Peuple Congolais: Transformez-vous pour transformer votre nation

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

1. Les matières premières ne transforment ni ne développent une nation.

Peuple congolais: habitants des villages, villes et cités, jeunes filles et jeunes garçons, intellectuels, députés provinciaux et nationaux, gouverneurs, sénateurs, ministres provinciaux et nationaux, Premier ministre, Président de la république, vous savez tous, ou du moins la majorité sait que les matières premières enrichissent certains individus, mais ne développent ni les populations ni les infrastructures du pays. Si vous êtes parmi ceux et celles-là qui s’enrichissent des diamants, d’or et de coltan du pays ainsi que du bois et d’autres ressources naturelles du pays sur le dos et le sang des populations qui croupissent dans la misère, savez-vous que la misère des populations crie vengeance jour et nuit contre vous? Lorsque vous mangez bien, dormez bien, voyagez en Europe, envoyez vos enfants étudier en Europe, savez-vous que les âmes de ceux qui sont massacrés en RD Congo sous votre indifférence et insouciance crient vengeance jour et nuit contre vous? Et quand la mort va vous surprendre, savez-vous que ça sera le temps du jugement, et vous laisserez derrière vous toutes ces richesses accumulées sur le dos et le sang des populations du Congo, pour vous confronter au jugement qui vous attend? Et qu’est-ce qui va vous arriver après la mort? Pensez-y, car tout se paie ici-bas ou après la mort. Ce sont là des vérités que vous devez savoir, afin que vous ayez le courage de chercher à sauver votre âme pendant que vous êtes encore vivant et avez le temps de le faire.

N’attendez pas trop, car la mort surprend comme un voleur dans la nuit, et vous ne savez ni le jour ni l’heure de votre mort. Et quand cela va arriver, ça sera tard de vous repentir et sauver votre âme. Une option pour vous est de déclarer publiquement au peuple congolais, maintenant même, en disant par exemple : chers compatriotes, ma conscience me reproche; je viens vous demander pardon, je viens restituer une grande partie des richesses que j’ai acquises, (restituer cela) non pas à l’Etat, non pas à l’Eglise, mais en créant telle ou telle entreprise pour fabriquer localement telle ou telle bien manufacturé dont vous avez besoin, ou encore en mettant sur pied une compagnie pour réhabiliter les routes locales, réhabiliter les hôpitaux locaux, ou construire un hôpital local moderne équipé de tout, afin d’améliorer les conditions de vie des populations locales que j’ai négligées pendant si longtemps. Je ne bénéficierai pas de ces compagnies et entreprises qui seront gérées par un comité local composé des gens parmi vous, afin que vous ayez contrôle total sur le fonctionnement et la rentabilité. Voilà donc une option pour vous qui avez accumulé illicitement les richesses du pays; vous vous connaissez, et tout le monde vous connait.

Comment savons-nous, comment savez-vous que les matières premières ne développent pas un peuple ou une nation? Eh bien, ça fait soixante ans depuis que la RD Congo a conquis son indépendance; mais on ne voit pas les immenses matières premières et ressources naturelles de la RD Congo construire ou réparer les routes, les chemins de fer, les bâtiments scolaires et académiques, les hôpitaux et cliniques, toutes ces infrastructures qui se ruinent chaque année et sont dans un état de délabrement total aujourd’hui. C’est évident: la RD Congo n’est pas un pays sous-développé, c’est plutôt un pays misérable. En effet, quatre-vingt-dix pour cent des Congolais sont en chômage chronique. Ils vivent de la débrouillardise, qui implique immoralités de toute sorte, vols, tromperies, mensonges, etc. Les jeunes filles et les jeunes garçons sortent de l’université pour entrer tout droit non pas dans le monde du travail, mais dans le chômage et la pauvreté. La carence des simples choses est terrible dans les villages et milieux ruraux. Les habitants des villages et milieux ruraux manquent des choses simples comme du savon, du sel, des boutons, des aiguilles, du sucre, des chaussures, de la nourriture, de lampes ou lampes torche. La nuit c’est vraiment obscur dans les villages, alors les gens ont peur que dans l’obscurité il y ait des sorciers, des démons, et des revenants qui vont les attraper et les manger. Voilà ce que la pauvreté engendre dans la tête des gens pendant que ces mêmes gens habitent un Congo bourré d’immenses ressources et richesses naturelles, y compris un barrage d’Inga qui peut alimenter toute l’Afrique centrale. Dans certaines provinces du Congo, plus de cinquante pour cent des enfants souffrent de malnutrition. Les routes sont en état de délabrement total. Les villages, les villes et les cités sont coupés les uns/unes des autres. Les bâtiments des écoles, des instituts supérieurs et universitaires sont en ruine. Les conditions de travail dans ces écoles et instituts sont lamentables. Ne parlons même pas des bâtiments des hôpitaux qui sont déplorables. Il manque des instruments simples pour diagnostiquer des maladies élémentaires. Ces hôpitaux à travers le pays manquent des médecins. Les malades internes dorment par terre ou sur des grabats misérables. Les conditions de travail et les conditions hygiéniques dans ces hôpitaux sont misérables si pas catastrophiques. Les habitations des villes et cités sont chaotiques. Les rues sont sales et dégagent d’odeur nauséabonde parce que les immondices sont jetées juste à côté des domiciles. Quand il pleut, des microbes et saletés flottent avec les eaux. Et quand les eaux deviennent stagnantes, les moustiques se multiplient rapidement et propagent la malaria. La malaria est une maladie éliminée partout au monde sauf en RD Congo et certains pays voisins. Pire : les latrines dans des villes et cités sont horribles. Il y a des odeurs et des mouches partout, c’est affreux. Tout ceci est en RD Congo, le pays le plus riche ou parmi les pays les plus riches du monde en matières premières et ressources naturelles.

Savez-vous que par rapport aux immenses ressources naturelles de la RD Congo, les pays comme le Japon, le Canada, la Malaisie, le Singapour, la Suisse, etc., ne valent absolument rien devant la RD Congo? Mais vous, les habitants de la RD Congo, vous êtes les plus misérables et ne valez absolument rien devant les habitants de ces pays précités. Voyez-vous, chers Congolais, les matières premières et les ressources naturelles n’ont jamais développé et ne développeront jamais la RD Congo. C’est vous, les populations, les habitants du Congo, qui devez par les travaux de vos imaginations et créativités, par les travaux de vos mains, par votre organisation sociopolitique, par votre gestion des affaires de l’Etat, par votre gouvernance, c’est vous qui devez développer la RD Congo afin de vivre sains, prospères et dignes. Mais comment faire cela?

2. Voici ce que vous pouvez faire

Peuple congolais: prenez conscience de vos talents et capacités de faire des choses par vous-mêmes pour vous-mêmes. Vous êtes très talentueux. Vos différentes tribus sont des différentes façons de penser, de réfléchir, et de trouver différentes solutions pour un même problème. Vos différentes tribus constituent une richesse culturelle, intellectuelle, et artistique extraordinaire pour votre pays et pour l’humanité. Mais qu’est-ce que vous faites avec ces traditions et modes de pensée de vos différentes tribus? Chaque tribu en RD Congo a différentes façons de construire des maisons, de faire l’élevage, de cultiver les champs, de construire des routes, de construire des ponts, de célébrer les naissances et les morts, de vivre et de mourir. Ce sont ces façons-là que vous devez améliorer et valoriser avec les sciences et technologies. Mais que faites-vous? Pourquoi croisez-vous les bras? Pourquoi vous vous sous-estimez et, consciemment ou inconsciemment, vous croyez que vous êtes inférieurs aux autres peuples, juste parce qu’ils créent et font des choses technologiques et des biens manufacturés que vous ne faites que consommer? Vous n’êtes inférieurs à personne. Vous avez les mêmes talents et la même intelligence que les autres peuples. Croyez en vous-mêmes, et commencez à faire des choses par vous-mêmes pour vous-mêmes.

3. Transformez-vous, changez de mentalité

L’espoir, la bonne volonté, la prière pour que Dieu vous aide, des discours politiques, etc., tout cela c’est bien. Mais ça ne suffit pas. Vous avez toujours fait cela depuis l’indépendance, il y a de cela soixante ans. Mais vous vous enfoncez dans la misère et votre pays va de mal en pis chaque année. Vous devez donc vous transformer réellement et sérieusement, et vraiment changer de mentalité. Mais, que devez-vous faire personnellement pour vous transformer en tant qu’individu, en tant que famille, et en tant que peuple?

3.1 Vous les populations, que devez-vous faire?

Pensez un peu à ceci: que vous soyez dans un village, dans une ville, dans une cité, dans une grande ou petite ville, dans la province ou dans la capitale, vous vivez tous dans la pauvreté et la misère. Chaque matin vous vous levez et vous vous battez en allant au champ, en courant par-ci par-là dans la cité ou en ville, juste pour trouver de quoi vivre et nourrir votre famille. Vous ne savez même pas comment sera le lendemain. En fait, vous vivotez au jour le jour. Voici ce qu’il faut faire: à partir de maintenant, commencez à réfléchir sur ce que vous allez faire demain. Réfléchissez sur l’après demain, et sur toute cette semaine. Commencez à penser sur comment vous pouvez créer une unité de production. Et quel type d’unité de production pourra vous procurer d’argent à la fin de la semaine, à la fin du mois, pour vivre? Recherchez dans l’internet et sur le YouTube comment on fabrique et comment on réalise ce que vous projetez de faire. Dieu vous a déjà donné d’immenses ressources naturelles. Priez pour votre santé et prenez aussi soin de vous-même par bonne hygiène dans et autour de votre domicile. Pensez et réfléchissez sur comment pouvez-vous créer votre propre unité de production avec les petits moyens que vous avez. N’attendez surtout pas des dons et des aides de l’étranger, de la communauté internationale, etc. Car avec la mendicité, avec la main toujours tendue, vous demeurerez subordonnés et soumis aux donateurs de ces dons et aux investisseurs que vous appelez de tout vos vœux à venir investir chez vous. C’est depuis l’indépendance que vos leaders font venir des investisseurs dans votre pays. Est-ce que les investisseurs vous ont déjà appris comment créer d’unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes? Avez-vous déjà appris à comment construire vos routes, vos hôpitaux et cliniques, vos aéroports et ports, vos voitures et avions, grâce aux aides des investisseurs? Non, pas du tout. Au contraire, les investisseurs ont toujours exporté vos matières premières et ont toujours fait des milliards des dollars de profits et sont toujours rentrés chez eux riches pendant que vous vous enfoncez chaque année dans la pauvreté et la misère.

Que devez-vous faire? Vous devez vous transformer vous-mêmes. Développez l’agriculture, et transformez sur place vos maniocs en farines, vos maïs en farines, vos arachides en huiles, etc. Faites l’élevage et la pisciculture partout dans vos villages, villes et cités pour avoir des viandes sur place, des œufs et des poissons en abondance. Ainsi vous mangerez des nourritures fraîches, de bonne qualité, et vos enfants ne souffriront jamais de malnutrition. Transformez vos sojas en lait, faites du lait des vaches, du lait des chèvres, et faites des fromages à base de ces laits. Faites des confitures à base de vos fruits, et du sucre à base de vos cannes à sucre. Faites des tuiles et des briques à base de vos terres s’il vous plait. Pourquoi cherchez-vous des tôles qui sont fabriquées ailleurs et qui coûtent chères, alors qu’avec vos terres, vous pouvez fabriquer des tuiles qui sont excellentes pour le climat chaud de votre pays? Plantez des espèces d’arbres qui grandissent vites pour être coupés pour produire de braises (charbon) de cuisson, et pour faire des planches pour la menuiserie afin de fabriquer sur place des chaises, des lits, des portes et fenêtres, des charpentes, des armoires, des tables, etc. Utilisez vos herbes et plantes médicinales pour guérir toutes les maladies. Fabriquez des produits pharmaceutiques à base de vos plantes médicinales et vous deviendrez le centre mondial de traitement des maladies tropicales. Vous avez toutes ces ressources naturelles, mais vous vous contentez des commissions et des miettes qu’on vous donne pour piller vos ressources. Transformez-vous, transformez vos mentalités.

Bref, vous êtes capables de tout faire sur place par vous-mêmes pour vous-mêmes. Vous êtes capables de tout créer sur place et de tout fabriquer sur place, y compris des bicyclettes, des voitures et des avions. Car vos jeunes filles et jeunes garçons en sont capables et ont les talents nécessaires. C’est ici que les intellectuels et les dirigeants Congolais doivent prendre conscience de leur rôle d’être exemple de créativité, et de guider les jeunes et les populations à la créativité.

3.2. Intellectuels Congolais, que devez-vous faire?

D’abord et avant tout, sachez que jusque-là, vous avez failli à votre rôle de porteur de lumière pour les populations et proposeurs des solutions aux dirigeants politiques. Vous devez donc vous transformer. Comment?

Vous êtes chaque jour sur l’internet et dans les réseaux sociaux, pourquoi faire? Réfléchissez un peu sur cette question. Que faites-vous au juste sur les réseaux sociaux et dans l’internet. Consacrez-vous à rechercher dans l’internet, dans google, sur YouTube, comment on fabrique les choses, comment on créer une unité de production, comment on crée une affaire, comment on fait l’élevage, comment on fait la pisciculture, comment on construit une bicyclette, comment on construit une voiture ou un avion. Recherchez comment on fait des produits pharmaceutiques, quels sont les plantes médicinales qui sont dans votre forêt, comment on fabrique des ballons de football, comment on fabrique du sel, du savon, des aiguilles, des boutons, etc. Vous allez découvrir des choses extraordinaires. Il y a presque tout dans l’internet. C’est de la bibliothèque vivante qui est au bout de vos doigts à tout moment. Ainsi, vous pouvez éclairer vos frères et sœurs, les membres de vos familles, les amis et connaissances, les jeunes, les élèves et les étudiants, à acquérir le savoir-faire pour créer d’unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes. Vous pouvez aussi vous-mêmes créer, chacun sa propre unité de production, son entreprise, son affaire, sa compagnie, etc., afin de donner d’exemples inspirationnels aux jeunes et aux populations en général. Pensez un peu à ceci: beaucoup de vos jeunes vont dans des carrières minières pour exploiter artisanalement de l’or ou de diamant. Certains meurent par accident ou maladie, d’autres rentrent épuisés, quelques-uns trouvent quelque chose qu’ils dilapident très rapidement et retombent dans la pauvreté. C’est depuis l’indépendance que cette exploitation minière artisanale se fait. Et pourquoi est-ce que le pays ne se développe pas? C’est parce que le développement est l’affaire du cerveau: penser, réfléchir, planifier, et créer d’unités de production pour fabriquer des choses, pour transformer les matières premières en produits finis afin d’améliorer les conditions de vie dans la société. Mais creuser artisanalement de l’or, du diamant ou du coltan ne développe pas un pays. C’est plutôt la transformation de l’or, du diamant, du coltan en appareil électronique et électroménager, en camera, en tablette, en appareil photographique, en ordinateur, etc., c’est cela qui développe un pays. Vous, les intellectuels, vous devez et devriez prendre le devant pour la conscientisation et la mobilisation dans ce sens.

3.3. Dirigeants et leaders politiques Congolais, que devez-vous faire ?

Dans l’état actuel des choses, les bonnes intentions et les bons discours ne suffisent pas. Il faut des actions concrètes:

Premièrement: le Président de la république, le Premier ministre et les ministres, les députés nationaux et sénateurs, les gouverneurs, les ministres provinciaux et députés provinciaux, vous tous devez être sincères avec vous-mêmes et reconnaître que vous ne faites pas assez pour mobiliser et motiver les populations à créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes. Est-ce que vous avez déjà visité toutes les villes et tous les villages de votre province pour mobiliser les populations dans ce sens ? Vous pourriez répondre : mais il n’y a pas des routes, pas des moyens de transport ; comment pourrais-je visiter les villes et les villages de ma province ? Devant Dieu et devant votre conscience, vous devriez facilement répondre à cette question vous-mêmes. Qui doit planifier, mettre sur pied des programmes pour réparer et réhabiliter les routes, les voies et moyens de communication dans le pays? Eh bien, la condition est celle qui est là. Chers dirigeants politiques, prenez courage, allez à pieds, par vélo, par moto, par véhicule ou par avion, mais vous devez courageusement parcourir les villages, villes et cités pour mobiliser les gens, les sensibiliser, les motiver et les stimuler à créer des unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes. Et vous devez le faire maintenant même, car c’est cela votre première responsabilité, et vous êtes bien payes mensuellement pour faire ce travail. Vous devez vous munir des programmes d’action concrète pour faire ces tours des villages, villes et cités. Vous devez écouter et intégrer les suggestions qui viennent des populations, afin d’améliorer ces programmes pour des actions plus efficaces. Si vous tous faites cela, le résultat en termes de développement sera extraordinaire. En effet, ce sont les gens qui développent le pays et non les matières premières. Vous, en tant que dirigeants politiques, vous devez donc accorder une importance particulière aux gens, aux populations, afin de les appuyer et les aider à se transformer et à transformer les milieux dans lesquels ils vivent.

Deuxièmement: les ministres, députes, sénateurs, gouverneurs, premier ministre et président de la république, chacun doit se dire « qu’est-ce que je dois faire, dans mon bureau, avec mon personnel et mes employés, afin de faire régner la bonne gestion, la bonne gouvernance, éradiquer la corruption et les demandes de pourboire pour les services à rendre? » Il faut poster à la porte, sur internet, etc., la liste des services, les prix et les conditions pour rendre ces services, comme ça il n’y a pas du flou pour des magouilles et corruptions.

Troisièmement: le Président de la république doit et devrait initier et mettre sur pied, immédiatement et urgemment, deux choses, parmi tant d’autres qui sont à sa responsabilité.

  1. Une commission de vérité et réconciliation pour permettre aux anciens dignitaires qui ont ruiné ce pays, volé des richesses, et parfois ils l’ont fait malgré eux, de venir avouer leurs fautes devant le peuple, restituer ce qu’ils doivent et peuvent restituer, demander pardon et être pardonnés. Ceci va donner un élan nouveau au pays et l’esprit de vengeance sera apaisé;
  2. Reformer le système judiciaire pour que les tribunaux soient efficaces et impartiaux en poursuivant tous ceux qui ont ruiné le pays, mais qui refusent de volontairement demander pardon devant la commission vérité et réconciliation.

4. Conclusion

Si vous avez lu ce message, partagez cela avec tous ceux et toutes celles avec qui vous entrez en contact. Si vous êtes intellectuel, professeur, président d’université, serviteur de Dieu, leader civique, président d’une organisation, leader d’un parti politique, député national ou provincial, sénateur, ministre national ou provincial, gouverneur, Premier ministre, Président de la République, chef coutumier, etc., le destin de la RD Congo, qui est aussi votre propre destin, vous lance cet appel et ce défi : allez mobiliser, sensibiliser, conscientiser, et motiver les habitants des villages, villes et cités, les jeunes filles et jeunes garçons, avec ce message, afin qu’ils s’engagent à se transformer et à transformer leurs villages, villes et cités. Ce sera le début de la révolution manufacturière et industrielle qui va transformer la RD Congo en moteur du développement de l’Afrique.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

4 thoughts on “Peuple Congolais: Transformez-vous pour transformer votre nation

  1. Professeur Tongele,
    Vous êtes « porteur de lumière et proposeur de solution » (c’est ainsi que vous définissez un intellectuel). Mais vous allez au-delà de cela. Vous frayez le chemin de sortie du peuple Congolais de la pauvreté et de l’oppression. Nombreux parmi ceux et celles qui écrivent et commentent sur ce site ne voient que les politiciens et les occupants pilleurs, qui sont et qui constituent en fait une même équipe contre le peuple Congolais ; tandis que les populations Congolaises qu’il faut stimuler et inspirer pour se libérer de l’équipe adverse sont ignorées. Le professeur le reconnait et le signifie à maintes reprises : les populations Congolaises sont les agents du changement ; ce sont elles qui détiennent le vrai pouvoir, la vraie force transformatrice de changement ; et ce sont elles qu’il faut mobiliser et conscientiser. Croyez-vous que les politiciens congolais vendus aux pilleurs étrangers vont mobiliser les populations à se libérer de la situation dont ils tirent des gros profits ? Comme Professeur Tongele le fait, proposer plutôt des idées concrètes aux populations Congolaises opprimées, idées qu’elles peuvent appliquer pour développer leur capacité de renverser leur situation d’oppression. Cela ne se fera pas nécessairement par les armes à feu, mais plutôt par les armes de « création d’unités de production par elles-mêmes pour elles-mêmes ». Et une fois que les populations Congolaises se voient capables de faire des choses par elles-mêmes pour elles-mêmes, comme Professeur Tongele explique, les populations vont prendre leurs situations personnelles et la situation de leur pays entre leurs mains, et n’attendront plus que les politiciens impuissants, incompétents et corrompus fassent des choses qu’elles désirent. Chasser les occupants pilleurs sera en ce moment une affaire facile, car les populations Congolaises n’auront plus besoin d’aide ou de support de l’extérieur pour le faire. C’est ce chemin de révolution mentale, économique, technologique, manufacturière et industrielle que Professeur Tongele à maintes reprises indique aux Congolais. Est-ce que son message atteint les gens ? Est-ce que les gens essaient seulement d’appliquer ce que Professeur Tongele écrit afin de voir quel résultat cela peut apporter en eux et autour d’eux ? Je me convaincs même que quiconque au Congo appliquera ce que le professeur en fait enseigne, trouvera par lui-même/elle-même solution à n’importe quel problème économique et financier de sa vie et deviendra vrai leader dans sa communauté. Même ceux qui sont au pouvoir, s’ils appliquent ce que le professeur décrit si méthodiquement et pragmatiquement, ils se verront transformés d’incompétents-étiquettes-farceurs aux vrais leaders qui feront que les populations Congolaises puissent se libérer par elles-mêmes sans chercher des soutiens/investisseurs étrangers. Car, comme le professeur le signifie, ces investisseurs ont toujours été présents en RD Congo depuis son indépendance, mais leur présence et action n’a jamais développé le pays. « Peuple Congolais : transformez-vous pour transformer votre nation ».

    1. Cher Alphonse Moneau,
      Vous avez merveilleusement clarifié le contenu de cet article. En effet, les populations congolaises, les habitants des villages, villes et cités en RD Congo, ils ont tous en eux des talents latents. Ils ont l’intelligence et ils sont capables de faire des choses, de créer, de fabriquer, d’innover, de développer leur pays. Mais les populations ne se lèvent pas seules soudainement par elles-mêmes pour se développer et développer le pays. Car, la tendance naturelle d’un chacun c’est d’abord la survie : avoir à manger et à boire, et faire survivre sa famille. Tandis que les dirigeants, les leaders, sont ainsi définis parce qu’ils doivent diriger (lead en Anglais) cette tendance naturelle de survie des populations afin que celles-ci puissent créer, fabriquer, et réaliser des choses qui contribuent à tisser les liens sociaux et patriotiques, ainsi que les infrastructures nationales. Si donc, les dirigeants se comportent eux aussi par tendance naturelle de survie, alors il n’y a pas des dirigeants, car tous vivent par tendance naturelle de survie personnelle et familiale même au détriment ou aux dépens des autres. La société congolaise est-elle loin de cette réalité ?

  2. Chers Compatriotes,
    L’exhortation du professeur Tongele est pertinente. Mais j’ai une petite question : les congolais ignorent ils ceci ? Le Congolais vend il son pays par ignorance ou par choix ? Quand je parle du Congolais, je parle aussi bien du citoyen ordinaire ainsi que de ceux qui ont eu le mandat d’occuper des postes de responsabilité. L’ignorance se corrige par l’enseignement. C’est ce que le professeur est en train de faire. Mais que faire pour pousser nos compatriotes à opter pour le bien être suprême de la nation en laissant en second plan les intérêts personnels ? C’est là ma préoccupation. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Cher Elili,
      Vos questions sont pertinentes. On ne peut en tout cas ne pas se poser beaucoup de question sur le mental du Congolais, qu’il soit du village, de la ville, de la cité, du pouvoir politique, du pouvoir intellectuel, du pouvoir religieux, etc. Je suis d’accord avec vous quand vous vous demander « Mais que faire pour pousser nos compatriotes à opter pour le bien être suprême de la nation en laissant en second plan les intérêts personnels. » Eh bien, ce qu’il faut faire, c’est commencer par soi-même. C’est commencer à pousser soi-même en préparant son propre cœur et sa propre conscience, préparer sa propre compréhension de soi-même et de la réalité au tour de soi-même. Par exemple : chaque intellectuel congolais, ou encore chaque personne qui lit ou écrit sur ce site de Congoindependant.com doit et devrait réfléchir profondément en ces termes : si aujourd’hui je suis ou me retrouve dans un village en RD Congo, qu’est-ce que je peux faire pour vivre décemment et dignement, et qu’est-ce que je peux faire pour que les gens de mon village eux aussi réussissent à vivre décemment et dignement ? Si je suis ou me retrouve aujourd’hui à la place du gouverneur de province, à la place d’un député provincial ou national, d’un ministre provincial ou national, d’un sénateur, si je suis ou me retrouve à la place du premier ministre, ou du président de la république, qu’est-ce que je peux faire pour me transformer et faire que les populations puissent se transformer elles-mêmes par leurs actions ? Comment concrètement, et avec quels moyens, est-ce que je peux mobiliser mes ministres, ou les gens avec qui je travail, afin qu’ensemble nous puissions sensibiliser, conscientiser et motiver les populations congolaises à créer des unités de production pour vivre décemment et dignement grâce aux travaux de leurs imaginations et de leurs mains ? Est-ce que moi aussi je vais courir derrière, et faire des courbettes pour, les investisseurs étrangers à venir explorer, exploiter et exporter les minerais et les matières premières pour trouver des moyens financiers afin de développer le pays ? Mais c’est ce qui a toujours été fait et ça n’a jamais réussi ; comment vais-je faire la même chose et réussir, ou bien comment vais-je faire autrement ? Ce qui manque en RD Congo, c’est penser, réfléchir, planifier et exécuter, ensuite évaluer le résultat, corriger et raffiner le processus afin de faire du progrès. Mais en RD Congo, on parle, on pavane, on fait des discours plus ou moins intéressants, on exige/prend/reçoit des commissions et rétrocommissions, on se bourre le ventre, on est applaudi, on porte des lunettes fumées, on jure par le parti ou la plateforme politique, et ça parait être l’essentiel, pendant que rien ne se fait pour mobiliser et motiver les gens/populations à réaliser des choses par eux-mêmes pour vivre décemment et dignement.
      Cher Elili, il faut se transformer soi-même afin de transformer les autres et le pays. Le premier pas pour se transformer c’est de réfléchir continuellement et concrètement sur ce qu’on peut soi-même faire si on en avait l’opportunité, et être prêt. Et qui sait ? Dieu peut vous venir en aide. Et lorsque vous recevez cette aide de Dieu, au moins vous serez vous-même déjà mentalement préparé et transformé, déjà prêt à poser des actes réfléchis et planifiés qui auront d’effets positifs sur les autres et sur le pays. En d’autres termes, pour pousser nos compatriotes à opter pour le bien-être suprême de la nation, commençons par préparer notre cœur, notre âme, notre conscience, notre intelligence, notre pensée, afin d’être prêt pour l’action quand le moment arrive.

Comments are closed.