Présidentielle du 23/12: Olive Lembe « à la rescousse » de Ramazani Shadary

Read Time:4 Minute

Plusieurs semaines après le lancement de la campagne électorale, le candidat du Front commun pour le Congo (FCC) à la présidentielle, a éprouvé toutes les peines du monde à convaincre qu’il incarnait la rupture avec le « système Kabila ». Après avoir aligné, sans grand succès, deux membres de sa fratrie dans l’équipe de campagne d’Emmanuel Ramazani Shadary, « Joseph Kabila » – qui considère l’Etat comme un bien personnel – a trouvé en son épouse, Olive Lembe di Sita, l’ « arme fatale » qui lui manquait. Bonjour les dégâts!

« Si les élections du 23 décembre étaient libres, transparentes et équitables, le vainqueur sera, ni le FCC, ni Emmanuel Ramazani Shadary ». Il n’est plus rare d’entendre des réflexions de ce genre tant dans les milieux de l’opposition que dans la coalition pro-kabiliste où le « dauphin » désigné par le Président hors mandat n’a pas que des « adorateurs ».

Certains membres du FCC ayant accompagné Ramazani lors de certaines de ses tournées électorales se disent stupéfaits par l’ « indifférence » voire le « rejet » qui se lisait sur les visages des gens. Et ce en dépit des moyens d’Etat et des facilités mis à la disposition du candidat. « Après dix-huit années de pouvoir aux résultats que l’on sait, il n’est tout simplement pas crédible de la part de celui qui est censé continuer le travail commencé par le raïs de promettre de faire de la sécurité, la priorité des priorités ou encore de faire du Congo-Kinshasa un pays émergent ». Celui qui parle est un candidat député FCC. Notre interlocuteur d’ajouter: « Qui est cet habitant des provinces du Kivu et de l’Ituri qui pourrait gober de tels boniments? »

Selon les habitués de la ferme de Kingakati, « Kabila » dissimule mal l’incertitude ambiante au sein de sa « famille politique » par une phrase elliptique: « Faites-moi confiance ». Notre source assure avoir surpris le « raïs », à plusieurs reprises, tenant sa tête avec ses deux mains au niveau de la tempe. Cette fausse assurance parait démentie par la décision du « raïs » de lancer son épouse Marie-Olive dans la bataille dans les deux Kivu.

Depuis 48 heures, deux vidéos circulent en boucle sur les réseaux sociaux. Sur l’une, on voit l’ex- « première dame » tenir un discours à la limite de la « xénophobie » devant des « mamans » congolaises venues l’écouter à Goma. « Ne votez pas pour les candidats qui sont mariés à des étrangères », tonnait-elle avant de fustiger les postulants « qui racontent de mensonges à la population ». Faisant mine d’improviser ses éléments de langage soigneusement préparés, elle poursuit: « Qui parmi ceux qui critiquent mon cher époux aujourd’hui n’a pas bénéficié des libéralités de sa part? » Version originale: « Qui n’a pas mangé dans l’assiette de Kabila? »

Sur l’autre séquence filmée, on voit « Marie-Olive » confondre le débat électoral avec des commérages en brocardant ceux des candidats qui ne brilleraient pas, selon elle, par l’exemplarité dans leur vie privée. A tort ou à raison, tous les regards étaient tournés mardi 18 décembre vers un ancien proche du « raïs » passé à l’opposition.

Marie-Olive Lembe

Au Kivu, Marie-Olive Lembe s’est découvert la vocation d’ « exorciste ». On l’a vu poser sa main droite sur la tête du candidat du FCC à la présidentielle en balbutiant quelques « incantations » en guise de bénédictions. Après celles-ci, elle conclut sans grande conviction: « Shadary sera le vainqueur de la présidentielle ». « Qui conseille cette dame en matière de communication? », s’interrogeaient, mardi, plusieurs chroniqueurs kinois. Des internautes, eux, ont pris résolution de la « déballer ». Au motif qu’elle a ouvert la boîte de pandore. 

HOLD-UP ÉLECTORAL

A trois jours de la fin de la campagne électorale, l’ambiance politique est de plus en plus glauque. Signe de temps. Certaines missions diplomatiques ont fait évacuer leur « personnel non-essentiel » tout en invitant les ressortissants de leur pays de retarder tout voyage vers le Congo-Kinshasa. L’incurie qui règne au sommet de l’Etat enferme le pays dans le petit cercle des zones à haut risque.

Certains observateurs commencent à envisager sérieusement une « probable défaite » du « dauphin » de « Kabila » à la présidentielle.  Comment réagira « Joseph Kabila » en cas de confirmation de cette hypothèse qui semble de moins en moins risible?

Les mêmes observateurs se souviennent des « confidences » faites à l’hebdomadaire « Jeune Afrique » par Zoé « Kabila » selon lesquelles leur famille « n’est pas prête à céder le pouvoir à n’importe qui ». Pour cette fratrie, c’est Ramazani Shadary ou l’apocalypse.

On imagine que « Joseph Kabila » s’arrangerait bien avec le président de la centrale électorale Corneille Nangaa pour faire proclamer « Shadary » « vainqueur » de la présidentielle. On s’achemine donc lentement mais sûrement vers un nouvel hold-up électoral comme ce fut le cas en 2006 et 2011. Quelle sera la réaction de la population congolaise? 

Une phrase prononcée, vendredi 14 décembre, par le ministre de la Communication et des médias Lambert Mende lors de son point de presse n’est pas passée inaperçue: « Fayulu a été mis sur orbite non pas pour battre campagne mais pour préparer la contestation post-électorale. Nous avons les moyens de l’en empêcher ». Questions: Le vote qui sera exprimé le 23 décembre ne serait-il qu’une formalité? « Joseph Kabila » se prépare-t-il à décréter l’état d’urgence dès le lendemain des élections pour imposer son « dauphin »?

Après avoir aligné, en vain, Jaynet et Zoé « Kabila » dans l’équipe de campagne de Ramazani, le « raïs » a sorti l’ « arme fatale » qui lui restait. Il s’agit de son épouse. Hélas, l’intrusion de « Mama Olive » dans l’arène politique n’a fait qu’exacerber l’ambiance de sauve-qui-peut qui règne au sein du FCC.

La future ex-première dame a raté sa sortie médiatique. Elle devrait s’attendre, dans les jours qui viennent, à recevoir une volée de bois vert. Une pitoyable fin de règne…

 

Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Ils ne sont pas morts pour rien…
Next post Le GEC publie son troisième rapport sur le processus électoral