Congo-Kin/Rwanda: L’impossible coexistence (pacifique) avec Kagame

Read Time:9 Minute

Selon des sources, les combats auraient repris aux premières heures de ce lundi 20 juin dans le Territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Les FARDC affrontent la coalition RDF/M23. Depuis la prise du pouvoir à Kigali par le FPR (Front patriotique rwandais), en juillet 1994, les relations – jadis cordiales – entre le Congo-Kinshasa et le Rwanda n’ont cessé de se dégrader. En cause, la volonté hégémonique du nouveau leadership rwandais. Un leadership incarné par le très belliqueux et arrogant Paul Kagame qui continue à « rêver » d’installer un « régime ami » à Kinshasa. C’est-à-dire vassaliser le « Grand Congo » que le maître de Kigali considère comme un « butin de guerre ». Depuis mercredi 25 mai dernier, la RDC et le Rwanda sont sur pied de guerre. La localité de Bunagana est occupée par des combattants du M23 qui servent de supplétifs à l’armée rwandaise (RDF). Les autorités rwandaises, elles, jouent à fond la carte du déni. « Le Rwanda n’a pas attaqué la RDC », a soutenu le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, dans une interview au magazine Jeune Afrique.

« La situation sécuritaire est grave! » Le président Felix Tshisekedi a lâché ces mots au cours de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée le vendredi 17 juin. La crise s’aggrave donc entre Kinshasa et Kigali.

A tort ou à raison, des observateurs estiment que les gouvernants congolais ont adopté une « posture pleurnicharde ». Et ce pour avoir « demandé » au Rwanda de « retirer ses troupes ». Les propos tenus par le chef de l’Etat selon lesquels cette « agression viole tous les traités » ont été perçus comme un aveu implicite d’impuissance en opposant du « juridisme » à un cas de rapport de force.

Des soldats congolais lors d’un défilé militaire

A la décharge du président Felix Tshisekedi, force est de relever que les « libérateurs » du 17 mai 1997 et leur héritier putatif « Joseph Kabila » avaient une mission. Celle de priver la RDC d’une armée digne de ce nom. L’armée laissée par « Kabila » n’était bonne que pour la parade. Paul Kagame sait parfaitement que la RDC ressemble à un « corps sans défense ». Le pays devrait rester à genoux pour ne pas représenter une menace pour la sécurité du Rwanda de Kagame et l’Ouganda de Yoweri Museveni.

Dans cette crise entre les deux pays, les « rôles » sont évidents. L’agresseur s’appelle le Rwanda. Le chef de l’Etat l’a dit en précisant que le Rwanda agit sous couvert des combattants du M23. Jouant à merveille la carte du déni, les dirigeants rwandais continuent à soutenir l’insoutenable en clamant que « le Rwanda n’a pas attaqué la RDC », dixit Vincent Biruta, ministre rwandais des Affaires étrangères. C’est connu, les dirigeants sont passés maîtres ès la désinformation et la manipulation.

Depuis une semaine, l’intox fait rage sur les réseaux sociaux via des comptes Twitter aux dénominations pittoresques: Maisha RDC @MaishaRDC, VéritéQuiDérange @afrilacs etc. Les tweets postés ne laissent aucun doute non seulement sur la provenance mais surtout « à qui profite le crime ». Il est question ici et là notamment d’une « chasse au faciès » sans omettre de monter en épingle les « contre-performances » supposées des FARDC.

Dans un communiqué publié dans la soirée de dimanche 19 juin, le porte-parole des Forces armées de la RDC dénonce une campagne de désinformation orchestrée par les dirigeants rwandais dans le but d’inverser les rôles. Le général-major Kasonga Cibangu Léon Richard y fait état de « plusieurs mensonges » concoctés par des « officines [à barbouzes, Ndlr] à Kigali ». Des mensonges déversés dans les médias et les réseaux sociaux selon lesquels il y aurait « une chasse à l’homme » et une vague de « xénophobie » anti-tutsi. Pour lui, l’objectif poursuivi « est de tromper » l’opinion.

Le président Félix Tshisekedi lors d’une réunion

Le président Felix Tshisekedi a quitté Kinshasa, dimanche, dans la soirée. Destination: Nairobi. Il assiste, ce lundi 20 juin, au 3ème conclave des chefs d’Etats de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC). A l’ordre du jour, la crise sécuritaire dans l’Est de la RDC. Les participants dont le Rwandais Paul Kagame et l’Ougandais Yoweri Museveni sont présents. Le processus de paix de Nairobi avec les groupes armés sera évoqué. L’opinion congolaise est loin d’éprouver le même enthousiasme que « Fatshi » par rapport à l’adhésion de la RDC à l’EAC (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est).

QUELLE EST LA SITUATION SUR LE THÉ TRE DES OPÉRATIONS?

La localité de Bunagana est toujours occupée par la coalition RDF/M23. Des sources indiquaient, lundi 20 juin, que Rutshuru serait la prochaine cible des agresseurs. En attendant, les combats ont repris. Les liaisons entre Rutshuru et Bunagana seraient coupées. L’objectif des coalisés serait de mettre la main sur le chef-lieu du Nord-Kivu. Alarmisme? Assurément pas. La population gomatricienne est vent debout pour affronter les assaillants.

Dans le compte-rendu de la réunion précitée du Conseil des ministres, le ministre de la Communication et des médias, Patrick Muyaya, a indiqué que le chef de l’Etat « suit minute par minute » l’évolution de la situation sécuritaire sur le terrain des opérations. Les nouvelles engageantes sont plutôt rares.

QUE VEUT LA COALITION RDF-M23?

Comme indiqué précédemment, le président Paul Kagame n’a jamais abandonné sa folle ambition de mettre le Congo-Kinshasa sous son joug. Comment? Par l’infiltration de citoyens rwandais dans les grands corps de l’Etat (armée, police, services de renseignement, institutions politiques etc.). L’armée et la police congolaises comptent en leur sein plusieurs dizaines d’officiers supérieurs d’origine rwandaise.

A titre indicatif, voici quelques généraux issus de brassages et mixages: Jean Bivegete, Malick Kijege, Obed Rwabasira, Mustapha Mukiza (décédé), Charles Bisengimana, Laurent Nkunda (refugié au Rwanda), Bosco Ntaganda (détenu à la CPI), Eric Rihorimbere, Jonas Padiri. Les colonels: Bonane, Makenga Sultani,Kamanzi François, Françoise Munyarugerero, Bisamaza, Claude Mucho, Elie Gishondo etc.

Dans une lettre, datée du mois de novembre 2019, adressée à l’Auditeur général des FARDC avec pour objet « retrait des mandats d’arrêt contre les ex-combattants du M23 », Claude Ibalanky Ekolomba, coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis Abeba, d’une « feuille de route » élaborée à l’issue d’une rencontre avec les leaders du M23. « Les points essentiels contenus dans cette feuille de route portent sur l’amnistie ainsi que l’intégration militaire et politique des membres de l’ex-mouvement du 23 mars (ex-M23) », écrit-il.

QUELLE EST LA PART DE RESPONSABILITÉ DU PEUPLE CONGOLAIS?

Le 1er octobre 1990, des « déserteurs » de l’armée ougandaise attaquent le Rwanda. En vertu du Traité d’amitié portant création de la CEPGL (Communauté économique des pays de Grands lacs), le maréchal Mobutu dépêcha un bataillon des forces spéciales commandé par le général Donatien Mahele Lieko. Les insurgés sont mis en débandade.

Arrivée de LD Kabila à Kinshasa après la chute de Mobutu

Après des négociations entre le président Juvénal Habyarimana et ses opposants politiques et armés, un accord de paix portant partage du pouvoir avant l’organisation des élections. Le 6 avril 1994, l’avion transportant le Habyarimana et son homologue burundais est abattu. Plusieurs centaines de milliers des Hutus se réfugient dans les deux provinces du Kivu. Au mois de juillet, les troupes du Front patriotique rwandais s’empare de la capitale Kigali.

Dès sa prise de fonction en tant que vice-président et ministre de la Défense, Paul Kagame adopte une attitude de défiance à l’égard du Zaïre considéré comme une menace pour la sécurité nationale tant du « nouveau Rwanda » que de l’Ouganda de Yoweri Museveni. Au motif que les opposants aux deux régimes bénéficiaient de l’hospitalité.

L’attaque des camps de réfugiés établis dans les deux Kivu permit à Kagame et Museveni de jauger la capacité des forces armées zaïroises. Fin octobre 1996, l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) est mise sur pied. La présence de Laurent-Désiré Kabila, un Congolais, à la tête de ce mouvement monté de toutes pièces par les dirigeants de ces deux dirigeants.

Dans les débats entre Congolais, nombreux sont les intervenants qui évitent soigneusement de poser une question fondamentale: Comment en est-on arrivé là?

Le 17 mai 1997, les Zaïro-Congolais ont applaudi l’entrée victorieuse des « libérateurs » de l’AFDL dans la capitale. LD Kabila, le président de ce mouvement, n’avait pas de troupes. Le gros du travail a été accompli essentiellement par des troupes régulières du Rwanda et de l’Ouganda.

Les prétendus libérateurs se sont empressés d’interner les 40.000 soldats des Forces armées zaïroises dans un camp de concentration à la Base militaire de Kitona. « Nous avons pensé que les nouveaux maîtres du pays avaient décidé notre transfert à Kitona dans le but de recycler l’armée afin de constituer des unités homogènes, confie le colonel logisticien Kadate Lekumu dans une interview accordée à Congo Indépendant. Nous avons fini par réaliser que nous faisions l’objet d’une politique d’exclusion ». Selon lui, chaque jour, il y a quinze à vingt morts à inhumer. La diarrhée était diagnostiquée comme la cause principale de décès.

Paul Kagame, Président du Rwanda

Se sentant corseté, Mzee Kabila décide de fendre l’armure en rompant la « coopération militaire » avec ses ex-parrains ougandais et rwandais. C’était trop tard! Une nouvelle « rébellion congolaise » voit le jour à Kigali en août 1998. Nom: Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD). D’autres mouvements insurrectionnels verront le jour pour combattre le régime despotique de Mzee. C’est le cas notamment du MLC de Jean-Pierre Bemba, « coaché » par l’Ouganda.

Après la mort mystérieuse de LD-Kabila le 16 janvier 2001, « Joseph Kabila », ancien bras droit du Rwandais James Kabarebe, est catapulté, dix jours plus tard, à la tête du pays dans des conditions énigmatiques. Problème: après la formation du gouvernement de transition, l’objectif est de conduire le pays aux élections présidentielles et législatives de 2006. La « communauté internationale » veille au grain.

Sentant ses intérêts « en ballotage » du fait du résultat médiocre obtenu par son candidat Azarias Ruberwa (1,7%). Aux législatives, c’est la bérézina pour le RCD. C’est ici que le CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) de Laurent Nkunda voit le jour. Mission: défendre les membres de la communauté Tutsi. Après des affrontements avec les FARDC, le CNDP obtient l’intégration de ses hommes dans l’armée et la police. C’est la première phase de l’infiltration des agents rwandais dans nos forces de sécurité.

En 2011, deuxième cycle d’élection présidentielle. « Kabila » affronte Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Les observateurs électoraux dénoncent des « irrégularités » et de la fraude. En juin 2012, le M23 voit le jour. Dans une interview au quotidien bruxellois « Le Soir », l’ex-patron des « services » rwandais, Patrick Karegeya, était formel en affirmant que le RCD, le CNDP et le M23 ont été créés par le maître de Kigali.

Entre le Congo-Kinshasa et le Rwanda, la coexistence pacifique risque d’être impossible. Et ce aussi longtemps que Paul Kagame sera à la tête de ce pays voisin qui, sous la férule d’un despote, prend chaque jour les allures d’un « Etat voyou ».


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

14 thoughts on “Congo-Kin/Rwanda: L’impossible coexistence (pacifique) avec Kagame

  1. [Nono
    20 juin 2022 à 9 h 33 min
    Uhuru Kenyata est sans doute de bonne foi mais que vaut son opération régionale qui devra être composée des pays dont certains sont impliqués dans l’insécurité de l’Est du Congo ? Tshisekedi a même eu le courage de récuser le Rwanda. De plus, l’armée ougandaise n’est-elle pas déjà présente sur le sol Congolais à combattre les ADF et des opérations équivalentes (Umoja Wetu…) n’ont-elles pas déjà eu lieu dans le passé ; pour quels résultats ? La chimère de la menace FDLR est encore présente et le M23 toujours actif… Notre Prix Nobel ne dit pas autre chose.
    La solution serait donc d’aller voir ailleurs, à décrypter davantage tous les tenants et aboutissants des violences et notamment à renforcer les capacités de défense de l’armée Congolaise. A SUIVRE…
    Répondre
    Nono
    20 juin 2022 à 10 h 44 min
    SUITES !
    Selon moi, on n’aura rien compris et on ne résoudra pas les violences incessantes de l’Est de notre pays si on ne met pas au cœur de cette question la source de tout qui est le « drame rwandais de 1994 dont fut victime une minorité ».
    Tenez j’ai lu un spécialiste occidental qui réduit ou ne retient comme racine des massacres de l’Est, « la faiblesse de l’État Congolais et la défaillance structurelle de son armée ». Une explication insuffisante qui ressemble à un raccourci qu’affectionne la fameuse CI habituée à voir les réalités gagnantes du Rwanda et ignorer les faillites Congolaises habituelles qui en disent pourtant long. Une sentence à moitié vraie qui ne regarderait que le côté Zaïro-Congolais et ne prend pas en compte les origines de ce face-à-face tendu RDC-RWANDA qui se conjuguent en un projet national justicier expansionniste du Rwanda de Kagame d’autant vital qu’il s’agissait d’un pays pauvre et surpeuplé en plein malheur.
    La faiblesse de l’État Congolais et la défaillance de son armée sont des facteurs favorisants largement historiques, mauvais fruits d’un mobutisme déliquescent dont la parole fourbe et l’action rusée de Kagame (et de Kaguta en Ouganda) ont usé et abusé à la faveur de la culpabilité mondiale de n’avoir pu arrêter le génocide. Depuis Kagame a intégré et parfait sa stratégie expansionniste de domination et de pillage des richesses du Congo, son statut de victime devenu son fonds de commerce pour nier son soutien au M23 malgré les preuves flagrantes, les délits et crimes dont il est coupable et les fameux Fldr devenus un des prétextes pour pérenniser sa présence au Congo.
    Les Congolais ne peuvent en sortir que s’ils mettent au jour ce complot devant le monde entier basé sur un pardon automatique à la victime qu’est le Rwanda de Kagame et se réveillent fermes avec un État fort et une armée dissuasive sans l’illusion d’un dialogue sincère avec Kagame dont il n’est pas capable pour imposer la vérité jusque si besoin avec la guerre. C’est dire une approche différence de celle naïve et traîtresse d’un bon voisinage fantasmé adoptée antérieurement par Tshisekedi.]

  2. Je ne peux hélas pas décrire certains détails aussi ‘crument’ que le fait BAW sur le drame rwandais de 1994 et tous ses dépendants sinon la censure automatique ne laisse passer. Je suis donc ravi que lui le dise aussi clairement. Une certitude : l’impossible coexistence avec Kagame vient largement de cet horrible événement dont il surrepresente le ressentiment dans sa politique revancharde envers le Congo qui pourtant n’est nulle part responsable dans les tueries de 1994 au Rwanda entre Rwandais…

  3. Cher BAW,
    Je voudrais paraphraser le titre de votre edito pour souligner une evidence qui echappe a beaucoup d’analystes de relations rwando- congolaises: tant que Paul Kagame sera a la tete du Rwanda il y’aura jamais de coexistence pacifique entre la RDC et le Rwanda. Tant que la RDC n’aura pas de veritable politique de defense nationale, elle restera toujours exposee aux ambitions belliqueuses et hegemonistes de ses voisins, et le plus belliqueux et le plus hegemonistes de ses voisins, c’est le Rwanda. Voici ma tentative de repose a la question fondamentale: Comment en est-on arrive la?
    Les autorites au plus haut sommet de l’Etat RDC n’ont jamais pris la question de la defense nationale au serieux! Depuis 1960 la RDC compte pour sa defense plus sur l’ONU et sur les Etats amis que sur sa propre armee nationale! Pensez a l’ONUC, a la MONUC, a la MONUSCO, aux troupes marocaines, togolaises, senegalaises et autres! Cette situation ne date pas de l’arrivee au pouvoir de Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Aujourd’hui les congolais se rendent compte que personne ne viendra les defendre leur place! Cessons donc de pleurnicher parce que la Communaute Internationale ne condamne pas de maniere explicite le Rwanda comme agresseur. Et meme si la CI condamnait expressement Le Rwanda comme agresseur, en quoi cette condamnation nous protegerait-elle des ambitions de Paul Kagame?Nous n’avons pas besoin de la MONUSCO, d’une force africaine, ou des forces des pays amis pour defendre notre territoire! Nous avons besoin d’une armee bien formee, bien equipee, et bien motivee. Nous avons de rester mobilises comme un seul homme derriere le commandant supreme de l’armee et de la police nationale! Nous avons le devoir de penser patrie avant de penser parti! Nous devons de penser RDC avant tout! Remettons nos querelles mesquines a plus tard!
    Binsonji E Madilu

  4. Comment peut-on coexister pacifiquement avec quelqu’un qui a violé et tué votre fille, votre soeur, votre MERE et vos parents ?
    Comment fait-on, même si on est gentil, généreux, naif comme peut l’être un congolais ?
    Hein ?

  5. UNE NOTE SUPPLÉMENTAIRE D’IMPORTANCE !
    Nous savons tous le rôle néfaste qu’a joué la CI dans la tutelle présente sur notre pays. Les pourparlers interCongolais post-conflit en Afrique du Sud et ailleurs nous ont imposé des belligérants étrangers, brassages et mixages ont permis des infiltrations successives dans la chaîne de commandement civile et militaire, des étrangers jusqu’aux sommets qui sont encore là. Ainsi figurent encore à la tête du pays des centaines d’officiers supérieurs et généraux ainsi que des dirigeants politiques d’origine étrangère qui jouent la carte étrangère, c’est dire des ennemis du pays, des personnes à loyauté double. Tout cela explique une fois de plus la source rwandaise, ougandaise et étrangère sortie du drame de 1994 au Rwanda exporté à dessein dans notre pays.
    Ailleurs, je ne sais si c’est moi qui vois mal cette insistance ici et là par ces heures graves sur un impératif d’unité et même de compromis national derrière le Chef de l’État et nos Fardc comme s’ils n’existaient dans tout le pays. Mon interrogation porte en effet sur le risque que cet appel n’interfère négativement sur le message qu’on veut envoyer à l’opinion nationale et internationale dans la mesure où personnellement je ne vois ni désunion ni divergences entre Congolais à ce sujet, seules les voies empruntées peuvent nécessiter des critiques légitimes. Du coup cette insistance risque de représenter un énième djalelo au crédit du pouvoir en place qui divisera plus qu’il ne rassemblera. Bon, ce n’est qu’une interrogation…

  6. PPS
    Il y’a aussi de la part des autorités Congolaises et internationales ces appels contre les discours de haine basés sur l’apparence physique et ou l’appartenance ethnique ! Non pas qu’ils n’existent pas ou qu’il ne faille pas lutter contre eux ou les prévenir mais il reste un risque que les faits dévoilés proviennent en fait d’une propagande planifiée. Attention donc, qu’est-ce qui empêche en effet les malins Rwandais de continuer à se victimiser selon qu’ils seraient l’objet de discriminations au Congo ou à la frontière ?
    Je viens de lire une adresse de Dr Mukege à ses Concitoyens sur ce sujet qui a le mérite de les sensibiliser à une prise de conscience sur la perversité de ce genre de discours et acte mais en même temps à les inviter à ne pas tomber dans le piège tendu par nos ennemis…

  7. Le peuple congolais demande au Chef de l’Etat de declarer carrement la guerre au Rwanda pour qu’on en finisse une fois pour toutes avec ce voisin belliqueux. Les choses ne sont pas aussi simples, et on declare pas la guerre a la legere, ou sous le coup de l’emotion. Il faut bien evaluer ses forces et ses faiblesses avant d’aller a l’assaut de l’ennemi. C’est ici le lieu d’interroger et d’ecouter ses savants et ses chercheurs. Nous avons un jeune chercheur en droit international du nom de Louis France Kuzekisa. Il epingle quatre elements qui doivent necessairement etre reunis avant de penser a declarer la guerre:
    1. Une armee forte
    2. une economie forte
    3. Une diplomatie agissante
    4. Des services de renseignements efficaces.
    A ces quatre elements de Kuzekisa j’ajouterai deux autres elements
    5: Une communication sans faille
    6. Des sources d’approvisionnement fiables
    La RDC reunit-elle ces six elements en ce moment? Bien que ca me fende le coeur de l’avouer, la reponse est non!
    Nous n’avons pas une armee forte! La preuve est qu’elle est incapable de ramener seule la paix a l’est. Nous n’avons pas une economie forte. C’est un secret de polichinelle que l’economie congolaise est une economie extravertie que les predateurs de tous bords on rendu exsangue. Nous essayons d’asseoir une diplomatie agissante, mais comme tout le monde le sait, lorsque vous negociez en position de faiblesse, vous etes toujours contraint a faire des concessions qui ne sont pas toujours dans votre interet. Nous n’avons pas de services de renseignements efficaces! L’ennemi sait tout sur nous; il connait toutes nos forces et toutes nos faiblesses, mais nous ne connaissons pas grand chose sur lui, a part le fasit qu’il nous envie nos richesses naturelles et fait tout pour nous gardez a genoux pour en profiter.
    Nous n’avons pas une communication de temps de guerre! Nous n’avons pas de Zelenski congolais!. Les congolais continuent a se tirer dessus comme s’ils ne savaient que l’ennemi campe sur leur territoire! Personne ne sait si oui ou non nous avons de sources d’apprivisionnemnt fiables.
    Essayez d’appliquer ces six elements au Rwanda et vous comprendrez lequel de ces deux pays est pret pour declarer la guerre! Mais il y a une autre donne: de nos jours, il n’est pas necessaire declarer la guerre pour faire la guerre. La Russie n’a pas declare la guerre a l’Ukraine, mais nous voyons tous les soldats russes se battre en Ukraine. Le Rwanda ne nous pas officiellement declare la guerre, mais nous savons que le M23 c’est l’armee rwandaise deguisee. La diplomatie congolaise a quand meme marque un point parce que le gouvernement americain a reconnu pour la premiere fois la presence de troupes rwandaises sur notre territoire! Cette recherche effrenee de l’appui de la CI est d’une force regionale pour restaurer la paix a l’est de notre pays est un intolerable aveu d’impuissance. Bien prendre la mesure de cette impuissance, c’est la que commence la vraie resistance a l’occupant rwandais! Ivre de la force de son armee, Kagame n’avait-il pas declare qu’il ne demanderait la permission a personne pour lfaire a guerre au Congo? Avons-nous du repondant? Chaque congolais doit chercher la reponse a cette question.
    Binsonji E Madilu

    1. Cher Binsonji,
      Je ne sais si c’est moi qui ai manqué de vigilance et de lecture ou c’est vous qui dans votre propension à dénicher les mérites de notre Mulopwe avez vite vu que les Yankees ont reconnu expressément la présence rwandaise sur notre territoire. Si c’est vrai, mes excuses à l’avance.
      Ce que moi j’ai lu ceque les États-Unis comme tout le monde sont préoccupés par le danger d’un conflit violent dans le coin. On verra dans la suite s’ils ont une position claire contre le Rwanda pourquoi pas à l’occasion du sommet de la Comonwalt qui commence à Kigali. Dans tous les cas aussi longtemps qu’ils en resteront à une simple offre de médiation sans des sanctions précises contre le Rwanda on restera dans le pardon habituel au Rwanda, alors qu’ils sont assez informés que les accusations du Congo sont fondées…

    2. Autant pour moi, cher Binsonji, j’ai revu les nouvelles et on peut dire que les Usa ont reconnu la présence des Rwandais sur le sol Congolais même s’ils ajoutent, « présence signalée ». Et comme je l’ai dit on en attend des sanctions parce qu’en plus ils ont les moyens de l’authentifier par leurs enquêtes.

    3. @ Binsonji Madilu: Bonne analyse objective. Mais ne t’arrete pas en si bon chemin. Qu’a fait votre regime UDPS-USN (depuis 2019 au pouvoir) pour apporter un debut de solution au marasme des FARDC inbu des faiblesses notoires que tu decris si bien? RIEN. La priorite des priorites de votre regime est l’enrichissement vertigineux des Kamerhe (100 Jours), Biselele (Mines d’or), Bilomba (surfacturations Tshilejelu), Guy Nyembo (contrats- gre-a-gre de $58 Million pour autos de luxe), Andre Wameso (deal louche avec Dan Gertler dont le butin de vols a pris une destination connue seulement de Felix et ses acolytes), des $Millions en escroqueries RAM, et j’en passe. Fais alors l’addition de tous ces vols et detournements, sans parler des depassements budgetaires a la presidence et voyages budgetivores et inutiles de Felix et ses copains a l’etranger, et tu pourrais avoir ne fut-ce que le debut des moyens pour reformer les FARDC. Le reste n’est que du bla..bla… L’ adage Anglo-Saxon dit: « Talk is cheap » (Traduction: Bavarder est gratuit). Felix et toi y excellez !

      1. @Jacquenry. J’ai pris la decision de ne pas polemiquer avec qui que ce soit! Debattre oui, mais polemiquer, non. Jai meme eu a expliquer pourquoi je prefere les debats aux polemiques. Dans les debats on apprend toujours quelque chose! Les polemiques ne menent nulle part! Elles ne font qu’exposer les prejuges et les etats d’ames de gens. Ceci dit, je vais repondre a votre question parce qu’une question honnete merite une reponse honnete. Je reprends votre question avant d’y repondre: ‘Qu’a fait votre regime UDPS-USN (depuis 2019 au pouvoir) pour apporter un debut de solution au marasme des FARDC imbues des faiblesses notoires que tu decris si bien? RIEN’. Puisque vous repondez vous-meme a votre question, je suppose que vous n’avez pas envie d’entendre un autre son de cloche. Je vais quand meme vous le faire entendre, au cas ou cet autre son de cloche pourraitvous faire voir la situation de maniere un peu plus equilibree. D’abord, je ne suis pas dans le regime UDPS-USN. Je ne suis pas militant de l’UDPS. Je ne suis ni membre du gouvernement ni membre du parlement. Ensuite, qu’on l’aime ou que ne l’aime pas, dire que ce regime n’a rien fait pour les FARDC est injuste. Je vous epargne la liste de realisations de ce regime en faveur des FARDC. Je ne voudrais pas me faire taxer encore une fois de fanatique, d’irreductible, de fanakuiti, ou d’inconditionnel de ce regime. Ce regime a donne aux FARDC plus de moyens qu’aucun autre regime auparavant. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les hommes en uniformes eux-memes! Savez-vous pourquoi ca se ne se voit pas? C’est parce que nos officiers superieurs et nos officiers generaux ont hisse le detournement de deniers publics au rang de sport national! Savez-vous pourquoi les comppatriotes qui soutiennent les FARDC au pays leurs achetent d’abord des vivres? C’est parce que tout le monde sait que les rations des nos soldats – meme ceux qui sont au front – sont regulierement detournees par leurs propres officiers! C’est une situation qui date meme du temps de Mobutu! C’est une situation qu’on retrouve nulle part ailleurs!Je ne peux pas commenter sur ce que vous dites de certains conseillers de Fatshi que vous avez nommement cites parce je n’ai pas d’amples informations sur leurs crimes. Ici je fais mien le principe qui dit que tout prevenu est repute innocent jusqu’a preuve du contraire. Tout ce que je sais est que le sieur Biselele est soupconne d’implication dans la disgrace de Monsieur Francois Beya. Pour terminer, c’est la premiere fois ici sur CIC que quelqu’un me taxe d’exceller dans le bavardage comme Felix. Je ne sais pas si c’est un compliment ou un oeuf pourri! Je ne sais pas je dois en pleurer ou eclater de rire! Puisque l’heure est grave au pays, je m’interdis de pleurer et de rire!
        Salut!
        Binsonji E Madilu

  8. Au Taliban Fatshigant qui se prend pour un Ministre du Gouverne et ment parallèle de KINGAKATI sur CIC,
    Olingi liyebani. Sia. Osepeli mpo ba répondre yo. Nous avions eu le privilège d’avoir un ami ministre dans une démocratie Occidentale qui ne fut pas un flatteur applaudisseur😁. Vous êtes un Taliban très très Fatshigant qui pataugez dans la BÊTISE. Albert Camus dit « La bêtise insiste toujours » et Carmen Sylva conclut « La bêtise se met au premier rang pour être vue ; l’intelligence se met en arrière pour voir »😁. Quelqu’un qui s’est construit tout seul jusqu’à figurer sur Wikipédia n’a pas besoin d’un Fanatique aveugle de votre acabit comme ami. Détrompez-vous👹! Nos vrais amis en tant que INITIÉ CONSACRÉ sont des Anges et Archanges, Chérubins et Ophanim, Séraphins et Phoenix, Entités et Trônes non des simples humains changeants, limités et mortels qui applaudissent d’autres humains Satano-Occulto-Nécromanciens adorateurs de Satan le Chérubin jadis oint. Pigé😈. Vos conseils insipides, insensés, sans jugeote, vous savez Mr le Fanatique « atavique » aveugle sous le Bois de Limete-Pétunias, vous savez exactement où vous pouvez les mettre dans les fosses septiques de KINGAKATI.. Le Tshilombisme comme idéologie, c’est votre couleur politique, si vous le refusez, arrêtez de nous bassiner sur CIC avec vos élucubrations diaboliques sans fondement sur le Traître président protocolaire. Ne faîtes pas le malin avec nous (Combattant Résistant de l’Ombre) en voulant manipuler l’auditoire, pour votre gouverne, vos cochonneries que vous avez pondues de l’autre côté n’ont même pas été lues en entièreté. Juste la 1ère phrase et la dernière qui contient un pseudo conseil nul et non avenu comme d’hab, le reste c’est de la bêtise sans consistance qui ne vaut même pas la peine d’être parcouru, c’est de la bêtise. Arrêtez vos bêtises Mr le Djaleliste ! Comment aurions-nous su que vous êtes pro FATSHI BIDON sans vos écrits fanatisés empreintes de flatterie. Si vous n’êtes pas Tshilombiste qui est la couleur politique qui transparaît dans vos écrits insensés, arrêtez alors une bonne fois pour toute de pondre vos bêtises sur CIC afin de vanter sans cesse les qualités inexistantes de Félix Antoine Tshisekedi aka Tshilombo-Pétain. Croyez-vous vraiment, nous pourrions être votre Frère, vous vous trompez Mr le Djaleliste., nous qui sommes INITIÉ CONSACRÉ qui adorons la VÉRITÉ ? Vous vous trompez bêtement de cible. N’est-il pas écrit « Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus ? ». Zappez nos écrits pour faire simple, nous n’avons nullement besoin de vous comme Ami ou Frère, par principe nous ne débattons jamais avec les Fanatiques aveugles des Politichiens COLLABOS ESCROCS TRAÎTRES VOLEURS. « Argumentez avec les fanatiques aveugles, c’est comme jouer aux échecs contre un pigeon. Peu importe votre niveau, le pigeon va juste renverser toutes les pièces, chier sur le plateau et se pavaner fièrement comme s’il avait gagné « . Nabanzi oyoki .Bon débarras. Adieu👹

  9. UN RAPPEL PAS INTÉRESSANT ?!
    On lit de plus en plus dans les réseaux sociaux des détails sur une collusion dans le passé entre Tshisekedi et le M23 assortis des promesses que le premier aurait faites au second et mutatis mutandis au Rwanda de Kagame. Le gros hic aujourd’hui est que ni les Congolais ne veulent apporter le moindre crédit au M23 relégué même à un mouvement terroriste, ni le président Tshisekedi ne se voit autorisé à honorer la moindre promesse à un tel groupe. Vous comprenez alors l’impasse dans la quelle le président Tshisekedi se trouve dans ses relations avec le M23 mais aussi avec son frère Kagame, ce qui peut expliquer quelques retournements de vestes. Quelles seraient exactement ces promesses ?
    Rappelons en passant qu’en 2013 le M23 avait été défait par feu Mamadou Ndala et le résidu de ses revendications tombé dans l’expectative. Ses revendications réclamaient entre autres la réintégration totale dans la nation Congolaise des banyarwanda du Sud Kivu censés représenter un groupe à part alors que l’on sait qu’ils sont d’abord le faux-nez du Rwanda de Kagame pour assurer son occupation du Congo. Notre mulopwe qui ne sait jamais rien et a coutume de prendre à la légère les choses sérieuses avait proclamé tout haut sans la moindre précaution que ces Banyarwanda étaient des Congolais à part entière : pense-t-il aujourd’hui la même chose avec la tournure d’une invasion du Rwanda en se servant exactement du M23 ?
    Remarquez que certains débattent d’un complot de fait planifié entre Tshisekedi et son frère Kagame selon lequel ce dernier lui faciliterait une victoire militaire sur le M23, ainsi exploitable dans un bilan pour se faire élire, tandis que Kagame garderait alors sous le coude le juteux bilan de ses accords avec Tshisekedi. N’allons peut-être pas aussi loin, ma question reste de savoir ce que vous pensez des relations secrètes entre Tshisekedi et le M23 ?

  10. LA QUESTION DE L´ARMEE.
    Dans presque tous les ouvrages publiés par les ex membres des gouvernements de Mobutu (Ngbanda ou Kengo) on retrouve la question de l´armée et une sorte de « mea culpa ».
    Depuis la transition, aprés la partition de fait du Congo, tous les congolais savent que nous devons nous investir pour fonder une nouvelle armée nationale forte, capable de faire face á tous les pays voisins.
    Le président Félix n´a pas démontré á 16 mois des élections que la question de l´armée serait une priorité dans sa gouvernance.
    ETAT DE SIEGE
    Un parlementaire informe les congolais que « 68 % du budget de l´état de siège est resté á Kin ».. donc volé.. aucune réation de l´IGF ou du gouvernement.. aucune sanction de la part de la justice.. rien nada, silence totale.
    Les congolais trouvent normal que les militaires peuvent se retrouver dans une guerre en dépendant des cotisations des parlementaires et des dons de la population pour obtenir une logistique élementaire.
    Pas des casques ni des gillets.. aucune uniforme digne de ce nom, et des armes Ak-47.. rien de consistant, une armée pauvre.
    Comment les congolais expliquent que des pays « pauvres » comme la Mauretanie, le Bangladesh, la Bolivie ou la Jordanie peuvent avoir des armées fortes.. plus fortes que les FARDC? Et pourtant, ces pays ne possedent pas les ressources humaines et minerales du Congo.
    Á 16 mois des élections, notre gouvernement ne présente aucun plan, aucune ambition en matière de défense.. au contraire ils depensent 2 millions de dollars pour construire un mausolé pour Lumumba, ils font le leasing d´un jet qui doit transporter le premier ministre et affrete un avion pour ramener « une dent de Lumumba » quand ces millions pouvaient apporter une logistique capable de booster les FARDC et vaincre le M23 rapidement.
    S´ASSUMER?
    Nous devons nous assumer, car nous acceptons les frasques et les bourdes d´un président qui ne se soucie ni de l´image du Congo et surtout pas de la sécurité des congolais.
    Observez que le gouvernement annonce des excédents budgétaires évalués en milliards de dollars.. et pourtant des milliers des congolais chassés par la guerre attendent une aide humanitaire d´urgence.

Comments are closed.

Previous post Message du Dr Denis Mukwege à la population congolaise
Next post Suspectée de « blanchiment »: Afriland First Bank RDC en « redressement »