Invité de TV5 Monde: Augustin Matata n’a pas convaincu!

Read Time:4 Minute

Dans un tweet, l’ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo (2012-2016) avait annoncé qu’il sera l’invité du journal Afrique du vendredi 13 mai. Ceux qui espéraient entendre un « politique » sont restés sur leur faim. Economiste de formation, l’homme s’est accroché sur des chiffres sans omettre son « dada » en l’occurrence la sacro-sainte macro-économie.

Face à l’excellente Dominique Tchimbakala, Augustin Matata a commencé par donner les raisons l’ayant poussé à quitter, fin décembre 2020, l’écurie Fcc-PPRD. Selon lui, son « épanouissement politique et intellectuel n’était pas garanti ». Au motif qu’il ne jouait pas le « rôle » qui lui convenait. C’est ainsi qu’il a décidé de s’en aller tout en restant « en harmonie avec le président Joseph Kabila ».

Interrogé sur le « projet économique » qu’il entend mettre en œuvre pour changer la vie des Congolais, l’ancien « Premier » s’est étendu sur des théories en relevant que l’idéologie de son parti est la social-démocratie. Dieu seul sait ce que recouvre le vocable « idéologie » au Congo-Zaïre. « Notre politique économique se fonde sur les principes de la libre entreprise, dit-il. C’est un capitalisme qui favorise les activités du secteur privé qui constitue le moteur de la croissance d’une part et d’autre part nous allons essayer de privilégier les secteurs sociaux ». Il cite notamment la santé et l’éducation. Pour lui, l’objectif de son projet de développement est d’atteindre dans… trente ans le niveau d’une économie émergente.

Ce n’est pas la première fois que Matata prononce le mot « émergence ». Au cours d’une émission télévisée organisée au « Fleuve Congo Hôtel » en mars 2015, il n’avait pas hésité de clamer le plus sérieusement que « le chemin de l’émergence est à la portée de la République démocratique du Congo ». Et d’ajouter, sans douter pour amadouer « Joseph Kabila », que « depuis 2001, il y a des avancées significatives en RDC. Les conditions de vie du Congolais se sont améliorées, même si beaucoup reste à faire ».

INDICE DE DEVELOPPEMENT HUMAIN (IDH)

Durant ses quatre années passées au poste de Premier ministre, Augustin Matata était « accusé » de privilégier les équilibres macro-économiques au détriment du « social » de la population. La journaliste de TV5 lui a rappelé que son discours macroéconomique n’avait pas permis au « petit peuple » de voir un changement dans son vécu quotidien. Matata se met aussitôt sur la défensive: « Madame, il ne faut pas tomber dans le piège des vendeurs du vent qui disent que la macro-économie n’était pas visible dans l’assiette du Congolais moyen ».

Incorrigible, « Mapon » feint d’ignorer que la véritable croissance se mesure par rapport à l’amélioration de la qualité de vie. Il replonge dans les chiffres. Il cite l’Indice de développement humain (IDH) publié en 2014 par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement). Selon lui, cette Agence onusienne avait reconnu que la RDC « avait fait un bond qualitatif de 11 points ». Ce satisfecit est, selon lui, à mettre, dans l’actif des réformes conduites de 2012-2016.

Ouvrons la parenthèse pour préciser que l’IDH comporte une dizaine de critères: espérance de vie, alimentation, eau potable, électricité, logement, hygiène, soins médicaux, éducation, pouvoir d’achat. Dans un supplément intitulé « Investir RD Congo 2015 », publié par l’hebdomadaire Jeune Afrique, on peut lire que « l’accès à l’eau potable est passé de 22% à 29% entre 2005 et 2013 avec de grandes disparités entre les milieux urbain (37%) et rural (12%). L’espérance de vie: 50 ans ». Notons qu’un rapport publié par le PNUD en 2016 indique que 18 millions d’adultes congolais ne savaient ni lire ni écrire. Fermons la parenthèse. On cherche en vain les indices de l’émergence.

AFFAIRE BUKANGA LONZO

Augustin Matata Ponyo lors de l’interview avec Dominique Tchimbakala de TV5 Monde

Le 3 mai dernier, Augustin Matata Ponyo a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2023. « Ne devait-il pas attendre qu’il soit lavé de tout soupçon dans l’affaire Bukanga Lonzo », lui a demandé la journaliste de TV5 Monde. Matata a commencé par rappeler que la Cour constitutionnelle est le juge pénal du Premier ministre et du Président de la République « en fonction ». Une interprétation pour le moins fantaisiste de l’article 164 de la Constitution.

Cette disposition stipule: « La Cour constitutionnelle est le juge pénal du Président de la République et du Premier ministre pour des infractions politiques de haute trahison, d’outrage au Parlement, d’atteinte à l’honneur ou à la probité ainsi que pour les délits d’initié et pour les autres infractions de droit commun commises dans l’exercice de leurs fonctions. Elle est également compétente pour juger leurs co-auteurs et complices« .

Pour lui, l’arrêt rendu par la Cour constitutionnelle du 15 novembre 2021 – selon laquelle cette juridiction était incompétente pour juger un ancien Premier ministre – clos le débat. Dans ce verdict le président de cette haute juridiction avait conclu que la Constitution ne confère nullement à la Cour constitutionnelle « la compétence de juger un ancien Premier ministre ni un ancien Président de la République ». Pour Dieudonné Kaluba, agir autrement c’est soustraire l’ancien « Premier » de son juge naturel en l’occurrence la Cour de cassation. Des juristes ont crié au scandale.

Fonctionnaire à la Banque centrale du Congo, directeur de la BCECO, ministre des Finances et Premier ministre. Toutes ces fonctions n’ont pas fait d’Augustin Matata un homme politique. Il est resté un « technocrate », imbu de sa personne. Un technocrate plus préoccupé par les « équilibres macroéconomiques » qu’un social-démocrate convaincu soucieux de transformer la société et les rapports entre les hommes. Vendredi 13 mai, l’ancien Premier ministre a parlé. Sans convaincre.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

22 thoughts on “Invité de TV5 Monde: Augustin Matata n’a pas convaincu!

  1. Devinez qui gagnerait un (vrai) debat contradictoire entre Felix Tshilejelu et Matata Ponyo…. Bref, Mapon n’est pas parfait. Mais comparons alors un gros parleur distributeur des promesses et un vrai travaileur ayant fait ses preuves en resultats au sommet, un technocrate aux references professionnelles verifiables et un jouisseur fils-a-papa aux faux diplomes….Qui gagnerait…?

  2. Matata Ponyo n’appartient à aucune génération spontanée, il est le produit de cette classe politique obèse imbue d’elle même. Ses arguments sur l’économie ressentiment furieusement au son d’un d’isque rayé à force d’être diffusé. Son leitmotiv, c’est toujours et encore la stabilité du cadre macro-économique. Comme tout fanfaron, il répète la même chanson. Les économistes sérieux savent que l’un des problèmes structurels de l’économe congolaise, c’est sa non diversification . Un pays qui consomme 90 % de ce qu’il ne produit pas est obligatoirement ( malheureusement) à la merci de soubresauts et chocs exogènes des conjectures des événements auxquels il n’a aucune prise. Pendant le 4 ans de son passage à la prématuré, il s’est contenté de la rente minière. Les minerais toujours exportés en l’etat brut qui ne permettent pas la création de la valeur ajoutée. La transformation de nos minerais sur place aurait pu permettre la création d’un tissus industriel susceptible d’avoir une chaîne de valeurs bénéfique pour notre pays. Avec Katumba Mwanke, il a contribué à la signature des nombreux contrats chinois qui ont mis sous cloche tout ce secteur. Les chinois opèrent au Congo comme dans pays conquis. La Chine qui est aujourd’hui notre premier client pèse lourdement sur notre économie. Les cours de nos matières premières dépendent exclusivement des besoins de l’économe chinoise. Pour faire baisser les prix de cobalt ou du cuivre, il suffit qu’ils ( chinois )puisent sur leurs énormes stocks et les cours s’effondrent mécaniquement parce qu’ils influencent la demande mondiale de ces métaux. Matata devrait avoir honte, plutôt que de s’affairer à donner de leçon, il devrait accepter d’être jugé pour laver son honneur sur le dossier Bukanga lonzo. D’ailleurs dans un autre pays, il serait déjà en prison. On a pas oublier les locomotives d’occasion inadaptées à l’écartement de nos rails de chemins fer congolais, la surfacturation lors de la construction de l’immeuble dit  » intelligent « , les aéronefs d’occasion achetés dans des conditions opaques…la liste n’est pas exhaustive. Il existe une bonne et une mauvaise croissance. La bonne croissance à pour moteur, la consommation tandis que celle basée sur la rente est appauvrissante. Les autorités actuelles doivent tout faire pour orienter notre économie vers des secteurs porteurs comme le numérique, l’agriculture, nos potentiels touristiques etc..La fabrication des batteries électriques peut contribuer à la créations des emplois induits du fait même de l’existence de cette zone économique. Il n y a que les naïfs qui croient aux balivernes et élucubrations d’un soit disant économiste dont on a jamais lu la moindre publication avant la soutenance de sa thèse. Comme tout imposteur, Matata fait appel à son créateur, un certain Kabila Joseph dont on ne connaît même pas vraie ses origines, et surtout les dégâts qu’il a causés dans notre pays. Les Congolais jugeront.

    1. @ Elombe: Ayant tout dit de mal sur Mapon, priere de nous tisser le parcours de ton idole Felix Tshilejelu, depuis ses faux diplomes a Bxlles, passant par ses peitis boulots de livraison de pizza a Matonge, pour enfin se faire bombarder au sommet (par Kabila). Ajourd’hui chef d’ex-frappeurs a la presidence s’illustrant en detournements (100-Jours), surfacturations (Tshilejelus), escroqueries (RAM), et contrat-gre-a-gre (Nyembo et $58 Million en commande d’autos ), Felix Tshilejelu est donc selon toi le « profil ideal » d’un P-R. Ah, pauvre Elombe, voila que tu prouves a suffisance que s’asseoir a la Mangeoire peut de-cerveller meme un (pretendu) intellectuel-cartesien.

      1. @Jacquenry. Le president de la Republique Democratique du Congo s’appelle bien Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il ne s’appelle pas Felix Tshilejelu. En lui donnant un nom qui n’est pas le sien vous faites preuve d’une impertinence qui est tout-a-fait injustifiee. Ce faisant, vous nous montrez le fond de votre culotte alors que personne n’a envie de le regarder! Les attaques ad hominen sont les signes distinctifs de faux debateurs qui croient que leurs sentiments remplacent valablement des arguments. C’est vrai! Augustin Matata Ponyon Mapon est un homme extremement intelligent. Fatshi lui-meme lui reconnait cela. Ce n’est pas son intelligence qui est en cause! C’est sa gestion de la chose publique. La-dessus il a des problemes, non pas avec Fatshi, mais avec la justice. Il a fait preuve de beaucoup de courage en venant affronter la justice, mais en portant son proces sur la place publique, il se fait plus de tort que du bien! C’est au palais de la justice qu’il doit se justifier, pas dans les colonnes de CIC. Le fait de n’etre pas d’accord avec le Pr4esident ne vous donne pas le droit de lui manquer du respect.
        Sans rancune!
        Binsonji E Madilu

  3. @ Dommage que sur notre cher CIC les adversaires ou rivaux du président Tshisekedi n’aient plus bonne, seuls les présumés exploits de ce dernier trouvent grâce ou alors les nouvelles d’un Kamerhe jugé sérieux et avec un avenir assuré. Ailleurs ce sont quelques intervenants qui louaient ici nos prétendus exploits de macroéconomie qui la contestent aujourd’hui parce qu’elle est vantée par Matata. CIC a commencé par zapper la candidature de Matata et quand il en parle c’est pour dire que Mata n’a pas convaincu.
    @ Plus sérieusement, ce n’est pas dans un entretien de 5 minutes que Matata avait le temps de convaincre de sa décision de porter sa candidature à la présidentielle de 2023 et c’est vrai qu’il s’est limité ou en l’a limité à la défense de son dada de macroéconomie et à ses déboires judiciaires.
    @ Pour dire vrai, j’avoue un double avis qui peut même paraître contradictoire sur Matata D’un côté je lui reconnais des mérites intellectuels et politiques qui peuvent en faire un leader intéressant.
    Il a par exemple été assez malin de prendre quelque peu par surprise ses rivaux et adversaires en leur mettant en face sa candidature à cause et malgré ses problèmes judiciaires. A eux aujourd’hui de le contrer à leur façon.
    De l’autre je reconnais sans discussion que Matata (comme d’ailleurs son ancien patron ‘JK’) doit rendre des comptes à la Nation sur les centaines de millions de dollars qu’il a soutirés du Trésor public notamment sur la débâcle de Bukanga-Lonzo. Et s’il devait en être condamné que la route de la présidentielle lui soit barrée.
    @ Le hic est en même temps que ses adversaires notamment le pouvoir en place vont en profiter pour lui jeter d’ores et déjà des peaux bananes sans toujours suivre la voie légale mais répétons-le, son statut de PM au moment des faits dont on l’accuse ne peut l’immuniser devant la Justice, ses actes ne répondent pas de ses missions régaliennes mais de leurs violations. Voilà !

  4. Faux, Matata a convaincu. Cet homme a recu les felicitations des grands economistes de notre monde. Citez moi un seul membre de l’udps que vous pouvez comparer a Matata! Nous parlons bien de Matata Ponyo, un homme intelligent et plein d’experience. Fonctionnaire a la banque centrale, directeur de la BCECO, ministre des finances, professeur des universites,premier ministre. Son parcours devrait interpeller! Voici un homme prepare a gerer le pays, il ne sort pas de nul part. Ceux qui n’ont meme pas construit des toilettes chez eux s’attaquent a Matata par jalousie. Bakangaka mopepe TEEE, ceux qui, comme d’habitude mentent sur Matata seront tous couvert de honte. Qui vous empeche d’aller construire chez vous? Emeneya avait chante NZINZI mobali mabe, ba fier ya pamba…En rdc il existe des tribus des batisseurs, des voyageurs, des vantards, et meme des jouisseurs, suivez mon regard! Ne touchez pas a notre Matata, il est precieux. Naino bobangi te.

  5. LUNDA BULULU: -“QUAND J’ETAIS 1er MINISTRE, MATATA PONYO ETAIT RWANDAIS”.
    Par quel bâton maqique ce monsieur est-il devenu congolais ressortissant du Maniema?
    CONGOLAIS TOTIKAKA PE KI BOLOLE!

    1. KUM@
      Comme si un « rwandais » peut urbaniser la ville de Kindu et y construire une université moderne.
      Pourquoi un « rwandais » s´est donné la peine de mettre de l´ordre dans la gestion de l´État au Congo?
      Ceux qui sont des congolais 100 % pillent 450 millions de dollars en 100 jours et « frappent » les congolais avec le RAM.. l´argent volé est investie en Turquie et en Belgique.. tandis que Matata le rwandais est propriétaire d´une université.

    2. @Ndeko KUM
      Moi, j’en connais qui était rwandaise à Londres et puis, un jour, comme par magie, devienne congolaise à Kinshasa. C’est de la pure magie !
      Tofingi mutu ?

  6. Matata a convaincu et je souhaiterai qu’avec cette même ferveur et sérénité qu’il explique à la cour (n’importe laquelle même une foraine) que l’affaire Bukanga Lonzo est une vaste blague. Que lui Augustion n’est nullement impliqué dans un quelconque détournement. Fait ainsi, il se sera lavé pour la vie au lieu d’utiliser des plateaux de télévision et les conférences pour tenter de prouver son innocence auprès des gui n’ont pas des griefs contre lui. Il s’exprime partout sauf là où on a vraiment besoin de l’entendre. Qu’il nous évacue une bonne fois pour toutes cette affaire Bukango Lonzo qui lui colle à la peau et ce sera justice et pour lui et pour la société.

    1. Oui, Matata parle avec conviction en se basant sur des faits, des réalisations visibles.
      En quittant la Primature, il laisse des avions pour la compagnie aérienne.. et aucune dette au FMI/BM.
      Nous avons vu en Suède comment Matata a payé les dettes du loyer de l´ambassade á partir de Kin.. juste un virement bancaire!
      Matata a tenté de moderniser la gestion de l´État avec la « bancarisation » qui devait rendre les transactions financières « électroniques » comme en Europe.
      Matata peut convaincre encore plus.. comme le dit expressement Muzito: Matata parle d´un programme et non de sa personne..

  7. Jacquenry vous a mis au défi Elombe pour nous décrire avec conviction le parcours de Félix Tshilejelu. Nous attendons encore vos arguments. Le débat sur la compétence, le travail, la rigueur sur Augustin et Félix devient très intéressant.

  8. La Classe Politique RDCIENNE médiocre accompagne les Occupants depuis 2001. Matata Pognon est un Rwandais comme alias Kabila qui a nommé LIBIDO président protocolaire. « Les temps difficiles créent des hommes forts, les hommes forts créent dès temps prospères, les temps prospères créent des hommes faibles, les hommes faibles créent dès temps difficiles » Lu quelque part. INGETA

  9. @ Kum:
    Augustin Matata Ponyo est ressortissant de la province du Maniema, il est de la tribu Bangubangu. Il a vecu une partie de son enfance a Kindu et une autre a Goma. Nous l’avions VU, Touche et Joue avec lui. Les BOLOLE sont ceux qui, sans preuve aucune, parlent comme des peroquets comme si les mensonges de Lunda Bululu peuvent se transformer en verite. Qui est Lunda pour statuer sur la nationalite de Matata? Soyez lucide s’il vous plait, evoluons. Nous continuons a attendre en vain les preuves que l’udps va nous exhiber sur le nom du village de Joseph Kabila au Rwanda. Na esprit ya bien.

  10. @ Matata qui est apparemment en pleine promotion de sa candidature s’est aussi exprimé sur RFI. Il a été plus disert mais ce n’est pas pour autant que sa défense m’a satisfait. Il a répété que les poursuites judiciaires à son encontre étaient non conformes à la Constitution, ce qui est imbuvable pour moi. On ne peut se mettre à l’abri des accusations graves de détournements des fonds publics en se mettant derrière une loi, seuls les faits peuvent trancher sur les responsabilités. Se défendre de n’être qu’auteur intellectuel signifierait qu’il n’y a pas preuve qu’il en soutiré des millions de dollars est davantage une fuite en avant. La société sud-africaine African Commodities qu’il incrimine est bien son choix, comme tout le projet, comment alors ne peut-il pas en répondre ? Un choix pour le moins suspect ou négligeant !
    @ Il est indubitable que Bukanga-Lonzo aujourd’hui à l’abandon est une catastrophe industrielle qui a englouti des sommes importantes du pays, où sont partis ses millions, à qui ont-ils profité ? Matata double promoteur, politique et technologique est le premier à en répondre.
    @ Matata vante légitimement sa gestion à la tête du pays par des indicateurs macro-économiques de croissance, qu’importe, qu’en est resté après, la population en a-t-elle vraiment profité ? Voilà où les mérites intellectuels et politiques réels de Matata trouvent leurs limites et où sa candidature nécessite de franchir légalement les accusations des détournements portées contre lui pour être acceptée. Comment le faire proprement ?

  11. KIMANS ET BANYARWANDA EN RDC OCCUPÉE OU COMMUNAUTÉS ET ETHNIES/TRIBUS ! La Nationalité Kongolaise (qui est une et exclusive) est bradée car le pays
    est Sous-Occupation étrangère et n’a pas de Carte d’Identité Nationale avec une Base des données obtenue après un recensement général administratif et scientifique. Feu Honoré Ngbanda disait « Identifiez-vous ». À l’ambassade de la RDC occupée en Ouganda, les passeports RDCIENS sont vendus aux inconnus qui choisissent leurs patronymes Kasaïens, plusieurs Rwandais et Burundais étudient avec des bourses et noms Kongolais à l’étranger. Un quidam devient-il Kongolais puisqu’il a construit une Université avec l’argent public détourné ? Devient-on Kongolais puisqu’on a été Ministre du Gouverne et ment d’Occupation Rwandaise. Ailleurs les étrangers sont recensés, leurs origines sont tracées mais en RDC administrativement non sur un ouï dire. Le Grand Kasaï, le Kivu, le Katanga voire le Bas-Kongo regorgent plusieurs ressortissants Rwandophones qui portent les noms à consonnance Bantoue. Pourquoi les Banyarwanda n’acceptent-ils pas qu’ils ont des origines étrangères comme ça se passe partout ailleurs ?. « On ne prend pas une nationalité comme on prend son parapluie » dixit Françoise Giroud. INGETA

  12. @ Binsonji Madilu: A prime abord, qui es-tu? Puis, qui te donne le droit de me « censurer » sur CIC en place de son Editeur? La VERITE doit te blesser, mais tant pis. Je signe et persiste: Felix Tshilejelu – dont l’incompetence n’est plus a demontrer – ne se mesure pas intellectuellent, ni professionnellement, a Matata. Ce n’est pas une insulte, c’est VRAI. En matiere de gouvernance, eloigne-toi de « la Mangeoire » pour revoir ses performances s’etalant en depassements, surfacturations et detournements (Projets 10 Jours et Tshilejelu) et en escroqueries (RAM) . En quoi alors ton idole fait-il mieux que Kabila ou Matata? Madilu, au lieu de venir me deverser ton insolence ici, priere d’aller plutot aider tes freres au Kasai en rappelant a ton idole Felix ses promesses sans suite faites a ses mashi-a-mumenu durant sa tournee de Bourbiers-Tshilejelu au Kasai. Tes freres en exode vers le Katanga ont trop attendu.

    1. @Jacquenry. Qui suis-je? Je suis un patriote nationaliste congolais. Qui me donne le droit de te censurer en lieu et place de l’editeur? Je ne t’ai pas censure! Je n’en ai ni le droit ni le pouvoir. Je n’ai fait que relever l’impertinence de tes ecrits. Ne dit-on pas qu’il faut appeler un chat un chat et un lion un lion? Ca ne te diminuerait pas davantage d’appeler le President de la RDC Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. C’est cela son nom. En continuant a l’appeler Felix Tshilejelu, tu nous montres non seulement le fond de ta culotte, mais tu nous invites en plus a le renifler! C’est inadmissible! Au fait a qui crois-tu faire plaisir, a ceux qui sont comme toi ou a ceux qui pensent comme toi? Si tu crois que tu le critiques en l’appelant Felix Tshilejelu, tu es a cote de la plaque. ce n’est pas cela une critique. La competence, ou l’incompentence, de quelqu’un est toujours a demontrer! si ce n’est pas demontree, c’est une affirmation gratuite. Je suis tres , tres loin de ‘la mangeoire’. Je suis alle chez nous en conge sabbatique, et j’ai offert mes services dans mon domaine d’expertise. Je n’ai pas d’idole! Mes freres sont a Kinshasa, a Bulungu, a Likasi, a Walikale, et a Kananga. En fait, mes freres sont partout en RDC. En parlant de ‘mon idole,’ de ‘mes freres’ et en les installant simplement au Kasai, tu fais preuve d’un separatisme qui n’honore aucun congolais! Ce n’est pas pas avec un tel sentiment que nous construirons ‘un pays plus beau qu’avant’. Les railleries sont une forme d’expression, mais elles n’ont pas de place dans un debat! Si tu veux debattre avec moi je te laisee le choix de theme et des armes. Si tu cherches quelqu’un avec qui polemiquer, je ne suis pas partant! Sans rancune!
      Binsonji E Madilu

  13. Si Matata Mapon Ponyo est rwandais ou burundais, alors tous les ressortissants du Maniema sont des rwandais ou des burundais selon VOUS. Ayez honte et acceptez vos limites. l’udps et ses bandits nous ont menti pendant les 18 ans de kabila Joseph au pouvoir. Maintenant que Kagame est le frere de Felix Tshilejelu, montrez nous s’il vous plait le village ou la coline de Joseph Kabila au Rwanda. Les photos de Laurent D. Kabila avec Joseph Kabila qui n’avait que 2 ou 3 ans ne vous disent rien? L’udps est une usine productrice des mensonges, kadiosha. Tala ndenge babebiseli biso mboka.

  14. La vraie question que tout Kongolais Patriote, Nationaliste qui n’est pas fanatique aveugle des Politichiens doit se poser sur la Nationalité en RDC occupée est « Qui étaient réellement tous les Banyarwanda et Rwandophones avant 1997 et entre 1997 (Départ de Mobutu) et 2001 (Mort de Mzee Kabila) ? » Dans un pays en guerre permanente de basse intensité où un certain James était Chef d’État Major ensuite Ministre Rwandais de la Défense, où LDK a vu son Ministre des Affaires Étrangères détailler en 1998 vers le Rwanda alors qu’il le croyait natif Kongolais, où un ex-1er Ministre mieux placé sur les secrets d’État taxe officiellement un autre 1er Ministre d’occupation de Rwandais de souche, où les MBWARIORS en 2022 est rempli des étrangers Rwandophones qui ne se cachent même plus depuis 2019, il est prudent de ne pas gober que chaque individu qui se déclare unilatéralement être de Nationalité Kongolaise l’est automatiquement sur un ouï dire car il en détient la Carte d’Electeur et le Passeport made in Rwanda, la Nationalité n’a jamais été non plus accordée à un groupe d’individus soit-il Banyarwanda même si ce groupe communautaire est né sur le sol KONGO-ZAÏRE où coule le lait et le miel, cela doit se faire individuellement, au cas par cas par une procédure administrative officielle. Notre pays n’est pas administrativement bien géré, le laisser aller administratif prouve que la RDC occupée par les Banyarwanda (RWANDA et OUGANDA) n’a pas un problème politique mais un problème D’IDENTITÉ NATIONALE. Aussi longtemps que ce problème d’identification nationale ne sera pas résolu dans son entièreté, les élections se succéderont et se ressembleront . Ce qui est aussi étonnant à la limite impensable, c’est le fait que les RDCIENS surtout les FANATIQUES AVEUGLES des POLITICHIENS pensent encore à aller une 4è fois d’affilée aux élections présidentielles truquées d’avance sans avoir identifié par un recensement général administratif et scientifique tous les Habitants de la RDC occupée. « La folie, c’est de faire toujours la même chose, et de s’attendre à un résultat différent » dixit Albert Einstein. INGETA

Comments are closed.

Previous post Cour constitutionnelle: Exit infamant pour les juges Kaluba et Funga!
Next post RDC: « à notre niveau, nous n’avons aucun doute que nous aurons les élections en 2023 » (Denis Kadima)