Le Rwanda de Kagame: Un voisin « unreliable »

Read Time:4 Minute

Depuis plusieurs semaines, des affrontements à l’arme lourde et automatique opposent l’armée congolaise (FARDC) à la prétendue « rébellion congolaise » dénommée « M23 » dans le Territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu.

Chaque jour, des localités changent des mains d’un belligérant à un autre. Et ce au péril de la sécurité des personnes et des biens. Depuis le mois de février dernier, des paisibles citoyens congolais vivent dans la peur dans leur propre pays. Ils sont terrorisés par des « pistoleros », sans foi ni loi venus du Rwanda.

Comme de coutume, un Congolais de souche est utilisé comme « caution ». L’objectif est de crédibiliser la « citoyenneté congolaise » du mouvement. Cette fois, la marionnette se nomme Willy Ngoma. Ce dernier joue, comme dans un film, le rôle de porte-parole.

Dans un communiqué, daté du dimanche 10 avril 2022, revêtu de la signature du sieur Willy Ngoma, le « M23 » annonce son retrait des « positions nouvellement conquises » aux FARDC. Il s’agit notamment de: Sabinyo, Tshanzu, Runyonyi, Ndiza et Tshengerero.

Dans la soirée de ce même dimanche, on apprenait que cette annonce n’était que du « bluff ». Dans un tweet publié sur son compte Twitter @StanysBujakera, ce confrère, qui cite un « expert », indique que les combattants du « M23 » avaient déjà réoccupé les positions précitées. Selon lui, cette réoccupation aurait eu lieu le vendredi 8 avril. C’était au moment où les chefs d’Etat des pays membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est étaient réunis en mini-sommet à Nairobi.

Que veulent les « combattants » du « M23 »? N’allons par quatre chemins. Créé en mars 2012 à Kigali – au même titre que le RCD-Goma d’Azarias Ruberwa et le CNDP de Laurent Nkunda – sous la haute direction de l’actuel maître du Rwanda dont le rêve est d’infiltrer les institutions congolaises. « La base politique de Kagame, c’est la violence, qu’il exporte dans la région ». Ces propos ont été tenus par le colonel Patrick Karegeya, deux mois avant son assassinat dans un hôtel à Johannesburg. « Le CNDP de Laurent Nkunda comme le M23, c’est lui qui les soutient. Il tient les commandes », ajoutait-il dans un entretien au Quotidien bruxellois « Le Soir » daté du 6.11. 2013.

Ceux qui pratiquent la langue de Shakespeare savent que l’adjectif « Unreliable » est tout sauf un compliment. Ce mot se traduit simplement par: « peu fiable ». C’est ainsi qu’on qualifierait un menteur ou un hypocrite.

Le Congo-Kinshasa est entouré de neuf pays voisins: l’Angola, le Burundi, la Centrafrique, le Congo-Brazzaville, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud, la Tanzanie et la Zambie. Le Rwanda du président Paul Kagame est le moins fiable d’entre eux.

Depuis la prise du pouvoir à Kigali par l’ex-Front patriotique rwandais, en juillet 1994, les relations entre l’ex-Zaïre et le Rwanda sont malades du mensonge et de l’orgueil. A ces deux « maux », il y a lieu d’ajouter la convoitise.

Le mensonge – Fin septembre 1996, la terre entière apprenait que des membres d’une tribu inconnue jusque-là avaient pris les armes pour revendiquer leur citoyenneté zaïroise contestée. Le nom: « Banyamulenge ». Il s’agissait, en fait, des Banyarwanda. Des citoyens rwandais réfugiés au Congo après le renversement de la monarchie en 1959. Une « rébellion zaïroise » dénommée « AFDL » (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) verra le jour, fin octobre 1996, au Rwanda. En guise de « caution zaïroise », Laurent-Désiré Kabila est placé à sa tête comme porte-parole. La suite est connue.

Dans une interview accordée au magazine J.A. Intelligent n°2179 du 14 au 20 octobre 2002, le président Kagame finit pas passer aux aveux: « Notre objectif était double: en finir avec la menace immédiate des génocidaires et réaliser une sorte d’investissement à long terme en favorisant l’instauration à Kinshasa d’un pouvoir qui ne porte pas atteinte à la sécurité du Rwanda ». Traduction: Kagame s’est servi du prétexte « Banyamulenge » pour installer à Kinshasa un régime assujetti au Rwanda. Une sorte de sous-colonie.

L’orgueil« Nous souhaitons la paix à tout le monde dans la région, mais quiconque nous souhaite la guerre nous la lui donnons. Nous avons des professionnels formés pour cela. Le Rwanda est de petite taille, notre doctrine est de faire la guerre en territoire ennemi quand cela l’exige ». C’est la déclaration faite par le chef de l’Etat rwandais le 8 février 2022. Le satrape de Kigali – qui est grisé d’avoir contribué à la chute du maréchal Mobutu – n’a goûté que très modérément la mutualisation des forces entre le Congo-Kin et l’Ouganda pour traquer les rebelles ougandais dits « ADF ».

La convoitise – Après avoir « installé » LD Kabila à la tête de l’ex-Zaïre, Paul Kagame considère le « Congo libéré » comme étant un « butin de guerre ». Tous les observateurs internationaux ont pourtant compris que l’argument sécuritaire avancé par Kagame chaque fois que ses troupes traquent les FDLR n’est qu’un fallacieux prétexte. La réalité est ailleurs: l’exploitation des ressources du pays et les velléités expansionnistes. Le RCD, le CNDP et le M23 servent de « masques » pour camoufler cette double ambition.

Les Congolais ne doivent pas confondre le peuple frère du Rwanda avec leurs dirigeants actuels réputés belliqueux et orgueilleux. Le peuple rwandais restera toujours un peuple frère. Hélas, le Rwanda du président Paul Kagame est un voisin « unreliable ». Peu fiable. Les dirigeants congolais seraient mal inspirés de ne pas prendre conscience de cette réalité.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

12 thoughts on “Le Rwanda de Kagame: Un voisin « unreliable »

  1. Le rappel périodique de la vérité historique resteras toujours positivement appréciable…
    Merci, Beaudouin !!!

  2. Merci beaucoup tres cher Amba pour cet article. Votre derniere phrase est pleine de profondeur et je confirme que Felix et son entourage sont tres mal inspires devant le probleme rwandais, eux qui osent meme apeller Kagame leur frere, ce sanguinaire qui a massacre des milliers de nos compatriotes a l’est. Ce felix qui n’a meme pas pitie de ses propres freres luba qui deambulent partout pour trouver a manger ne nous aidera pas, nous les kivutiens. I think that this is correct, we can’t even dream about it. En continuant de dire que le sanguinaire Kagame est son frere, Felix s’eloigne de tous les congolais. Il s’est deja enrichi par les richesses du congo et il est grand temps de le chasser du pouvoir. Kabila avait fait une erreur en le nommant a la presidence. Si Kagame qui n’est pas notre frere est le frere de Felix, alors Felix non plus n’est pas notre frere, c’est simple a comprendre. Un sanguinaire ne comprend que le langage des armes, voila pourquoi Muzito a pleinement raison sur cette question.

  3. Cher BAW,
    Vous concluez votre papier en disant que « Les Congolais ne doivent pas confondre le peuple frère du Rwanda avec leurs dirigeants actuels réputés belliqueux et orgueilleux. Le peuple rwandais restera toujours un peuple frère. Hélas, le Rwanda du président Paul Kagame est un voisin « unreliable« . Peu fiable. Les dirigeants congolais seraient mal inspirés de ne pas prendre conscience de cette réalité. » Question : pourquoi le long de votre développement vous n’utilisez pas cet excellent argument pour mettre plus à jour la faillite du pouvoir en place chez-nous qui n’en tient pas compte ?. Le peuple Congolais comme le peuple rwandais ont des dirigeants qui les représentent. Helas si le pouvoir rwandais ment pour se donner des raisons de faire la guerre au Congo, – son objectif d’exploitation illégale de nos richesses et d’expansionnisme est patent – en face le pouvoir Congolais ne fait pas mieux pour répondre souverainement et de façon responsable aux attaques rusées du pouvoir rwandais. Que fait-on d’un partenaire ‘peu fiable, croyez-vous en effet qu’en répondant par l’indifférence et la négligence Tshisekedi et son équipe sont à la hauteur de leur tâche, et si non, pourquoi alors ne vous adressez-vous pas plus directement et plus clairement aux dirigeants de notre pays ? Les artifices existent pour le dire sans casses et une telle adresse contribuerait mieux au message que vous voulez passer ici.
    J’y reviendrai…

  4. De l’AFDL à l’UNION SACREE, en passant par le CCP-PPRD- AMP-FCC-CACH, soit durant un quart de siècle, le Congo-Zaïre a tout donné au Rwanda de Paul Kagame. Mais le satrape rwandais est toujours insatiable. C’est un pervers, un prédateur moral qui sait qu’il a en face de lui un peuple congolais, qui est d’une médiocrité affligeante.
    Un peuple reconnu pour son inconscience politique congénitale, pour son sens de l’intérêt général qui est à la limite nul, un peuple dont l’élite politique est vénale. Cela fait 25 ans que ce peuple de 100M d’individus a fait le choix d’être une colonie du petit Rwanda.
    Comme nous sommes nés avant la honte…

  5. Mon cher B.A.W,
    Pour son peuple, le président Kagame est plus que «reliable ». Il a une vision pour son pays et son peuple. Il met tout en oeuvre pour la réaliser. Le Congo et les congolais ne l’intéressent pas. Seuls le Rwanda et le peuple rwandais comptent pour lui. S’il faut détruire le Congo et tous les congolais pour protéger et développer son pays le Rwanda, il le fera sans douter une seule fois. C’est ce qu’il fait.
    Vous congolais, pouvez-vous dire la même chose de vos bouffons de dirigeants ?
    Pouvez-vous, sans gène, dire que vous avez un Président, un gouvernement, une armée ? Mais regardez donc autour de vous…vous n’avez que des marionnettes soumises au Rwanda, des voleurs, des jouisseurs et des incompétents, des clowns installés là par le pouvoir rwandais pour servir les intérêts du Rwanda au détriment de ceux du Congo.
    Pendant longtemps, je pensais que le problème était le Rwanda. Parce que un rwandais 100% était président au Congo. Depuis quatre ans, un congolais a été nommé président. Rien n’a changé. RIEN ! C’est même pire qu’avant.
    Non, désormais, il appert clairement que le problème, c’est le CONGOLAIS…qui laisse faire cette merde.
    Toloba, toloba te… nafingi mutu ?

  6. Qui a fait entrer le loup dans la bergerie ? N’est ce pas le congolais lui-même dans sa cupidité légendaire. Avant d’indexer l’étranger , ayons d’abord le courage de recenser les traitres de l’intérieur en les neutraliser, refaire naitre une nouvelle citoyenneté où l’on enseigne depuis l’école maternelle les droits et les devoirs du citoyen, susciter surtout auprès des politiques mais aussi la société civile l’amour de la patrie, créer un organe où devront passer pour formation appropriée toutes les personnes aspirant à exercer dans le public( fonctionnaires, magistrats, policiers, politiques, militaires…) de façon qu’ils aient une égale compréhension de ce que la collectivité attend d’eux en matière d’éthique, de conscience professionnelle, dans la défense et la protection des intérêts nationaux. Ainsi après avoir nettoyé les écuries en interne, mettre en place des outils de dissuasion contre les convoitises des voisins et des étrangers au sens large. Pour cela, il y a lieu de manifester une réelle volonté d’agir. A bas les régimes d’impunité et de jouisseurs, il en va de l’avenir des millions de congolais.

  7. George Orwell : « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres, n’est pas victime, il est complice ».
    Yebela !

  8. Oui , Que tous les genocidaires quittent le congo et qu’ils soient extrades vers le pays d’origine et repondent devant ja justice , c est aujourd’hui ou jamais
    Nasuki awa

  9. Un Proverbe Africain dit « Dormir sur la natte des autres c’est comme si l’on dormait par terre », le RWANDA de Paul Kagame « un voisin peu fiable aux visées hégémoniques » dort tranquillement sur la natte des Kongolais grâce à Tshilombo-Pétain, un jour les Kongolais reprendront leur natte de gré ou de force… Ainsi soit-il… INGETA

  10. En relisant ce papier sur un Kagame voisin ‘peu fiable’ deux réflexions bien curieuses en rapport avec ce qu’il se passe au Katanga avec les nouveaux venus Kasaiens me sont venues !
    1. Qui nous dit que l’exode massif des Kasaiens au Katanga ne fait pas partie d’un projet bien planifié et commandité par un pouvoir conseillé par l’expansioniste rusé Kagame ?
    2. Où l’on voit davantage la nécessité de comprendre une situation avant de la condamner : la députée Munongo a mal verbalisé son dépit de l’afflux massif des Kasaiens chez-elle au Katanga mais n’en a pas moins mis au jour la vérité d’un exode qui commence à devenir problématique selon elle et selon des observateurs avisés. Comprendre avant de juger, avant de condamner , comprendre pour mieux juger, mieux condamner !

    1. @Ndeko Nono
      Avec ce pouvoir de Tshilombo qui ne maitrise rien, excepté les caisses de l’Etat, on ne peut pas ignorer un plan macabre derrière l’exode des Kasaiens au Katanga. Tout est possible. A mon avis, Mme Honorable Munongo aurait pu procéder autrement et être plus efficace. Par exemple, elle aurait pu interpeler le clown qui officie comme ministre de l’intérieur au niveau de l’assemblée pour susciter un vrai débat institutionnel.

Comments are closed.

Previous post Et s’il n’y avait pas d’élections en 2023?
Next post RDCongo: La VSV condamne la restriction récurrente de l’espace politique par le gouverneur de l’Equateur