Mise au point du Mouvement pour le Renouveau (MR)

Read Time:3 Minute

A la suite de la parution d’un article publié dans New-York Times le 20 mai dernier sur l’assassinat des deux experts des Nations Unies en RD Congo qui a été relayé abondamment à travers la presse tant nationale qu’internationale, ainsi que les réseaux sociaux, le Mouvement pour le Renouveau du député Clément Kanku apporte les précisions suivantes:

  • Le MR dénonce avec la plus grande énergie les propos diffamatoires contenus dans cet article et déplore, entre autres, l’usage maladroit et orienté d’un élément sonore à des fins inavouées;
  • L’auteur dudit article indique que madame Zaida Catalan, assassinée en mars dernier avec son collègue américain Michael Sharp, détenait un enregistrement audio établissant une prétendue implication du président Clément Kanku dans les massacres au Kasaï. Cet article affirme que les documents conservés sur l’ordinateur de madame Zaida Catalan établissaient que cette dernière enquêtait sur le rôle supposé de son président dans l’incitation à la violence dans le Kasaï. Sur ce point, le MR ne peut qu’exprimer toute son indignation et préciser qu’il n’a jamais rencontré madame Zaida Catalan;
  • L’article du New York Times insinuerait également un lien de causalité entre les relations étroites qu’entretiendrait son président avec les combattants de la milice et sa nomination comme ministre dans le gouvernement Badibanga. Le MR tient à rappeler que sa nomination au poste de ministre de la Coopération au développement est consécutive à la mise en œuvre des résolutions issues de l’accord du 18 octobre 2016;
  • Toutefois, le MR rappelle à l’attention générale que son président est originaire de Dibaya, une circonscription dont il est l’un des élus, qu’il n’a jamais entretenu des liens étroits avec une quelconque milice et qu’il n’est impliqué ni de près, ni de loin dans l’assassinat des deux experts de l’ONU. Le même article relate que madame Zaida Catalan a conservé une centaine des fichiers dans un dossier sur son ordinateur sous le nom de monsieur Kanku, dont une conversation téléphonique enregistrée dans laquelle il serait en train d’échanger avec un prétendu subordonné sur la mise à feu de Tshimbulu. A cet égard, le MR précise que son président n’a jamais eu d’entretien téléphonique avec un quelconque milicien;
  • L’article reprend la retranscription d’une conversation avec le supposé milicien. En comparant la retranscription telle que reprise dans cet article avec l’élément sonore, force est de constater que la traduction de la conversation retranscrite en langue française et anglaise ne correspond nullement à l’élément sonore d’origine en langue Tshiluba, sans préjudice de la contestation de l’authenticité de l’élément sonore présenté. Pour peu qu’on parle la langue Tshiluba, on comprendrait aisément que cette falsification de la retranscription ne reproduit pas fidèlement ce qui y est dit. D’où la question de savoir pourquoi avoir délibérément travesti cette conversation.

Par ailleurs, le MR rassure l’opinion que son président n’a aucune raison de redouter d’être confronté à un quelconque élément sonore. De tout ce qui précède, le MR est convaincu que cet article a été publié dans l’unique dessein de nuire à la personne du président Clément Kanku, de porter atteinte à son honneur et détourner intentionnellement l’attention de l’opinion sur les réelles causes du décès des deux enquêteurs de l’ONU ainsi que des massacres dont la population Kasaïenne est victime. Lesdites insinuations distillées dans cet article ne constituent ni plus ni moins qu’une imputation dommageable et une dénonciation calomnieuse.

Tout en déplorant les massacres qui ont eu lieu dans le Kasaï ainsi que les assassinats de deux experts des Nations Unies et du Chef Kamuena Nsapu, le MR décline toute responsabilité directe ou indirecte de son président dans lesdits massacres et assassinats. Il appelle de tous ces vœux la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale et indépendante pour que les responsabilités soient établies afin que les coupables soient déférés devant les instances judiciaires compétentes.

Pour finir, le MR exprime sa solidarité à toutes les familles frappées par les violences en République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 24 mai 2017

 

Me Lucien Ingole Issekemanga
Secrétaire général
GSM: +243 82 11 48 700
Email: nonon1999k@gmail.com

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Flory Kabange Numbi, un PGR sous influence!
Next post RDC: Enrôlement pour voter