuis bientôt trois décennies. C’est le cas des interférences des membres du cabinet présidentiel sur les plate-bandes du gouvernement. 

On espère également que les communicants tant de la Présidence de la République que de la primature auront à cœur de rappeler aux gouvernants du moment qu’ils doivent exercer le « ministère de l’action » en faisant savoir ce qui a été réalisé – y compris les problèmes rencontrés – et non ce qu’on est « déterminé » à faire. A l’opposition, le « ministère de la parole ».

En communication, une action constitue en soi un message…

 

B.A.W.

26 thoughts on “Infrastructures: « Felix Tshisekedi déterminé à relier l’Est à l’Ouest »

  1. BREF, RIEN QU’UN RAMASSIS DES JOUISSEURS ET FLATTEURS A LA PRESIDENCE, CERTAINS MEMBRES DE FAMILLE FATSHI, N’AYANT PAS DE FONCTION PRECISE A PART LE TITRE DE (PSEUDO) « CONSEILLER ».
    ALORS, A L’IMAGE DE LEUR CHEF FATSHI, ILS VEULENT ENDORMIR LES CONGOLAIS EN VIDES PROMESSES TOUT EN GOUTANT AUX $15 MILLION « DISPARUS ».
    ENTRE TEMPS, LA VILLE KANANGA EST COUPEE EN DEUX PAR L’EBOULEMENT D’UNE ARTERE PRINCIPALE DEVANT LES BUREAUX DU GOUVERNEUR-FAINEANT. ET CE SANS UN SEUL MOT DE CE CONSEILLER-FARCEUR, NI DE SON BOSS FATSHI.

  2. Tous menteurs, tous pourris, tous voleurs etc…. C’est du poujadisme à peu de frais. A force de vilipender et de dénigrer ceux qui sont dans l’action, on finit par tomber dans le piège de la critique facile. Notre frère B.A.W qui, je le reconnais est un journaliste expérimenté est souvent dans une analyse systématiquement négative de ce qui se passe au pays. Cette attitude défaitiste n’est pas digne, elle est parfois partiale et incorrecte. On ne peut pas reprocher aux politiciens de communiquer. Sans tomber dans la démagogie, les hommes politiques ont l’obligation de rappeler chaque fois les raisons pour lesquelles ils ont sollicité les soufrages des électeurs. Ils doivent à chaque étape fixer l’opinion sur les objectifs à atteindre. Le verbe précède l’action dit-ont, soyons un peu positif de temps en temps. En parlant que des trains qui n’arrivent pas à l’heure n’est pas une bonne approche.

    1. @Œil du cyclone
      Vous ne pouvez sans doute pas comprendre que vos reproches à BAW – « On ne peut pas reprocher aux politiciens de communiquer » viennent d’abord d’une lecture orientée tant moi et beaucoup d’autres ont lu : les politiciens au pouvoir doivent d’abord agir (et bien communiquer) au lieu de se complaire au seul « ministère de la parole ». « A force de vilipender et de dénigrer ceux qui sont dans l’action, on finit par tomber dans le piège de la critique facile », justement BAW démontre qu’ils sont dans le « dire » au lieu « d’agir ». Alors à moins que par fanatisme ou ignorance vous ayez décrété de ne rien leur reprocher, de ne trouver que leurs « improbables trains à l’heure », merci de faire un effort pour comprendre qu’un journaliste qui ne ferait qu’encenser nos politiciens n’est pas loin d »être rangé dans la case d »un vulgaire propagandiste.
      En attendant, quels sont exactement ces avis « poujadistes’ que vous lui reprochez car jusque-là vous n’avez pas été assez courageux pour nous les indiquer ?

  3. Il n’est étonnant d’entendre des énormités d’un nul qu’est Tshilombo. N’ayant fréquenté qu’en touriste divers établissements scolaires, Monsieur n’est en mesure de prise de conscience de la profondeur scientifique et des limitations humaines dignes d’un intellectuel moyen. Les ignares ont donc leur vue particulière des choses, caractérisée par le lissage ou mieux, par l’ignorance de toute contrainte. Il n’est par conséquent pas impossible par exemple que Monsieur Tshilombo annonce demain l’arrivée imminente de l’homme congolais sur la planète Jupier.
    Qu’à cela ne tienne, le plus préoccupant à mon avis est que j’ai des soupçons d’une double vie de Monsieur Tshilombo et que son deal avec le rwandais Kanambe occulterait un réel pacs sentimental entre les deux personnes. Il suffit pour s’en convaincre de remarquer la manière romantique avec laquelle ledit « monsieur » Tshilombo prononce le nom de « Joseph ». Nous nous trouvons donc devant un cocktel explosif: un ignare placé en placebo à la tête des institutions congolaises par un proconsul occupant rwandais Kanambe auquel il se trouve uni par le coeur! Tobebi na biso. Yakutumba, bimisa bobele manduki oyo ya solo solo mpenza.

  4. L’homme s’identifie tout le temps aux membres du groupe auquel il appartient. Donc, le groupe a un impact, non négligeable, sur le caractère d’un individu.
    Puisque Félix Tshilombo alias « BÉTON (des dalles des lieux d’aisance?) » a choisi de s’identifier aux gangsters du FCC pro-rwandais, il va sans dire qu’il aurait comme collaborateurs d’autres godillots à l’instar de Mende Omalanga, Néhemie Mwilanya, etc…,
    Une seule solution salvatrice reste pour le Congo: Soutenir le général YAKUTUMBA, si les Congolais veulent vraiment se réapproprier leur Destin.

  5. Chers Compatriotes,
    Il est difficile d’innover dans le contexte où tout le monde ne marche que sur les pas des autres et en vase clos. Le pouvoir actuel a-t-il les moyens de sa politique ? Quelle est sa politique ? Ce pouvoir peut-il se démarquer du pouvoir qui l’a précédé ? Voilà quelques questions qui me viennent à l’esprit lorsque je lis la réflexion que BAW nous propose à partir d’un fait qui n’est pas daté, mais seulement situé dans l’espace. Qui vivra verra. Jusque là, le peuple Congolais a assisté à une mise en scène d’une soit-disant remise reprise du pouvoir présidentiel. Ce peuple dont le droit fondamental, d’être le souverain primaire a été kidnappé par ses politiciens depuis l’indépendance est la principale victime d’abus de ses politiciens. Un problème, le peuple congolais est tellement lourd que tel un éléphant, il peine à se mettre debout pour parler d’une seule voix, réclamer ses droits et imposer à ses politiciens sa volonté afin que ces derniers lui rendent compte des mandats qu’il lui confie. Cela viendra un jour ? Bonne question. Il est grand temps que le peuple comprenne cela pour qu’il s’unisse et se tienne debout et marche. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. CONSEILLER Á LA PRESIDENCE ?
      Pour quelle raison un « conseiller » du Président de la RDC se retrouve loin de la « présidence » où se trouve son affectation et où il doit « travailler » apportant des conseilles au Président Felix?
      Le fait, le seul fait de voir un « conseiller » se pointer en pulbic et dans les medias remet en question tout ce projet..
      Depuis quand un « conseiller » dans l´admnistration présidentielle remplace un ministre.. ou un premier ministre qui devrait en principe annoncer ce projet.. en expliquant combien du % du budget de 10 milliards de $ va financer ce projet ?
      On croyait que la bourde de Kamerhe qui était entrain de donner des ordres á gauche et á droite aurait enseignée aux membres de l´admnitration de Felix de se tenir loin de la lumière et de se consacrer á leur travail auprès du président.. mais kie kie kie Lol
      32 ans dans l´opposition pour nous faire vivre ceci.. allons donc !

  6. # « Félix Tshisekedi déterminé à relier l’Est à l’Ouest » ; je ne sais si c’est un scoop de la part de notre Président tant il ne nous a pas épargné d’annonces dans tous les domaines. Sieur Mukeba chef conseiller à la Présidence de la République qui s’est commis abusivement responsable politique à part entière aurait donc dû nous indiquer comment et quand va-t-on réaliser cette « route bitumée et confortable » qui va relier Banana à Idjui ? Ce que nous sommes fatigués de ces « catalogue de bonnes intentions » dont l’absence des chiffres, calendrier et autres ‘process’ condamne à l’avance au risque des simples incantations dont nous sommes coutumiers.
    # Quelle véritable et intelligente volonté politique derrière cette avalanche de promesses ?! Sinon quel Congolais ne rêve pas depuis sa naissance « d’un réseau routier structurant avec ponts et viaducs sur fleuves et rivières » pour parcourir notre vaste et riche pays et pour que nos « produits agricoles circulent de la ‘campagne aux villes’ , autosuffisance alimentaire alors assurée ?
    # Mr le Président, tous les Congolais attendent la réalisation de votre promesse si importante, ils en auraient autant souhaité que vous l »annonciez personnellement au lieu de le faire via votre énième collaborateur, cela nous aurait assuré davantage sur votre responsabilité à vous donner durant votre mandat des moyens chiffrés et datés pour sa réalisation. Les Congolais en ont ras le bol de ces continuelles promesses des politiques jamais tenues et avec vous peuvent-ils enfin oser espérer qu’au « ministère de la parole » se substituera enfin l’indispensable « ministère de l’action » en politique ? Voilà notre ardent vœu à nous tous Congolais !

  7. les jaloux haineux tribals et aigris voient le mal partout , alors que ce qui est fait dans 9 mois est plusque ce que les lamuka avaient fait quand ils travaillaient avec kabila .

    1. OU SONT DONC LES $15 MILLIONS APPARTENANT A L’ETAT? OUI…, NOUS SOMMES « JALOUX » DE L’ETAT DE DROIT ET « VRAIE » JUSTICE !
      VOUS NE SEREZ PAS ETERNELS AU SOMMET. LA JUSTICE VOUS RATTRAPERA TOUS TOT OU TARD – MEME BIEN APRES 2023.
      ET CE INCLU FATSHI ET SON MAJORDOME-VOLEIUR VITAL KAMERHE.

    2. Tu as 100% raison.
      ******Les haineux et jaloux tenter desesperement de faire croire que le President Felix Tshisekedi n’aime pas la RDC et ne travaille pas pour servir le peuple Congolais Le president Felix TSHISEKEDI aime la RDC et le peuple Congolais.
      ******La gratuite de l’enseignement est un parmi d’autres oeuvres du president Felix Tshisekedi pour servir le peuple Congolais.

      1. @John Banga
        # Vous m’étonnez et vous me faites même peur : ai-je en face de moi un concitoyen sensé ou quelqu’un qui ne comprend pas ce qu’il dit, obligé de dire quelque chose seulement pour tenter de faire le change ?
        # D’où tirez-vous cette impayable conclusion selon laquelle non seulement la scène politique serait peuplée des « haineux et des jaloux » comme dans leurs relations personnelles mais aussi que ceux qui critiquent Tshisekedi le prendraient pour quelqu’un qui n’aime pas le pays. Je peine à trouver de quel fait objectif déduisez-vous ce constat improbable sinon de vos préjugés fanatiques. Que viennent faire la « haine et la jalousie » en politique comme si on était dans la vie privée ? Vos propos révèlent une conception farfelue passionnelle où les hommes politiques ne traiteraient leurs adversaires comme des amis ou des ennemis personnels et la population obligée de voir la politique comme une arène des hommes dénués de toute ambition autre que sentimentale. A se demander alors qui est foncièrement « haineux et jaloux ? Passons vite parce que c’est plus bas qu’on puisse attendre d’un homme quelque peu sensé et conscient des mobiles à la base de la compétition politique…
        # Plus grave c’est cette idée que faire la moindre critique envers le nouveau PR se réduirait à ne pas l’aimer – on vient d’en parler – pis, que cela signifierait qu’on ne lui reconnaitrait aucune action valable !
        Désolé de vous le redire, cher ami, je ne vois aucune variable qui me permette de dialoguer avec un concitoyen qui tient des propos aussi délirants, sans la moindre base objective !

      2. ON n’aime pas la RDC en lui volant – parmi autres – $15 Million du Tresor qui auraient pu nourrir ses pauvres…

      3. Nous sommes entrain de progresser vers 12 mois de Felix comme prezo.. lol de la RDC.
        Il ya un simple constat: 36 ans d´opposition pour l´UDPS n´ont pas été consacrés á la réflexion, á la logique et á la preparation de la gestion de l´Etat.
        1. GRATUITE DE L´ENSEIGNEMENT
        Appliquer la constitution est une bonne option, mais avoir les deux pieds sur terre et expliquer aux congolais comment on finance la gratuité de l´éducation des jeunes congolais.. lol semble être très difficile pour L´UDPS.
        Avec un budget de 10 milliards de dollars où il faut ponctioner 3 milliards rien que pour financer la gratuité de l´enseignement.. lol Felix n´est pas encore capable d´expliquer d´où va venir l´argent.
        2 RELIER L´EST Á L´OUEST?
        Pas mal comme projet.. Une fois de plus on retombe sur la logique, cette logique qui exige qu´on explique le coût et l´orgine du financement.
        Comme Felix semble « bouder » la Chine et va visiter l´Allemagne, voyons s il peut « vendre » ce projet á Merkel quand son voyage en Russie ne semble pas avoir apporté quelque chose de concret.
        La Chine est l´un des rares pays capable d´accepter ce projet de la construction du chemin de fer Ilebo-Kin, Matadi-Banana..
        Ce n´est pas la Serbie ou la Russie qui possedent les milliards qu´exige un tel projet.

      4. NONO
        « ceux qui critiquent Tshisekedi le prendraient pour quelqu’un qui n’aime pas le pays »
        Vous ne faites que confirmer votre fanatisme inconscient. Vous et co., vous faites la MÊME CHOSE ici à l´égard de ceux qui ne critiquent pas Félix à votre gôut : Ils sont Rwandais, Muluba ou Mpangistanais. Il est temps o LAMUKA de votre fanatisme inconscient.

    3. @paul bondo
      Ai-je le droit de voir jusque-là dans la gestion de Tshisekedi quelques réussites et beaucoup de promesses qui tardent déjà à se confirmer, de l’amateurisme et des choix comme des réalisations contestables sans être traité de jaloux haineux tribal et aigri, sans devoir me justifier de ce qu’auraient fait hier ou non les gens de Lamuka ?
      Il m’est en effet naturel de parler et de rêver de mon pays sans nécessairement me cristalliser sur des personnes, fussent-elles honorables ; difficile sans doute pour vous à l’admettre mais c’est pourtant ma réalité !
      Sachez alors une chose indiscutable : contrairement à ce que vous nous chantez ici, c’est le jour où vous aurez compris tout cela, que vous mériterez alors de ne pas être rangé dans la triste caste de tribalistes jaloux haineux et aigris (sic), sinon selon moi vous resterez ce citoyen encore et toujours irresponsable, bêtement sentimental. Tshisekedi, Lamuka… c’est bien, le Congo c’est mieux, on s’y trompe mieux à cette aune, je peux vous rassurer…

      1. ***
        « […]Tshisekedi, Lamuka… c’est bien, le Congo c’est mieux, on s’y trompe MOINS à cette aune, je peux vous rassurer… »

      2. Nono,
        ce citoyen encore et toujours irresponsable, bêtement sentimental, vous ne l´êtes pas – nécessairement – moins. T

    4. @paul bondo.
      Dites-nous ce qui a été fait concrètement en 9 mois. Dans la gestion d’un Etat moderne, on voit l’efficacité d’un gouvernement dans sa manière de se battre pour améliorer les conditions de vie du peuple. Cela se fait par la lutte contre le chômage et la recherche du pouvoir d’achat de la population.
      Le Congo faisant partie des pays les moins avancés(PMA),le chômage est endémique et touche plus de 90% de la population. En 9 mois, il a reculé de combien de %?
      On nous annoncé avec pompe la traque de grande envergure des groupes armés à l’Est. Quel en est le bilan? Du côté de ADF Nalu,les terroristes ougandais ont massacré 10 Congolais. Combien des terroristes ont été tués ou capturés? Selon un rapport de l’ONU, il y a eu 77 exécutions extrajudiciaires seulement au mois de septembre; dont 26 par les forces de l’ordre. Avec tout ça, on voudrait que tous les Congolais mettent le pagne aux reins et aillent à la Cité de l’OUA pour se trémousser au rythme de djalelo Mulopwe…
      La gratuité de l’enseignement est devenue une question de débat houleux au Congo. Un débat qui fait de nous un peuple des crétins. Dans certains pays africain comme le Gabon, l’enseignement public est gratuit. Il n’y a que l’enseignement confessionnel (catholique, protestant, islamique) qui est payant. Au Zaïre l’enseignement était aussi gratuit. C’est au milieu des années 80,la Banque Mondiale et le FMI,qui avaient imposé la politique d’ajustement structurel au gouvernement zaïrois. Et Kengo devint l’homme de la rigueur. L’ homme à la toque de léopard et à la canne(à sucre?) disait qu’on ne mange pas la rigueur. En ce moment-là, l’Etat versaient aux enseignants un salaire modique et les parents ajoutaient quelque chose. Avec rupture de la coopération belge et les autres partenaires en 1990 suite au fameux massacres des étudiants à Lubumbashi, l’Etat était devenu incapable de payer les enseignants et les parents les prirent totalement en charge .
      Avec des millions décaissés pour les voyages à travers le monde,on aurait pu doter au moins les chefs-lieux de nos territoires des écoles modernes. Les femmes officiers ont organisé au Camp Tshatshi un culte d’action de grâce pour l’alternance pacifique au pouvoir. Le Pasteur Walessa a animé un culte pour les policiers(où sont passé les aumôniers?). Aujourd’hui les ministres assistent au culte à la Cité de l’OUA. Buzoba. Encore une preuve que l’homme africain(congolais) n’est pas suffisamment entré dans l’Histoire.

  8. CI dans ses oeuvres!
    N’êtes-vous pas en perte d’inspiration? Les seuls sujets favoris qui permettent de nourrir ses fauves affamés c’est parler de Fatshi ou de KABILA. Moise dans son SAFARI, il y avait rien à dire, MADIDI dans ses shows et contradictions, il y a rien à dire. J.P Bemba, le bilan de son présidium, eloko eite. Il n’existe pas des sujets de réflexion sur les solutions à apporter au Congo?
    Dans tous les cas, C.I peut servir aussi d’un club thérapeutique pour permettre à certains de se relaxer psychologiquement.
    Nakotikela bino mpe temps te. Na fingi mpe moto te. Meme soki bofingi nga, eko changer eloko te.

    1. Ici c’est notre LOKUMU NATIONAL dans ses œuvres et lesquelles ? Quoi qu’écrivent BAW et tous ceux qui se montrent un tant soit peu envers Tshisekedi et ‘JK’, ils ont droit, les pauvres, à vos quolibets, hélas souvent gratuits sans argumentaire qui tienne la route !
      Mais dites-moi, vous êtes décidément fâché avec tous les sujets que développe BAW. C’est votre droit mais que vous vouliez en revanche lui imposer des sujets qui vous plaisent et vous imaginer que ce sont seulement ceux de votre choix qui représentent les solutions à ce cher pays, vous poussez un peu loin l’horizon de vos prétentions.
      Un conseil :
      – CIC nous offre une rubrique « Opinion & débats », merci d’y poster les sujets de votre choix…
      – CIC nous permet de commenter ses différentes productions, profitez-en d’y glisser vos avis plutôt que de perdre votre énergie à dénigrer des sujets et propos présentés ici, c’est d’ailleurs la seule manière payante de vous plaindre…

      1. NONO,
        vous n´avez pas plus de droit que les autres. Plus d´une fois, vous avez demandé au CIC d´écrire vite des articles sur des sujets que vous trouviez importants. Il n´y a pas que vous qui avez le droit d´avoir des desiderata à l´egard du CIC. Et vous n´êtes pas CIC qui peut bien répondre aux voeux des uns et des autres, cher ‘dictateur stagiaire’.

      2. @ Nono,
        Merci d’utiliser une simple logique pour clouer ces « Parle-menteurs Debout » venus de Limete, inclu le tres nullard Augustin Kabuya, leur chef-danseur de Ndombolo se tremoussant en flatteries pour Fatshi.

Comments are closed.